Ouvrir le menu principal

Xenosmilus

genre de mammifères

Xenosmilus hodsonae

Xenosmilus
Description de cette image, également commentée ci-après
Squelette de Xenosmilus hodsonae.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Felidae
Sous-famille  Machairodontinae
Tribu  Homotherini

Genre

 Xenosmilus
Martin et al., 2010

Espèce

 Xenosmilus hodsonae
Martin et al., 2010

Xenosmilus est un genre éteint de grands félins de la sous-famille des Machairodontinés. Il a vécu en Floride au cours du Pléistocène (à l'Irvingtonien selon la chronologie régionale nord-américaine des mammifères terrestres, il y a entre 1 800 000 et 300 000 ans) environ[1].

ÉtymologieModifier

Le nom de genre Xenosmilus est composé des mots du grec ancien, ξένος, xenos, « étrange » et σμίλη, smilē, « ciseau ») pour donner « ciseau étrange » en référence à ses puissantes canines.

DescriptionModifier

 
Xenosmilus chassant un Glyptodon.

Physiquement, ce félin mesurait entre 1,70 et 1,80 mètres de long avec un corps très musclé et pesait probablement entre 230 et 400 kg. Seules les espèces Smilodon populator et Machairodus kabir étaient nettement plus grands chez les félins à dents de sabre. Avant leur découverte, tous les félins connus à dents de sabre appartenaient à deux catégories générales : les Smilodontini qui ont de longues canines supérieures et de grandes pattes, et les Homotherini qui n'onnt que des canines légèrement allongées et de longues pattes. Xenosmilus ne se place pas dans une de ces deux catégories, car il posséde à la fois un corps et des jambes musculeuses et robustes et des canines supérieures larges et courtes[2]. Aux côtés des deux squelettes se trouvaient des dizaines d'os de pécaris, que X. hodsonae chassait très probablement. L'hypothèse a été émise qu'ils auraient chassé selon une stratégie de « morsure et recul », utilisant leurs dents pour infliger des blessures profondes en raison de la façon dont ses canines et ses incisives pouvaient fonctionner ensemble. Ceci a valu parois le surnom de « chat emporte-pièce » à Xenosmilus[3].

RéférencesModifier