Aïn Boucherit

site archéologique en Algérie

Aïn Boucherit
Localisation
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Sétif
Commune Guelta Zerka
Coordonnées 36° 12′ 32″ nord, 5° 41′ 16″ est
Géolocalisation sur la carte : Algérie
(Voir situation sur carte : Algérie)
Aïn Boucherit
Aïn Boucherit
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Aïn Boucherit
Aïn Boucherit
Histoire
Époque Paléolithique archaïque

Aïn Boucherit est un site préhistorique situé dans la commune de Guelta Zerka, dans la wilaya de Sétif, en Algérie. On y a découvert en 2018 des outils lithiques oldowayens datés jusqu'à 2,4 millions d'années (Ma), ce qui en fait le plus ancien site paléolithique connu d'Afrique du Nord. Aïn Boucherit fait partie du complexe paléolithique d'Aïn Hanech, qui comporte plusieurs locus dont certains avaient déjà livré des outils lithiques datés d'environ 1,7 Ma.

HistoriqueModifier

En 2018, une équipe dirigée par les chercheurs algérien Mohamed Sahnouni et éthiopien Sileshi Semaw, du Centre national d'investigation sur l'évolution humaine (CENIEH) de Burgos, en Espagne, découvre sur le site d'Aïn Boucherit des outils en pierre taillée dans des couches stratigraphiques très anciennes[1],[2],[3].

Le , Azzedine Mihoubi, ministre algérien de la culture, déclare reconnaitre l'importance de la découverte et annonce qu'il va procéder à la sécurisation du site[4].

Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles fouilles sur le site.

DescriptionModifier

Les vestiges comprennent des outils lithiques, fabriqués à partir de silex et de roches calcaires locales, et des ossements fossiles d'animaux portant des marques de percussion et de découpe[2]. Aucun fossile humain n'a en revanche encore été trouvé sur le site.

Les outils lithiques appartiennent à la culture oldowayenne, attestée dès 2,6 Ma à Ledi Geraru et à Kada Gona, dans la vallée de l'Awash, en Éthiopie, mais dont le plus ancien témoignage en Afrique du Nord était jusque là le locus d'Aïn Hanech, daté d'environ 1,7 Ma.

Ils incluent des galets aménagés, de types polyèdres et subsphéroïdes, et des outils à bord tranchant destinés à dépecer des carcasses animales[2].

AnalyseModifier

Les vestiges fossiles et lithiques trouvés sur le site ne permettent pas de savoir si les hommes d'Aïn Boucherit avaient eux-mêmes abattu les animaux dépecés ou s'ils étaient seulement des charognards opportunistes. Cependant, les traces laissées sur les ossements semblent indiquer qu'ils bénéficiaient d'un accès primaire aux carcasses animales pour en extraire la viande, ce qui pouvait s'obtenir en évinçant les carnivores juste après qu'ils aient tué leurs proies. Cela montre en toute hypothèse une certaine capacité à mettre en œuvre des stratégies collectives d'appropriation[2].

DatationModifier

La datation de ces pierres taillées, difficile en l'absence de couches volcaniques dans la stratigraphie du site, a fait appel à quatre méthodes indépendantes[2] :

  • la géologie des couches stratigraphiques et leur vitesse estimée de sédimentation ;
  • le paléomagnétisme, par le géochronologiste Josep Parés, du CENIEH ;
  • la biochronologie, c'est-à-dire l'étude de la paléofaune de mammifères associée aux outils lithiques, par le paléontologue Jan van der Made, du Musée national des sciences naturelles de Madrid ;
  • la résonance de spin électronique appliquée aux outils lithiques, par Mathieu Duval, de l'université Griffith.

Le résultat de ces analyses est une fourchette allant de 1,9 à 2,4 millions d'années[5],[6], ce qui signifie que le genre Homo serait presque aussi anciennement attesté en Afrique du Nord qu'en Afrique de l'Est[7], seule région d'Afrique où des vestiges d'industrie lithique plus anciens ont été découverts à ce jour[6].

PaléofauneModifier

Des fossiles de Mammuthus africanavus datés d'environ 2,2 millions d'années (du Pliocène supérieur) ont été découverts à Aïn Boucherit[8].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Sileshi Semaw, Kamel Boulaghraif, Mohamed Medig et Abdelkader Derradji, « 1.9-million- and 2.4-million-year-old artifacts and stone tool–cutmarked bones from Ain Boucherit, Algeria », Science, vol. 362, no 6420,‎ , p. 1297–1301 (ISSN 1095-9203 et 0036-8075, PMID 30498166, DOI 10.1126/science.aau0008, lire en ligne, consulté le )
  2. a b c d et e (en) « The whole of Africa was the cradle of humankind : Oldest stone artifacts and cutmarked bones in North Africa contemporary with archaeological materials in East Africa », sur ScienceDaily,
  3. (en) AFP, « East Africa may lose its crown as 'cradle of mankind' », sur ewn.co.za (consulté le )
  4. « Site archéologique d'Aïn Boucherit : un pôle d’attraction mondial qu’il faut préserver », sur www.aps.dz (consulté le )
  5. (en) « Stone tools date early humans in North Africa to 2.4 million years ago », sur phys.org (consulté le )
  6. a et b Futura sciences, « Origines de l'Homme : l'Afrique de l'Est n'est peut-être pas le seul berceau de l'humanité », sur Futura (consulté le )
  7. (en) Agence France-Presse, « 2.4-million-year-old tools found in Algeria could upend human origin story », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Lars Werdelin et William Joseph Sanders, Cenozoic Mammals of Africa, Berkeley, Univ of California Press, , 986 p. (ISBN 978-0-520-25721-4, lire en ligne), p. 216

Articles connexesModifier