Bad Neuenahr-Ahrweiler

commune allemande

Bad Neuenahr-Ahrweiler (en français plutôt : Neuenahr-Ahrweiler les bains) est une ville de cure thermales dans le nord du land Rhénanie-Palatinat, en Allemagne. C’est aussi le chef-lieu de l'arrondissement d'Ahrweiler. La ville fut créée en 1969 par la fusion des localités de Ahrweiler et de Bad Neuenahr, ainsi que des quatre villages de Gimmigen, Heimersheim, Kirchdaun et Lohrsdorf. Un cinquième village, celui de Ramersdorf, fut ajouté au sud, en 1974.

Bad Neuenahr-Ahrweiler
Bad Neuenahr-Ahrweiler
Blason de Bad Neuenahr-Ahrweiler
Héraldique
Drapeau de Bad Neuenahr-Ahrweiler
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de la Rhénanie-Palatinat Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Ahrweiler
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
13
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Guido Orthen
Partis au pouvoir CDU
Code postal 53474
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
07 1 31 007
Indicatif téléphonique 02641; 02646
Immatriculation AW
Démographie
Population 28 251 hab. ()
Densité 446 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 41″ nord, 7° 06′ 48″ est
Altitude 99 m
Superficie 6 338 ha = 63,38 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhénanie-Palatinat
Voir sur la carte topographique de Rhénanie-Palatinat
City locator 14.svg
Bad Neuenahr-Ahrweiler
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Bad Neuenahr-Ahrweiler
Liens
Site web www.bad-neuenahr-ahrweiler.de
Bad Neuenahr - Colline Landskrone vers 1900.
Bad Neuenahr - Maison des cures thermales.
Casino de Bad Neuenahr.

La grande exposition des jardins du land Rhénanie-Palatinat « Landesgartenschau » est prévu à Bad Neuenahr-Ahrweiler en 2022.

GéographieModifier

Bad Neuenahr-Ahrweiler est situé dans la vallée de l’Ahr qui est un affluant ouest du Rhin, au nord du land de Rhénanie-Palatinat, à environ dix kilomètres de la frontière avec le land voisin de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne.

La ville est entourée des montagnes de l’Ahr, dont les versants sud sont consacrés à la viticulture.

Le point culminant sur le territoire de la ville est constitué par la colline Häuschen à 506 mètres d’altitude, suivi au sud par le Streckenberg (371 m), le Neuenahrer Berg (339 m), ainsi qu’à l’est le Landskrone (272 m). Les deux dernières collines furent jadis coiffées par des châteaux forts.

Les grandes villes les plus proches sont Bonn (vol d’oiseau 21 km) et Coblence (vol d’oiseau 40 km).

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Les découvertes archéologiques de la culture de Hallstatt (1000 à 500 ans avant notre ère) témoignent de la présence et des activités des celtes dans la région, qui vécurent de l’agriculture et de l’élevage. A la suite de la guerre des Gaules, durant les années 58 à 50 avant notre ère, la population autochtone celte, qui appartint au peuple des Éburons, fut largement anéanti. Des sociétés tribales germaniques avancèrent alors sur les terres à gauche du Rhin moyen. Par la suite la région fut part de l’empire romain, dont existent encore de nombreux vestiges, dont la Villa Rustica au Silberberg.

Moyen ÂgeModifier

La localité de Ahrweiler fut mentionnée pour la première fois en l'an 893 dans le livre terrier de l’abbaye bénédictine de Prüm, en tant que Arwilre, puis Arewilre ou Arewilere et plus tard : Arweiller. Il y est précisé que l’abbaye posséda à Ahrweiler, un domaine seigneurial avec vingt-quatre fermes, cinquante morgen (un morgen = env. un demi hectare) de champs d’agriculture et 76 morgen de vignes.

En 1246, Ahrweiler alla à l’électorat de Cologne, puis obtint son statut de ville le par l’archevêque Konrad 1er d’Are-Hochstaden. La construction du mur d’enceinte débuta en 1250 et dura dix ans. Ce mur médiéval existe encore aujourd’hui.

En 1343, les ducs de Juliers obtinrent le comté de Ahrweiler en tant que fief.

Au XIIIe siècle au plus tard, il exista une population juive à Ahrweiler, qui fut sous la protection de l’archevêque prince de Cologne. La communauté fut anéantie pendant le pogrom de la peste en 1348/49. L’existence d’une nouvelle population juive dans la ville a pu être démontré dès 1367/70 ainsi que la présence d’un Mikvé et l’activité de scribes parmi les habitants juifs de la ville.

En avril et mai 1474, durant le conflit ecclésiastique de Cologne (1473–1480), la ville de Ahrweiler fut assiégée par les troupes de Robert du Palatinat, prince électeur de Cologne. Les attaques furent infructueuses.

Temps modernesModifier

Le plus ancien règlement de la ville de Ahrweiler date de 1510.

Une chasse aux sorcières exista à Ahrweiler, comme dans d’autres localités. Une facture globale détaillée pour les années 1628/29 indique les frais occasionnés par la sorcellerie, mentionnant vingt-six personnes qui firent brulées, dont la femme du maire Stapelberg en 1629.

Au XVIIe siècle, plusieurs conflits causèrent des pillages, des incendies ainsi que des vols et viols à Ahrweiler, dont la conquête du lieu en 1646 par les troupes du général français Vicomte de Turenne. Deux ans après c’est la peste qui demanda plus de vies humaines que la guerre de Trente Ans auparavant.

Plus tard, en 1685, la mairie de Neuenahr fut attribuée au palatinat du Rhin, puis suivra la guerre de la ligue d'Augsbourg durant laquelle des troupes françaises occupèrent Ahrweiler le . Lors de la retraite de ces dernières sous le général Henri d’Escoubleau, comte de Montluc, Ahrweiler fut incendié le . Ils en restaient alors que dix maisons debout.

XIXe siècleModifier

Un siècle plus tard, en 1794, à la suite des guerres de la Révolution française, l’ensemble des territoires à l’ouest du Rhin furent mis sous administration française dans le département d’alors de Rhin-et-Moselle, dont la ville de Ahrweiler qui fut le chef-lieu du canton du même nom. Les autres parties de la ville d’aujourd’hui de Bad Neuenahr-Ahrweiler appartinrent alors au canton de Remagen.

Après le congrès de Vienne, la région alla au royaume de Prusse dès 1816. Après la construction du tunnel routier de Altenahr en 1834, la vallée de l’Ahr commença à devenir une destination touristique. Environ vingt ans plus tard, la fameuse source Appolinaris fut amorcé, puis d’autres sources thermales de cure en 1856.

Les villages de Wadenheim, Hemmessen et Beul fusionnèrent en 1875 pour former la localité de Neuenahr, reprenant le nom de l’ancien château fort et de l’ancien comté.

La ligne de chemin de fer de la vallée de l’Ahr (Ahrtalbahn) fut inaugurée en 1880. Son terminus fut Altenahr en 1886, puis Adenau en 1888. Son extension à deux voies débuta des 1910.

Première moitié du XXe siècleModifier

La maison thermale des bains ainsi que l’hôtel et la maison des cures furent construits entre 1899 et 1901, le musée Ahrgau-Museum fondé par Peter Joerres en 1908. Les fortes crues de l’Ahr causèrent la mort de plusieurs personnes en 1910. Le la ville obtint officiellement le statut de lieu de cure thermale. Neuenahr devint alors Bad Neuenahr (Neuenahr les Bains).

En 1933, trente et un habitants de confession juive (dix familles) vécurent à Ahrweiler. Ils furent 96 habitants à Bad Neuenahr.

La période de la Seconde Guerre mondiale fut dévastatrice également à cet endroit. Durant les atrocités du pogrom de novembre 1938, la synagogue de Bad Neuenahr ainsi que les quelques magasins juifs de la ville furent ravagés et brulés. La synagogue se situa dans la rue Tempelstrasse dont le nom changea en Wadenheimer Strasse. En 1942, les derniers habitants juifs furent déportés vers des camps d’extermination. Durant les années 2012 à 2015, 72 Stolpersteine (des pavés de mémoire sur lesquels on trébuche) ont été posés au sol dans trois quartiers de la ville.

Durant les deux dernières années de la seconde guerre mondiale, la ville de Ahrweiler fut la cible d’importants bombardements alliés. Cent-vingt-six maisons furent détruites, notamment en bas de la rue Ahrhutstrasse ainsi que dans la rue Schützbahn et au lieu-dit Bankenheimer Hof.

Les habitants ont cherché à s’abriter des attaques aériennes dans le proche tunnel du Silberberg.

Deuxième moitié du XXe siècleModifier

Après la guerre, la ville fut d’abord en zone d'occupation française, puis intégrée dans le nouveau land de Rhénanie-Palatinat au sein de la république fédérale d’Allemagne.

Le premier casino d’après-guerre à concession étatique d’Allemagne fut ouvert à Bad Neuenahr/Ahrweiler le . Il est encore ouvert aujourd’hui et un lieu d’attraction près du parc thermal[1].

En 1953, fut aménagé dans le quartier de Marienthal l’école fédérale du Technisches Hilfswerk qui est un organisme pour la protection civile, fournissant du secours en cas de désastre dans le monde entier. Cette école fut rebaptisée « Katastrophenschutzschule » (école pour la protection en cas de catastrophe) en 1971.

Lors de travaux sur la route fédérale 267 une importante villa romaine fut découverte en 1980. L’endroit est aujourd’hui aménagé en musée. Les thermes de l’Ahr (Ahrthermen) pour le bain et le bienêtre thermale, furent construites entre 1991 et 1993.

En 1996, fut créé à Bad Neuenahr l’académie européenne de technologie et de l’évaluation de l’innovation « European Academy of Technology and Innovation Assessment (de) », puis dans la même année l’actuelle académie pour le management de crises, la planification des urgences et la protection civile « Akademie für Krisenmanagement, Notfallplanung und Zivilschutz (de) ».

XXIe siècleModifier

Au , un des jours qui suivent de catastrophiques inondations dans plusieurs pays d'Europe du Nord-Ouest, sont décomptés 110 morts à Bad Neuenahr-Ahrweiler, sur les 155 recensés en Allemagne[2]. L’énorme crue rapide de l’Ahr (qui est normalement une petite rivière très paisible) causa aussi des dommages importants aux infrastructures et aux bâtiments de la ville. La totalité des ponts reliant les deux rives de l’Ahr, furent détruits, dont le Casinobrücke (le pont du casino) et le Kurgartenbrücke (le pont des jardins de cure). Cette inondation entraina également d´importants dommages aux bâtiments du casino, à la maison des cures thermales, au jardin des saunas, au jardin des cures, au jardin des dahlias, ainsi qu’à plusieurs hôtels. Le cimetière de la porte de l’Ahr (Ahrtor) fut détruit partiellement.

Infrastructure de transportModifier

Transports en communModifier

Bad Neuenahr-Ahrweiler est facilement accessible en train, par deux gares, une à Bad Neuenahr et une à Ahrweiler, ainsi que par 3 points d‘arrêt, ceux de Heimersheim, de Ahrweiler Markt (près du centre-ville de Ahrweiler) et de Walporzheim, le tout relié à la ligne de chemin de fer de la basse vallée de l’Ahr KBS 477 de Remagen à Ahrbrück. Un autre point d’arrêt est planifié pour le centre de Bad Neuenahr.

Y circulent les trains régionaux Rhein-Ahr-Bahn RB30 dans un rythme d’un train par heure entre Ahrbrück et la gare centrale de Bonn. Puis ceux de Ahrtalbahn RB39 relient Remagen avec Dernau, également à un train par heure.

Il y a également différentes lignes de bus reliant Bad Neuenahr-Ahrweiler aux autres localités de la région.[3]

Le petit train touristique de Ahrtal Express offre une possibilité agréable d’aller du quartier de Bad-Neuenahr à celui de Ahrweiler, tout en visitant la vallée et les vignes.[4]

VéloModifier

Les quartiers de Bad Neuenahr-Ahrweiler sont reliés à la piste cyclable « Ahr-Radweg », qui est balisée et largement asphalté tout le long de la rivière Ahr, depuis sa source jusqu’à son embouchure dans le Rhin ou il y a une connexion directe avec l’EuroVeloroute Rhin EV15.

RandonnéeModifier

De nombreuses sentiers balisés de cure et de randonnée sont proposés à différents degrés de difficulté. Le territoire de la commune est traversé par le sentier des vins rouges de la vallée de l’Ahr (Rotweinwanderweg) ainsi que par le AhrSteig qui passe par le haut des collines avec les meilleures vues sur la vallée. Divers parcours circulaires sont également possibles avec Bad Neuenahr-Ahrweiler comme lieu de départ et d’arrivée.

RouteModifier

La ville est reliée à l’autoroute A 61 par les échangeurs 571 et 573.

AirModifier

Le terrain d’aviation Bad Neuenahr-Ahrweiler se situant au nord de la ville, avec une piste de cinq cents mètres, est homologué pour les avions jusqu’à deux tonnes. Il est généralement utilisé par des motoplaneurs, des hélicoptères, des ULM, des appareils de sport aérien, ainsi que par des montgolfières.

Le terrain est soumis au règlement PPR (prior permission required) et peut être approché, si la météo est favorable au vol à vue.

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :