Aimar (archevêque)

évêque de Maurienne, archevêque d'Embrun

Aimar (Aymaruz), probablement Aimar de Bernin, mort en juin 1245, est un prélat français du XIIIe siècle, qui a été notamment archevêque d'Embrun.

Aimar
Fonctions
Archevêque d'Embrun
-
Évêque de Maurienne
-
Abbé
Biographie
Décès
Activité
Fratrie

BiographieModifier

Aimar (Aymaruz, Aymar) de Bernin[1] est donné comme frère cadet de Jean de Bernin, archevêque de Vienne, pour la période de 1218 à 1266[2]. Il serait ainsi probablement originaire du château de la Veyrie à Bernin, dans le Dauphiné.

Carrière religieuseModifier

Aimar est élu abbé de Saint-Pierre de Vienne[3],[4], vers 1220[2].

Il succède à l'évêque Amédée II pour diriger le diocèse de Maurienne[4]. Le dernier acte d'Amédée II date de l'année 1220[5]. Le chanoine Angley considère qu'Aimar lui succède vers l'an 1222[4]. Entre les deux, un Jean, issu du chapitre de Maurienne aurait été désigné mais non confirmé par le pape[6]. Le début de son épiscopat semble avoir été difficile, rencontrant des tensions avec les chanoines en 1223[3],[4]. Il est notamment fait appel à des ecclésiastiques de la région pour régler le différend : le doyen de Grenoble, le Sacristain de Vienne, le Prieur d'Aillon et le Prévôt de Montcenis[4]. Une transaction est signée le 4 des calendes de [7]. Le curé Joseph-Antoine Besson et à sa suite le chanoine Angley le donnent pour arbitre dans un différend opposant le comte Thomas Ier de Savoie aux Thoire-Villars, à propos de possessions dans le Bugey[3],[7], acte confirmé par le Régeste genevois, mais qui ne cite pas l'évêque de Maurienne[8]. Il est par contre arbitre, au côté de l'abbé de Tamié, pour trancher un différend entre Guillaume de Beaufort et l'archevêque de Tarentaise, Herluin de Chignin, à propos du pouvoir juridictionnel de ce dernier sur la vallée de Luce (Beaufortain) et sa capitale, Saint-Maxime[3],[7],[9]. La sentence est rendue en faveur de l'archevêque de Tarentaise, le [7],[9]. Il est à nouveau témoin, au cours de la même année, dans un acte de confirmation de donation du comte Thomas Ier à l'abbaye d'Abondance[3],[10].

En 1235, il est désigné archevêque d'Embrun[3],[10]. Le , il rend hommage à l'empereur Frédéric II, qui confirme à cette occasion les privilèges de l'archevêque[2],[10].

MortModifier

Aimar meurt en 1245[3],[10], probablement le , durant le Premier concile de Lyon[2]. L'historien Honoré Fisquet, dans La France pontificale (Gallia christiana, 1867), indique que cette date provient d'un épitaphe, recopié d'après Nicolas Chorier (1612-1692), et étant erronée. L'historien précise « Ce prélat n'est point mort en 1245, puisque Innocent IV lui adressa deux bulles de Lyon, l'un le 3 des nones de janvier [...], l'autre, le 15 des calendes de février [...] »[11].

Le corps d'Aimar est transféré à Vienne dans l'église Saint-Pierre[3],[10]. L'épitaphe de son tombeau a été conservé[2], le chanoine Angley en donne une retranscription[10].

SceauModifier

Son sceau est constitué d'un « évêque debout, mitré, revêtu de la chasuble et du pallium, bénissant de la main droite et tenant de la main gauche la crosse tournée en dedans »[12].

RéférencesModifier

  1. Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe au début du XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X), p. 253.
  2. a b c d et e Louis Fillet, Notice chronologico-historique sur les archevêques d'Embrun, (réimpr. 2016), 38 p. (ISBN 978-2-34604-659-1, lire en ligne), p. 23-24
    Louis Fillet (1840-1902), prêtre et historien.
  3. a b c d e f g et h Joseph-Antoine Besson, Mémoires pour l'histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarentaise, Aoste et Maurienne et du décanat de Savoye, S. Hénault, 1759 (copie de l'exemplaire bibliotheque cant. et univ. lausanne), 506 p. (lire en ligne), p. 291-292.
  4. a b c d et e Histoire du diocèse de Maurienne, 1846, p. 120 (lire en ligne).
  5. Histoire du diocèse de Maurienne, 1846, p. 116 (lire en ligne).
  6. Gabrielle Michaux, Le chapitre cathédral de Saint-Jean-de-Maurienne du XIe au XIVe siècle, vol. 37, Société d'histoire et d'archéologie de Maurienne, (ISSN 0336-0539), p. 74.
  7. a b c et d Histoire du diocèse de Maurienne, 1846, p. 121 (lire en ligne).
  8. Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), p. 162, note n°606.
  9. a et b Joseph Garin, Le Beaufortain : une belle vallée de Savoie : guide historique et touristique illustre, La Fontaine de Siloé (réimpr. 1996) (1re éd. 1939), 287 p. (ISBN 2-84206-020-2, lire en ligne), p. 119.
  10. a b c d e et f Histoire du diocèse de Maurienne, 1846, p. 122-124 (lire en ligne).
  11. Honoré Fisquet, La France pontificale (Gallia christiana) : Histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, divisée en divisée en 18 provinces ecclésiastiques (vol.20 ), Métropole d'Aix. Aix, Arles, Embrun (seconde partie), Paris, E. Repos, (lire en ligne), p. 868-872.
  12. Ch. Rostaing, « Blasons des Evêques de Maurienne », Travaux de la Société d'histoire et d'archéologie de la province de Maurienne, t. 12,‎ , p. 104 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Chanoine Ambroise Angley (18xx-18xx, historien et prêtre), Histoire du diocèse de Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne, impr. de J.-B. Héritier, , 500 p. (lire en ligne), « L. Aimar », p. 120-124.
  • Alexis Billiet, Chartes du diocèse de Maurienne, vol. 1, Chambéry, imp. de Puthod fils, , 446 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier