Aimée Bologne-Lemaire

Aimée Bologne-Lemaire, née le à Bruxelles, morte le à Nalinnes est une féministe belge, résistante, républicaine et militante wallonne.

Aimée Bologne-Lemaire
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Préfet des études
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Aimée LemaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université libre de Bruxelles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enseignante, féministe, résistanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Distinction
Archives conservées par

Éléments biographiquesModifier

Aimée Lemaire est née le 6 janvier 1904 à Saint-Gilles. Sa mère, Alida Van Besien (1873-1964) est professeure à l'école moyenne de Saint-Gilles et son père, Alfred Lemaire (1874-) avocat[1],[2].

À 18 ans elle termine ses humanités en passant par le jury central pour pouvoir entrer à l'Université[3]. C'est, à l'époque, le seul moyen pour les filles d'avoir accès à l'université. Elle sort de l'Université libre de Bruxelles en 1926 avec le titre de docteure en Philosophie et Lettres, devient professeure de latin, grec, français et histoire[2] à la section Lycée de l'École moyenne de Charleroi - le futur Athénée. Elle est la première femme universitaire à y donner cours et la seule universitaire laïque dans une école dominée par le cléricalisme[4][3]. Lorsqu'elle en devient préfète des études, elle supprime la messe durant les heures de cours[4].

Elle épouse Maurice Bologne le [3]. Il a 29 ans et vit dans un milieu de révolutionnaires. Elle partage avec lui son enthousiasme pour le Marxisme, la révolution, l'internationalisme, Charles Plisnier, les Somerhausen, rencontrés à une manifestation en faveur de Sacco et Vanzetti.

Maurice Bologne lui parle du Pandit Nehru, de Mme Sun Yat-sen, du congrès du PC contre l'oppression le colonialisme[Quoi ?] auquel il a participé à Bruxelles[réf. nécessaire].

Domiciliée à Bruxelles, Aimée Lemaire enseigne à l'Athénée royal d'Ixelles de 1930 à 1943[3].

FéministeModifier

Aimée Bologne-Lemaire est engagée dans le mouvement féministe. Elle est membre fondatrice en 1930 du Groupement belge de la Porte ouverte qui défend l'égalité complète des femmes et des hommes en toutes circonstances et tout au long de leur vie[2].

Résistante antifascisteModifier

Elle est aussi militante pour la paix et contre le fascisme, Par solidarité avec les Républicains espagnols, elle aide les Brigades internationales adhère au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et mène campagne contre le rexisme

Elle aide les Brigades internationales, adhère au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et mène campagne contre le rexisme[5]. Elle adhère à l'Avant-Garde wallonne de Bruxelles et contribue à la naissance de la Garde wallonne de Bruxelles[2]. Elle devient, avec son mari, une des chevilles ouvrières de la Société historique pour la Défense et l’Illustration de la Wallonie fondée en 1938[6].

Elle acclame la France à Waterloo avec l'Abbé Jules Mahieu[réf. nécessaire].[pas clair]

Puis c'est l'exode avec des gens comme François Bovesse, Joseph Calozet, Arille Carlier, François Van Belle, François Simon, Alfred Harcq, Lucien Hiernaux, René Thône, René Degand, des Namurois, Carolorégiens, Ardennais, Bruxellois, des Wallons et d'abord des antifascistes. Wallonie libre est fondée le 18 juin, arbore la croix de Lorraine, s'engage dans la Résistance[pas clair].[réf. nécessaire]

 
Plaque apposée sur la façade de l'Athénée royal Vauban à Charleroi

Lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate, elle s'engage dans la résistance et participe à la diffusion de la presse clandestine, comme la Wallonie Libre, la Libre Belgique clandestine, la Voix des belges, la Meuse[4] dès septembre 1940, puis rejoint les Milices patriotiques, dès septembre 1941 et devient membre du Front de l'Indépendance début 1942[7].

Préfète du Lycée de Charleroi en , elle y crée une cellule de Wallonie libre, protège les élèves que les Allemands tentent de recruter pour le Service du travail obligatoire, refuse de livrer les listes d'élèves de dernière année, fournit des certificats falsifiés aux élèves menacées de déportation, participe à un réseau qui et à l'abri les enfants juifs[4].

Menacée de poursuites par la Werbstelle de Charleroi, elle se réfugie durant l'été 1943 à Comblain-au-Pont, en région liégeoise. De retour à Charleroi, elle est à nouveau inquiétée par les Allemands car son nom et celui de Maurice Bologne figurent sur des listes dressées par les Rexistes. Le couple se réfugie alors à Nalinnes jusqu'à la libération de Charleroi, le 4 septembre 1944[6].

Militante walloneModifier

Elle est membre fondatrice de l’Association pour le Progrès intellectuel et artistique de la Wallonie[2] et participe au Congrès national wallon de 1945 puis aux autres, à Namur, Charleroi, Verviers, rallie[pas clair] André Renard avec Robert Moreau et André Genot, en 1960.

En 1961, elle crée l’Institut Jules Destrée, un institut de recherche dédié à « l’intérêt général et le bien commun des femmes et des hommes en société, du local au global, au travers d’une démocratie exemplaire et d’un meilleur développement »[8].

Durant l'hiver 1960-1961, une grève générale contre le programme d'austérité du gouvernement belge de Gaston Eyskens, paralyse le pays et principalement la Wallonie[9]. Aimée Bologne-Lemaire quitte l'enseignement le , pour participer plus librement à la lutte aux côtés des travailleurs[7].

La grève finie, elle redouble d'activités au sein de l'Institut Jules Destrée, milite au sein du Mouvement populaire wallon.

Républicaine convaincue, elle rejoint ensuite dans le Rassemblement wallon, où elle crée. une Commission féminine fédérale, qu'elle préside de 1968 à 1975, accompagne Maurice Bologne comme sénateur durant la même période et l'accompagne ensuite dans la grave maladie qui le frappe jusqu'à son décès en 1984[7].

De plus, elle va organiser l’importante Journée des Femmes du à la Maison de la Culture de Namur[10]. Elle figure parmi les signataires du Manifeste pour la culture wallonne de 1983[11].

Elle meurt le 20 décembre 1998 d'un infarctus[7]. Philippe Destatte, directeur de l'Institut Jules Destrée, prononce son oraison funèbre[12] .

ReconnaissancesModifier

  • Une plaque commémorative est inaugurée à l'Athénée royal Vauban à Charleroi, le [13].
  • Le 6 mars 2020, l'Athénée Vauban (anciennement Lycée de Charleroi) organise une cérémonie d'hommage à Aimée Bologne-Lemaire, à l'occasion du 20ème anniversaire de la pose de la plaque commémorative[14].
  • Un prix Bologne-Lemaire de la Wallonne ou du Wallon de l’année, en hommage à Maurice Bologne et Aimée Lemaire, est remis chaque année depuis 1976 à une personne qui, par son action sociale, économique, politique ou culturelle aura le mieux servi les intérêts de la société wallonne[15].

PublicationsModifier

Arille Carlier ou la conscience wallonne, 1976, Institut Jules Destrée pour la Defense et l'Illustration de la Wallonie

Jules Destrée : 21 août 1863-2janvier 1936 : biographie succincte, 1969, Institut Jules Destrée pour la Defense et l'Illustration de la Wallonie

RéférencesModifier

  1. « Généalogie de Aimée, Esthelle LEMAIRE », sur Geneanet (consulté le 18 février 2021)
  2. a b c d et e « Aimée Lemaire | Connaître la Wallonie », sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le 22 avril 2018)
  3. a b c et d Delforge, Destatte et Libon, p. 966.
  4. a b c et d Jacqueline Aubenas, Jeanne Vercheval-Vervoort et Suzanne van Rokeghem, Des femmes dans l’histoire en Belgique depuis 1830, Bruxelles, Luc Pire, , p.115
  5. Delforge, Destatte et Libon, p. 967.
  6. a et b (de) « Province de Liège », sur Mobilité durable | Province de Liège (consulté le 19 février 2021)
  7. a b c et d « Institut Destrée, Centre de recherche européen basé en Wallonie (Europe) », sur www.wallonie-en-ligne.net (consulté le 19 février 2021)
  8. « Qui nous sommes », sur www.institut-destree.eu (consulté le 19 février 2021)
  9. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Grève en Belgique », sur Ina.fr (consulté le 19 février 2021)
  10. « Aimée Lemaire | Connaître la Wallonie », sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le 22 avril 2018)
  11. Catherine JACQUES, Dictionnaire des femmes belges, Bruxelles, Racine, , p. 364-366
  12. « Institut Destrée, Centre de recherche européen basé en Wallonie (Europe) », sur www.wallonie-en-ligne.net (consulté le 19 février 2021)
  13. Institut Jules Destée, discours prononcé lors de l'inauguration de la plaque commémorative par Jean-Pol Demacq
  14. « Hommage à Résistante Aimée Lemaire par l'Athénée Vauban à Charleroi - 06.03.2020. », sur www.millennia2025-foundation.org (consulté le 19 février 2021)
  15. « Prix de la Wallonne ou du Wallon de l'année », sur www.institut-destree.eu (consulté le 19 février 2021)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Paul Delforge (dir.), Philippe Destatte (dir.) et Micheline Libon (dir.), Centre d'Histoire de la Wallonie et du Mouvement wallon, « Lemaire Aimée (épouse Bologne) », dans Encyclopédie du mouvement wallon, t. II : Lettres F-N, Charleroi, Institut Jules Destrée, (ISBN 2-87035-019-8), p. 966-970.
  • Suzanne Van Rokeghem, Jeanne Vercheval-Vervoort et Jacqueline Aubenas, Des Femmes dans l'Histoire en Belgique, depuis 1830, Bruxelles, Éditions Luc Pire, coll. « Voix de l'Histoire », , 303 p. (ISBN 2-87415-523-3, lire en ligne)