Ouvrir le menu principal

Athénée Royal Victor Horta
Image illustrative de l’article Athénée royal Victor Horta
Généralités
Création 1880 (1996)
Fondateur Conseil communal de Saint-Gilles (sur une proposition de Maurice Van Meenen)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Campus Implantation fondamentale : Rue du Lycée 8 - 1060 Saint-Gilles

Groupe scolaire Bruyères-Horta (Pédagogie active) : Rue Pierre Decoster, 67 - 1190 Forest

Implantation secondaire 1 (enseignement général): Rue de la Rhétorique, 16 - 1060 Saint-Gilles

Implantation secondaire 2 (enseignement professionnel): Rue des Alliés 233 - 1190 Forest

Coordonnées 50° 49′ 37″ nord, 4° 20′ 48″ est
Adresse Rue de la Rhétorique, 16

1060 Saint-Gilles (Direction).

Site internet http://www.arvh.be
Cadre éducatif
Réseau Enseignement officiel organisé par la Communauté française de Belgique (Wallonie-Bruxelles Enseignement)
Type Enseignement de transition et de qualification
Tutelles Fédération Wallonie-Bruxelles
Directeur M. El Hamouti
Population scolaire Total élèves: ca 1200 (2018)

Total enseignants: ca 155 (2018)

Section fondamentale (élèves): 437 (2018)

Section fondamentale (enseignants): ca 35 (2018)

Sections secondaires (élèves): ca 640 (2018)

Sections secondaires (enseignants): ca 105 (2018)

Gr. scol. 'Bruyères-Horta' (élèves): ca 120 (2018)

Gr. scol. 'Bruyères-Horta' (enseignants): 16 (2018)

Niveau Fondamental et secondaire
Formation Enseignement général et professionnel
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Point carte.svg

L’Athénée royal Victor Horta est un établissement d'enseignement fondamental et secondaire situé à Saint-Gilles et Forest. Fondé en 1880, il porte ce nom depuis 1996.

Sommaire

InfrastructuresModifier

L'athénée royal Victor Horta comporte quatre implantations[1] :

  • Implantation fondamentale : Rue du Lycée, 8 - 1060 Saint-Gilles.
  • Implantation secondaire 1 (enseignement général): Rue de la Rhétorique, 16 - 1060 Saint-Gilles.
  • Implantation secondaire 2 (enseignement professionnel): Rue des Alliés, 233 - 1190 Forest.
  • Groupe scolaire Bruyères-Horta (Pédagogie active): Rue Pierre Decoster, 67 - 1190 Forest

HistoriqueModifier

L'athénée, qui porte ce nom depuis le 1er septembre 1996, est l'héritier de différentes écoles ayant existé sur les territoires des communes de Saint-Gilles et Forest: 'École Moyenne pour garçons de Saint-Gilles' (1880-1920), 'École moyenne pour filles de Saint-Gilles (1880-1918), 'Athénée communal de Saint-Gilles (1920-1949), 'Lycée communal Arthur Diederich de Saint-Gilles' (1918-1949), 'Athénée royal de Saint-Gilles (1949-1971), 'Lycée royal de Saint-Gilles' (1949-1971), 'Athénée royal (fusionné) de Saint-Gilles (années 1970), 'Athénée royal Paul Delvaux' de Saint-Gilles (années 1980-1996), 'Groupe scolaire O. Denis' de Forest et 'Athénée royal de Forest' (années 1950-1996).

Implantation fondamentale (ancien 'Lycée de Saint-Gilles')Modifier

Cette section de l'athénée occupe les locaux de l'ancienne 'École moyenne pour filles de Saint-Gilles', dont la construction fut décidée par le conseil communal de Saint-Gilles le 4 octobre 1879[2]. Inaugurée en même temps que l'École moyenne pour garçons de Saint-Gilles le 4 octobre 1880[2], l'école occupa provisoirement des locaux de la rue de la Croix de Pierre et déménagea ensuite en octobre 1905 dans un nouveau bâtiment de l'actuelle rue du Lycée (alors rue de Parme). L'école moyenne pour filles devînt le 'lycée communal Arthur Diederich' en 1918. La commune céda la gestion de ce lycée à l’état le 1er janvier 1949. Le lycée 'communal' de Saint-Gilles devînt alors lycée 'royal' de Saint-Gilles. L'école s'ouvrit à la mixité le 1er septembre 1962 et fusionna avec l'athénée royal de Saint-Gilles (ancienne école secondaire pour garçons) le 1er septembre 1971. La section fondamentale du nouvel athénée mixte occupa dès lors le bâtiment de l'ancien lycée[3],[4].

L'école pour filles de Saint-Gilles comprenait 41 élèves en 1880, 496 en 1904, 651 en 1910, 731 en 1929 et 761 en 1932[4].

L'implantation occupe un bâtiment de style éclectique à façade polychrome (empreint du style néo-Renaissance flamande) dessiné en 1903 par l’architecte communal Edmond Quétin et inauguré le 29 octobre 1905[4],[3],[5].

Implantation secondaire 1 (ancien 'Athénée de Saint-Gilles')Modifier

La section secondaire générale de l'athénée est l'héritière de 'l'École moyenne pour garçons de Saint-Gilles'. Cette école, dont la construction fut décidée par le conseil communal de Saint-Gilles le 4 octobre 1879, fut inaugurée en même temps que l'École moyenne pour filles de Saint-Gilles le 4 octobre 1880. L'établissement occupa provisoirement (1880-1882) des locaux dans la rue de la Croix de Pierre. L'école emménagea ensuite en avril 1882 dans les actuels bâtiments de la rue de la Rhétorique (alors rue d'Espagne) construit par l’architecte communal Edmond Quétin[4],[3].

Une section 'humanités' fut mise en place entre 1904 et 1911, transformant de facto l'école moyenne en 'athénée'. Il fallut cependant attendre le 1er octobre 1920 pour que la fusion entre les sections 'moyennes' et 'humanités' soit décidée par le conseil communal, donnant ainsi naissance à 'l'Athénée communal de Saint-Gilles'[4],[3].

L'athénée fut occupé par un hôpital de fortune durant la seconde guerre mondiale, entraînant la dispersion provisoire des classes en divers endroits de la commune. Les élèves ne reprirent possession des bâtiments qu'en 1948[4],[3].

L'école devînt 'l'Athénée 'royal' de Saint-Gilles' lors de la cession de sa gestion par la commune à l’état le 1er janvier 1949. Elle s'ouvrit à la mixité le 1er septembre 1962 et fusionna ensuite avec le lycée royal de Saint-Gilles (ancienne école secondaire pour filles) le 1er septembre 1971, adoptant au passage les structures de l'enseignement rénové. La section préparatoire (à l'enseignement supérieur) ferma ses portes en 1974. Une vaste aile fut ajoutée entre 1960 et 1978 alors que l'entrée historique de l'établissement (sur la place Morichar) est aujourd'hui occupée par la cellule 'Accrojump' (luttant contre le décrochage scolaire) et la salle d'escalade 'Itinéraires AMO'[4],[3],[6].

L'école fut dénommée 'Athénée royal Paul Delvaux' au début des années 1980 et prit son nom actuel lors de sa fusion avec l'Athénée royal de Forest en 1996[7],[8].

 
L'athénée vers 1900 (actuelle implantation secondaire 1)

L'école pour garçons de Saint-Gilles comprenait 47 élèves en 1880, 629 en 1904,1005 en 1910,1270 en 1929 et 1156 en 1932. L'athénée royal Victor comportait lui 630 élèves deux ans après sa création (1998)[4],[9].

Implantation secondaire 2 (ancien 'Athénée de Forest')Modifier

La section secondaire professionnelle occupe les bâtiments de l'ancien 'Athénée royal de Forest' qui fusionna avec 'l'Athénée royal Paul Delvaux' (de Saint-Gilles) le 1er septembre 1996. Cet athénée, héritier du 'Groupe scolaire Omer Denis' (du nom de l'ancien bourgmestre de Forest), fut créé en 1927. Jusqu'à cette époque, les plupart des élèves forestois désirant effectuer des études secondaires supérieures s'inscrivaient à l'athénée royal de Saint-Gilles[10].

La section occupe un complexe de bâtiments dont la partie la plus ancienne fut construite en 1929 par l'architecte Henri Jacobs. Une aile plus récente fut inaugurée le 28 mars 1973. Elle est distincte de 'l'Athénée royal Andrée Thomas' de Forest (ancien lycée pour filles de la commune)[11].

Groupe scolaire Bruyères-Horta (pédagogie active)Modifier

Le 'Groupe scolaire Bruyères-Horta', inauguré le 19 septembre 2017 en présence du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte, offre une formation en 'pédagogie active' aux élèves du dernier cycle de l'enseignement primaire et du premier degré de l'enseignement secondaire. Il est géré conjointement par deux pouvoirs organisateurs (la commune de Forest et Wallonie-Bruxelles Enseignement)[12].

EnseignementModifier

L'athénée royal Victor Horta offre aujourd'hui un enseignement général et professionnel:

Section secondaire 1 (enseignement général de transition)Modifier

  • Options du premier degré: 'Latin', 'Moderne' et 'FLE'.
  • Options du deuxième degré: 'Sciences', 'Sciences économiques', 'Langues' et 'FLE'.
  • Options du troisième degré: 'Sciences', 'Sciences économiques', 'Langues, Math 2h/4h' et 'FLE, Math 2h/4h'.

L'Athénée royal Victor Horta est une école pionnière dans l'organisation du DASPA (Dispositif d'Accueil et de Scolarisation des élèves Primo-arrivants). En 2014, 48% de ses élèves étaient installés en Belgique depuis moins de 5 ans, provenant de 59 ans pays à travers le monde[13].

Section secondaire 2 (enseignement professionnel de qualification)Modifier

  • Options du deuxième degré: 'Enseignement professionnel bureau' et 'Enseignement professionnel électricité'.
  • Options du troisième degré: 'Auxiliaire administratif et accueil', 'Electricité installateur-monteur' et 'Maintenance PC et réseaux'.
  • Options de la 7e année: 'Gestionnaire de très petites entreprises' et 'Installateur-réparateur appareils électroménagers'.

Groupe scolaire Bruyères-Horta': pédagogie activeModifier

AlumniModifier

Anciens chefs d'établissementModifier

  • École moyenne pour garçons de Saint-Gilles: Joseph Courtoy (jusqu'en 1914); M. Borsu (1914-1918); M. Squilbin (1918-1920).
  • Lycée (Arthur Diederich) de Saint-Gilles: Mme Slosse (en 1904); A. Duchesnes (1928-1932); Louise De Ridder-Barzin (1932).
  • Athénée communal de Saint-Gilles: M. Squilbin (1920-1930); Jules Gohy (1930-1949).
  • Athénée royal de Saint-Gilles: M. Arbalestrie (1949-1954); Robert Chapaux; Oscar Guillaume (jusqu'en 1970); Mme Van Acker (1970).
  • Athénée royal Paul Delvaux: René Robbrecht (années 1980-début années 1990).
  • Athénée royal de Forest: Ferdinand Vaes, André Clarinval; Viviane Piedanna (dernière préfète jusqu'en 1996)[4],[14].
  • Athénée royal Victor Horta: Viviane Piedanna (1996-2006).

Anciens professeurs (École moyenne et athénée de Saint-Gilles)Modifier

Anciens professeurs (lycée de Saint-Gilles)Modifier

Anciens professeurs (Athénée de Forest)Modifier

  • John Bartier (1915-1980): historien, par la suite professeur à l'ULB[29].
  • Willy Lienne (décédé en 1944): professeur de langues germaniques, par la suite premier directeur de l'actuel Athénée royal Prince Baudouin de Marchin. Résistant, il fut tué lors de combats à proximité de Spa le 16 septembre 1944[30].
  • Amédée Miclotte (1902-1945): professeur de lettres et philosophie. Résistant, il est arrêté pour espionnage le 29 décembre 1942 et décéda le 8 février 1945 au camps de concentration de Gross-Rosen[31].
  • Henri Pousseur (1929-2009): Compositeur, professeur de musique de l'athénée. Il enseigna par la suite au Conservatoire royal de Liège et à l'Université de Buffalo[32].
  • André Puttemans (1904-1961): historien, par la suite inspecteur-général (enseignement) et président-fondateur de l'Association belge des professeurs d'histoire[33].

Anciens élèves (École moyenne et athénée de Saint-Gilles)Modifier

 
La promotion '1916' de l'actuel Athénée royal Victor Horta. On y reconnaît le futur premier ministre Spaak (assis, 2e en partant de la gauche) et le futur peintre surréaliste Paul Delvaux (debout, 2e rang à droite).

Les élèves de la 'promotion 1916'Modifier

 
Le 'Père de l'Europe', secrétaire général de l'OTAN et premier-ministre saint-gillois Paul-Henri Spaak (1899-1972)

Marc Danval qualifia la classe de rhétorique '1916' de l'Athénée de Saint-Gilles de "classe la plus brillante ayant existé en Belgique" car elle comptait en ses rangs un (futur) premier ministre, deux ministres, deux académiciens, trois députés, un président du Conseil d’État, un bâtonnier à la Cour de Cassation, un professeur à l’université ainsi que le peintre Paul Delvaux[23]:

Autres anciens élèvesModifier

Anciennes élèves (École moyenne et lycée de Saint-Gilles)Modifier

Anciens élèves (Athénée de Forest)Modifier

AccessibilitéModifier

Les implantations fondamentale et secondaire 1 sont situées à proximité de la gare ferroviaire de Bruxelles-Midi ainsi que des arrêts de prémétros et trams suivants :

Les implantations 'Bruyères-Horta' et secondaire 2 sont situées à proximité de la gare ferroviaire de Bruxelles-Midi ainsi que des arrêts de trams suivants :

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Athénée royal de Saint-Gilles : 100 ans, Athénée royal de Saint-Gilles, Bruxelles, 1981, 48 pages.
  • Albert Eylenbosch, Alain Hutchinson, Catalogue de l'exposition 'Saint-Gilles: 100 ans d'instruction publique', Ed. Les Rencontres saint-gilloises, Saint-Gilles, 1993

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « Accueil », sur http://www.arvh.be/ (consulté le 22 septembre 2018)
  2. a et b Horta Victor, Athénée royal, dans : Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles, Collection Dictionnaires, Éditions Prosopon, Bruxelles, 2013
  3. a b c d e et f Athénée royal de Saint-Gilles : 100 ans, Athénée royal de Saint-Gilles, Bruxelles,
  4. a b c d e f g h et i Albert Eylenbosch, Alain Hutchinson, Catalogue de l'exposition 'Saint-Gilles: 100 ans d'instruction publique', Saint-Gilles, Les Rencontres saint-gilloises, , p. 18-22
  5. « Athénée royal Victor Horta Rue du Lycée 8 », sur www.irismonument.be
  6. « Athénée royal Victor Horta Rue de la Rhétorique 14-16 Rue des Etudiants 15-17 Place Louis Morichar 56 », sur http://www.irismonument.be
  7. « Fusion d'établissements d'enseignement secondaire de la Communauté française Par arrêtés du Gouvernement du 27 août 1996 », sur http://www.etaamb.be
  8. Pierre Bouillon, « Fusions d'écoles: la liste des mariages », Le Soir,‎
  9. « La répartition pour les établissements de l'enseignement de la Communauté française, de l'enseignement libre subventionné de caractère non confessionnel, de l'enseignement libre subventionné de caractère confessionnel et de l'enseignement officiel subventionné. », sur www.ejustice.just.fgov.be/
  10. Louis Vernies, Histoire de Forest-lez-Bruxelles, Bruxelles, De Boeck, , p. 320-322
  11. « Act. Athenée Royal Victor Horta Rue des Alliés 229-233 », sur http://www.irismonument.be
  12. « Forest: le groupe scolaire Bruyères-Horta, nouvel établissement de pédagogie active », sur https://www.lavenir.net
  13. Étude interne réalisée par la direction et publiée dans le 'Guide de bienvenue' de l'établissement pour la rentrée scolaire 2018-2019'.
  14. L'Athénée, vol. LXV, Bruxelles,
  15. Madeleine Braekman, « La contribution d’Émile M. Braekman à l’enseignement du protestantisme en Belgique », Cahiers bruxellois,‎ , p. 276-282
  16. « Pol Burniat », sur www.bestor.be
  17. « Roger Clausse », sur http://www.kronobase.org
  18. Hubert Kufferath, « A la mémoire de Walter Conrad, protistologiste », Bulletin du Musée Royal d'Histoire naturelle de Belgique, t. XX,‎ , p. 1-10
  19. a et b F. Campus, « Hommage à Frans van den Dungen », Publication de l'Université de Liège,‎
  20. Jean-Jacques Hoebanx, « « Félicien Favresse (28 février 1898-7 janvier 1960) » », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 38, no 2,‎ , p. 698-704
  21. J. Willequet, « Jules Garsou (1866-1946) », Revue belge de philologie et d'histoire,‎ , p. 550-552
  22. « Pierre Gilbert », sur http://digitheque.ulb.ac.be
  23. a b c et d Marc Danval, L'insaisissable Robert Goffin, Gerpinnes, Quorum, , p. 247
  24. Marcel Renard, « Hommage à Gilbert Heuten », Latomus,‎ , p. 201
  25. « Dire l'Histoire », La pensée et les hommes,‎ , p. 169 (lire en ligne)
  26. « Souvenirs de l’Athénée d’Uccle par Raymond D.M. »
  27. a et b « Jean-Joseph Van Dooren », sur http://www.servicedulivre.be
  28. « Van Rysselberghe, François 1846-1893 », sur http://www.ugentmemorialis.be
  29. « John Bartier », sur http://bm-dijon.fr
  30. « Les 70 ans du décès du fondateur », sur https://www.lavenir.net
  31. « L'incroyable histoire d'une loge dans un camp allemand », sur https://www.levif.be
  32. « Henri Pousseur », sur http://connaitrelawallonie.wallonie.be
  33. E. Lousse, « In memoriam General Inspektor Dr André Puttemans: Gründer und Vorsitzender des Belgischen Historischen Lehrerverbandes, Beirat des Internationalen Schulbuch-Instituts in Braunschweig. 1904–1961 », Internationales Jahrbuch für Geschichtsunterricht Vol. 8,‎
  34. a et b « Arrestation du jeune Paul-Henri Spaak », sur 1418.aml-cfwb.be
  35. (en) Megakles Rogakos, « A Joycean Exegesis of The Large Glass Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp », Thèse de doctorat soutenue à l'Université d'Essex,‎ , p. 91 (lire en ligne)
  36. Jean-Jacques Hoebanx, « « Félicien Favresse (28 février 1898-7 janvier 1960) » », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 38, no 2,,‎ , p. 698-704
  37. Sylvain Schirmann, Robert Schuman et les pères de l'Europe: cultures politiques et années de formation, Bruxelles, Peter Lang, , p. 173
  38. « Frédéric Anspach », sur http://www.ars-bxl.be
  39. « Roland Bernard », sur http://www.armb.be
  40. « In memoriam André Boutemy », sur https://www.persee.fr
  41. « Jean Cahen », sur http://www.academieroyale.be
  42. « Maurice Cornil », sur http://www.academieroyale.be
  43. « ELOGE ACADÉMIQUE FEU LE PR JACQUES CORVILAIN, MEMBRE TITULAIRE. », sur http://www.armb.be,
  44. « Gilbert De Keyser », sur http://www.contretype.org
  45. « ELOGE DE FEU LE PR PIERRE DUSTIN, MEMBRE TITULAIRE », sur www.armb.be
  46. « Jean Jean », sur www.mplf.be
  47. Kim Oosterlinck, « "René Ewalenko" », Nouvelle Biographie Nationale, volume 8,‎ , p. 135-136
  48. P. Muret, Inventaire des archives personnelles d'Albert Guislain (1890-1969) avocat, juriste et homme de lettres, Bruxelles, Archives générales du Royaume, , 404 p., p. 7
  49. « FEU LE PROFESSEUR MICHEL HANOCQ », sur www.armb.be,
  50. Albert Bontridder, « Jacques Obozinski », Nouvelle biographie nationale,‎ , p. 277-279
  51. « Curriculum scientifique Isidore Pelc », sur www.ulb.ac.be
  52. « La Belgique juge ses terroristes », Le Soir,‎
  53. André Hauet, Les avions Renard, Brussels, Bruxelles, AELR,
  54. (en) « Group portrait of the students of the graduating class of the Lycee Athenee de Saint Gilles after they completed their baccalaureate exams. »
  55. André Delmer, Muriel Fairon-Demaret et Maurice Streel, « François Stockmans, Ixelles, le 13 septembre 1904 ; Uccle, le 7 avril 1986. Correspondant de la Classe des Sciences en 1962 ; Membre en 1972. Paléobotaniste et biographe. Professeur à l'Université libre de Bruxelles » », Académie royale de Belgique,‎
  56. « RAYMOND TROUSSON », sur www.arllfb.be,
  57. « Rendez-vous avec Marcel Vanpée », sur http://www.museedelaporte.be
  58. J. HAESAERT, « “Wodon Louis” », Biographie nationale, vol. XXX,‎ , p. 828-832
  59. « Les copains d'alors - Antoinette Spaak (1990/202) », sur https://www.rtbf.be
  60. « Hommage à Thomas Gergely, lauréat du prix «Mensch» (CCLJ) 2005 », sur http://www.debriefing.org
  61. « Hubert Nyssen », sur https://www.whoswho.fr