Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riche (homonymie).
Alméry Lobel-Riche
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Alméry Lobel-Riche, de son vrai nom Alméric Riche, né le à Genève de parents français, mort le à Paris, est un peintre, graveur, illustrateur, connu du public notamment pour ses représentations du monde de la galanterie.

Sommaire

BiographieModifier

Alméric Riche fait ses études aux Beaux-Arts de Montpellier puis à Paris à partir de 1895.

Pour ses premiers travaux, il illustre des romans paraissant sous forme de brochure, tel L'Oncle Scipion d'André Theuriet (1907).

Durant l'occupation, lors de la Seconde Guerre mondiale, Lobel-Riche choisit de s'installer à Meymac, en Corrèze, d’où sa femme est originaire. Il réside alors dans la maison Durand face à l'église, à l'angle de la rue Saint-Jean. C’est d’ailleurs au cimetière de Meymac qu’il demandera à être enterré.

Au cours de ce séjour forcé, il pratique principalement la peinture, son matériel de gravure et de lithographie étant resté dans son atelier parisien. Car si Lobel-Riche est un excellent peintre, il a acquis sa notoriété par son talent de graveur, qui maîtrise aussi bien les techniques de l'eau-forte, de la pointe sèche que de la gravure sur bois.

Après sa mort, une rétrospective de son œuvre est inaugurée, en 1951, dans une galerie d'art de la rue du Faubourg St-Honoré, par Henri Queuille, président du Conseil, et Georges Huisman, directeur des Beaux Arts.

CitationModifier

Pierre Mac Orlan a écrit à son sujet :

« Lobel-Riche fut toujours un artiste profondément attiré par les disciplines éprises de calme et d'équilibre, que la beauté féminine domine quand elle a dépassé les créations un peu faciles de la galanterie. Dans le monde de ses dessins classiques et savants dans leur classicisme, la lumière originelle est celle de la beauté conçue dans les mythologies esthétiques. »

Œuvres de bibliophilieModifier

Familier de Baudelaire, Lobel-Riche écrit sur lui :

« Le poète des Fleurs du Mal est le premier, le plus grand poète de la femme moderne. Beaucoup le chanteront après lui, mais il est resté le Maître et le Modèle. »

Outre Les Fleurs du mal, en 1923, Lobel-Riche a illustré plus d’une trentaine d’ouvrages. Parmi les plus célèbres :

Apprécié par de nombreux bibliophiles, Lobel-Riche figure dans de grandes collections ainsi que des musées.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier