Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arsenal (homonymie) et ARE.
Arsenal de Roanne
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Ingénieur
Charles Émile Hugoniot
Construction
Propriétaire
État français, initialement
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
voir sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
Red pog.svg
Localisation sur la carte du département de la Loire
voir sur la carte du département de la Loire
Red pog.svg

L'arsenal de Roanne est un ensemble industriel militaire français, situé à Roanne dans la Loire. Créé en 1917 dans le contexte de la Première Guerre mondiale, il est aujourd'hui en majorité démantelé. Il constitue pourtant encore un élément structurant de la région roannaise, et un quartier des villes de Roanne et Mably.

Sommaire

GenèseModifier

 
Albert Thomas, ministre de l'armement, décide la construction de l'arsenal.

Dans le contexte de la Première Guerre mondiale, le 13 octobre 1916, le sous-secrétaire d'État à l'armement, Albert Thomas, décide de procéder à la construction d'un arsenal sur le territoire des communes de Roanne et Mably, sur la base d'un rapport préalable établi par Raphaël Milliès-Lacroix[1]. L'objectif est d'augmenter la capacité de production en obus et canons de gros calibre. La décision, annoncée aux maires de Roanne et de Mably, ainsi qu'à ceux des communes avoisinantes, le 7 janvier 1917. La décision ne fait pas l'unanimité, du fait des contraintes qu'elle opère sur les municipalités : les terrains deviennent domaine de l'État, et ceux-ci doivent être viabilisés aux frais des communes - égouts, rues, abattoirs, tramway, écoles, police… Le projet initial était d'environ 1 300 hectares. Il restera dans les années 1950 une sorte de ville dans la ville, sur 481 ha[2].

Choix de RoanneModifier

Le choix de l'emplacement est stratégique. La zone est relativement éloignée du front, mais elle est bien desservie par la voie fluviale (sans pour autant que le terrain soit inondable) et par le réseau ferroviaire du PLM[3], et le bassin roannais se trouve non loin du bassin houiller stéphanois.

Problèmes de financementModifier

Le budget initial de l'opération n'est pas défini, et Albert Thomas ne prend ni décret ni la peine d'alerter la commission des finances lors de l'annonce de la construction de l'arsenal. Les travaux sont lancés à toute allure, mais le financement ne suit pas. Les frais engendrés par cette négligence d'Hugoniot sont si importants qu'un budget complémentaire de 150 millions de francs est alloué le 29 mars 1917, et Albert Thomas affirmait alors que l'État devait rentrer dans ses investissements dans l'année, après des achats de terrains « à bon compte »[1]. Toutefois, l'achat des terrains s'étale dans le temps, et si certains sont acquis à l'amiable, d'autres le sont par expropriation - par jugement du tribunal civil en date du 23 mars 1923. Sur les 1 300 hectares prévus, des surfaces ne seront pas acquises (atelier de chargement, champ de tir..). Des propriétés seront vendues par les domaines dès les années 1920 et d'autres aux enchères, en 1928, lors d'une vente en sous-préfecture de Roanne[source insuffisante][4].

HistoireModifier

La constructionModifier

Les différents bâtimentsModifier

La conception des bâtiments est confiée aux ingénieurs de l'État, dirigés par Émile Hugoniot[5].

Le projet initial comportait cinq grands bâtiments, alignés sur un axe nord-sud. Les énormes halles, d'un plan rectangulaire de 250 m sur 300 m[2], faisaient quelque 75 000 m2 chacune, flanquée d'une annexe de 7 500 m2 sur leur façade est[réf. nécessaire].

L'appel d'offres de travaux attribue la construction des ateliers 1 et 2 au nord à l'entreprise Piketty, et les ateliers 3, 4 et 5 à l'entreprise Boussiron. Piketty réalise le bâtiment 2 et Boussiron les bâtiments 3 et 4, qui sont baptisés respectivement Marne, Verdun et Somme, soit 247 500 m2 d'ateliers[6]. Les bâtiments sont majoritairement réalisés en utilisant le procédé du béton armé Hennebique pour Verdun et Somme[6], et également la technique de la charpente métallique sur pilier béton pour Marne[6].

Les cités[2]Modifier

Dans le même temps, plusieurs cités ouvrières et camps sont construits à proximité de l'arsenal, afin de loger la main-d'œuvre travaillant à la construction de l'arsenal et à la production industrielle. Les cités se déploient aux trois quarts sur Roanne, le reste sur Mably[réf. nécessaire]. En janvier 1919 les cités Mably sont encore en construction[7]. Plus de 10 000 ouvriers travaillent à la construction des ateliers, sans compter les ouvriers attachés à la fabrication de munitions. Dans l'attente de la construction[réf. nécessaire] des deux cités, "Roanne" et "Mably", conçues selon un plan grandiose, toutes les personnes[réf. nécessaire], travailleurs chinois et prisonniers de guerre allemands, mais également les autres bâtisseurs de l'arsenal - ouvriers, mobilisés, militaires du génie, Espagnols -[source insuffisante][8] sont logés dans de rustiques baraquements de bois.

Selon le plan projeté, les cités "Roanne" et "Mably" répètent deux modèles de maisons, soit à rez-de-chaussée, soit à un étage. Par exemple, la cité "Mably" regroupe 94 bâtiments, comptant pour 502 logements. Pour les célibataires, les bâtiments de la "cité du Colombier" et de la "cité des Essarts" sont constitués de chambres simples, mais spacieuses. Notons aussi la présence de 24 fermes sur Roanne et de 17 sur Mably. Fermes acquises par l'arsenal soit à l'amiable, soit par réquisition, elles ont permis de loger du personnel, surtout des familles nombreuses[réf. nécessaire].

La cité est initialement alimentée en eau de la Loire à partir d'une station de pompage située au pont d'Aiguilly (début travaux janvier 1917[réf. nécessaire]). L'eau est décantée, traitée et alimente la "citerne en béton", c'est-à-dire le château d'eau d'Aiguilly, dont la construction débute en août 1917[réf. nécessaire]. De nombreux puits publics sont également forés, et des fontaines sont disposées un peu partout dans les cités.

 
Plan du réseau de tramway de Roanne en 1928

Une ligne de tramway de 5 km de long est construite, reliant l'entrée de l'arsenal à la Gare de Roanne. Le 19 mai 1917, le conseil municipal de Roanne examine la demande du directeur de l’arsenal en date du 14 avril pour la prolongation de la ligne du tramway St-Clair (faubourg Clermont) cimetière, jusqu’à l’arsenal[9].

