Ouvrir le menu principal

Association sportive de la police de Paris

ASPP
Généralités
Nom complet Association sportive de la police de Paris
Surnoms ASPP
Noms précédents Société d'escrime et de culture physique de la préfecture de police (1901-1921)
Association sportive de la préfecture de police (1921-1982)
Fondation 1901
Siège Maison des Associations
4, rue des Arènes
75005 Paris
Sections actuelles Aïkibudo, Kobudo, Boxe Anglaise, Boxe Française, Ju-jitsu, Karaté
Sections anciennes Athlétisme, Aviron, Basket-ball, Canoë-kayak, Culture Physique, Cyclisme, Escrime, Football, Gym Tonic, Haltérophilie, Handball, Judo, Lutte, Marche, Natation sauvetage, Parachutisme, Planche à voile, Rugby, Taï shi, Tennis de table, Viet vo dao, Voile Plaisance, Volley-ball.
Site web Site officiel

L'Association sportive de la police de Paris est un club omnisports situé à Paris fondé en 1901 sous le nom de Société d'escrime et de culture physique de la préfecture de police. Il prend ensuite le nom d'Association sportive de la Préfecture de police en 1921 puis son nom actuel en 1982. L'ASPP a obtenu de nombreux succès aux Jeux olympiques, dans les compétitions nationales, internationales, civiles ou policières.

Parmi les 27 sections qui ont composé le club, c'est la section de handball qui a été le porte-drapeau de l'ASPP[1]. Créée en 1943 par le gardien de la paix Godflam[1], alors moniteur d'éducation physique à la préfecture de police, la section a évolué de nombreuses saisons dans l'élite jusqu'à la fin des années 1970, remportant dix Championnats de France dans les années 1950 : huit dans sa version à onze en plein air puis deux en salle.

HistoireModifier

Désireux de pratiquer le sport des armes, quelques fonctionnaires décident en 1901 de fonder un club d'escrime. Lucien Célestin Mouquin (président), Jules Médard (vice-président), Louis Guillaume (secrétaire-trésorier) et Charles Meyer (secrétaire trésorier adjoint) en composent le premier bureau. La Société d'escrime et de culture physique de la préfecture de police est déclarée le 25 mai 1912 [2].

En avril 1921, la société change de nom pour s'appeler l'Association Sportive de la Préfecture de Police. Son premier président est Louis Guillaume et son vice-président Simon Duponnois. A la mort de Louis Guillaume en mai 1922, il lui succède en tant que président avant lui aussi de décéder en mai 1923 et de laisser la place à Gaston Faralicq[3]. Sous son impulsion, l'association récupère un terrain occupé par une décharge au 204 avenue Jean Jaurès à Pantin. Il est nettoyé et aménagé par les adhérents pour pouvoir faire du sport. Ce terrain sera renommé stade Gaston Faralicq avant d'être à nouveau transformé dans le cadre du Grand Paris.

 
Stade Gaston Faralicq au 204 avenue Jean Jaurès à Pantin

Enfin en 1982 l'association prend son nom actuel d'association sportive de la police de Paris.

L'Association, régie par la loi de 1901, offre tout ce que le sport peut procurer ; tant sur le plan moral que physique. Dans le même temps, elle apporte aux services de la Préfecture de police un concours indéniable dans son rôle de formation et d'entraînement, complétant et prolongeant les activités sportives prévues au cours des stages de formation des fonctionnaires du Secrétariat Général pour l'Administration de la police de Paris.

Elle contribue également à soutenir le prestige de la police parisienne dans l'esprit du public sportif français.

L'Association axe aussi son action vers les jeunes qui fréquentent les Centres de jeunesse. Dispensés par des professeurs, moniteurs diplômés chacun peut s'initier s'entraîner progresser.

Aujourd'hui l'ASPP n'a plus de salle propre. Les différentes sections sont hébergées dans des salles municipales ou privées.

Section handballModifier

PalmarèsModifier

Personnalités liées au clubModifier

Articles liésModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Gros plan sur un club... : L'ASPP rêve d'un avenir glorieux comme le passé », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 145,‎ , p. 15-16 (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2019)
  2. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2019)
  3. « Gaston Faralicq (1870-1934) », sur data.bnf.fr (consulté le 29 juillet 2019)
  4. a b c d et e « La Retro du handball policier », sur handzone.net, (consulté le 16 janvier 2019)


Liens externesModifier