Ouvrir le menu principal

Petite-Pologne

région historique de Pologne située au sud-est du territoire de l'actuelle république de Pologne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petite-Pologne (homonymie).

Petite-Pologne
Małopolska
Drapeau de la région Blason de la région
La Petite-Pologne (en rouge) par rapport aux frontières actuelles de la Pologne.
La Petite-Pologne (en rouge) par rapport aux frontières actuelles de la Pologne.
Pays Drapeau de la Pologne Pologne :
voïvodie de Petite-Pologne
voïvodie de Sainte-Croix
Voïvodie de Lublin
voïvodie des Basses-Carpates
Cours d'eau Vistule
Ville(s) Cracovie, Sandomierz, Lublin

La Petite-Pologne (en polonais : Małopolska, en latin : Polonia Minor) est une des régions historiques de Pologne. Située au sud-est du territoire de l'actuelle république de Pologne, elle avait une superficie triple de celle de la voïvodie qui aujourd'hui porte ce nom. Sa capitale est Cracovie.

ToponymieModifier

Le nom de Petite-Pologne provient d'une habitude polonaise. Lorsqu'un nouveau village est situé près d'un plus ancien, le nouveau prend le nom de l'ancien précédé du terme petit, l'ancien village étant lui-même précédé de grand. Le même mécanisme s'applique ici aux deux régions historiques de Pologne. Le terme Petite-Pologne signifie donc Nouvelle Pologne (constituée à la fin du Xe siècle), par opposition à l'ancienne (datant du début du Xe siècle). Le terme Petite-Pologne apparaît tout d'abord sous la forme latine de Polonia Minor à partir de 1493 alors que celui de Grande-Pologne (Polonia Maior), plus ancien, date de 1242.

GéographieModifier

 
Le château du Wawel à Cracovie.

La Petite-Pologne est située dans le Sud de la Pologne, autour des villes de Cracovie et Tarnów. Elle occupe le bassin supérieur de la Vistule et rassemble un vaste ensemble de hautes terres. Elle comprend les monts Sainte-Croix, une petite partie des hautes terres polonaises, la vallée de Sandomierz et les hautes terres de Lublin. Elle s'étire depuis les Carpates au sud jusqu'aux rivières Pilica et Wieprz au nord. Elle est bordée par la Mazovie et le pays de Radom au nord, la Silésie à l'ouest et la frontière avec la voïvodie ruthène à l'est.

Elle était plus grande que le territoire de la voïvodie actuelle, recouvrant également la voïvodie des Basses-Carpates, la voïvodie de Sainte-Croix, la voïvodie de Lublin et la partie orientale de la voïvodie de Silésie.

HistoireModifier

Vers la fin du IXe siècle, le Géographe bavarois ainsi que Wulfstan de Hedeby mentionnent une région sur la Vistule peuplée des Vislanes. Elle faisait, à cette époque, partie de la principauté slave de Grande-Moravie sous le règne de Svatopluk Ier. La forteresse de Cracovie était probablement la résidence d'un chef tribaux converti au christianisme sous l'influence des apôtres Cyrille et Méthode. Les habitants sont appelés Kr[a]k[a]r dans le livre de Josippon en 953 et K[a]rākō par le voyageur espagnol Ibrahim ibn Ya'qub vers 965.

Passé l'épisode de Grande-Moravie, la région était sous la domination du duc Boleslav Ier de Bohême et appartient au diocèse de Prague fondé en 973. Selon le Dagome Iudex rédigé vers 991, elle ne faisait pas partie de la seigneurie de Gniezno (Schinesghe) dans la future Grande-Pologne, le terrain fut néanmoins conquis par le duc polonais Mieszko Ier peu de temps après. Le diocèse de Cracovie aurait été créé un peu avant l'an 1000 et attribué à l'archidiocèse de Gniezno.

La résidence à Gniezno, où le duc Boleslas Ier le Vaillant a rencontré l'empereur Otton III en 1000 et fut couronné le premier roi de Pologne, était détruit au cours de l'invasion du duc Bretislav Ier de Bohême en 1039. La ville de Cracovie devenait ensuite la nouvelle capitale du royaume de Pologne sous le règne de la maison Piast.

Le royaume polonais de 1138 à la mort de Boleslas III le Bouche-Torse subit une période de « démembrement territorial » : afin d'éviter des guerres fratricides, Boleslas prévoit dans son testament le partage de la Pologne en cinq duchés, confiés à ses fils. L'autorité suprême est censée revenir à l'aîné, qui porte le titre de princeps ou senior et siège à Cracovie. Par cette mesure, le duché de Cracovie (księstwo krakowskie) est créé, situé dans la région de Petite-Pologne au sud du pays. Le duché gouverné par les ducs princeps de la dynastie Piast perdure jusqu'en 1320, pendant que la situation ne tarde pas à dégénérer et la succession au trône polonais est disputée entre les descendants de Boleslas III pendant près de deux siècles, affaiblissant considérablement le pays.

 
La province de Petite-Pologne au sein de la république des Deux Nations (1635).

En 1319, le duc Ladislas Ier a réuni suffisamment de territoires pour être reconnu roi polonais par ses voisins. Il est ainsi couronné à Cracovie le . À l'époque de la république des Deux Nations (Rzeczpospolita), à partir de l'union de Lublin en 1369, le terrain de l'ancien duché autour de Cracovie, Sandomierz et Lublin faisait partie de la province plus vaste de Petite-Pologne, comprenant également les possessions ruthéniennes, notamment la voïvodie ruthène, la voïvodie de Bracław et la voïvodie de Kiev à l'est.

Au cours du premier partage de la Pologne en 1772, la Petite-Pologne passa à la monarchie de Habsbourg, puis à l'empire d'Autriche. La partie sud fut incorporée dans le royaume de Galicie et de Lodomérie ; la partie nord autour de Lublin, temporairement une partie du duché de Varsovie, est allée au royaume du Congrès sous tutelle russe en 1815. À la fin de la Première Guerre mondiale, le traité de Versailles permet la renaissance de la Pologne, sur la base du Royaume de Pologne (ancien Royaume du Congrès), ainsi que la restitution de la plupart des territoires qui lui avaient été enlevés au XVIIIe siècle par les empires allemand et austro-hongrois.

AdministrationModifier

PatrimoineModifier

L'architecture de bois (plus particulièrement, des églises) de Petite-Pologne fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :