Leugnies

section de Beaumont, Belgique

Leugnies
Leugnies
le village vu depuis le sud-ouest
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Beaumont
Code postal 6500
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Lunisien(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 29″ nord, 4° 11′ 46″ est
Localisation
Localisation de Leugnies
Localisation de Leugnies au sein de Beaumont
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Leugnies
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Leugnies
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Leugnies

Leugnies (en wallon et picard Leugniye) est un village frontalier de la botte du Hainaut en Belgique. Sis sur la route allant de Beaumont à la frontière française il fait aujourd’hui administrativement partie de la ville de Beaumont, en Région wallonne de Belgique. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

La localité est bornée au nord par Bousignies-sur-Roc (France), à l’est par Leval-Chaudeville, au sud par Grandrieu et à l’ouest, par Cousolre (France). Deux quartiers isolés (1830) : Haie des saules et Scierie de marbre.

ÉtymologieModifier

Le nom du village signifierait ‘village des loups’. Ses habitants s’appellent les ‘Lunisiens’ ou les Leugniens.

HistoireModifier

Des fouilles du 19e siècle prouvent que le site du village a été occupé par des Gallo-Romains.

Le village — bien que non limitrophe — faisait partie intégrante de Beaumont, et était considéré comme une … rue de cette ville, la rue du Postel ! Ce n’est qu’en 1699, que les États du Hainaut lui accordent l’autonomie[1].

La villa de Leugnies appartenait d’abord à l’abbaye de Lobbes mais en 1161, Henri II de Leyen, prince-évêque de Liège, donne l’église du lieu avec ses dîmes, ses revenus et ses dépendances à l’abbaye de Bonne-Espérance.

À la suite de divergences avec la communauté locale, cette abbaye lui accorde en la loi de Leugnies, encore appelée loi de chef-lieu, c-à-d un code pénal calqué sur celui de Mons[2].

En 1830, on comptait 345 habitants et 79 maisons, deux scieries de marbre et des commerces de marbre, de fer et de bois[3].

ParticularitésModifier

  • L’abbaye de Bonne-Espérance y possédait une seigneurie. La demeure du censier est encore visible au centre du village.
  • L’exploitation du marbre rouge fut une activité économique importante du village (jusqu'en 1825). Particulièrement au lieu-dit 'Haie des Saules' où il reste des vestiges de l’industrie marbrière.

BibliographieModifier

Henri Dessart, Leugnies et sa loi de chef-lieu, Publications de la Société d’Histoire de Rance, tome, 1983, pp 69-91.

 
Leugnies l'église St-Martin
 
Leugnies possède le second cornouiller mâle remarquable de Belgique

RéférencesModifier

  1. Cécile Dumont, Dictionnaire des Communes, Crédit Communal, 1980.
  2. Henri Dessart, Leugnies et sa loi de chef-lieu, Publications de la Société d’Histoire de Rance, tome X, , pp 69-91.
  3. Philippe Vander Maelen, Dictionnaire de la province de Hainaut, 1832.