Hôtel Franco-Suisse de La Cure

(Redirigé depuis Arbezie)

L'Hôtel Franco-Suisse de La Cure ou Hôtel Arbez Franco-Suisse, surnommé Arbézie, est un hôtel-restaurant dans le village de La Cure coupé par la frontière entre la France et la Suisse. Il est partagé entre Les Rousses dans le département français du Jura et Saint-Cergue dans le canton suisse de Vaud.

Hôtel Franco-Suisse de La Cure
La-Cure-Douane.jpg
Localisation
Pays
France et Suisse
Commune
Coordonnées
Architecture
Type
Établissement hôtelier, bâtiment transfrontalier (d), micronationVoir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
Gestion
Propriétaire
Ponthus
famille Arbez (dès 1921)
Site web

HistoireModifier

La France et la Suisse conviennent de leur frontière dans la rédaction du traité des Dappes le qui n'est pas tout de suite ratifié[1]. Entre-temps, un certain Ponthus, possédant un terrain concerné par le découpage et vivant de la contrebande, fait rapidement construire un bâtiment malgré la demande d'arrêter des autorités suisses. Le traité est ratifié le [1]. Or, l'article VII du traité précise qu'il ne portera aucune atteinte aux droits acquis au moment de l'échange des ratifications. Le bâtiment de Ponthus ne peut plus être démoli, il en fait un bar côté français et un magasin côté suisse, dans lequel il est suspecté d'abriter des activités de contrebande[1].

À sa mort en 1895, ses deux fils en font un hôtel, mais une dispute familiale s'ensuit, et la maison est achetée par Jules-Joseph Arbez en 1921, qui en fait l'« Hôtel Franco-Suisse »[2]. Il devient rapidement une curiosité locale alors que se développent les sports d'hiver. En 1940, son fils Max Arbez profite de la situation pour aider la Résistance contre l'occupation nazie en France, d'autant plus que la ligne de démarcation passe juste devant l'hôtel. Il y fait passer des juifs, des fugitifs, des pilotes anglais. Les autorités allemandes n'ont accès qu'à la partie en France, c'est-à-dire le bar et la salle de service. L'escalier commence en France, mais à partir de la 7e marche[3], il est en Suisse[4]. En conséquence, le régime de Vichy fait fermer l'hôtel du côté français : l'entrée donnant sur la France est murée[5].

Après la fin de la guerre, Max Arbez rouvre son établissement. La Suisse demande à revoir sa frontière avec la France et tente de faire l'acquisition de l'hôtel entier, en vain[3]. La frontière continue à diviser le bâtiment et l'activité commerciale doit se conformer aux règles propres à chaque pays, pour la surface correspondante et le chiffre d'affaires afférent[4]. Edgar Faure, alors député du Jura, donne à l'hôtel le sobriquet d'« Arbézie »[1].

Principauté d'ArbézieModifier

Principauté d'Arbézie
(Depuis 1958)

 
Administration
Territoire revendiqué L’hôtel L’Arbezie
Statut politique Micronation
Prince Alexandre 1er
Depuis 1992
Démographie
Langue(s) Français
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 51″ nord, 6° 04′ 23″ est
Divers
Monnaie Roupie
Sources
Site officiel
Arbézie

Dans le partage de cet esprit de satire, Max Arbez fait de l'hôtel une micronation en 1958[2]. Il lui donne un drapeau triangulaire comme la forme du terrain, avec un épicéa rouge sur fond jaune, avec la roupie comme monnaie[6].

Il fait le président français Charles de Gaulle le premier citoyen d'honneur lors de sa venue à La Cure. Les amis de Max Arbez, comme Paul-Émile Victor[7] et Bernard Clavel, ont droit aussi à cette distinction.

Le 9 décembre 1961, l'hôtel accueille des négociations préliminaires entre des représentants de la France et du Front de libération nationale algérien pour mettre fin à la guerre d'Algérie[4]. Les diplomates français sont venus de France, les représentants algériens depuis la Suisse[8],[9].

Le 22 avril 2012, pour son action pendant la Seconde Guerre mondiale, Max Arbez est reconnu Juste parmi les nations à titre posthume par l'Institut Yad Vashem[10].

L'hôtel est toujours une propriété de la famille Arbez.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Olivier Marchon, Le Mont Blanc n'est pas en France. et autres bizarreries géographiques, Editions du Seuil, (ISBN 978-2-02-110696-1, lire en ligne).
  2. a et b « Histoire | Hôtel L'Arbezie Les Rousses | Frontière Suisse France », sur arbezie.com, Hôtel L'Arbezie Les Rousses, Jura (consulté le 2 juillet 2020).
  3. a et b Anatra 2006.
  4. a b et c « À la frontière franco-suisse, l'Arbézie », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le 2 juillet 2020).
  5. Le Cain 2014.
  6. Ça m'intéresse Questions & Réponses, août-octobre 2014, La France insolite en 200 questions, p. 75.
  7. Extrait de la préface écrite par Paul-Émile Victor pour Obez-Arbez 1991.
  8. Christian Lecomte, « Alexandre Peyron, prince consort franco-suisse », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2020).
  9. (en) Kaushik Patowary, « Hotel Arbez Franco-Suisse, Located Half in Switzerland and Half in France », sur Amusing Planet, (consulté le 17 avril 2020).
  10. « Arbez Max, Année de nomination : 2012, Dossier n° 12306D », sur yadvashem-france.org, Comité français pour Yad Vashem

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier