Banacek

série de télévision américaine

Banacek
Description de cette image, également commentée ci-après
George Peppard dans l'épisode La Croix de Madère (No Sign of the Cross), 1972[Note 1].
Titre original Banacek
Genre Policier
Création Anthony Wilson
Production Howie Horwitz
George Eckstein
Acteurs principaux George Peppard
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 17
Durée 70 minutes
Diff. originale

Banacek est une série télévisée américaine en 17 épisodes dont un pilote de 90 minutes et 16 épisodes de 70 minutes diffusée entre le et le sur le réseau NBC. En France diffusée à partir du sur la première chaîne de l'ORTF[1]. Le pilote dans sa version française a été écourté de vingt minutes.

Synopsis Modifier

L'Américano-Polonais Thomas Banacek est un enquêteur privé qui travaille pour le compte de la Boston Insurance Company. Traquant les fraudeurs et trafiquants, l’homme déjoue des affaires criminelles qui lui permettent de mener grand train[2]. Voiture avec chauffeur, cigares, jolies femmes : Banacek touche un pourcentage sur chaque affaire, suivant la valeur des objets retrouvés. Le gentleman cultive un goût certain pour la grande classe[3]. Dans chaque épisode, on retrouve son chauffeur Jay Drury (Ralph Manza), et pour chaque enquête, il consulte son informateur, le bibliothécaire Felix Mulholland (Murray Matheson)[4].

Distribution Modifier

Les seconds rôles :

Épisodes Modifier

 
Linda Evans et George Peppard dans l'épisode Rocket to Oblivion (1974).
 
Victoria Principal et George Peppard à Fort Lauderdale (Floride) en marge du tournage de l'épisode Vol en plein vol (1974).

Première saison (1972-1973) Modifier

  1. Les Traces fantômes (Detour to Nowhere)
  2. Escamotage (Let's Hear it for the Living Legend)
  3. Projet Phénix (Project Phoenix)
  4. La Croix de Madère (No Sign of the Cross)
  5. Souffler n'est pas jouer (A Million the Hard way)
  6. Pièces uniques et en double (To Steal a King)
  7. Dix mille dollars la page (Ten Thousand Dollars a Page)
  8. Une collection impressionnante (The Greatest Collection of Them All)
  9. Sans issue (The Two Million Clams of Cap'n Jack)

Deuxième saison (1973-1974) Modifier

  1. L'Œuvre d'art (No Stone Unturned)
  2. Max le magnifique (If Max Is so Smart, Why Doesn't He Tell Us Where He Is?)
  3. Le Cas rosse du carrosse (The Three Million Dollar Piracy)
  4. Le Calice de Darios (The Vanishing Chalice)
  5. L'Étalon (Horse of a Slightly Different Color)
  6. Rocket to Oblivion (épisode inédit en France)
  7. Vol en plein vol (Fly Me, If You Can Find Me)
  8. La Malle des Indes (Now You See Me, Now You Don't)

Production et diffusion Modifier

  • George Peppard avait au départ signé pour une série hebdomadaire d'épisodes d'une heure[5]. La série a été produite dans le cadre du NBC Mystery Movie. Chaque mercredi, la série alternait alors avec Madigan et Cool Million, qui jouaient dans la même catégorie, en format 90 minutes. Le dimanche soir, les enquêteurs étaient également à l’honneur suivant le même modèle, avec notamment Columbo. La case du milieu de semaine a décliné au fil des mois, avant de laisser les enquêteurs du dimanche en solo après la saison suivante[6].
  • George Peppard a refusé de tourner une saison 3 étant en plein divorce de l'actrice Elizabeth Ashley, pour l'empêcher de percevoir une plus grande part de ses revenus[5].
  • Dans le pilote, on fait connaissance avec Carlie Kirkland (Christine Belford). Elle ne revient que dans la saison 2, figurant au générique de début[4].
  • Sur les 17 épisodes, 16 épisodes ont été diffusés en France. L'épisode Rocket to Oblivion de la saison 2 est inédit en France mais disponible en VO sous titrée français dans le coffret DVD saison 2.
  • Dans les épisodes, George Peppard fume le cigare et porte des gants noirs, comme dans son autre série ; L'Agence tous risques.
  • En France, la diffusion a commencé le 4 janvier 1974 sur la première chaîne de l'ORTF avec le pilote (amputé de 20 minutes) et six épisodes de la saison 1[7]. Il faudra attendre les années 1990 pour voir le reste de la saison 1 et 7 des 8 épisodes de la saison 2.

Thèmes et contexte Modifier

On retrouve dans cette série un peu de l'esprit de l'Amérique contestataire dénonçant les travers du capitalisme américain. La série a été comparée au film L'Affaire Thomas Crown au niveau de l'inspiration pour la création du personnage[1].

Le douzième épisode de la saison 29 des Simpsons présente une parodie de cette série avec le héros "Manacheck" qui ressemble énormément à Banaceck.

DVD Modifier

Chez l'éditeur Elephant Films[8] (image remasterisée) :

  • Coffret saison 1 en 5 DVD le  ;
  • Coffret saison 2 en 4 DVD le (l'épisode inédit en France Rocket to Oblivion en VO sous titrée français) ;
  • Coffret intégrale saison 1 et 2 en 9 DVD le .

Notes et références Modifier

Notes Modifier

  1. La date du dossier de presse dont est extraite la photo concerne une rediffusion de cet épisode en 1973. Mais sa première diffusion a eu lieu le . Voir (en) Synopsis de No Sign of the Cross par Hal Erickson sur AllMovie.

Références Modifier

  1. a et b Rédaction, « Banacek avec George Peppard », sur Le Magazine des Séries, (consulté le )
  2. AlloCine, « Banacek » (consulté le )
  3. « «Banacek», série joyau des années 1970 », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  4. a et b via, « Banacek (1972-1974) », sur Le Monde des Avengers (consulté le )
  5. a et b « Banacek (TV Series 1972–1974) - IMDb » (consulté le )
  6. « Banacek - L'Encyclopédie des séries TV », sur Toutelatele.com (consulté le ).
  7. « Guide des épisodes Le magazine des série »
  8. Site officiel d'Elephant Films.

Voir aussi Modifier

Liens externes Modifier