Le terme anhydre (du grec ἄνυδρος (« sans eau »)), désigne généralement une substance (sel, cristal ionique, composé, solvant, gazetc.) qui ne contient pas d'eau libre[a], ou alors qui en contient en très faible quantité, ce qui se traduit par une activité de l'eau presque nulle.

Substances liquidesModifier

Un solvant organique est considéré comme anhydre quand on l'a desséché du mieux possible. Selon le solvant et son caractère hygroscopique, il est difficile d'abaisser sa teneur en eau au-dessous de 0,03 ppm (benzène, peu hygroscopique) à 100 ppm (méthanol, très hygroscopique).

Substances gazeusesModifier

On qualifie souvent l'ammoniac NH3 et le chlorure d'hydrogène HCl d'anhydres quand ils sont à l'état gazeux, par opposition à leurs solutions aqueuses, d'usage plus courant.

Substances solidesModifier

En chimie et en minéralogie, on qualifie d'anhydres les cristaux ou les minéraux qui ne contiennent pas d'eau de cristallisation (ceux qui en contiennent sont dits hydratés). Par exemple, le gypse est un sel hydraté de formule CaSO4, 2 H2O qui se transforme en hémihydrate CaSO4, 1/2 H2O dans la fabrication du plâtre, et qui donne du sulfate de calcium anhydre CaSO4 lorsqu'il est complètement calciné.

En géologie, et notamment en pétrologie, on qualifie de nominalement anhydres les minéraux qui ne contiendraient pas d'eau s'ils étaient purs, mais qui en comportent un tout petit peu sous la forme de défauts cristallins, en quantité suffisante pour devoir être pris en considération dans le bilan de l'eau à l'échelle de la planète. L'olivine et la wadsleyite du manteau notamment, de formule (Mg,Fe)2SiO4, sont peut-être un réservoir d'eau majeur[1].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'eau libre est l'eau qui ne fait pas partie intégrante de la formule chimique d'un composé. Le saccharose, par exemple, a pour formule C12H22O11 qu'on peut écrire C12(H2O)11 : ces groupements H2O ne sont pas comptés comme de l'eau libre.

RéférencesModifier

  1. (en) Nathalie Bolfan-Casanova, « Water in the Earth's mantle », Mineralogical magazine, vol. 69, no 3,‎ , p. 229-257 (DOI 10.1180/0026461056930248).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier