Bataille de Dondon (1794)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Dondon.
Bataille de Dondon

Informations générales
Date 4 juillet 1794
Lieu Dondon
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseDrapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Commandants
Toussaint LouvertureJean-François
Forces en présence
4 000 hommes[1]inconnues
Pertes
inconnuesinconnues

Révolution haïtienne

Batailles

Coordonnées 19° 31′ 59″ nord, 72° 13′ 59″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Monde
[[Fichier:|280px|(Voir situation sur carte : Monde)|class=noviewer]]
Bataille de Dondon
Géolocalisation sur la carte : Caraïbes
(Voir situation sur carte : Caraïbes)
Bataille de Dondon
Géolocalisation sur la carte : Haïti
(Voir situation sur carte : Haïti)
Bataille de Dondon

La bataille de Dondon se déroula pendant la Révolution haïtienne.

La batailleModifier

Début juillet, les Espagnols et leurs auxiliaires noirs commandés par le général Jean-François attaquèrent la ville de Dondon, dont les troupes, commandées par Toussaint Louverture, étaient passées à la République française. Toussaint était absent, il combattait à Borgne et les hommes qui restaient étaient trop peu nombreux, Jean-François s'empara aisément de la place[2].

Mais Toussaint, victorieux à Borgne, regagna ensuite Dondon et mit en déroute les forces de Jean-François.

Le 7 juillet, à Marmelade, il fit son rapport au gouverneur Lavaux :

« Je m'empresse de vous faire part des succès que j'ai remportés il y a trois jours sur le général Jean-François au Dondon. Celui-ci avait été envoyé du Fort-Dauphin pour me combattre. Pendant mon séjour au Port Margot, il a attaqué mes troupes à plusieurs reprises, mais il a été toujours repoussé. En revenant après la réduction du camp Bertin, je me suis mis en devoir de l'attaquer à mon tour. Ayant bien pris mes dimensions, j'ai attaqué à la fois le Dondon et tous ses postes qui ont été enlevés le sabre à la main. Peu s'en est fallu que je n'ai pris Jean-François; il n'a dû son salut qu'à l'épaisseur des halliers où il s'est jeté. J'ai pris tout son bagage, ses papiers, etc. Mes troupes ont fait un carnage de ses gens. J'ai fait beaucoup de prisonniers. La déroute a été si complète que le Grand-Boucan a été évacué. J'ai chassé l'ennemi jusqu'à la Montage Noire[3]. »

BibliographieModifier

NotesModifier