Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ahmad Shah.

Ahmad Chah Durrani
احمد شاه دراني
Illustration.
Titre
Empereur d'Afghanistan
Prédécesseur Shah Hussain Hotak
Successeur Timour Shah Durrani
Biographie
Titre complet Padishah d'Afghanistan
Shah de Khorasan
Roi du Pendjab
Roi de Sind
Roi de Mashad
Roi du Cachemire
Dynastie Durrani
Nom de naissance Ahmad Khan Abdali
Date de naissance
Lieu de naissance Herat (Afghanistan)
Date de décès
Père Muhammad Zaman Khan Abdali
Mère Zarghoona Alakozai Begum
Enfants Timour Shah et nombreux autres enfants
Héritier Timour Shah
Religion Islam

Ahmad Chah Durrani

Ahmad Chah Durrani (احمد شاه دراني, connu également sous le nom de Ahmad Khān Abdālī) né en 1722 à Hérat en Afghanistan et mort en 1772 à Kandahar est l'empereur d'Afghanistan, émir de Khorasan, roi du Pendjab, roi du Sind, roi de Mashad, roi du Cachemire et le fondateur de la dynastie Durrani. Il règne sur l'Afghanistan de 1747 à 1772 soit durant 25 ans.

BiographieModifier

Article connexe : Empire Durrani.

Le jeune Ahmad Khan appartient à la tribu des Abdali. Il est fils de Sâmân Shâh Abdālī et son ancêtre Mâlik Abdal est à l'origine du nom de la tribu[1]. Fait prisonnier par le shah de Perse Nâdir Shâh, il devient un de ses officiers. En 1747 Nadir Shah est assassiné et Ahmad Khan est élu shah de Khorasan lors d'une Loya Jirga à Kandahar : son titre est changé en Ahmad Shah Dur-i-Durran (roi Ahmad, la perle des perles). À partir de ce jour la tribu Abdali prend le nom de Durrani.

 
Couronnement d'Ahmad Shah Durrani en 1747, par Abdul Ghafur Breshna.

Ahmad Shah Durrani est considéré par les Afghans comme le père fondateur de l'Afghanistan et porte le titre « Bâbâe Melat » qui, en persan, signifie « père de la Nation »

En 1748, il prend Kaboul, puis poursuit en Inde où il s'empare du Cachemire en 1753, fait six raids sur le Pendjab, pille Mathura en 1756 et, au début de 1757, Delhi durant un mois. Il y prend conscience de la faiblesse de l'empire moghol qu'il laisse en place après acceptation de sa souveraineté sur le Cachemire, le Pendjab et le Sind. Il prend cependant pour épouse une des princesses de la famille impériale et en accorde quelques autres à son fils Timour Shah, qu'il fait gouverneur du Pendjab et du Sirhind. Il laisse comme vizir à Delhi un chef Rohilla qui a toute sa confiance, mais, à peine a-t-il traversé l'Indus, que son homme assassine l'empereur Azîz ud-Din Âlamgir et installe sur le trône le fils de ce dernier Shâh Âlam II, sa marionnette.

À la suite d'une révolte, il rase la ville sainte sikh d'Amritsar, y massacre des milliers de sikhs, détruisant leurs temples et souillant leurs lieux saints avec du sang de vache. Il s'empare de l'Aligârh en 1759.

En 1761, il bat l'empire marathe à la troisième bataille de Pânipat mettant un terme aux conquêtes marâthes dans le Nord du sous-continent et déstabilisant l'empire hindou.

Dans une ultime expédition, il inflige une lourde défaite aux Sikhs, mais doit retourner immédiatement en Afghanistan pour y mater une insurrection. Profitant de ce contretemps, les Sikhs se soulèvent à nouveau et Ahmad doit abandonner tout espoir de maintenir son emprise sur le Pendjab.

Il meurt en 1772, probablement d'un cancer, laissant à son fils Timour Shah l'empire qu'il a fondé.

Titre complet en PersanModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Louis Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1278 p., p. 2