Auvergnats

Auvergnats
Description de cette image, également commentée ci-après

Populations significatives par région
Auvergne (région administrative) 1 362 367 (2014)[Note 1]
Paris 212 400 (1932)[1]
Autres
Régions d’origine Auvergne
Langues Auvergnat, français standard
Ethnies liées Arvernes

Les Auvergnats sont les habitants et une ethnie originaire d'Auvergne[2]'[3] formant l'une des plus anciennes et plus fortes unités régionales de France[4],[5] et caractérisée par une culture propre. L'Auvergne, étendue sur les montagnes du Massif central, est à l'origine le territoire du peuple celte des Arvernes, qui donnera son nom à l'Auvergne et aux Auvergnats.

On trouve des populations auvergnates principalement en Auvergne mais aussi dans certaines parties du reste du Massif central et où l'on se définit en tant qu'Auvergnat, c'est par exemple le cas du nord de l'Aveyron et la Lozère, culturellement très proches.

Ils forment tous ensemble un sous-groupe de celui des occitans.

Origines : les ArvernesModifier

 
Carte de la Cité des Arvernes.
  • Les Arvernes[6], un peuple celte installé dès la haute Antiquité sur le territoire de l'actuelle Auvergne a donné le nom à cette région et à ses habitants. Ces derniers étaient un des peuples gaulois les plus puissants : au cours du IIe siècle av. J.-C. ils instaurent leur hégémonie sur la Gaule et possèdent des peuples clients, vassaux tel que les Vellaves, les Gabales, les Rutènes etc. et des alliés tels que les Carnutes, les Lémovices et tous sont regroupés au sein de la confédération arverne.
  • Chaîne évolutive du nom Auvergne : Arvernia, Alvernia, Alvernha, Auvernha, Auvergne[Note 2].

Références historiquesModifier

Langues traditionnellesModifier

Il y a deux langues autochtones dans l'ancienne région administrative d'Auvergne :

Costumes traditionnelsModifier

Vers 1835, l'habillement du paysan n'offre rien de particulier par ses formes, il est fait d'un drap grossier fabriqué dans le pays. Dans la Basse-Auvergne, cе drap est généralement gris alors que dans la Haute, il est brun-marron. Dans quelques cantons, les femmes portent un petit chapeau rond, noir et sans fond ; les chaussures ordinaires sont des sabots[9]. Pendant la mauvaise saison, les hommes et les femmes, surtout aux environs des Monts-Dômes et des Monts-d'Or, ont une espèce de vêtement commun aux deux sexes : c'est un manteau, nommé « coubertie », fait d'une étoffe de laine rayée et presque imperméable. Ce manteau, froncé par le haut, s'attache sur les épaules avec une agrafe ou avec un cordon passé dans une coulisse et garantit parfaitement du froid et de la pluie[9].

Régime alimentaireModifier

Migrations et diasporaModifier

Il se trouve des diasporas historiques en Espagne, et plus particulièrement en Castille, où nombre d'Auvergnats se rendirent au XIXe siècle[10], elles existent aussi aux Amériques, avec pour exemple le Canada avec les auvergnois du Saskatchewan[11],[12] mais aussi l'Argentine[13],[14], et même les États-Unis comme en témoignent nombre de patronymes arrivés via Ellis Island[15].

Concernant la France, un nombre notable d'Auvergnats ont migré à Paris entre le XIVe siècle et le XXe siècle, ville dans laquelle ils sont appelés Bougnat. À titre d'exemple, il y a 212 400 Auvergnats à Paris en 1932[1]. La population auvergnate a également migré en Bretagne[16], ou encore en Provence[17].

Auvergnats illustresModifier

Parmi les plus illustres, figurent les noms de :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ce chiffre correspond à la population de l'ancienne région administrative d'Auvergne en 2014. La population recalculée du territoire correspondant à l'ancienne province est de 885 288 habitants. Cette valeur s'obtient en additionnant les populations des départements du Cantal, du Puy-de-Dôme, ainsi que les communes auvergnates stricto-sensu des départements de la Haute-Loire et de l'Allier.
  2. Tous ces noms sont synonymes et désignent la terre des Arvernes/Auvergnats. Arvernia désigne l'Auvergne en latin. Alvernia est toujours le nom italien, sicilien, piémontais et catalan pour l'Auvergne. Alvergna en vénitien. Auvernia en espagnol, portugais, basque, galicien, albanais, asturien, aragonais ou encore ladin. Arvern en breton et Aovergn en normand. Owernia en polonais.

RéférencesModifier

  1. a et b La conquête de la capitale par les provinces de France, Almanach Hachette, 1932.
  2. Musée Régional d'Auvergne (Ethnologie et ethnographie auvergnate), Riom 63200
  3. Abel et Yvonne-Delphée Miroglio (Institut havrais de psychologie des peuples), L'Europe et ses populations, La Haye, Martinus Nijhoff, (ISBN 978-94-009-9733-2, lire en ligne), p. 134
    Ouvrage ayant eu l'appui de la Commission des Communautés Européennes et de la Fondation Européenne de la Culture
  4. « Lexique identitaire de l'Auvergne », sur http://cercleterredauvergne.fr/ (consulté le 24 avril 2016)
  5. Pierre Bonnaud, De l'Auvergne, Chamalières, Éditions Créer, , 318 p. (ISBN 978-2-84819-001-3, lire en ligne)
  6. Fabien Régnier et Jean-Pierre Drouin, Les peuples fondateurs à l'origine de la Gaule : France, Fouenant i.e. Fouesnant, Yoran Embanner, , 904 p. (ISBN 978-2-914855-94-5)
  7. Cristian Omelhièr, Petit dictionnaire français-occitan d'Auvergne : selon les parlers d'Auvergne méridionale, pays de Massiac et Cézallier, Aurillac, Ostal del libre, 2003 (ISBN 978-2-914662-06-2).
  8. (oc) Domergue Sumien, « Classificacion dei dialècles occitans », Linguistica occitana - VII,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Abel Hugo, France pittoresque, ou description pittoresque, topographique et statistique des départements et colonies de la France, Paris, Delloye, 1835.
  10. Rose Duroux, Les Auvergnats de Castille : renaissance et mort d'une migration au XIXe siècle, Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres et Sciences humaines de Clermont-Ferrand, , 479 p.
  11. « Ponteix », sur http://www.fransaskois.sk.ca/ (consulté le 24 avril 2016)
  12. « Auvergnois de Ponteix », sur http://fransaskois.info/ (consulté le 24 avril 2016)
  13. Alfred Durand, La vie rurale : Dans les massifs volcaniques des Dores, du Cézallier, du Cantal et de l'Aubrac, Éditions Créer, , 542 p. (lire en ligne)
  14. Henri Pourrat, Ceux d'Auvergne, Albin Michel,
  15. (en) « Liberty Ellis Foundation : Passenger search », sur http://www.libertyellisfoundation.org/ (consulté le 24 avril 2016)
  16. Duigou, Nos ancêtres auvergnats : l'immigration auvergnate en Bretagne, Quimper, Ressac, 2004 (ISBN 2904966412)
  17. Emile Roux et Camille Vigouroux, Auvergnats en Provence, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1967.
  18. « Vercingétorix », sur http://www.teuta-arverni.com/ (consulté le 24 avril 2016)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

IconographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :