Aurichalcite

carbonate basique de zinc et de cuivre

Aurichalcite
Catégorie V : carbonates et nitrates[1]
Image illustrative de l’article Aurichalcite
Aurichalcite - Mine d'Escouloubre, Aude, France (XX 6 mm)
Général
Numéro CAS 12172-81-5
Classe de Strunz
Formule chimique (Zn,Cu)5(CO3)2(OH)6
Identification
Masse formulaire 546,71 uma
Couleur Vert pale, bleu verdâtre, bleu ciel, vert
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique -
P 21/m
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais Monoclinique opposé B
Macle observable seulement aux rayons X
Clivage Parfait sur [010] et [100]
Cassure aucune
Habitus Massif, cristaux aciculaires
Échelle de Mohs de 1,00 à 2,00
Trait vert pâle; bleuâtre
Éclat soyeux, nacré
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1,655
nβ = 1,740
nγ = 1,74
Pléochroïsme Vert pâle
Biréfringence 0,0890
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence Translucide à transparent
Propriétés chimiques
Densité 3,96
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'aurichalcite est une espèce minérale formée de carbonate anhydre de cuivre et de zinc de formule (Zn,Cu)5(CO3)2(OH)6 avec des impuretés de calcium.

Inventeur et étymologieModifier

Connue depuis l'Antiquité comme « cuivre de Corinthe », la première description moderne est due à Eugène Louis Melchior Patrin en 1788, puis par Sage en 1791, mais elle ne sera décrite par Bottger qu’en 1839[2].

Le nom dérive du grec (όρειχαλκος) "OREIKHALKOS" qui signifie « cuivre de montagne », qui désignait un minerai de cuivre [3].

TopotypeModifier

Mine de Loktevskoïe (Loktevskii), kraï de l'Altaï, dans le massif de l’Altaï (Sibérie) en Fédération de Russie.

CristallographieModifier

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 13.82, b = 6.419, c = 5.29, Z = 2; beta = 101.04° V = 460.59
  • Densité calculée = 3.94

GîtologieModifier

Minéral secondaire des dépôts de cuivre et de zinc.

Minéraux associésModifier

calcite, rosasite, smithsonite, hémimorphite, hydrozincite, malachite et azurite.

SynonymieModifier

Gisements remarquablesModifier

En France

Dans le monde

  • 79 Mine, Chilito, Hayden area, Banner District, Dripping Spring Mts, Gila Co., Arizona, USA [12]
  • Rutland Cave Mine (Nestus Mine), Heights of Abraham, Matlock Bath,Derbyshire, Angleterre [13]
  • Mine d'Ojuela, Mapimí, Mun. de Mapimí, Durango, Mexique [14]

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Annalen der Physik, Halle, Leipzig: 48: 49
  3. MINER Database von Jacques Lapaire - Minéraux et étymologie
  4. Le Journal de physique et le radium, Paris: 33: 81
  5. Le Journal de physique et le radium, Paris: 38: 155
  6. Annales de chimie et de physique, Paris: 18: 478.
  7. Tableau minéralogique, Paris: 26.
  8. Berbain, C., Favreau, G. & Aymar, J.(2005): Mines et Minéraux des Pyrénées-Orientales et des Corbières. Association Française de Microminéralogie Ed., 196-199.
  9. Fluck, P. & Stein, S. (1992): Espèces minérales des principaux districts miniers du massif vosgien. - Pierres et Terre 35 (December 1992), 120 pp
  10. Rémy, P. (2003): La mine du Couloumier, Auzat (Ariège). Le Cahier des Micromonteurs, 82,9-12
  11. Favreau, G., Legris, J.-R. & Dardillac, M. (1996): La Verrière (Rhône): Histoire et Minéralogie, Le Cahier des Micromonteurs, 53(3), 3-28
  12. Anthony, J.W., et al (1995), Mineralogy of Arizona, 3rd.ed.: 123; Keith, S.B. (1972), Mineralogy and paragenesis of the 79 mine lead-zinc-copper deposit, Min.Rec.: 3: 247-264.
  13. Mineralogical Magazine 1963 33 : 441-449
  14. Moore, T.P. and Megaw, P.K.M. (2003): Famous mineral localities: The Ojuela mine, Mapimi, Durango, Mexico. The Mineralogical Record, 34(5)

Sur les autres projets Wikimedia :