En juillet 1917, monsieur Maroger, ingénieur des ponts et chaussées et directeur de la construction (et non de la production) de l'arsenal de Roanne, adresse au maire de Roanne une lettre, dans laquelle il écrit : « Je serais très désireux de donner à divers ouvrages, bâtiments et rues de l'Arsenal le nom de Roannais morts pour la France […] placés par ordre de préférence, les noms d'officiers ou de soldat originaires de Roanne, mort pour la France et cités à l'ordre ou les noms des familles les plus cruellement éprouvées[…] ». La liste sera trop importante et la direction de l'arsenal prendra la décision de baptiser les rues avec des lieux de bataille où les Français ont emporté une victoire. Ces noms correspondent à des faits de guerre de 1915, en France, en Belgique ou en Extrême-Orient.

La main-d'œuvreModifier

La construction est réalisée en partie par une main-d'œuvre hétéroclite. D'abord les locaux (femmes et sursitaires), puis des prisonniers de guerre, puis des "volontaires" étrangers, notamment des travailleurs chinois. La commission dirigée par Georges Truptil en fait ainsi employer environ 1 200 à Roanne[10].

L'arrivée de tous ces travailleurs et l'organisation parfois erratique des travaux et des mises en marche d'ateliers ont été la cause d'un fort ressentiment dans la population roannaise, comme Claude-Joseph Gignoux le démontre dans sa thèse de doctorat de 1920. Le coût de production ne deviendra compétitif avec les prix du privé qu'en milieu d'année 1918[11]. Le manque de surveillance des ateliers et les salaires trop élevés sont également pointés du doigt, expliquant le manque de rentabilité de cette « industrie socialiste de l'armement » voulue par Albert Thomas[12]. Les errements de ce contre-exemple économique seront en partie à l'origine de la fin de sa carrière politique, et le sujet d'études publiques, ordonnées par son successeur, le ministre Louis Loucheur, pour améliorer le financement des investissements de la défense nationale[13].

Les autres installationsModifier

En plus des ateliers et des cités, l'arsenal inclut diverses dépendances et des équipements permettant son bon fonctionnement.

Ces installations évoluent avec les besoins de la structure et les accidents de parcours :

  • Le , une partie de la voûte de l'atelier Verdun s'effondre. L'accident fait deux morts et dix blessés. La surface de production reste réduite d'autant, car la halle n'a jamais été reconstruite. Elle sera finalement démolie partiellement au début des années 1960[réf. nécessaire]. Seulement neuf travées de la partie ouest de Verdun subsisteront alors, où prennent place la cantine, le service du personnel, la mécanographie puis le début du service informatique et du stockage.
  • En 1951, la station de pompage initiale sera complétée par un château d'eau alimenté par l'eau "de la ville", issue du barrage de la Tache à Renaison. Dès 1943, le directeur de l'arsenal avait mis en cause la pollution de l'eau, due selon lui aux déversements dans la Loire des eaux résiduaires de la société France-Rayonne[réf. nécessaire]. Les bassins de décantation seront partiellement transformés en piscine à la fin des années 1950 et sont encore utilisés aujourd'hui.
  • En 1952, début de la construction d'une piste d'essais de 4 km (plus de 6 km en comptant les voies de raccordement). Elle est située au nord-ouest de l'établissement et est bordé, de nos jours, par la route de Bonvert, la rue de la Maison du Passeur et l'allée centrale, jusqu'à l'ancienne entrée de l'arsenal appelée, à l'époque, porte 9. Elle comporte un tout-terrain de plus de 50 hectares, deux rampes de franchissement à 40 et 60 %, un pas de tir pour petit calibre (jusqu'au 12.7) et pour gros calibre (jusqu'au 105 mm) est aménagé dans le périmètre de cette piste[6],[15].
  • Au milieu des années 1990 débute la construction d'un nouveau bâtiment destiné à abriter toutes les fonctions administratives et support de l'établissement. Structure moderne de deux étages comportant bureaux et ateliers, il est baptisé "Horizon".

Évolution des dénominationsModifier

  • Le nouvel arsenal prend pour nom de code ARE, pour Arsenal de RoannE[16],[17], dès sa création en 1917.
  • Par la suite, le sigle ARE est conservé, mais le nom complet est changé, devenant Atelier de Construction de Roanne. Cette appellation est antérieure à la Seconde Guerre mondiale. Des cartes d'identité et des fiches de paie de 1937 portent déjà la mention « Atelier de Construction de Roanne »[réf. nécessaire]. Une lettre, signée du directeur, en date du 11 avril 1922 porte déjà la mention "Atelier de construction de Roanne"[18].
  • En 1992, l'atelier Marne, le plus au nord, spécialisé dans la construction des véhicules blindés donc le char Leclerc, est rebaptisé pour l'occasion "Bâtiment Leclerc" par Pierre Chiquet, PDG de GIAT industrie à cette époque[15].

L'activitéModifier

Première Guerre mondialeModifier

Du souhait d'Hugoniot, l'organisation du travail devait reprendre les principes fordistes. Hugoniot avait en effet convaincu Albert Thomas que la productivité devait s'en trouver améliorée, là où il n'avait pas réussi à convaincre André Citroën, qui devait le premier construire cet arsenal[19]. Par cette approche originale, le projet est accusé d'être collectiviste[1]. André Citroën obtint en janvier 1915 un marché de plus d’un million d'obus de 75 à fabriquer dans une usine à créer. L'État verse une avance en espèces de 1,2 million de francs et des avances allant jusqu'à 4,8 millions pour l'achat de nouvelles machines. L'objectif de production est atteint en été 1915. Il n'est pas question alors de l'Arsenal de Roanne. L'usine du quai de Javel naissait[20],[21],[22]. Les objectifs de production avaient été fixés à 50 000 obus et quatre canons de gros calibre par jour. Le projet d'y produire de la fonte aciérée est lui abandonné[1]. À l'armistice de 1918, l'arsenal n'a pas atteint son objectif de production car il est encore en construction, tout comme ses cités.

La production débute dans les hangars Col, avant que l'ensemble du projet n'aboutisse, les bâtiments étaient encore en soumission. En mai 1918, l'arsenal est en proie à une grève du personnel féminin. On chante L'Internationale. Les femmes crient : « À bas la guerre ! Rendez-nous nos maris ! », « Vive les soldats ! À bas leurs chefs ! »[23]. Au moment de la Seconde bataille de la Marne (juillet 1918), sur l'invitation de Louis Loucheur, qui remplace Albert Thomas à la tête du ministère de l'armement, André Citroën prend très brièvement la tête d'un atelier de l'arsenal pour produire des munitions[19]. Citroën arrive le 6 juin 1918, pour repartir dès l'armistice[24]. Le directeur de l'Arsenal était alors le Colonel Rouyer [25]. En octobre 1919, Millès Lacroix est amené à examiner les marchés de guerre et ceux passés à Roanne. Il en ressort que le prix payé à partir de juin 1918 excédait de 2,5 milliards[En quoi ?] la valeur normale. Il remarque des commandes de chaises majorées de 60 000 F, de l'huile majorée de 220% etc. André Citroën achetait avec ses deniers et re-facturait à l'État. La Commission des finances du Sénat émet le souhait que le gouvernement demande le remboursement des sommes indûment payées à André Citroën pour le règlement des marchés de fournitures qu'il a passés lors de sa mission spéciale dont il a été chargé en juin 1918. André Citroën fait une déclaration à la presse pour se justifier « Si j'avais procédé lentement, en paperassant et en étudiant à loisir comme le font les bureaux, j'aurais sans doute mis ma responsabilité à couvert, mais l'armée n'aurait pas eu d'obus. Il fallait choisir. »[26].

Entre-deux-guerresModifier

Durant l'entre-deux-guerres, la Chambre de Commerce et d'Industrie se montre réticente à ce que l'activité soit continuée sous l'administration de l'État, qui ne sait trop que faire de ces énormes ateliers, sans commande à honorer. Il y est fait de la réparation de matériel ferroviaire, ou des travaux en sous-traitance pour l'arsenal de Bourges[12].

En 1933, l'arsenal est sous l'autorité de la nouvelle DFA (Direction Fabrication d'Armement)[réf. nécessaire].

Avant la Seconde Guerre mondiale, la ville de Roanne est un centre de mobilisation[2]. Aucune structure n'est toutefois adaptée pour recevoir les compagnies prévues. Il est alors décidé de construire des camps sur les terrains militaires de l'arsenal[27][réf. nécessaire].

Les terrains de l'arsenal accueillent également le "parc de Mably", dit aussi "ERGM" (Établissement Réserve Générale de Matériel), structure gérée indépendamment de l'arsenal[source insuffisante][28]. Le 30 septembre 1939, un futur soldat écrit au sujet de cet ERGM : « Ce parc est une réserve de matériel neuf, de motos en passant par tous les types de voitures et camions jusqu'aux tanks, gros et petits, des Somua, il y en a des centaines de chaque, aujourd'hui il y a soixante automitrailleuses sur pneus à décharger ». On y stocke effectivement des chars Renault FT et R35[29].

L'Atelier de Roanne construit entre janvier 1939 et juin 1940 les affûts du canon de 47[30].

Seconde Guerre mondialeModifier

Dès le premier jour de l'offensive générale allemande, le 10 mai 1940, le parc du matériel est visé[29], mais c'est une ferme proche qui est touchée par des bombes incendiaires[réf. nécessaire][31]. Avec la débâcle de 1940, le quartier de l'arsenal accueille des réfugiés dans les trois camps créés en 1939 pour recevoir les mobilisés[2], Roanne étant alors centre mobilisateur et ne possédant pas par ailleurs les infrastructures suffisantes à la mobilisation.

Après la défaite de 1940, les ateliers servent à la remise en état du matériel militaire de l'armée d'armistice[12], puis à des productions civiles : bicyclettes, machines-outils, exploitation forestière pour fournir du charbon de bois aux boulangeries et aux véhicule à gazogène[réf. nécessaire] [32]. Au parc de Mably (ERGM), en 1941, des officiers allemands venaient réquisitionner du matériel, qui souvent n'était plus en état de marche[33], tandis qu'au camp II de Mably, le capitaine Lalande dirige le centre de démobilisation de Roanne. En 1943, après l'invasion de la zone sud, les Allemands investissent l'arsenal et trois firmes se partagent le personnel[réf. nécessaire][34]. En juillet 1943, la Résistance (groupe Vaillant Couturier) fait sauter les pylônes électriques de l'arsenal[29].

La DFA devient la DEFA (Direction des Études et Fabrication d'Armement) en octobre 1944[réf. nécessaire][35].

À la suite de la Seconde Guerre mondiale sera créé un service spécialisé, baptisé RC (Réparation Chars), il sera situé dans le bâtiment Champagne, au nord de l'établissement par delà la route de Bonvert hors de l'enceinte de l'arsenal, on y réparera les chars M4 Priest, les moteurs du char Sherman, divers camions, et autres blindés chenillés. Un bâtiment de l'Arsenal (Verdun) est confiée à la S.A.G.E.M. d'octobre 1943 à 1945, atelier qui sera totalement autonome et indépendant vis-à-vis de l'Arsenal mis sous la direction du général Brochard, qui poursuit la production d'obus de 155 d'une commande faite par l'occupant allemand, et est en cela vivement critiqué[36].

En septembre 1944, le Comité de Libération de Roanne (Présidé par Elie Vieux[37]) décide de l'ouverture d'un camp d'internement, il occupera les bâtiments du génie proche des cités ouvrières de Mably, entre les rues Maison-du-Passeur et Rethel. Le camp accueille les détenus soupçonnés ou condamnés pour actes de collaboration. Le camp est fermé en mars 1945, lorsque les derniers internés sont envoyés à St-Étienne[29]. Ces bâtiments seront ensuite transformés en logements pour les ouvriers et seront habités à partir de 1949..

Après-guerreModifier

Après la Seconde Guerre mondiale apparaît au sein de l'arsenal de Roanne l'atelier MT, comme « Montage Tracteur ». Les tracteurs agricoles « la Française »[38] y sont construits, pour le compte de la société française de matériel agricole et industriel (SFMAI)[39]. L'arsenal assure la fabrication et la commercialisation des tracteurs HV1 (38 × 44 ch, code ABIBO) et FV1[40] (code ABICA), ainsi que la conception de certains outils additionnels. Il sort des ateliers environ 5 094 exemplaires des tracteurs entre 1947 et 1950[41]. La production comporte également des modèles SFV 402[42]

Le 30 juin 1947, pour la sortie du millième tracteur de l'atelier, un défilé dans les rues de Roanne est organisé afin de montrer à la population une des réalisations de l'établissement. Le dépliant publicitaire, imprimé à l'atelier de construction de Roanne sur un tract aux couleurs bleu, blanc, rouge, indique : « pour la terre de France, un tracteur La Française produit par un arsenal français »[réf. nécessaire][43].

En 1949, la production mensuelle s'établit à 150 tracteurs[réf. nécessaire] Vierzon[44] de 40 ch, 22 tours "Cazeneuve" G36, 30 tours outilleurs de précision (dans l'atelier MZ), sans compter la réfection des blindés américains ou la réalisation de mortiers Brandt[réf. nécessaire].

Cette activité de commandes civiles est poursuivie jusqu'au début des années 1950.

Les années ARE (1950-1970)Modifier

En 1950, le premier outillage (N° B.F.c 1000) pour la boîte de vitesses du futur char 13 T (alors baptisé 12 T) est lancé en production à l'arsenal, qui dépend de la DEFA[45], l'arsenal de Roanne est choisi comme site de construction et d'assemblage du char [12],[46].

La production se répartit entre les bâtiments "Somme" (fabrication de pièces mécaniques, chaudronnerie, fonderie d’acier, traitements thermiques, traitements de surface, métrologie, laboratoires…) et "Marne" (fabrication des blindés : assemblage des caisses, montage final, réparation, expédition)[46]. Tous les outillages et pièces composantes des chars étaient identifiés et gérés avec un N° ARE.

On y construit également durant cette période les mortiers de 120 mm, conçus à l'arsenal de Bourges sur la base du modèle allemand Granatwerfer 42[47], entre 1951 et 1956, prenant le relai d'autres types de mortiers ; la production de mortiers à l'arsenal de Roanne s'étend au total de 1944 à 1956[réf. nécessaire].

1963 voit le lancement en production du char 30 T. En juin 1967, une présentation dynamique à la presse des premiers modèles d'AMX-30 a lieu sur le terrain d'essais de l'arsenal de Roanne. Les journaux locaux font l'apologie de la démonstration en tout-terrain, sur rampe et en immersion. En 1967, la production mensuelle est de dix chars AMX-30. L'effectif de l'établissement est alors de 2 500 personnes. À cette époque, l'arsenal effectue également des remises à hauteur de chars M47 Patton et EBR (Panhard). Entre 1952 et 1967, ce sont 1 800 chars AMX-13 et 1 500 chars divers reconstruits qui sortent des ateliers[réf. nécessaire][48].

Les années GIAT, nouvel essor et rechute (1971-1990)Modifier

 
Un char AMX-30 B2, sorti de l'arsenal de Roanne.

En 1971, l'État crée le GIAT (Groupement industriel des armements terrestres) qui prend la direction des différents arsenaux français, dont celui de Roanne. Le GIAT prend le nom de GIAT Industries le . L'activité tourne autour des divers programmes d'armement de l'armée de terre française : construction des engins blindés AMX-30 et ses dérivés depuis 1966, fabrication des véhicules blindés de la famille AMX-10 au début des années 1970, dont la fabrication des AMX-10 RC à compter de 1979, modernisation des AMX-30 en leur version B2 (1983-1993, programme arrêté en 1991)[49]. En 1986 les premières mesures de retraite anticipées et de mobilité pour le personnel ouvrier sont mises en place[50]. En 1988, Jean-Pierre Chevènement, Ministre de la Défense, adresse une lettre au domicile de chaque membre du personnel : « Message d'espoir sur l'avenir du GIAT ». Le premier plan social voit le jour en 1990. Il s'agit du PAIS, Plan d'Adaptationn Industrielle et Sociale". Il sera suivi de plusieurs autres plans. L'effectif total de GIAT est alors de 17 000 personnes et en 2006 il sera de 3 000 personnes. Toutefois, avec la baisse des commandes d'armement de l'État et la fin de la guerre froide, le milieu des années 1990 est marqué par une réduction de l'activité, accompagnée de rudes mouvements sociaux, comme en 1996[51] et 1998[52]. Les plans sociaux et projets de plans sociaux se succèdent[52],[53], les tentatives de reconversion ou de partenariat aussi[54].

À la fin des années 1980 débute la construction d'un nouveau bâtiment, situé au sud-est du site il prend le nom de Valmy. Il fut construit en partenariat avec le SIDER (Syndicat intercommunal de développement économique du roannais) dans le cadre du projet MLRS (Multi Launch Rocket System) de conception américaine. Seront produits dans ce bâtiment plus de 230 caisses en alliage d'aluminium dans le cadre de ce contrat, caisses partant par la suite en assemblage final en Allemagne.

Les années Leclerc (1989-2008)Modifier

 
Un char Leclerc version EMAT, sorti de l'arsenal de Roanne.

À partir de 1989, le projet du nouveau char principal de combat français, le char Leclerc, redynamise la production de l'ARE. Le développement de ce char débute en 1978 par de premières études de concept, les premiers mulets de mobilité sortent des ateliers de l'AMX/APX en 1984, suivis en 1986 par la sortie du "Mulet Système Complet" représentant ce que sera plus tard le char Leclerc. En 1988 débute la construction des six prototypes du char Leclerc, dont quatre sont fabriqués à l'AMX/APX de Satory, les deux autres sont fabriqués à l'ARE[55]. Au total auront été produits 864 chars Leclerc de série toutes versions confondues répartis comme suit:

  • 406 chars Leclerc version EMAT (France)
  • 18 dépanneurs Char Leclerc (France)
  • 2 chars dépanneurs ARV (Armoured Recovery Vehicle) « Ematisés » (prélevés sur la chaîne de production des ARV pour les Émirats arabes unis, ils ont servi lors du conflit au Kosovo).
  • 388 chars Leclerc version Export (Émirats arabes unis).
  • 2 chars Leclerc version « char école », non équipés de tourelle mais d'une gueuse simulant la masse de la tourelle et recevant le poste instructeur (Émirats arabes unis).
  • 46 chars dépanneurs ARV (Émirats arabes unis).

Le dernier char Leclerc pour les Émirats arabes unis a été livré en 2003, le dernier char Leclerc pour la France livré en novembre 2007 et le dernier ARV pour les Émirats arabes unis en 2008.

Toutefois, passé la commande émiratie, le char ne remporte plus de succès à l'export, et le carnet de commande n'atteint pas les objectifs de croissance espérés. Quant à la commande française, elle se passe difficilement, avec des problèmes de fiabilité sur certaines séries[53].

En 2006, à la suite du désengagement progressif de l'État, GIAT Industries devient Nexter au . L'activité du Centre de Roanne (on ne parle plus de l'atelier de construction de Roanne depuis la création de GIAT industries en 1990) est dès lors tournée vers la fabrication du Véhicule blindé de combat d'infanterie, dont plus de 400 exemplaires ont été livrés (juin 2012) sur les 630 commandés, celle du Véhicule Blindé Hautement Protégé Aravis, la rénovation de 256 AMX-10 RC en version AMX-10 RCR (Rénové), la visite profonde d'entretien et de maintenance des chars Leclerc, la rénovation des véhicules AMX-30 Engin blindé du génie et celle des AMX-10 P[56], l'assemblage du canon automoteur de 155 mm CAESAR[57], l'intégration des canons 105 LG1 Mk2[réf. nécessaire].

PerspectivesModifier

Le site de Roanne constitue toujours un élément important de l'industrie française de l'armement. En février 2012, le ministère de la Défense indique lors d'une visite de site le 9 février que l'appel d'offres en cours pour le nouveau « véhicule blindé multi-rôles (VMBR) » offre des perspectives d'activité pour le site de Roanne, mais Nexter n'est toutefois pas le seul en lice[58]. D'autres champs sont ouverts, encore une fois à l'international (Canada, Espagne pour le VBCI dont la dénomination Espagnole est VBR[59], Inde pour le CAESAR)[58]. Il est également question de commandes pour le VBCI par les Émirats arabes unis et du canon de 155 trajan pour l'Inde[réf. nécessaire].

Toutefois, depuis 1980 et les différentes restructurations, le site a perdu près de la moitié de ses surfaces (couvertes et terrains). Ses capacités industrielles ont fortement diminué, ce qui amène les syndicats et salariés à se poser la question de la capacité de l'établissement à répondre aux futures commandes (VBMR + EBRC), ce d'autant plus qu'un plan de cession de 25 000 m2 du bâtiment Leclerc, la totalité de l'ex Bâtiment Annexe Marne (7 500 m2) et les terrains attenants jusqu'à la route de Bonvert est en cours. Cette cession permettra l'implantation du pôle de déconstruction de matériels roulants.

Plusieurs bâtiments ont encore été démolis ces dernières années, le dernier en date, le bâtiment "Nancy", situé le long du boulevard du même nom, a été démoli en décembre 2015.

Il ne reste donc aujourd'hui plus une trace de l'ancien Arsenal, hors l'Annexe Somme qui abrite quelques entreprises, du côté sud du Boulevard de Valmy (ancienne "allée centrale" encore appelée ainsi par beaucoup d'habitants du quartier de l'arsenal).

Au 1er Novembre 2017 sont en attente de démolition l'ancienne annexe Marne (plus tard rebaptisée annexe Leclerc puis enfin bâtiment Marne), le chateau d'eau d'aiguilly et l'ancienne maison du chef des gardes à l'ex entrée "Porte 9".

Perpétuant une erreur historique ayant longtemps mis en avant André Citroen comme étant le fondateur de l'arsenal, la municipalité a baptisé, au mois d'Octobre 2017, la route d'accès au site Nexter du nom d'André Citroën et baptiser certaines rues du quartier de l'Arsenal par le nom de quelques industriels ou personnalités Roannaises sans rapport avec l'arsenal, mettant un terme à 100 années de traditions voulant que chaque rue du quartier ai un rapport avec une bataille de la première ou de la deuxième guerre mondiale.

Évolution des effectifsModifier

Évolution des effectifs ouvriers travaillant à l'arsenal de Roanne
Année Effectifs
1er novembre 1918 10 696[60],[2]
mi-novembre 1918 16 700[12]
15 février 1919 4 703[réf. nécessaire][61]
1920 900[12]
septembre 1939 2 150[12]
novembre 1939 6 000[12]
juin 1940 12 600[12]
fin 1940 1 100[12]
juin 1947 2 500[réf. nécessaire]
1952 2 000[12]
1985 3 000[réf. nécessaire]
1995 2 200[62]
1997 1 950[63]
1999 1 550[64]
2000 1 300[65]
2002 1 200[54]
2012 800[58]
décembre 2015 778
Septembre 2018 929

L'arsenal, un quartier de villeModifier

ConstitutionModifier

La paroisseModifier

La création de l'arsenal se fait sur des terres agricoles de quarante-deux fermes roannaises et mablyrotes et sur des terrains inemployés. La construction de l'arsenal se fait sur un principe autarcique, avec ses propres installations et services. Les cités ouvrières accueillent les travailleurs, venus parfois de très loin pour les travaux de construction ou comme main-d'œuvre des ateliers. En 1921, le quartier dispose de toutes les commodités (éclairage public, eau courante, tramway, égout, etc.), sauf d'un lieu de culte[2].

En 1926, le cardinal Maurin de Lyon, recommande la souscription ouverte par l'abbé Passot de Roanne, pour remplacer la chapelle de l'arsenal, construite en bois, par une église en dur. Le 10 janvier 1927, l'ordonnance de son éminence le cardinal archevêque de Lyon érige la paroisse du Sacré-Cœur de l'Arsenal (commune de Mably) est rédigée au sein de l'archiprêtré de Saint-Étienne. Elle fixe les limites de la nouvelle paroisse, et charge l'abbé Passot d'assurer les services religieux[réf. nécessaire].

En 1936, la paroisse de l'Arsenal est en "cours de constitution" au sein du diocèse de Lyon, selon la terminologie utilisée lors de l'Exposition catholique[66].

La vie associative et sportiveModifier

Le quartier a eu très tôt sa propre vie associative et sportive. Dès 1919, l'Association Récréative et Sportive de l'Arsenal de Roanne (ARA) est créée[2]. Elle est à l'origine du Cercle Arsenal (CA) et de l'Amicale laïque Arsenal (ALA)[réf. nécessaire]. En parallèle de ces activités laïques, sous l'impulsion du curé de la paroisse du Sacré-Cœur de l'Arsenal, François Clapot, le cercle catholique de l'arsenal crée des sections sportives, culturelles et de loisirs (boules, football, scoutisme, basket, cyclotourisme, etc.)[réf. nécessaire][67].

Le 26 février 1945, les FUJI - Forces Unies des Jeunes Indépendants - sont créées. Le 3 janvier 1958, les sections FUJI football et groupe artistique deviennent les deux premières sections du CSADN (Club sportif et associatif de la Défense nationale) de Roanne. De nombreuses sections sportives, artistiques, culturelles et de loisirs sont réunies et viennent concurrencer au niveau local les autres associations sportives (ASR, etc.).

Toutefois, signe du déclin de l'âme originelle du quartier, des regroupements sont en cours, comme la fusion du CSADN Roanne Mably et de Roanne Football, devenant Loire Nord Football Club (LNFC), en 2007, mettant fin à une concurrence commencée en 1945.

L'informationModifier

Le Centre de Roanne a fait l'objet de nombreuses lettres d'informations et de publications spécialisées, parues successivement. Destinées principalement au personnel de l'ARE, elles ont contribué fortement à la culture du site. La première source d'information ayant été publiée est certainement le Journal de l'école organe de liaison entre l'école de formation professionnelle de l'ARE et les familles dont le numéro 1 date d'octobre 1943. Il sera mensuel, c'est une feuille recto-verso. Il deviendra en 1944 école et famille. On y trouve : les tableaux d'honneur, des informations aux parents et divers articles tels que la visite détaillée du ministre de la Guerre M. Diethelm le 22 novembre 1944 à l'arsenal et à l'école d'apprentissage[68]. Jusqu'au début des années 1980, l'histoire de l'arsenal ne s'appuyait pas sur une culture écrite, et des légendes ou des informations erronées circulent, colportées par le bouche-à-oreille et reprises par les rédacteurs locaux sans recherche ou vérification. La création en 1978 de la revue d'entreprise "Barbotin" centralise l'information, et permet de redécouvrir les documents d'origine. En 1975 une première « plaquette », document couleur de plusieurs pages est diffusée au personnel, aux administrations locales et aux visiteurs. Dans ce document on découvre : l'origine, la fiche signalétique, les moyens de production, les réalisations, la situation économique et sociale de l'ARE au sein du GIAT. Ce type de plaquette sera suivi de nombreuses autres. Au début des années 1960, un premier document de seize pages montre des photographies des véhicules A.M.X 13 tonnes canon et VTT en diverses situations, ainsi que des vues des ateliers et de l'école d'apprentissage. Il y a aussi eu l'impression de calendriers (grand format de 1983 à 1988) illustrés avec la production des véhicules, des moyens de production et des bâtiments[68].

Se sont ainsi succédé les revues suivantes :

  • Barbotin, cinquante numéros de 1978 à 1990[69] ;
  • Infos, douze numéros de 1990 à 1994 ;
  • La lettre de Roanne, plus de soixante numéros de 1995 à 2006 ;
  • La lettre de Nexter Systems, plus de vingt numéros à ce jour.

Ces parutions spécifiques au site de Roanne viennent en complément des lettres et journaux internes du groupe GIAT Industries ou de Nexter. À l'époque de Barbotin, il existait ainsi plusieurs autres revues d'information spécifiques aux autres établissements, tel Satoryx pour l'établissement AMX/APX de Satory, ou encore à la Manufacture d'armes de Saint-Étienne, la MAT de Tulleetc.

Aujourd'huiModifier

 
L'entrée du site Nexter Systems, du groupe Nexter, sur l'ancien site de l'arsenal.

Ce quartier de ville est aujourd'hui ouvert sur le reste de Roanne, du fait d'opérations d'urbanisme ayant permis d'abattre les anciennes enceintes. Toutefois, les odonymes guerriers décidés à la suite de la sollicitation de Maroger en 1917 demeurent, même si d'autres noms se sont ajoutés avec l'évolution du quartier, les aviateurs ou faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale étant venus compléter les faits de guerre de la Première Guerre mondiale. L'allée centrale, d'une largeur de 78 m ce qui est comparable aux Champs-Élysées à Paris[70], est ouverte à la circulation publique en 2002, et est renommée boulevard de Valmy, restant ainsi dans cette thématique.

La plupart des ateliers ont été démolis. En 2000 débute la démolition du grand bâtiment Somme, comportant plusieurs ateliers, et celle du bâtiment Verdun[réf. nécessaire]. Le bâtiment Valmy, construit à l'origine par GIAT et le SIDER pour réaliser les caisses du MLRS, après avoir abrité durant les années 1990 l'activité de fabrication de camions de pompier GICAR (activité de diversification de la branche GITECH de GIAT industries qui avait commencé dans le bâtiment Somme dans l'ex-atelier de chaudronnerie) abrita un fabricant de remorques de poids lourds, il abrite désormais la société GIMAEX qui vient de la contraction de GICAR (externalisé de GIAT industries au milieu des années 1990) et de BEMAEX fabricant de matériel de lutte contre l'incendie.

Le bâtiment Annexe SOMME abrite aujourd'hui plusieurs activités, il abritait aussi le CFAI de la Loire (qui a pris la succession de l'ancienne école d'apprentissage de l'arsenal devenu ECIT dans les années 2000) qui est aujourd'hui totalement autonome et rattaché au CFAI AFIL de Saint-Étienne dont il est une antenne. Le CFAI à, depuis la rentrée 2015, pris ses nouveaux quartiers sur le site du CFA du Roannais situé en bordure de la route de Briennon, tout au bout de l'Allée Centrale qui prolonge le boulevard de Valmy jusqu'à la route de Briennon.

L'annexe SOMME abrite aussi plusieurs autres activités dont un fabricant de masques anti poussières et d'hygiène. Il est, avec le bâtiment annexe Verdun, le bâtiment annexe Marne et le bâtiment ex-chaufferie (qui abritait des courts de tennis du CSADN) la seule trace de l'architecture industrielle du début du XXe siècle de l'Arsenal.

Le bâtiment de construction récente « Horizon » a été revendu et abrite désormais des entreprises privées. L'ELOCA (Établissement LOgistique du Commissariat des Armées) occupe l'ancienne annexe Verdun, totalement réhabilitée, ainsi que toute la partie nord du bâtiment Horizon.

Il ne subsiste, au sud du boulevard de Valmy, plus que le bâtiment annexe Somme. Le bâtiment Nancy, qui abritait autrefois le service social, l'infirmerie, les syndicats, a été démoli en décembre 2015.

Depuis début juin ont débuté les travaux de déconstruction de trois travées du bâtiment Leclerc, dans le sens Nord - Sud, afin de permettre de le séparer en deux pour que la portion achetée par Roannais Agglomération pour le ex-futur pôle de déconstruction de matériels roulants puisse être clôturée et donc séparée du site Nexter. Une route d'accès provisoire a, pour cela, été construite au nord de l'enceinte, par la route de Bonvert. Celle-ci rejoint l'ancienne "piste de navigation terrestre" qui longe l'extrémité EST du site.

Au 1er octobre la déconstruction et donc la séparation en deux parties du Bâtiment Leclerc est terminée, les travaux de finition sont en cours. La partie séparée, appartenant à l'EPORA pour Roannais Agglomération, fait partie du projet d’extension de "L'espace Valmy". Cet espace a été constitué par la démolition des Bt Somme et Verdun et la conservation et rénovation de leurs deux annexes au début des années 2000, il en a été question précédemment dans cet article.

Les prochains travaux à venir seront la démolition du Bt Annexe Marne, rebaptisé Bt Marne, début 2017 et la séparation en 3 lots de la partie Est du Bt Leclerc, et la réalisation d'espaces extérieurs de stockage ou de parkings sur l'emplacement du bâtiment démoli. L'ancien bâtiment de la chaufferie, typique de l'architecture industrielle du début du XXe siècle, verra une de ses 3 travées déconstruite et l'implantation dans la partie restante d'un projet lié à la recherche sur la maitrise des incendies. L'aménagement des voiries d'accès se fera aussi à la suite de ce chantier qui devrait être terminé pour 2018.

Au mois de septembre a aussi été démoli le mur restant de l'ancien accueil "Porte 9" qui était recouvert par la fresque de l'Association de Défense des Symboles de la Lutte, mûr peint à la suite des luttes syndicales lors du projet GIAT 2006 qui a vu les effectifs de l'arsenal décroitre de plusieurs centaines de personnels. De même a été démolie la petite clôture de l'ancienne maison du chef des gardes, situé lui côté nord de la "Porte 9", à ce jour son avenir est incertain vu son état de délabrement, ses accès ont été condamnés. Il est probable quelle sera démolie, un projet de création de rond point permettant de "sécuriser" les accès à Nexter et à l'espace Valmy devrait voir le jour à une date inconnue pour l'instant, il était prévu pour 2017 mais il est vraisemblable qu'il soit reporté.

Les 15 et 16 octobre 2016 a eu lieu, à l'Espace Congrès, situé derrière l'Hôtel de Ville de Roanne, le forum Histoire et Généalogie. Lors de ce forum a eu lieu une exposition retraçant l'histoire de l'Arsenal depuis sa construction, les cités ouvrières et plus globalement la vie dans le quartier de l'arsenal. Ce fut l'occasion, pour de nombreux "anciens" de se retrouver autour, par exemple, d'anciennes photos de classe de l'école de l'arsenal datant des années 1950 et de se remémorer leurs bons souvenirs.

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Pierre Renaudel, « L'arsenal vivra », L'Humanité,‎ , p. 1 et 3 (lire en ligne).
  2. a b c d e f g et h [PDF] Ville de Mably, « Les usines que la guerre a fait surgir. L'arsenal de Roanne » (consulté le 23 juin 2012).
  3. [PDF]Thomas Bourelly, « La structuration de la desserte militaire sur le réseau PLM (1862-1936) », Revue d’histoire des chemins de fer, no 35,‎ , p. 136-153 (lire en ligne). Mis en ligne le 1er juin 2011. Cite Barras, Histoire de l'Arsenal de Roanne….
  4. Actes notariés et matrice cadastrale de Mably.
  5. [PDF] Cité de l'architecture et du patrimoine, « Objet BAH-22-1916-39496. Arsenal de Roanne (Loire) : ateliers et magasins. 1916-1935 » (consulté le 30 mai 2012).
  6. a b c et d Histoire de l'Arsenal de Roanne. Michel Barras, 1996, Éditions Lyonnaises d'Arts et d'Histoire[réf. non conforme]
  7. Photos datées et légendées d'époque.
  8. Photos de groupe légendées.
  9. Registre de délibération du conseil municipal de Roanne[réf. non conforme]
  10. [PDF] Collectif, Rhône-Alpes : Étude d'une région et d'une pluralité de parcours migratoires, t. 1, Sainte-Croix (Vaud), Université Lyon 2, , 241 p. (lire en ligne), p.34. Programme d’études 2006-2008 Histoire et mémoires des immigrations en régions. Groupement de Maîtrise d'ouvrage de l'appel d'offres entre l'ACSÉ et l'université Lyon 2.
  11. The Huffington Post, « Socialisme et armement : Albert Thomas (note 2/3) », (consulté le 30 mai 2012).
  12. a b c d e f g h i j et k Jean-Pierre Houssel, La région de Roanne et le Beaujolais textile face à l’économie moderne, vol. 3, t. 2, Mémoire de thèse non publié, (lire en ligne). Voir en particulier partie 1, chapitre 3c. NOTA : La thèse indique erronément que la décision provient de la DTAT ; or, la création de la DTAT (Direction Technique des Armements Terrestres) interviendra en 1965, comme division de la DMA (division ministérielle pour l'armement), elle-même créée en 1961, la DMA constituant une division du ministère des armées.
  13. [PDF] Yannick Lemarchand, À propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes : Retour sur les mécanismes de l'innovation comptable, Communication présentée au 22e congrès annuel de l'European Accounting Association, , 30 p. (lire en ligne), p. 16
  14. Une photo de ces ouvrages, aujourd'hui disparus, sur projetbabel.org. Page consultée le 2 juin 2012.
  15. a et b Revue interne Barbotin de 1978 à 1990, revue Info GIAT industries, Lettre d'information du Centre de Roanne Lettre de Roanne, Journal du Groupe GIAT industries, GIAT magazine, revue interne Challenge, Lettre d'information de Nexter Systems.[réf. non conforme]
  16. En cohérence avec les autres ateliers de l'État, par exemple l'AMX, pour les Ateliers de construction d'Issy-les-Moulineaux.
  17. Les plaques d'égout des cités de l'arsenal, fabriquées par la fonderie de l'arsenal entre 1918 et 1920, portent la mention "ARE". Certaines sont encore visibles en 2012.
  18. Cette lettre signée du directeur le colonel Experton traite d'un droit de passage. (collection privée)[source insuffisante].
  19. a et b [PDF]Aimée Moutet, « Ingénieurs et rationalisation. Dans l'industrie française de la Grande Guerre au Front Populaire », Culture technique, no 12,‎ , p. 136-153 (lire en ligne). Centre de recherche sur la culture technique, Neuilly-sur-Seine.
  20. Sylvie Schweitzer, Des engrenages à la chaîne : les usines Citroën 1915-1935, Presses Universitaires de Lyon, 1982, 204 p..
  21. Collectif, 1914-1918 : L'autre Front, Éditions de l’Atelier, 1989 (ISBN 2-7082-2680-0).
  22. Archives du Service historique de la Défense à Vincennes, site officiel.
  23. Marcel Maire, Sac au dos, Chroniques de guerre 1914-1918, Sainte-Croix (Vaud), Les Presses du Belvédère, , 235 p. (lire en ligne)
  24. Claude-Joseph Gignoux. 1920. L'Arsenal de Roanne et l'état industriel de guerre. Mémoire de thèse non publié. Voir le document au fonds documentaire de l'université Lyon 3 [1]. Page 55. Consulté le 5 janvier 2013.
  25. Liste des directeurs (collection privée)[source insuffisante].
  26. Claude-Joseph Gignoux. 1920. L'Arsenal de Roanne et l'état industriel de guerre. Mémoire de thèse non publié. Voir le document au fonds documentaire de l'université Lyon 3 [2]. Page 56. Consulté le 5 janvier 2013.
  27. L'arsenal n'a pas la mission de gérer les mobilisés. La mobilisation et la démobilisation sont pilotées par le commandant de la place de Roanne.
  28. À l'origine, en 1917, c'est l'arsenal qui achète les terrains et les fermes de ce "parc" ; en 1920 sur un plan, ce lieu est dénommé "Atelier de matériel automobile, ARE". En 1925, ce parc ne semble plus appartenir à l'arsenal, car il se nomme ERGM et la rue du Grand Couronné de Nancy est affectée au personnel de cet établissement, ainsi que la ferme Ravis, où loge le capitaine Caillard, commandant de la 13e compagnie du BOAa[Quoi ?] à l'ERGMA[Quoi ?] de Mably, selon la lettre d'invitation du maire de Mably pour les fêtes du 11 novembre 1925[réf. non conforme]. Cette ferme sera retirée de l'inventaire des bâtiments de l'arsenal pour être affectée à la direction centrale du Génie.
  29. a b c et d Jean Cabotse, Visage de Roanne : 1940-1944, de l'Occupation à la Libération, Roanne, AEJC, , 132 p. (ISBN 2-9514862-3-5). Ouvrage non paginé.
  30. Éric Denis, « Un tueur sur la brèche, le matériel de 47 antichar modèle 1937 », Histoire de Guerre - Blindés & Matériel, no 82,‎
  31. Élie Vieux, Oppression et Résistance. L'invasion., 15 mai 1950, page 59. Note : Élie Vieux fut Résistant, président du Comité de Libération du roannais, sous-préfet de l'arrondissement de Roanne à la Libération.
  32. Michel Barras. 1998. Histoire de l'Arsenal de Roanne. Roanne : Éditions lyonnaises d'art et d'histoire. 350 p. (ISBN 978 2 84147 073 0). Pages 154, 188 et 189.
  33. Photos (collection privée)[source insuffisante].
  34. Michel Barras. 1998. Histoire de l'Arsenal de Roanne. Roanne : Éditions lyonnaises d'art et d'histoire. 350 p. (ISBN 978 2 84147 073 0). Page 161.
  35. Michel Barras. 1998. Histoire de l'Arsenal de Roanne. Roanne : Éditions lyonnaises d'art et d'histoire. 350 p. (ISBN 978 2 84147 073 0). Page 175.
  36. Benoît Frachon, « Des armes pour nos soldats ! », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  37. « Elie Vieux - Parcours d'un résistant »
  38. La Française, nom commercial de la Société Française de Vierzon, selon l'association Les Fous du Vierzon. Page consultée le 22 juin 2012.
  39. [PDF] J. Engelhard, « Visite de l'usine de la Société Française à Vierzon », sur @gric'old (consulté le 30 mai 2012).
  40. Le document publicitaire des tracteurs indique à l'époque: « La Française à Vierzon présente son dernier modèle de tracteur à huile lourde type FV1. L'atelier de construction de Roanne en fabriquera en grande série dès 1946 ».
  41. L'Association des Vieilles Mécaniques Morvandelles. Page consultée le 30 mai 2012.
  42. Amicale S.F.V, « Le tracteur SFV 402 », sur www.amicalesocietefrancaisevierzon.com (consulté le 22 juin 2012).
  43. Michel Barras. 1998. Histoire de l'Arsenal de Roanne. Roanne : Éditions lyonnaises d'art et d'histoire. 350 p. (ISBN 978 2 84147 073 0). Pages 189 à 193 et 322.
  44. Les Fous du Vierzon, « L'Assemblée Générale des Fous du Vierzon », sur www.lesfousduvierzon.fr, (consulté le 22 juin 2012).
  45. Registre des outillages[source insuffisante].
  46. a et b ECPAD, « L’atelier de construction de Roanne », (consulté le 8 juillet 2012).
  47. Roland Narboux, « L'Encyclopédie de Bourges. Survol des industries d'armement à Bourges » (consulté le 5 juillet 2012).
  48. Presse locale [source insuffisante].
  49. « 1982 AMX 30 B2 », sur char-francais.net (consulté le 30 mai 2012).
  50. [www.senat.fr/questions/base/1988/qSEQ880109341.html Situation du personnel de l'Atelier de construction de Roanne (Loire)], sur senat.fr, originellement publiée dans le JO Sénat du 21 janvier 1988 - page 65.
  51. « GIAT : 3 500 manifestants à Roanne », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  52. a et b « GIAT Industries: une saignée continue pour remède », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  53. a et b Antoine de Font-Réaulx, « GIAT épinglé », La Revue parlementaire, no 878,‎ (lire en ligne).
  54. a et b « Vers une reconversion du site Giat Industries Roanne ? », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  55. 6894-0084 Duroc, visible au musée des blindés de Saumur ; 6904-0116 Foch, visible à l'entrée du même musée.
  56. Le Centre de Roanne sera concerné par la réalisation des collections de pièces servant à la valorisation des engins directement en régiment par des équipes Nexter[réf. non conforme].
  57. La Dépêche du Midi, « Un ballon d'oxygène pour GIAT Industries », (consulté le 8 juillet 2012).
  58. a b et c Louis Pralus, « Armement - Nexter Roanne : Gérard Longuet annonce de nouveaux développements », L'Essor,‎ (lire en ligne).
  59. http://www.ibersystemsdedefensa.es/index.php
  60. Soit environ 2 000 civils, 2 000 mobilisés, 1 300 "Chinois", 2 700 prisonniers de guerre allemands, 2 300 femmes.
  61. Soit 1 238 mobilisés, 1 354 hommes, 330 femmes, 231 étrangers et 1 550 "Chinois"(Archives municipales de Roanne[source insuffisante]).
  62. Lettre de Roanne N°8[réf. non conforme]
  63. Lettre de Roanne N°19[réf. non conforme]
  64. Lettre de Roanne N°32[réf. non conforme]
  65. Lettre de Roanne N°37[réf. non conforme]
  66. G. Decourt, « Œuvre du Christ dans la banlieue. 1927-1957. », Musée du diocèse de Lyon (consulté le 2 juin 2012).
  67. En 1929, le cercle catholique de l'arsenal comporte des sections sportives nombreuses (boules, football, etc.), selon l'exposition de la Ville de Mably.
  68. a et b Exemplaires dans une collection privée[source insuffisante].
  69. Barbotin, cinquante numéros de 1978 à 1990 ; Visibles à la médiathèque de Roanne, section Patrimoine, sous la cote 81 PF.
  70. lan d'ensemble des années 1920[réf. non conforme].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Michel Barras, Histoire de l'Arsenal de Roanne, Roanne, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 350 p. (ISBN 978 2 84147 073 0).  
  • Clause-Joseph Gignoux, L'Arsenal de Roanne et l'état industriel de guerre, , Mémoire de thèse non publié (lire en ligne) ; Voir le document au fonds documentaire de l'université Lyon 3.
  • Patrick Mortal, Les Armuriers de l’État du Grand siècle à la globalisation, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, , 335 p. (ISBN 978-2-85939-991-7) (Quatrième de couverture)
  • Charles Lordier, « Les usines que la guerre a fait surgir du sol », La Science et la Vie,‎ , p. 482-492
  • Jean-Luc Rocher et Guy Trévarin, Mably terre d'accueil, d'art et de solidarité, Thoba's éditions et mairie de Mably, nombreuses photos (ISBN 2-916393-38-2), p. 77 à 91, 122 à 129, 145 à 149 et 204

Articles connexesModifier