Andreï Savvitch Glebov

Andreï Savvitch Glebov
Андрей Саввич Глебов
Andreï Savvitch Glebov
Portrait du major-général Andreï Savvitch Glebov (), Galerie militaire au Palais d'Hiver à Saint-Pétersbourg, une œuvre du peintre George Dawe

Naissance 1770
Berezna (oblast de Tchernigov
Décès (à 84 ans)
Berezna
Origine Russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme Infanterie
Grade Major-général
Années de service 17991816
Commandement 6e Régiment de Chasseurs.
Conflits Guerre russo-polonaise de 1792, Guerre de Deuxième Coalition, Campagne d'Italie (1799-1800), Campagne de Suisse de 1799, Guerre de Troisième Coalition, Guerre russo-turque de 1806-1812, Guerre de Sixième Coalition,
Faits d'armes Bataille de Novi, Bataille de Dachkova, Bataille de Saltanovskoï, Bataille de la Moskova, Bataille de Maloïaroslavtse, Bataille de Krasnoï, Bataille de Leipzig, Bataille de Soissons, Bataille de Craonne, Bataille de Laon, Défense de la redoute de Chevardino, défense de la redoute Raïevski
Distinctions Ordre de Saint-Georges Order of Glory Ribbon Bar.png
Hommages Portrait à la Galerie militaire au Palais d'Hiver

Andreï Savvitch Glebov (en russe : Андрей Саввич Глебов), né en 1770 et mort le , est un major-général de l'Armée impériale de Russie. Au cours des différentes campagnes militaires effectuées par la major-général Glebov fut blessé 28 fois[1].

Évolution de carrièreModifier

BiographieModifier

Issu de la noblesse russe de la province de Tchernigov.

Campagne militaire de PologneModifier

Le 1er janvier 1791, le jeune Andreï Savvitch Glebov s'engagea comme simple soldat au 3e Bataillon de Chasseurs de Livonie. Dans les rangs de cette unité militaire, il participa à la campagne militaire de Pologne.

Campagne d'Italie et de SuisseModifier

Le , il fut élevé au grade de sergent. Le , le 3e Bataillon de chasseurs de Livonie fut dissous, le sergent Glebov fut transféré au 6e Régiment de Chasseurs. En 1799, sous le commandement en chef du généralissime Alexandre Vassilievitch Souvorov, il prit une part active dans les campagnes d'Italie et de Suisse, il participa à la bataille de Brescia, le , au cours de la bataille du pont de Lecco, le sergent Glebov fut blessé à la jambe gauche par de la grenaille. Le , il fut blessé à la jambe droite et fut élevé au grade d'enseigne-baudrier[2]. Au cours de la bataille de Novi, le , il fut blessé d'un coup de sabre au côté droit. Sur la recommandation du prince Piotr Ivanovitch Bragation, commandant en chef du 6e Régiment de Chasseurs, le feld-maréchal Souvorov le promut sous-lieutenant. Au cours de la Campagne de Suisse, dans les rangs du 6e Régiment de Chasseurs, le sous-lieutenant Glebov effectua la traversée des Alpes, lors du passage du col du Saint-Gothard, une balle le blessa au bras gauche[2].

 
Passage du col du Saint-Gothard, le par le feld-maréchal Alexandre Vassilievitch Souvorov, tableau du peintre russe Alexandre Kotzebue

Au cours de combats à Glaris, le sous-lieutenant Glebov fut grièvement blessé à la tête, laissé pour mort, il fut capturé par les troupes ennemies[1].

Campagne d'Autriche (1805))Modifier

Le , rentré de captivité, Andreï Savvitch Glebov réintégra son régiment rebaptisé 6e Régiment de Chasseurs. En 1805, au grade de capitaine, il fut placé à la tête d'un bataillon et prit une part active dans la Campagne d'Autriche. Le à Amstetten, il combattit les troupes françaises commandées par le prince Murat et le maréchal Jean Lannes. Le , il livra bataille aux troupes françaises à Krems[3]. Le , dans le village de Schoengraben, il combattit les troupes des maréchaux français Lannes et Soult[4]. Sa bravoure au cours de ces batailles lui valurent l'Ordre de Saint-Georges (4e classe)[5]. Au sein de la coalition anglo-austro-russe, le , il prit part à la Bataille de Wischau où il fut blessé par un éclat d'obus sur le côté, il combattit les troupes françaises à Austerlitz[1].

Guerre russo-turque de 1806-1812Modifier

De 1806 à 1819, le capitaine Glebov fut engagé dans la campagne militaire menée contre l'Empire ottoman. Dans les rangs de l'Armée du Danube, il prit part à la bataille pour la prise de Bucarest. Dans les Balkans, en 1807, il reçut une blessure au bras gauche. Il prit également part aux batailles de d'Obilechte le et de Giurgiu le où il fut une nouvelle fois blessé à la jambe[6]. En 1809, Le capitaine se vit décerner l'épée (avec l'inscription Pour bravoure)[1]. Son comportement au combat lui valut le grade de lieutenant-colonel (). le , il prit une nouvelle fois du galon colonel et le , il reçut le commandement du 6e Régiment de Chasseurs[2].

Guerre patriotique de 1812Modifier

 
La bataille de Saltanovka, le , le général Nikolaï Nikolaïevitch Raïevski encourageant ses soldats, une œuvre du peintre russe Nikolaï Semionovitch Samokich (1860-1944).

En 1812, le Régiment du colonel Glebov appartenait à la 2e Brigade de la 12e Division d'Infanterie appartenant au 7e Corps d'Infanterie commandé par le général Nikolaï Nikolaïevitch Raïevski (2e Armée impériale russe commandée par le général Piotr Ivanovitch Bragation[2].

Le , à la tête de son régiment de Chasseurs, le colonel Glebov fut engagé dans les batailles Dachkovka le [7], de Saltanovka le puis les 16 et dans la Bataille de Smolensk. Le , à la tête de trois régiments de Chasseurs (6e, 41e et 49e) Andreï Savvitch Glebov défendit la redoute de Chevardino (baptisée du nom du village situé à 3 kilomètres de Borodino) contre les attaques menées par le maréchal Murat. Pendant le déroulement de la bataille de Borodino, à la tête de son régiment, il défendit les abords de la redoute Raïevski. Malgré sa blessure par balle à la tempe gauche, ce fut avec pugnacité et détermination que le colonel Glebov défendit cette position cruciale pour les Russes. Sa bravoure au combat fut récompensée par sa nomination au grade de major-général le [2]. Au cours du mois de novembre 1812, il se distingua une nouvelle fois au cours des batailles de Maloyaroslavets et Krasnoï, il lui fut décerné l'Ordre de Saint-Vladimir (3e classe). Pendant la retraite de Russie, il prit part à la poursuite des troupes françaises[2].

 
La redoute Raïevski au cours de la bataille de Borodino le .

Campagne d'Allemagne de 1813Modifier

 
Le général Karl Ivanovitch Opperman, une œuvre du peintre George Dawe, Galerie militaire au Palais d'Hiver à Saint-Pétersbourg.

En 1813, il fut engagé dans la Campagne d'Allemagne. Du au 1er décembre 1813, sous les ordres du général Karl Ivanovitch Opperman (1765-1831) il prit une part active dans le siège de la forteresse de Modlin. Les 26 et , à Dresde, il combattit les troupes françaises commandées par Napoléon Ier et le maréchal de Gouvion-Saint-Cyr. Du 16 au à Leipzig, il prit part à la victoire des troupes coalisées sur les troupes napoléoniennes. Sur ce champ de bataille qui vit la défaite de Napoléon Ier, le major-général Glebov fut décoré de l'Ordre de Saint-Georges (3e classe)[2],[8].

Campagne de France de 1814Modifier

 
Peinture de Meissonier : 1814, Campagne de France : Retraite après la bataille de Laon; Napoléon et son état-major derrière lui; de gauche à droite, Ney (redingote sur les épaules), Berthier, Flahaut (fils de Talleyrand)[9],[10],[11].

En 1814, le major-général Glebov et son régiment participèrent au blocus de Garrebourg[12], au cours de cette opération, un boulet lui occasionna une blessure à la jambe gauche. Entré en France avec les troupes de la Sixième Coalition, Andreï Savvitch Glebov fut engagé dans de nombreuses batailles. En mars 1814, il participa à la prise de la ville de Soissons. Les 9 et , sous le commandement du feld-maréchal Gebhard Leberecht von Blücher, il combattit les troupes napoléoniennes à Laon. Le , dans les rangs de l'armée russo-prussienne il prit une part active dans la bataille de Craonne. Il combattit une nouvelle fois les troupes françaises à Saint-Dizier.

En temps de paixModifier

Après l'instauration de la paix en Europe, le , le major-général Glebov reçut le commandement en chef du 6e Régiment de Chasseurs.

Le , il fut nommé commandant de la 1re Brigade de la 12e Division d'Infanterie. Le , il reçut une nouvelle promotion celle de commandant de la 6e Division d'Infanterie. Le , il reçut un nouveau commandement celui de la 1re Brigade de la 4e Division.

Malade, le , Andreï Savvitch Glebov fut rayé des effectifs de l'armée. Le 9 octobre de la même année, il présenta sa démission Pour raison de santé[2].

Décès et inhumationModifier

Le major-général Andreï Savvitch Glebov décéda le à Berezna, il fut inhumé en l'église de l'Annonciation à Berezna (oblast de Tchernigov)[2].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d www.museum.ru
  2. a b c d e f g h et i www.brdn.ru
  3. bataillescelebres.web44.net
  4. books.google.fr
  5. george-orden.narod.ru
  6. www.gusar.by
  7. mogilev.mogilev-region.by
  8. george-orden.narod.ru
  9. Jean Louis Ernest Meissonier. Ses Souvenirs - Ses Entretiens, précédés d'une étude sur sa vie et son œuvre, par M. O. Gréard. Librairie Hachette et cie - Paris, 1897.
  10. Site du ministère de la Culture - JOCONDE : Catalogue des collections des musées de France
  11. Juliette Glikman, Ernest Meissonier, 1814. Campagne de France, Cahiers de la Méditerranée, "Dossier : XVe – XXe siècles - De la tourmente révolutionnaire au traumatisme de 1870 : la fin du Guerrier et l'émergence du soldat", no 83 : "Guerres et guerriers dans l'iconographie et les arts plastiques", 2011, p. 175-186.
  12. www.region-yug.ru