Piotr Ivanovitch Bagration

général russe

Piotr Ivanovitch Bagration
Piotr Ivanovitch Bagration
Portrait de Piotr Ivanovitch Bagration de George Dawe, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg.

Naissance
Tbilissi ou Kizliar
Décès (à 47 ans)
Sima (Bataille de la Moskova)
Mort au combat
Origine Géorgien
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme Infanterie
Grade Général
Années de service 17821812
Commandement 6e régiment de Chasseurs
Conflits Guerre russo-turque de 1787-1792, Insurrection polonaise (1794), Guerre de la Troisième Coalition, Guerre de la Quatrième Coalition, Guerre de Finlande, Guerre russo-turque de 1806-1812), Campagne de Russie (1812)
Distinctions Ordre de Saint-André Ordre de Saint-André
Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Saint-Alexandre Nevski
St George Ribbon Ordre de Saint-Georges
Ordre de Sainte-Anne
Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare
Ordre de l'Aigle rouge
Ordre de l'Aigle noir
Signature de Piotr Ivanovitch Bagration

Le prince Piotr Ivanovitch Bagration (en russe : Пётр Иванович Багратион) ou Pétré Ivanis dzé Bagrationi (en géorgien : პეტრე ივანეს ძე ბაგრატიონი), plus communément appelé Pierre de Bagration, né en 1765 à Kizliar et mort le près de Mojaïsk, fut l'un des généraux les plus distingués de l'Empire russe.

Famille modifier

Le prince de Bagration est né en 1765 à Kizliar au sein de la branche géorgienne de la famille des Bagration[1], qui régna longtemps sur la Géorgie et l'Arménie. Il est le fils du prince Ivan Alexandrovitch Bagration.[réf. souhaitée]

Son frère cadet, le prince Roman Ivanovitch Bagration servit également dans l'armée russe au grade de lieutenant-général. Son neveu, le prince Piotr Romanovitch Bagration (en), fit également carrière dans l'armée impériale de Russie et devint célèbre pour ses travaux sur la galvanoplastie, qui lui permirent de découvrir en 1843 une méthode pour extraire l'or d'un minerai : la cyanuration.

Mariage modifier

 
La comtesse Iekaterina Pavlovna Skavronskaïa, une œuvre de Jean-Baptiste Isabey, musée du Louvre

Le , le prince Piotr Ivanovitch Bagration épousa la comtesse Ekaterina Pavlovna Skavronskaïa (1783-1857).

Catherine Bagration s'illustra au congrès de Vienne, elle était la rivale de Wilhelmine de Courlande dans le cœur de ces messieurs du Congrès, notamment de Metternich et d'Alexandre. Elles habitaient toutes les deux au palais Palm et tenaient un salon très fréquenté. Elle eut une fille, de Clemens Metternich, nommée Clementine.

Carrière militaire modifier

Entré au service de l'armée russe en 1782, il est affecté dans un premier temps dans le Caucase[1]. Durant la septième guerre russo-turque (1787-1792), il est présent lors du siège d'Otchakov[1]. En 1794, il contribue à réprimer l'insurrection polonaise qui fait suite au partage de la Pologne entre la Russie et la Prusse[1]. Il sert alors sous les ordres du général Souvorov, avec le grade de colonel, de même que lors de sa campagne en Italie[réf. souhaitée]. Durant cette dernière, il s'illustre en s'emparant de Brescia le 10 avril[réf. nécessaire] 1799[1]. À Trebbia, il commande l'avant-garde des forces combinées austro-russes. Il fut surnommé « le dieu de la bataille » par ses contemporains[réf. nécessaire]. À la suite de quelques revers, il fut disgracié avec Souvorov par Paul Ier. Rappelé en 1805 par Alexandre Ier, il commanda un corps de l'armée envoyée au secours de l'Autriche sous les ordres de Koutouzov. Avec ses 6 000 hommes, il fait face aux 30 000 hommes adverses lors du combat d'Hollabrunn, ce qui laisse le temps à l'armée russe de se retirer en Moravie[1]. Il met le feu au village d'Hollabrunn et combat au corps à corps[réf. nécessaire]. Enfin, il fait marcher en colonne sur l'ennemi et s'écrie « Ne tirez pas, nous sommes Français »[réf. nécessaire]. Il passe, bien qu'il ait perdu près de la moitié de ses hommes.

