Ouvrir le menu principal

Aum Shinrikyō

Secte japonaise

Aum Shinrikyō
Aum Vérité Suprême, Aleph
Image illustrative de l’article Aum Shinrikyō

Idéologie Syncrétisme, principalement bouddhisme et hindouisme, millénarisme
Objectifs Pouvoir/protection de la secte et de sa mission eschatologique[1]
Statut Actif[2]
Site web www.aleph.toVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation 1984
Pays d'origine Japon
Fondé par Shōkō Asahara
Actions
Mode opératoire Attentats chimiques, bactériologiques et assassinats.
Victimes (morts, blessés) Au moins 26 morts et 5 700 blessés
Période d'activité 1989-Présent[3]
Organisation
Chefs principaux Shōkō Asahara, Ikuo Hayashi (en), Eriko Lida, Toshiyaso Ouchi, Tomomitsu Niimi (en), Kazuaki Okazaki
Membres 1 650 selon le gouvernement japonais en 2009[4]
Branche politique Shinri tō 真理党, parti fondé en 1990, actuellement inactif
Financement Adeptes (cotisations, dons, héritages etc.), publications et cours, entreprises (ordinateurs, chaîne de restaurants etc.)[1],[5]
Sanctuaire Japon
Groupe relié Hikari no Wa (en)
Répression
Nombre de prisonniers 13
Considéré comme terroriste par Canada, États-Unis, Union européenne

Aum Shinrikyō ou Vérité suprême d'Aum (オウム 真理教しんりきょう, Ōmu shinrikyō?) est une secte principalement implantée au Japon et en Russie, qui a commis plusieurs actes criminels au Japon entre 1989 et 1995. Elle est principalement connue pour l’attentat au gaz sarin dans cinq rames bondées du métro de Tokyo le qui causa 13 morts et plus de 6300 blessés[6]. L'organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada[7], des États-Unis[8] et de l'Union européenne[9].

Aum, ou om̐, est une syllabe sanskrite représentant le « son primordial de l'univers »[10], et shinrikyō signifie « enseignement de la vérité suprême ».

En 1999, la secte a pris le nom d’Aleph et exige depuis que ses membres s’engagent par écrit à ne pas enfreindre les lois. En 2007, des adeptes l’ont quittée pour fonder Hikari no Wa (en) (Cercle de lumière).

Sommaire

IdéologieModifier

 
L'ancien siège de Aum Shinrikyo dans le quartier d'Aoyama à Tokyo

L’idéologie religieuse, d'inspiration principalement bouddhiste, comportait des emprunts à l’hindouisme, à l’apocalyptisme chrétien et au New Age ; un grand crédit était accordé aux prophéties de Nostradamus.

Bien qu'Isaac Asimov ait été un critique féroce de la religion et de la pensée New Age, la secte a été fortement influencée par sa série Cycle de Fondation[11]. Shōkō Asahara, un gourou, s'est exprimé comme un « parfait moksha-man », à travers les apparitions médiatiques sur les télévisions et les conférences dans les universités, et a rassemblé de nombreux croyants[12].

Sur le plan politique, le groupe, convaincu de la disparition rapide du gouvernement japonais qu'il jugeait corrompu, avait pour objectif de provoquer un Armageddon, devant survenir entre 1997 et 2003, et auquel survivraient les seuls membres de la secte[13],[14] qui pourraient alors prendre le pouvoir[15]. Dans les années 1990, Asahara commença à justifier le meurtre sur des bases spirituelles[5].

Aleph et Hikari no Wa, nouvelles sectes héritières d'Aum Shinrikyo, l’ont officiellement abjuré[réf. nécessaire].

PratiquesModifier

La secte Aum faisait pratiquer le yoga à ses fidèles qui, pendant ces séances, vivaient parfois des expériences comme voir une lumière ou sentir l’énergie monter en soi : des phénomènes psychologiques que les yogis à la pratique intensive ou les moines bouddhistes ressentent également[16]. Mais la secte Aum faisait de ces phénomènes des « expériences divines » : la preuve que les disciples avaient atteint un certain niveau spirituel, grâce à l’énergie prodiguée par leur gourou[16]. Pour que plus de fidèles atteignent cette « expérience divine », la secte fabriqua par la suite des drogues, notamment des amphétamines et du LSD, administrées aux disciples dans le cadre de cérémonies[16].

Des techniques de manipulation mentale étaient également utilisées : temps de sommeil restreint, nombreuses responsabilités et tâches à accomplir, accès interdit aux informations extérieures, ouverture limitée aux seules informations filtrées par la secte[16]. Bien que le mariage et l'amour des disciples aient été interdits, le gourou Asahara était considéré comme un tantras-pères et utilisait de nombreuses femmes comme ses maitresses ; pour l'intégrité de l'initiation[17].

HistoriqueModifier

Créée en 1984 par Shōkō Asahara comme atelier de yoga sous le nom de Aum no Kai (Société Aum), la secte devient Aum Shinrikyō en 1987[16]. En 1989, elle obtient le statut officiel d’organisme religieux. Shōkō Asahara avait rencontré et obtenu le soutien du 14e dalaï-lama, ce dernier regrettant par la suite d'avoir été dupé[18].

En 1990, le gourou et plusieurs cadres ayant l’ambition de changer la société, fondent le parti de la Vérité Shinri tō (真理党) et présentent 25 candidats aux 39e élections sénatoriales ; aucun n’est élu.

Les critiques — émanant entre autres de familles d’adeptes — ne manquent pas, mais la secte prospère néanmoins et revendique avant les attentats de 1995 presque 10 000 membres au Japon[19] et entre 35 000 et 40 000 en Russie[5]. Elle recrute beaucoup parmi les classes éduquées et ses cadres sont presque tous diplômés d’universités considérées comme de bon niveau[1]. On y trouve au moins un médecin, un vétérinaire, un avocat et des scientifiques.

En juin 1994, l’organisation se structure en gouvernement, sur le modèle de celui existant, les cadres se voyant attribuer des « ministères »[20].

Entre 1989 et 1996, des membres auraient commis divers délits et crimes : enlèvements de membres pour forcer des donations, assassinats ou complots contre des membres voulant quitter la secte, des opposants ou des chefs de groupes religieux concurrents (Kōfuku no Kagaku (en), Soka Gakkai), attentats et tentatives d’attentats chimiques (sarin, gaz VX) et bactériologiques (botuline, anthrax) visant à faire de nombreuses victimes. Après plusieurs essais, la secte réussit à fabriquer ses armes chimiques et se lance, sans succès, dans la fabrication de fusils AK-74. Les crimes restent indétectés, ou alors la secte n’est pas considérée comme suffisamment suspecte par la police pour que des arrestations aient lieu, jusqu’aux jours suivant l’attentat de 1995 dans le métro de Tokyo. Même alors, la police met un certain temps à identifier les coupables.

L'organisation perd son statut officiel fin 1995 et est mise en faillite en 1996, mais les demandes pour sa dissolution au titre de la prévention des activités subversives sont rejetées en 1997 par la Commission d’examen de la sécurité publique (公安審査委員). Une disposition légale renouvelable tous les trois ans autorisant sa surveillance est néanmoins instaurée en 2000[5].

En 2000, sous l’influence de Fumihiro Joyu, ancien cadre resté à l’écart des assassinats et attentats (il a été néanmoins condamné en 1995 à trois ans de prison pour incitation à faux témoignage[21] dans une affaire immobilière impliquant la secte[réf. nécessaire]), la secte manifeste l’intention de rompre avec son passé. Le nouveau nom Aleph est adopté en 1999. Les doctrines dangereuses comme le poa sont abandonnées et les membres doivent s’engager par écrit à respecter la loi.

Les responsables admettent l'implication de certains de leurs membres dans les attentats au gaz sarin, ce pour quoi ils présentent leurs excuses et établissent un fonds destiné à offrir une certaine compensation financière aux victimes[22]. 3,8 milliards de yens devaient être versés à un millier de victimes, mais Aleph ne semblant pas en mesure de payer l’intégralité avant très longtemps, en 2008 le gouvernement japonais a autorisé le versement d’une indemnité publique, considérant que l’État japonais était visé par l’attentat du 20 mars 1995[23].

Chronologie des activités criminelles jusqu'en 1995Modifier

 
Schéma d'un des laboratoires de fabrication d'armes biologiques de la secte Aum.
  •  : le décès soudain d’un membre (Majima Terayuki) pendant une séance est tenu secret pour ne pas influencer négativement l’image de la secte, alors en attente de son agrément officiel ; son cadavre est brûlé et les cendres dispersées ; révélé en 1995[24],[25].
  •  : Shuji Taguchi, un membre témoin de l’incident de septembre 1988, essaie de quitter la secte et est assassiné ; révélé en 1995[26],[3].
  •  : enlèvement et assassinat de l’avocat Tsutsumi Sakamoto (en), de son épouse et de son bébé de quatorze mois ; il représentait un groupe de familles qui avaient porté plainte contre la secte. Malgré cette fonction et la présence d’un badge de la secte à leur domicile, Aum n’est pas suspecté par la police, sa responsabilité ne sera reconnue qu’en 1995 ; le chef de la police nationale reconnaîtra alors les faiblesses de l’enquête[3].
  • En avril 1990, le groupe s’essaie au bioterrorisme : trois véhicules sont équipés pour répandre de la toxine au botulinum. Le premier entre dans Tokyo, répandant le produit, et se dirige vers le parlement japonais. Un autre véhicule devait se diriger vers la ville de Yokohama et la base navale américaine de Yokosuka. Le troisième est utilisé dans la zone de l'aéroport international de Narita. L'attaque est un semi-échec ; la faible virulence de la souche bactérienne utilisée, l'insuffisance de quantité et l'obstruction d'une partie des dispositifs de dispersion sont les raisons envisagées[27]. L’épisode ne sera connu qu’après 1995.
  • En 1992, ils tentent en vain de se procurer le virus Ebola au Zaïre, lors d'une mission « humanitaire » menée par le gourou en personne accompagné de quarante autres membres de la secte[28] ; révélé en 1995.
  • En 1992, ils planifient la production d’armes à feu et de sarin qui débuteront en 1993[3] ; ils réussissent à fabriquer du sarin mais le premier prototype de fusil ne sortira qu’en 1994[3] et l'entreprise s’avèrera un échec.
  • En 1993, ils font l’acquisition en Australie-Occidentale du terrain d’élevage de Banjawarn, de plus de 200 000 hectares. Les douanes australiennes constatent la présence de substances chimiques dangereuses dans leur important excédent de bagage, donnant lieu à une forte amende. Ils installent sur le terrain un laboratoire où du sarin sera fabriqué, qu’ils testent sur des moutons. Les autorités l’ignorent, mais refusent néanmoins de leur octroyer un visa en 1994 en raison de manquements aux règles de gestion des élevages ; ils revendent alors le terrain. Les activités criminelles seront révélées après mars 1995, lorsque des produits chimiques et des moutons morts seront découverts à Banjawarn. Le sol contenant du minerai d’uranium et la secte ayant acquis des droits d’exploitation minière, il est possible qu’ils aient envisagé d’y fabriquer des explosifs nucléaires[29].
  • En 1993, ils complotent d'assassiner un certain nombre de personnes qui les critiquent ou sont vues comme des concurrents : les dirigeants des groupes religieux Kōfuku no Kagaku (en) (Ryuho Okawa) et Soka Gakkai, Dave Spector, deux députés et l'écrivain Yoshinori Kobayashi ; une tentative d'assassinat sera effectivement accomplie contre ce dernier en 1994[30], et une contre Ryuho Okawa début 1995[31] et révélé la même année.
  •  : mort accidentelle d’un adepte lors d’une séance de yoga suspendu tête en bas ; elle est tenue secrète et le cadavre brûlé ; révélé en 1995[32].
  • En juin 1993, ils tentent de nouveau sans succès de disséminer de la botuline à partir de véhicules autour d’un rassemblement de dignitaires étrangers venus au Japon à l’occasion du mariage du prince Naruhito ; révélé en 1995[27],[33].
  • En juin-juillet 1993, ils échouent dans trois tentatives de disséminer de l’anthrax à Tokyo, une du haut d’un immeuble appartenant à la secte et deux par véhicules. La bactérie utilisée serait issue d’une souche destinée à la fabrication des vaccins, donc insuffisamment virulente ; révélé en 1995[33].
  •  : assassinat du pharmacien Naoki Ochida dans un hôpital de la secte. Éprouvant des doutes sur les soins donnés, il persuade une patiente de quitter Aum ; découvert, Asahara le fait assassiner par le fils de la patiente ; révélé en 1995[32],[34].
  •  : la secte fait enlever par ses deux filles adeptes un hôtelier de Miyasaki pour l’obliger à faire don de sa fortune ; ayant feint de se convertir, il est libéré au bout de cinq mois et porte plainte contre ses filles et un responsable d’Aum. Les cadres d’Aum réussissent à persuader la justice que la secte elle-même n’est pas impliquée ; les deux filles sont seules condamnées. La responsabilité d’Aum sera reconnue après 1995 et deux anciens cadres seront condamnés en 2000[35].
  • En mai 1994, un laboratoire consacré à la fabrication du sarin est installé dans un centre de la secte à Kamikuishiki, Yamanashi[36].
  • De mai à décembre 1994, tentatives d’assassinats à l’aide de sarin et phosgène contre l’avocat Tarō Takimoto qui a pris la suite de Sakamoto et la journaliste Egawa Shyōko Takimoto à l'aide de sarin, vx et botuline[31],[36] ; il n’y a pas d’enquête contre la secte, malgré les soupçons des personnes visées. Un adepte récalcitrant (Noboru Mizuno) et un visiteur soupçonné d’espionner la secte (Tadahito Hamaguchi) sont pulvérisés à leur insu de gaz VX, le second en meurt ; les médecins ne savent pas à quoi attribuer leurs symptômes[31].
  • Nuit du 27 au  : premier attentat au gaz sarin dans la ville de Matsumoto, huit morts, deux cents blessés. Bien que les résidents de la ville s'étaient opposés à la secte, cette dernière n’est pas soupçonnée durant les premiers mois. Les soupçons se portent sur une des victimes légères, Yoshiyuki Kōno. Sa femme, plus gravement touchée, décèdera et la police pense qu’il a voulu l’assassiner. Malgré des lettres anonymes dénonçant Aum à partir du mois de septembre et une enquête ouverte indépendamment autour d'émanations suspectes à Kamikuishiki, ce n’est qu’après 1995 que justice sera rendue à Kōno[37],[38].
  • De juin 1994 à mars 1995, ils tentent sans succès de fabriquer des fusils AK-74.
  • En juillet, un adepte meurt d’un traitement médical inadéquat et un membre soupçonné d’espionnage est éliminé ; révélés en 1995.
  • Décembre 1994 : enlèvement et emprisonnement d’une adepte récalcitrante qui ne sera libérée qu’en mars 1995 à l’occasion d’une descente de police.
  • Janvier 1995 : tentative d’assassinat au VX sur Hiroyuki Nagaoka, chef d’une association de victimes[31].
  •  : enlèvement et meurtre de Kioshi Kariya, frère d'une adepte en fuite et notaire de profession ; il refusait de révéler la cachette de sa sœur et de donner sa part de l'héritage à la secte. Les auteurs de l’enlèvement laissent des empreintes et sont identifiés comme membres d’Aum ; une descente de police est prévue dans ses locaux, ce dont la secte est notifiée le 18 mars. Cette décision aurait contribué à décider les responsables à lancer l’attaque dans le métro pour précipiter l’avènement d’Armageddon[39].
  •  : attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo, treize morts[40] et plus de 6 300 blessés[6].
  •  : le chef de l'agence nationale de la police japonaise, Takaji Kunimatsu, est grièvement blessé de trois balles[41].
  • Autres tentatives par la suite, dont celle de la gare de Yokohama.
  •  : un attentat au cyanure déjoué[31], plus tard la police retrouvera dans une chapelle, presque morts de faim cinquante membres de la secte avec cinquante tonnes de trichlorure de phosphore qui aurait pu servir à fabriquer 5,6 tonnes de gaz sarin. De quoi tuer au moins quatres millions de personnes.
  •  : un nouvel attentat au gaz sarin est évité de justesse. Fut alors retrouvé un gros hélicoptère russe Mil Mi-17, deux autres petits télécommandés et des stocks de pièces pour armes.

Surveillance et sanctionsModifier

En janvier 2000, le groupe est placé sous surveillance pour une période de trois ans[42]. En janvier 2003, l'Agence d'investigation de sécurité publique (AISP, agence gouvernementale de renseignement) obtient l'autorisation de continuer sa surveillance pour une nouvelle durée de trois ans[43].

Shōkō Asahara et plusieurs autres membres de la secte sont condamnés à mort en février 2004 pour l'attentat au gaz sarin de Tokyo[44]. D'après un rapport d'avril 2004, le gouvernement japonais considère que la secte Aum est encore « une menace pour la société »[45].

En janvier 2006, l'AISP reçoit à nouveau l'autorisation de continuer sa surveillance pour trois ans[46]. En février, la haute cour de Tokyo reconnait qu'Asahara est mentalement capable de faire sa demande d'appel[47].

Le 15 mars, elle confirme la sentence de peine de mort pour Tomomitsu Niimi, figure centrale de la secte qui avait amené le gaz sarin dans le métro.

Le 15 septembre, le recours de Shōkō Asahara est rejeté, puis sa demande d'appel n'est pas prise en compte car déposée hors délai[44].

Le , Shōkō Asahara, toujours en attente de son exécution, demande la révision de son procès[44]. Douze autres anciens membres de la secte Aum ont été condamnés à mort[48].

Le , la peine de mort est confirmée pour Seiichi Endo, treizième membre à voir sa peine capitale confirmée[49].

Le , Makoto Hirata, ancien adepte en fuite depuis seize ans, se rend à la police, il était l'un des trois derniers membres encore recherchés par la police[50]. Le , Naoko Kikuchi est arrêtée par la police à Sagamihara, dans la préfecture de Kanagawa[51] et le , Katsuya Takahashi, cadre de la cellule de renseignement et le dernier membre important de la secte encore en fuite est interpellé dans un manga café de Kamata, cité de la conurbation tokyoïte[52]. Une prime de plusieurs millions de yens (dizaines de milliers d'euros) était offerte à toute personne donnant des informations qui conduiraient à leur arrestation[53]. Cette dernière arrestation repousse à nouveau l'exécution de Shōkō Asahara (la loi japonaise interdisant de mettre en œuvre une exécution si des complices sont toujours en procès)[54]. À cette époque, des procédures judiciaires ont été engagées contre 189 membres d'Aum, et 13 ont été condamnés à mort[55].

Le s'ouvre le procès de Makoto Hirata, poursuivi notamment pour son rôle présumé dans l'enlèvement en février 1995 d'un notaire de 68 ans ayant accordé refuge à sa sœur qui tentait de fuir l'emprise d'Aum[56].

Le 30 avril 2015, Takahashi Katsuya est condamné à la prison à vie ; il a fait appel de cette décision[16].

Le 6 juillet 2018, Shōkō Asahara et six autres membres de sa secte sont exécutés par pendaison pour leurs rôles dans l'attentat au gaz sarin de Tokyo[57].

Le 26 juillet 2018, les six derniers membres liés à l'attentat au gaz sarin de Tokyo ont également été pendus[58].

La secte aujourd'huiModifier

Aleph compterait en 2016 1 650 membres[59] et vingt-huit établissements. Les responsables ont reconnu une certaine responsabilité du fondateur dans les actes qui lui sont imputés, mais l'organisation le conserve comme maitre spirituel, tout en lui déniant tout pouvoir effectif. Aleph a renoncé à se doter d'un gourou et interdit les réunions à huis clos du bureau directeur[22]. Elle est néanmoins toujours activement surveillée par les forces de sécurité japonaises, au moins jusqu’en 2012, ainsi que Hikari no Wa qui s’en est détaché[60]. Leurs membres, lorsqu’ils sont identifiés, se voient souvent refuser la domiciliation par les municipalités de résidence, les privant de l’accès à certains services[61]. Scolarisés à domicile jusqu'en 1995, les enfants d'Asahara ont tenté par la suite d'intégrer le système scolaire, mais aucun établissement n'a finalement accepté de les inscrire[62]. Certains adeptes et une fille d'Asahara ont porté plainte et obtenu une décision en leur faveur, qui s'est traduite par une compensation financière.

Œuvres de fictionModifier

  • Le roman de Romain Slocombe La Crucifixion en jaune, tome 2 : Brume de printemps porte en partie sur les agissements d'Aum Shinrikyō, et en particulier sur l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo.
  • La série télévisée d'animation Mawaru-Penguindrum produite par Brain's Base base une partie de son intrigue sur l'attentat au gaz sarin de 1995 également.
  • Le roman graphique Matsumoto, écrit par LF Bollée et dessiné par Philippe Nicloux (Glénat, septembre 2015) revient en détail sur l'attentat au gaz sarin dans la ville de Matsumoto en juin 1994.
  • La secte fictive d'Ami et ses agissements dans le manga 20th Century Boys de Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki sont largement inspirés d'Aum Shinrikyō.
  • Le manga Inspecteur Kurokôchi écrit par Takashi Nagasaki revient sur la tentative d'assassinat du chef de la police japonaise. Dans cette fiction, l'attentat est attribué à un groupe terroriste s'étant servi de la secte pour cacher ses actes.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Kyle B. Olson, « Aum Shinrikyo: Once and Future Threat? » sur le site du CDC.
  2. Au Japon il n’y a plus eu d’attentat depuis 1995, mais en 2000 des membres auraient cherché à se procurer des matériaux explosifs nucléaires en Russie. Dans ce dernier pays, certains de ses membres ont été accusés d’avoir élaboré un projet d’attaque au Japon pour libérer Asahara ; voir Page Aum Shinrikyo sur START.
  3. a b c d et e Sylvaine Trinh, « Aum Shinrikyô : secte et violence (Partie 2) », Cultures & Conflits, no 29-30, automne-hiver 1998, pp. 250-274, mis en ligne le 16 mars 2006. Lire en ligne.
  4. www.npa.go.jp.
  5. a b c et d Aum sur la liste des organisations terroristes de UMD.
  6. a et b (en) « VX survivor recalls brush with Aum assassin in ’95 », sur Japan Times, (consulté le 6 juillet 2018).
  7. sur publicsafety.gc.ca « Copie archivée » (version du 9 février 2009 sur l'Internet Archive).
  8. Site du département d'État.
  9. Sur europa.eu.
  10. En japonais, om̐ s'écrit オウム, ce qui se transcrit Oumu, ou plutôt ici Ōmu en notation Hebpburn.
  11. (en) Robert Jay Lifton, Destroying the World to Save It: Aum Shinrikyo, Apocalyptic Violence, and the New Global Terrorism, , p. 258.
  12. Shoko Asahara with Takeshi (English subtitle) (en), youtube.
  13. Robert Jay Lifton, Destroying the World to Save It: Aum Shinrikyo, Apocalyptic Violence, and the New Global Terrorism, New York: Macmillan, 2000.
  14. [1].
  15. Sur straitsc.org
  16. a b c d e et f Shōko Egawa, « Dernier verdict dans les procès Aum », nippon.com, le 6 août 2015.
  17. Shoko Asahara - Aum Shinrikyo (en), Most Notorious Cult Leaders.
  18. (en)Pico Iyer, « Making Kindness Stand to Reason », Understanding the Dalai Lama édité par Rajiv Mehrotra, Hay House, Inc, 2009 (ISBN 0670058106 et 9780670058105), p. 62.
  19. www.philtar.ac.uk.
  20. Stuart Koschade A social network analysis of aum Shinrikyo, actes de Social change in the 21st century, 28 octobre 2005.
  21. « Um mouthpiece Joyu freed from prison, returns to cult », Japan Times.
  22. a et b Site officiel d’Aleph.
  23. Sasaki Sayo, (Kyodo News), «Aum victim keeps memory alive via film », Japan Times, 9 mars 2010, p. 3.
  24. Site de Hikari no Wa - Historique de Aum, année 1988.
  25. Philip N. Eate, « The Replication and Excess of Disciplinary Power in Sekigun and Aum Shinrikyo – A Foucaultian Approach », New Voices, vol. 2, p. 155.
  26. site de Hikari no Wa - Historique de Aum, année 1989
  27. a et b W. Seth Carus, Bioterrorism and biocrimes: the illicit use of biological agents since 1900, 2002, Fredonia Books, p. 49-50.
  28. Patrick Berche, L'histoire secrète des guerres biologiques. Mensonges et crimes d'État, Robert Laffont, 2009, p. 241.
  29. Global Proliferation of Weapons of Mass Destruction: A Case Study on the Aum Shinrikyo, Senate Government Affairs Permanent Subcommittee on Investigations, 31 octobre 1995, Staff Statement sur globalsecurity.org.
  30. Témoignage de Kobayashi selon Philip Seaton Historiography and Japanese War Nationalism: Testimony in Sensōron, Sensōron as Testimony.
  31. a b c d et e Institute of International studies, James Martin Center for Nonproliferation Studies.
  32. a et b Site de Hikari no Wa – Historique de Aum, année 1993.
  33. a et b Eric Croddy (éd.), James J. Wirtz (éd.), Weapons of Mass Destruction: An Encyclopedia of Worldwide Policy, Technology, and History, Abc-Clio Inc, 31 janvier 2005, pp. 29-32.
  34. « Détails accablants sur la culpabilité du gourou de la secte Aum au Japon », Libération, 26 avril 1996.
  35. « Aum leaders told to pay redress 15.8 Million Yen For Abductee », Japan Times, 30 mai 2000.
  36. a et b Site officiel de Hikari no Wa - Historique de Aum, année 1994.
  37. mensuel Bungeishunjū (文藝春秋), mai 1995.
  38. « Vindicated gassing suspect wants Aum's Niimi to tell truth », The Japan Times, 04 mars 1998.
  39. Ben Sheppard, The Psychology of Strategic Terrorism Public and Government Responses to Attack, 1er octobre 2008, Routledge, pp. 69-91.
  40. (en) Reiji Yoshida et Sakura Murakami, « Aum Shinrikyo guru Shoko Asahara and six other cult members hanged for mass murders », sur Japan Times, (consulté le 6 juillet 2018).
  41. Jean-Christophe Schmitt, « Le chef de la police blessé dans un attentat à Tokyo », sur Libération, (consulté le 6 juillet 2018).
  42. (en) « Lower House panel approves bills to crack down on Aum », Japan Times, 17 novembre 1999.
  43. (fr) « Surveillance of Aum to continue on grounds it still poses threat to public », Japan Times, 19 janvier 2003.
  44. a b et c « L'ex-gourou de la secte Aum demande la révision de son procès », sur Aujourdhui le Japon, AFP, (consulté le 11 novembre 2008).
  45. (en) « Japanese doomsday cult still a threat to society, government says », AP, 16 avril 2004.
  46. (en)« AUM Surveillance to Be Extended for Another 3 Years », Kyodo News, 18 janvier 2006.
  47. (en) « Japanese court upholds death sentence on key doomsday cultist », Yahoo news, 15 mars 2006.
  48. (en) « Court clears way for cult member's execution », ABC News, 7 avril 2005.
  49. « Japon : peine de mort confirmée pour l'attentat au gaz sarin à Tokyo », 20 minutes.
  50. « Un ancien membre de la secte Aum se rend à la police japonaise », Le Monde.
  51. (en) « Japan arrests gas attack cult fugitive », AFP sur Google News, le 3 juin 2012.
  52. Gaël Branchereau, « Gaz sarin: le dernier membre de la secte Aum arrêté à Tokyo », AFP, le 15 juin 2012.
  53. Karyn Poupée, « Le Japon soulagé après l'arrestation des trois derniers fugitifs d'Aum », AFP sur Facebook, le 16 juin 2012.
  54. « Execution of Aum founder likely postponed », asiaone.com.
  55. Catherine Le Brech, « L'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo et la secte Aum », sur France TV, .
  56. « Japon : un membre de la secte Aum jugé », sur Le Figaro, .
  57. « Japon: l'ex-gourou de la secte Aum a été exécuté | Asie & Océanie », La Presse,‎ (lire en ligne)
  58. « Japon: les 13 condamnés à mort de la meurtrière secte Aum ont été pendus », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  59. (ja) « オウム真理教 », sur moj.go.jp (consulté le 4 septembre 2018).
  60. Japan Today, 29 janvier 2009.
  61. Yomiuri Shimbun, 19 mai 2002.
  62. Calvin Sims, « Hard Legacy for Japan Sect Leader's Family », New York Times 1er septembre 2000.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • David E. Kaplan, Andrew Marshall, Aum, le culte de la fin du monde, Albin Michel, 1996.
  • (en) Ian Reader, Religion and Violence in Contemporary Japan, University of Hawaii Press, 2000.
  • (en) Robert Kisala et Mark Mullins, Religion and Social Crisis in Japan : Understanding Japanese Society Through the Aum Affair, Basingstoke (Hampshire) / New York, Palgrave, 2001.
  • Haruki Murakami, Underground, Belfond, 2013 (trad. de l'ouvrage paru en 1997-1998).

Émission radiophoniqueModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier