Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Arboretum national des Barres

jardin botanique français

L’Arboretum national des Barres est un arboretum situé à Nogent-sur-Vernisson, dans la région naturelle du Gâtinais (département du Loiret en région Centre-Val de Loire[2]).

Arboretum national des Barres
Image illustrative de l'article Arboretum national des Barres
Géographie
Pays France
Région naturelle Gâtinais
Département Loiret
Région Centre-Val de Loire
Commune Nogent-sur-Vernisson
Arrondissement Montargis
Altitude 148 m
Superficie 3,8 km2
Histoire
Création 1873
Ancien(s) nom(s) Arbofolia
Personnalité(s) Philippe André de Vilmorin, Maurice de Vilmorin
Caractéristiques
Type arboretum
Essences chêne, érable, épicéa, pin, sapin, aubépine
Gestion
Propriétaire Office national des forêts (État français)
Ouverture au public de mars à novembre
Fréquentation 17 103 (2015)[1]
Protection jardin remarquable
Lien Internet www.arboretumdesbarres.fr
Localisation
Coordonnées 47° 50′ 10″ nord, 2° 45′ 26″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Arboretum national des Barres

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Arboretum national des Barres

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Arboretum national des Barres

Il est géré par l'Office national des forêts, au même titre que l'arboretum de Pézanin, et est labellisé jardin remarquable.

Sommaire

GéographieModifier

 
Une vue de l'arboretum.

L'arboretum est situé sur la route départementale 41 dans le sud-est de la commune de Nogent-sur-Vernisson et à 19 km au sud de Montargis par la RN 7 qui passe à moins de 1 km à l'ouest de l'arboretum. Paris est à 139 km au nord.

La sortie 18.1 « Varennes-Changy » de l'autoroute A77 est à 6 km à l'ouest par la D41. La gare ferroviaire la plus proche est celle de Nogent-sur-Vernisson.

Sainte-Geneviève-des-Bois se trouve sur sa bordure est ; Châtillon-Coligny est à 7 km à l'Est.

DescriptionModifier

L'arboretum comprend trois ensembles de collections d'arbres et arbustes répartis sur 35 hectares[3],[4]. Il est intégré au domaine des Barres, vaste ensemble forestier de près de 380 hectares et rassemble plus de 2 600 espèces, avec près de 9 250 arbres et arbustes. On recense notamment 109 espèces de chênes (Quercus), 85 espèces d'érables (Acer), 57 espèces d'épicéas (Picea), 54 espèces de pins (Pinus), 44 espèces de sapins (Abies) et 92 espèces d'aubépines (Crataegus).

La collection dite Continentalis constitue le premier ensemble, au sud-ouest de l'arboretum. Elle comprend la collection nord-américaine, datant de 1873 et la collection asiatique, plus récente.

La collection dite Classifica, au nord, est organisée selon la classification des espèces. Elle date de 1894.

La collection dite Bizarretum permet d'observer des espèces particulières par leurs formes. Elle date de 1941 et est située au sud-est du parc.

Environ 400 espèces de champignons se sont développées dans l'arboretum, avec notamment un certain nombre de symbioses (mycorhization) entre champignons et arbres ligneux.

Une vingtaine d'espèces d'orchidées sauvages terrestres sont présentes sur le site, du fait de la variété des sols ; soit 25 % des espèces françaises d'orchidées terrestres.

Les arbres offrent des habitats à de nombreuses espèces d'oiseaux et d'insectes. On compte 40 espèces d'oiseaux typiquement forestières et sept espèces de lisière forestière.

Une pépinière est chargée d’assurer le renouvellement et l’enrichissement des collections de l’arboretum. Elle propose également à la vente des espèces peu répandues. Le catalogue comporte environ 500 espèces rustiques sous le climat tempéré.

L’accueil des visiteurs est assuré par l'équipe de l'arboretum, qui est ouvert de fin mars à début novembre.

Un lycée d’enseignement général et technologique agricole est implanté sur le site[5].

Gestion et labelModifier

L'arboretum, propriété du ministère de l'Agriculture, est géré par l'office national des forêts (ONF) depuis le 1er janvier 2009. Il s'étend sur près de 380 hectares dont 35 sont consacrés aux collections, et rassemble environ 2 600 espèces d’arbres et d'arbustes.

Depuis 2004, l'arboretum national des Barres est labellisé « jardins remarquables » par le comité des parcs et jardins de France du ministère de la Culture[6].

De 2009 à 2013, le site a porté le nom d’Arbofolia.

Identité visuelleModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HistoireModifier

 
Le "thuya aux 80 troncs"
 
Château des Vilmorin
 
Chicot du Canada
planté en 1923
 
Picea abies Karst Inversa
planté en 1941
 
Le réfectoire de l'école

Le domaine des Barres, dans lequel est implanté l’arboretum, est acquis en 1821 par l'horticulteur français Philippe André de Vilmorin, en vue de mener des cultures comparatives de différentes espèces d’arbres, essentiellement des pin de Riga, de Laricio, d'Autriche, de Calabre, et des chênes américains et d’étudier leur développement sur des échantillons importants (des groupes de 25 à 100 exemplaires de chaque espèce)[7].

Après sa mort en 1862, une partie du domaine, soit 67 hectares, est cédée à l’administration des Eaux et Forêts qui prend en charge les plantations[7].

Une école primaire de sylviculture est installée dans le pavillon Guinier en 1873 par Constant Gouet qui met également en place un arboretum de collection en plantant de nombreuses nouvelles espèces[7],[8],[9].

En 1877 et 1878, les anciennes écuries sont converties en dortoir et la maison du garde général dite maison des vignes est construite[9].

Un chalet forestier provenant de l'exposition universelle de 1878 est installé dans le domaine en 1881[9].

En 1882, un pavillon pour le directeur de l'école est édifié ainsi que le pavillon Lorentz en 1883[9].

En 1884, une école secondaire de sylviculture est créée[7].

À la fin du XIXe siècle, Maurice de Vilmorin, développe l'Est du domaine dont il est l'héritier en y créant un parc autour d'un nouveau château construit par l'architecte Gaston Aubry entre 1892 et 1894 ainsi qu'une collection d'arbustes[7],[10].

À partir de 1910, des feuillus et des conifères sont plantés sur de nouvelles pelouses selon un classement systématique ; des peupliers et d'autres essences exigeantes en eau le sont au marais des fontaines[9].

En 1920, des essences européennes et circum-méditerranéennes sont installées dans l'arboretum[9].

En 1921, après la mort de Maurice de Vilmorin, l'État français prend en charge l'Est du domaine[7].

À partir de 1929 sont plantées des essences asiatiques[9].

En 1936, l'État acquiert le château de la famille Vilmorin[7].

Le pavillon Daubrée construit au début du siècle est démoli en 1939[9].

En 1942 est créé l'arboretum dit bizarretum regroupant des espèces arbustives ornementales étonnantes[9].

En 1965, l’école forestière des Barres est transformée en École nationale des ingénieurs des travaux des eaux et forêts (ENITEF), elle est chargée de gérer une partie du domaine, la seconde étant confiée au ministère de l'Agriculture[7].

En 1985, les ministres français de l'Agriculture, de la Recherche et de l'Environnement donnent un statut national à l'arboretum qui adopte l'appellation d'arboretum national des Barres[7]. Les 37 hectares de collection sont ouverts au public et la promotion du site est confiée à l'association de découverte et d'initiation à l'arbre et à la forêt (ADIAF).

En 1989, l'ENITEF est démantelée et intégrée à l’École nationale du génie rural et des eaux et des forêts (ENGREF) qui est chargée de la gestion de l’arboretum le [7].

En 1991, les pépinières de l’arboretum sont également ouvertes au public.

Le 30 septembre 1994, le château des Vilmorin accueille le siège de l’Inventaire forestier national (IFN), établissement public chargé d’évaluer le patrimoine forestier national[7].

Le 1er janvier 2009, l'Office national des forêts reprend la gestion touristique, pédagogique et scientifique de l'Arboretum[7] et le renomme Arbofolia[11]. Le 1er janvier 2014, pour éviter toute confusion avec un autre site, la dénomination Arbofolia est abandonnée, l'arboretum reprend son nom initial d’Arboretum national des Barres.[réf. nécessaire]

Dans un rapport daté de juin 2014, la cour des comptes estime que « l’ONF a été fortement incité (par le ministère français de l'agriculture) à intégrer dans son patrimoine immobilier des ensembles dont il n’avait pas besoin et dont l’entretien est coûteux. C’est le cas de l’arboretum des Barres ». L'arborétum jugé « inutile à l'ONF », « même si le fonctionnement de ce site est pris en charge dans le cadre d’une MIG (mission d'intérêt général), cet ensemble nécessite des investissements pour des réfections d’urgence qui ne font l’objet d’aucune compensation financière », l'ONF ayant d'ailleurs envisagé une cession intégrale, sauf si une « aide publique complémentaire » lui est accordée[12].

Notes et référencesModifier

  1. Collectif, « Le Loiret. L'économie touristique, édition 2016, p. 12 », sur cdt45.media.tourinsoft.eu, (consulté le 17 septembre 2016).
  2. Collectif, « Parc botanique et patrimoine végétal », sur arboretumdesbarres.fr, Arboretum national des Barres, Office national des forêts (consulté le 17 septembre 2016).
  3. Arboretum national des Barres, plan du parc et des collections, sur le site de l'arboretum.
  4. « Arbofolia : Arboretum national des Barres », sur jardins-de-france.com, Association des parcs et jardins de la région Centre (consulté le 4 mai 2010).
  5. « Le lycée Les Barres », sur lesbarres.fr, Association des parcs et jardins de la région Centre (consulté le 4 mai 2010).
  6. « Liste des jardins labellisés Jardin remarquable au 31 janvier 2010 », sur www.parcsetjardins.fr, Comité des parcs et jardins de France, (consulté le 4 mai 2010)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Contexte historique », sur www.arboretumdesbarres.com, Arboretum des Barres (consulté le 4 mai 2010)
  8. « Jardin botanique et jardin fruitier dit arboretum national des Barres », notice no IA45000916, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Château et école d'ingénieurs forestiers dite école des Barres puis école nationale des ingénieurs des travaux des eaux et forêts », notice no IA00124267, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Château des Barres », notice no IA00124266, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Dossier de presse. L'arboretum national des Barres rebaptisé Arbofolia », sur www.onf.fr, Office national des forêts, (consulté le 4 mai 2010)
  12. Cour des comptes, « Rapport particulier (articles L. 143 et R. 143-1 du code des juridictions financières), n°RB 70546, Office national des forêts ; exercices 2009 à 2012, page 51 », sur https://www.ccomptes.fr, (consulté le 17 septembre 2016).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Raymond Durand, L'arboretum national des Barres : 45290 Nogent-sur-Vernisson, France, Association du centenaire de l'École nationale des ingénieurs des travaux des eaux et forêts, , 71 p. (ISBN 9782950050113)
  • Léon Gabriel Charles Pardé, Arboretum national des Barres : énumération des végétaux ligneux indigènes et exotiques, P. Klincksieck, , 397 p.
  • Léon Gabriel Charles Pardé, L'arboretum national des Barres et le Fruticetum Vilmorinianum,
  • Jean Pourtet et Paul Turpin, Annales de l'école nationale des eaux et forêts, et de la station de recherches et expériences : Catalogue des espèces cultivées dans l'arboretum des Barres, vol. 9, École nationale des eaux et forêts, , 230 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :