Ouvrir le menu principal

Monsols

ancienne commune française du département du Rhône

Monsols
Monsols
Blason de Monsols
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Thizy-les-Bourgs
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Statut Commune déléguée
Maire délégué René Thévenon
2019-2020
Code postal 69860
Code commune 69135
Démographie
Gentilé Monsourdis
Population 915 hab. (2016 en diminution de 5,38 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 10″ nord, 4° 31′ 12″ est
Altitude Min. 430 m
Max. 1 008 m
Superficie 19,82 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Deux-Grosnes
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 15.svg
Monsols

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 15.svg
Monsols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Monsols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Monsols

Monsols est une ancienne commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le , elle devient une commune déléguée de Deux-Grosnes[1].

GéographieModifier

Monsols fait partie du Beaujolais.

Le sommet du mont Saint-Rigaud point culminant des monts du Beaujolais et du département du Rhône se situe sur la commune de Monsols.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Au IXe siècle, le village de Monsols apparaît sous le nom de Monciocus et constitue une subdivision, l'ager Monciocensis, du diocèse d'Autun. Le col de Crie constitue alors la frontière avec les terres beaujolaises relevant du diocèse de Mâcon[2]. En ces temps troublés, c'est l'Église catholique romaine qui assure l'essentiel de l'administration locale mais, progressivement, les seigneurs locaux cherchent à acquérir leurs propres des terres.
En 954, Maïeul de Cluny, coadjuteur et abbé de Cluny, avait déjà placé les prieurés d'Ajoux (de Alto Jugo) et de Poule-les-Écharmeaux (de Pola) sous la protection d'Humbert Ier de Beaujeu[3]. Guichard Ier de Beaujeu contestent aussi à l'Ordre de Cluny, les terres de Monsols durant le IXe siècle et c'est lors du règne de son successeur, Guichard II de Beaujeu, que les seigneurs de Beaujeu s'en arrogent finalement la possession[4]. À partir de la fin du IXe siècle, Monsols devient beaujolaise et le restera tout au long du Moyen Âge.

MONSOLS se nommait avant 1622 Montsoulx ! en contrebas du Mont St RIGAUD et ses Sources d'eau très douces (donc NON calcaire) .

Dès Louis Dieudonné le XIVe, fils de Anne d'Autriche veuve du roi Louis XIII lui-même fils de Henri IV : MONTSOULX devient MONSOLS : archive départementale du Rhône sur Manuscrit

Par arrêté préfectoral du , la commune disparaît le au profit de Deux-Grosnes qui regroupe aussi les communes d'Avenas, Ouroux, Saint-Christophe, Saint-Jacques-des-Arrêts, Saint-Mamert et Trades[1].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Claudius Colomb    
mars 2008 avril 2014 Jean-Paul Gentelet    
avril 2014[5] en cours René Thévenon    
Les données manquantes sont à compléter.

IntercommunalitéModifier

Monsols fait partie depuis le de la communauté de communes Saône Beaujolais, qui a fusionné avec la communauté de communes du Haut-Beaujolais.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 915 habitants[Note 1], en diminution de 5,38 % par rapport à 2011 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1501 1181 1761 1801 2021 2191 2291 2471 279
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2271 2791 3881 4281 3401 1461 1661 0911 045
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9939951 032868806719692658622
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
681722764777814895995959914
2016 - - - - - - - -
915--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Site officiel

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Emmanuel Aubry, « Arrêté relatif à la création de la commune nouvelle de Deux-Grosnes », Recueil des actes administratifs spécial n°69-2018-087,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. Atlas historique du département actuel du Rhône - Georges Debombourg (1862, rééedition 2000)- Pl.XIV
  3. Cf. Cartulaire de Cluny, chart. 75, f°117, d'après le manuscrit d'Aubret
  4. "Le Beaujolais au Moyen Âge" - Mathieu Méras (1956), page 28
  5. « Monsols. René Thévenon élu maire de la commune par 8 voix contre 6 », Le Progrès, 6 avril 2014
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Description du viaduc par l'office de tourisme du Rhône
  11. Source : J.-C. Bas et J. Monternier, La Compagnie des chemins de fer départementaux du Rhône et de Saône-et-Loire, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 41 (printemps 1979), pp. 17-21.

Liens externesModifier