Barry Gardiner

politicien britannique

Barry Gardiner Strachan (né le ) est un homme politique britannique du parti travailliste politique servant comme shadow Secrétaire d'État pour le commerce international depuis 2016, et est député (MP) pour Brent Nord depuis 1997.

Barry Gardiner
Official portrait of Barry Gardiner crop 2.jpg
Fonctions
Membre du 58e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
depuis le
Membre du 57e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
-
Secrétaire d'État pour le commerce international du cabinet fantôme
-
-
Secrétaire d'État à l'Énergie et au Changement climatique du cabinet fantôme
-
Membre du 56e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
-
Membre du 55e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
-
Membre du 54e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
-
Membre du 53e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
-
Membre du 52e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brent North
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
GlasgowVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Barry Strachan GardinerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
John Gardiner (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Site web

Il sert sous Tony Blair et Gordon Brown en tant que ministre adjoint au Bureau pour l'Irlande du Nord, au Département de la productivité, de l'énergie et de l'industrie, au Département du commerce et de l'industrie et enfin au Département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales[1].

Jeunesse, éducation et début de carrièreModifier

Il est le fils du footballeur olympique John Gardiner[2], et est né à Glasgow, en Écosse. Sa mère a suivi une formation de chirurgien et est la première femme à remporter la médaille d'or en chirurgie à l'Université de Glasgow[3]. Il fait ses études au High School of Glasgow, à Haileybury et à l'Imperial Service College et à l'Université de St Andrews où il obtient une maîtrise. Il a ensuite été pendant deux ans secrétaire régional écossais à plein temps du Student Christian Movement. Jeune homme, il envisageait de devenir prêtre épiscopal et commença à s'identifier politiquement au Christianisme social et au Socialisme démocratique, identités qui sont encore les siennes à ce jour.

En 1983, il a reçu une bourse Kennedy Memorial Trust pour étudier la philosophie à l'Université Harvard[2] sous John Rawls, retournant à la recherche au Corpus Christi College, Cambridge pendant trois ans à partir de 1984. Il travaille comme associé principal dans l'assurance maritime et l'arbitrage avant son élection au Parlement.

Il est élu conseiller du conseil municipal de Cambridge en 1988, devenant maire de la ville en 1992[4] le plus jeune des 800 ans d'histoire de la ville. Il a quitté le conseil en 1994.

Carrière parlementaireModifier

Il se présente dans la circonscription londonienne de Brent North lors des Élections générales britanniques de 1997 battant le député conservateur sortant Rhodes Boyson par 4 019 voix. Il a prononcé son premier discours le 4 juillet 1997[5].

À la Chambre des communes, il a siégé à quatre comités spéciaux, le Comité de la procédure et le Comité spécial de la radiodiffusion, le Comité des comptes publics et le Comité mixte sur la consolidation des projets de loi[4]. Il a été président du comité du groupe travailliste pour la culture, les médias et les sports et vice-président du comité pour le Trésor. Il a été président des Labour Friends of India et a donné des conférences à l'Académie de l'économie nationale de Moscou. Il est un ancien vice-président des Labour Friends of Israel.

Il est devenu Secrétaire parlementaire privé du ministre d'État l'à Intérieur, Beverley Hughes, en 2002. En 2004, il a été nommé sous-secrétaire d'État parlementaire au Bureau pour l'Irlande du Nord, occupant le même poste au ministère du Commerce et de l'Industrie après les Élections générales britanniques de 2005. Il a rejoint le DEFRA lors du remaniement de mai 2006 et a quitté le gouvernement en juin 2007 pour redevenir Secrétaire parlementaire privé, cette fois au Secrétaire d'État aux Affaires, à l'Énergie et à la Stratégie industrielle.

Le nouveau Premier ministre Gordon Brown le nomme représentant spécial pour les forêts en juillet 2007[2]. Il a quitté ce rôle "par consentement mutuel" le 13 septembre 2008 après avoir rejoint d'autres députés travaillistes en déclarant qu'un député devait se présenter contre Gordon Brown. Il a accusé Brown de "perte de crédibilité internationale et manœuvres politiques timorées que le public ne peut pas comprendre".

Le rapport Legg, sur le scandale des notes de frais, en 2009, demandait à Gardiner de rembourser 174,17 £ pour les intérêts hypothécaires payés en trop en 2005-2006, bien qu'il ait remboursé volontairement 15 404,07 £ en avril 2009[6].

 
Gardiner prononçant son discours à la conférence du parti travailliste 2016

Il a soutenu David Miliband aux élections à la direction du parti travailliste de 2010, mais n'a soutenu personne aux élections de 2015 ou 2016.

Dans l'opposition, il est ministre fantôme dans plusieurs postes. En tant que ministre fantôme de l'Environnement, il a critiqué l'absence de poursuites des principaux acteurs dix mois après que David Cameron ait promis que tout serait fait pour lutter contre les délits liés au scandale de la viande de cheval.

Il est nommé ministre fantôme de l'environnement naturel et des pêches en juillet 2013. Il a auparavant occupé le poste de ministre de la biodiversité au Département de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales en 2006 et 2007, et avait été envoyé spécial d'Ed Miliband pour l'environnement et le changement climatique entre 2011 et 2013[7].

En juin 2013, le député conservateur Tim Yeo et Gardiner déposent conjointement un amendement au projet de loi sur l'énergie qui propose d'établir d'ici 2014 un objectif de décarbonisation pour le secteur britannique de la production d'électricité, à atteindre d'ici 2030. L'amendement a été rejeté de justesse[8].

En 2014, il apporte son soutien aux premières manifestations annuelles du Hen Harrier Day dans le Derbyshire pour souligner la persécution illégale des rapaces britanniques[9].

En février 2017, The Times a révélé que depuis septembre 2015, Gardiner avait reçu 182 284 £ en dons en espèces divulgués de Christine Lee & Co, qui agit en tant que conseiller juridique en chef de l'ambassade de Chine. Avant cela, son comité de circonscription a reçu des dons en espèces de Christine Lee & Co de 22 500 £ entre 2009 et 2015. Le journal révèle également qu'une partie de cet argent a été utilisée pour financer l'emploi de Daniel Wilkes (fils du fondateur de l'entreprise) dans ses bureaux parlementaires. Alistair Graham, ancien président de la Commission des normes de la vie publique, a qualifié la situation de "bizarre" et a déclaré "qu'il y a clairement des questions auxquelles il faut répondre".

Il a soutenu la Chine dans ses portefeuilles fantômes, en particulier en ce qui concerne le développement de la centrale nucléaire de Hinkley Point C. Il a exhorté Theresa May à dire à la Chine que la Grande-Bretagne voulait un investissement solide dans les projets d'infrastructure, et a décrit sa décision de suspendre l'accord comme "politiquement stupide" et équivaut à "fermer UK Plc"[10]. Gardiner a par la suite critiqué May pour avoir négocié un "accord d'arnaque" sur son développement[11].

RéférencesModifier

  1. « Barry Gardiner:Former Labour MP for Brent North » [archive du ], Theyworkforyou.com (consulté le 25 avril 2010)
  2. a b et c « Barry Gardiner: Meet Barry Gardiner » [archive du ] (consulté le 8 août 2011)
  3. « About » [archive du ] (consulté le 1er juin 2017)
  4. a et b « Barry Gardiner: Brent North » [archive du ], Parliament.uk (consulté le 8 août 2011)
  5. « House of Commons debates ..Health Services (London), 20 June 1997 » [archive du ] (consulté le 25 avril 2010)
  6. Sir Thomas Legg, « Review of past ACA payments » [archive du ], (consulté le 25 avril 2010)
  7. « Barry Gardiner appointed shadow minister for natural environment » [archive du ], www.edie.net, (consulté le 23 septembre 2015)
  8. « Decarbonisation amendment defeated in the Commons » [archive du ], www.planningresource.co.uk, (consulté le 23 septembre 2015)
  9. « Hen Harrier Day – some 'thank you's » [archive du ], www.markavery.info, (consulté le 23 septembre 2015)
  10. (en) « China cash link to Labour MP », The Times,‎ (lire en ligne, consulté le 4 février 2017)
  11. « The Conservatives have realised too late that Hinkley Point is a rip-off », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2017)

Liens externesModifier