Bataille de Racławice

Bataille de Racławice
Description de cette image, également commentée ci-après
La bataille de Racławice, par Józef Chełmoński
Informations générales
Date
Lieu Racławice
Issue Victoire polonaise
Belligérants
Drapeau de l'Empire russe Empire russeDrapeau de la République des Deux Nations République des Deux Nations
Commandants
Alexandre TormassovTadeusz Kościuszko
Forces en présence
2 900 hommes
12 canons
4 440 hommes
12 canons
Pertes
1 100 morts ou blessés150 morts
200 blessés

Insurrection de Kościuszko

Batailles

Coordonnées 50° 18′ 38″ nord, 20° 13′ 44″ est
Géolocalisation sur la carte : Monde
(Voir situation sur carte : Monde)
Bataille de Racławice
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Bataille de Racławice
Géolocalisation sur la carte : Pologne
(Voir situation sur carte : Pologne)
Bataille de Racławice

La bataille de Racławice, qui a eu lieu le près du village de Racławice situé dans la voïvodie de Petite-Pologne, est une des premières de l'insurrection polonaise de 1794 menée par Tadeusz Kościuszko contre la Russie et la Prusse, à la suite du deuxième partage de la Pologne (1793).

Cette bataille oppose des soldats et volontaires polonais commandés par Tadeusz Kosciuszko et les troupes de l'armée impériale russe commandées par le général Denissov et son second, le général Tormassov.

ContexteModifier

Après le deuxième partage de la Pologne, la République des Deux Nations a perdu la moitié du territoire qui lui restait après le premier (1772).

Le territoire encore polonais est cependant occupé en plusieurs points par des garnisons russes, tandis que les garnisons polonaises sont restées en place, mais en subissant des réductions d'effectifs au cours de l'année 1793.

Des patriotes, en exil ou dans le pays, ont décidé de lancer une insurrection pour redresser la situation. Tadeusz Kosciuszko, le Polonais le plus célèbre de son temps, doit en être le leader. Auréolé de la gloire de sa participation à la guerre d'indépendance des États-Unis et de son rôle dans la guerre russo-polonaise de 1792, il a été fait « citoyen d'honneur de la France » le 24 août 1792.

Le 24 mars 1794, il proclame publiquement l'insurrection de la Pologne à Cracovie, devenant commandant en chef (naczelnik) des forces armées insurgées. Très rapidement, l'armée russe envoie contre lui un corps commandé par le général Fiodor Denissov, mais Kosciuszko obtient le ralliement de suffisamment de soldats et de volontaires civils, notamment paysans, pour l'affronter.

La rencontre va avoir lieu à Raclawice, à 30 km au nord-ouest de Cracovie.

Forces en présenceModifier

Kosciuszko a rassemblé 9 bataillons infanterie, soit 1 400 hommes armés de baïonnettes, et 26 escadrons de cavalerie avec 1 040 hommes armés de sabres. De plus, la voïvodie de Petite-Pologne a fourni 11 canons et 2 000 volontaires paysans armés de piques et de faux transformées en piques (les « faucheurs »), dont le rôle dans la bataille va être déterminant.

Le corps russe est très supérieur en nombre, mais Denissov décide de le scinder en deux parties, une sous son commandement, l'autre sous le commandement du général Tormassov.

Armée polonaiseModifier

  • Armée régulière : 2440 soldats:
    • 2 bataillons du 2e Régiment d'infanterie de Józef Wodzicki – 400 soldats
    • 2 bataillons du 3e Régiment d'infanterie de Czapski – 400 soldats
    • 2 bataillons du 4e Régiment d'infanterie de Piotr Ożarowski – 400 soldats
    • 1 bataillon du 9e Régiment d'infanterie de Raczyński – 200 soldats
    • 10 escadrons de la 1re Brigade de cavalerie d'Antoni Madaliński – 400 soldats
    • 10 escadrons de la 2e Brigade de cavalerie de Ludwik Manget – 400 soldats
    • 4 escadrons de la 2e Brigade de cavalerie de Paweł Biernacki – 160 soldats
    • 2 escadrons du prince Wirtemberg – 80 soldats
    • 12 canons
  • Volontaires : – 1920 faucheurs et piquiers, commandés par le général Jan Slaski

Armée russeModifier

Globalement, le général Fiodor Denisov dispose de

Après la séparation, le général Tormassov ne dispose plus que de

  • 1 bataillon d'infanterie et demi
  • 1 bataillon de grenadiers (lieutenant-colonel Tomatis)
  • 7 escadrons de hussards
  • 6 sotnias cosaques (major Adrian Denissov)
  • 12 canons

Déroulement de la batailleModifier

 
La bataille de Raclawice, par Michał Stachowicz (en)

Les manœuvres de l'armée russe aboutissent à ce que Kosciuszko rencontre Tormassov, alors que Denissov se trouve très loin du champ de bataille.

À la tête de forces encore supérieures en nombre, le général Tormassov attaque de front les troupes polonaises. Selon l'habitude de la guerre en ligne, les soldats russes se tiennent côte à côte sur plusieurs lignes. Cette disposition assure un feu nourri et continu, mais permet difficilement de manœuvrer. Kościuszko a rapporté des États-Unis une tactique qu'il met en application à Raclawice : les Polonais tirent à couvert en utilisant les avantages que peut leur donner le terrain (tactique des tirailleurs).

À un moment de l'engagement, les faucheurs, conduits par Kościuszko lui-même, parviennent à contourner les troupes russes et les attaquent par l'arrière. Cette attaque très rapide est couronnée de succès : les faucheurs s'emparent de toutes les pièces d'artillerie et forcent les troupes russes à se retirer.

Les forces de Kościuszko sont cependant trop faibles pour poursuivre celles de Tormassov, au risque d'affronter Denissov, et pour chasser les Russes de Petite-Pologne.

ConséquencesModifier

 
La bataille de Racławice par Jan Matejko

La victoire de Racławice est militairement un succès ponctuel, mais politiquement, il renforce le moral des insurgés et incite d'autres territoires à se joindre à Kosciuszko : le 17 avril, Varsovie se soulève et chasse la garnison russe ; le 23 avril, c'est le tour de Wilno (actuelle Vilnius), puis d'autres régions du grand-duché de Lituanie.

En l'honneur de cette victoire, Kościuszko confère à certains paysans qui se sont spécialement distingués le grade de sous-lieutenant[réf. nécessaire], et pour rendre hommage à l'héroïsme des faucheurs, il adopte leur vêtement : le caftan grossier des paysans.

Mémoire de la batailleModifier

SourcesModifier