Entre 1805 et 1807, il est engagé aux batailles d'Austerlitz, d'Eylau, d'Heilsberg et de Friedland, qui se soldent par des défaites[1]. C'est lui qui, le , entama les pourparlers avec Murat qui débouchèrent sur le Traité de Tilsit entre la France et la Russie. En 1808, Bagration part alors pour le théâtre militaire suédois, où il s'empare de la zone-clef des îles Åland, puis il retourne l'année suivante dans le sud pour combattre les Turcs dans le cadre de la guerre russo-turque de 1806-1812[1]. Mais, défait à Tartaritza contre les Turcs, il est remplacé[réf. souhaitée].

En 1812, il commande la 2e armée russe contre l'invasion française[1]. Le 23 juillet, il est vaincu à la bataille de Moguilev, mais réussit à rejoindre le reste de l'armée russe après en avoir été séparé[1]. Il échappe ainsi aux tentatives françaises d'encerclement et rejoint Barclay de Tolly (1re armée russe) à Smolensk. Le 7 septembre, Koutouzov lui confie le commandement de l'aile gauche russe à la bataille de la Moskova, au cours de laquelle il est blessé mortellement[1].

Postérité modifier

Dans ses Mémoires inédits le général Langeron écrit de lui : « La nature avait beaucoup fait pour le prince Bagration, mais l'art n'y avait rien ajouté ; né avec une grande bravoure, un bon coup d'œil militaire, une activité prodigieuse et avec l'instinct de son métier, il avait acquis l'habitude de la guerre. […] Bagration, qui ne savait aucune autre langue que le russe et qui, encore, ne pouvait écrire dans cette langue ni un mémoire ni une relation sans fautes, n'avait jamais lu un livre, mais il avait le talent de consulter les autres et son esprit, juste et droit, lui faisait adopter le bon parti parmi ceux qu'on lui conseillait de prendre. […] Il avait aussi un autre talent bien précieux, c'était celui de se faire adorer de tous ceux qui servaient sous ses ordres. […] C'était un homme précieux pour la Russie. »

  • Napoléon lui rend hommage, après que Piotr Bagration eut succombé à sa blessure : « Il n'y a pas de bons généraux russes, à l'exception de Bagration ! ».
  • Le tsar Nicolas Ier fit élever un monument en son honneur sur le champ de bataille de Borodino[1]. Les restes du général y furent transférés à l'endroit où il fut mortellement touché. La tombe, détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, fut reconstruite.
  • Staline nomma « opération Bagration », du nom du général, la grande offensive soviétique lancée le et qui détruisit le groupe d'armée Centre allemand et repoussa les forces allemandes hors de Biélorussie. Comme Bagration, Staline était originaire de Géorgie.
  • Après la guerre, les Soviétiques annexèrent le nord de la Prusse-Orientale et la ville alors allemande de Preußisch Eylau (Iławka entre 1945 et 1946), lieu de la bataille de 1807 fut renommé Bagrationovsk.
  • Un astéroïde découvert le par l'astronome russe Lioudmila Tchernykh reçut le nom de (3127) Bagration.
  • Aux XXe et XXIe siècles, au moins 15 navires ont été nommés en l'honneur de Piotr Bagration[2].

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. a b c d e f g h i j k et l (en) Piotr Ivanovitch Bagration sur l’Encyclopædia Britannica (consulté le 27 novembre 2022)
  2. Guerre patriotique de 1812 sur les campagnes de libération de l'armée russe de 1813-1814. Sources. Les monuments. Problèmes. Matériaux de la XXIIIe Conférence scientifique internationale, 3-5 septembre 2019. Borodino, 2020. // S. Yu. Rychkov. La mémoire historique des participants à la bataille de Borodino dans les noms des navires. PP.302-329.[1]

Source modifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes modifier

  • borodinoru.ru Tombeau du prince Piotr Ivanovitch Bagration situé au sommet de la colline rouge près du village de Borodino.