Aéroport international de N'Djaména

aéroport tchadien

Aéroport international de N'Djaména
Image illustrative de l’article Aéroport international de N'Djaména
Localisation
Pays Drapeau du Tchad Tchad
Ville N'Djaména
Coordonnées 12° 08′ 01″ nord, 15° 02′ 02″ est
Altitude 295 m (968 ft)
Géolocalisation sur la carte : Tchad
(Voir situation sur carte : Tchad)
NDJ
NDJ
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 2 800 m (9 186 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA NDJ
Code OACI FTTJ
Type d'aéroport militaire/public
Gestionnaire Gouvernement

L'aéroport international de N'Djaména (code AITA : NDJ • code OACI : FTTJ) est l'aéroport domestique et international desservant la ville de N'Djaména, capitale du Tchad. Il est également appelé aéroport international Hassan Djamous.

CaractéristiquesModifier

Il est situé à l'ouest du centre-ville de N'Djaména, à moins de trois kilomètres du palais présidentiel. Compte tenu de sa proximité avec la ville de N'Djaména et du fait qu'il sépare la capitale de la ville de Farcha, il est prévu de construire un nouvel aéroport dans la zone de Djermaya. Qui plus est, les équipements aéroportuaires, et notamment l'aérogare, sont relativement vétustes.

L'aéroport est doté d'une seule piste bitumée de 2 800 m permettant à partir de mars 1984 de faire atterrir et d’accueillir tous types d'appareils, jusqu'au Boeing 747. L'orientation de la piste est 05/23, soit sud-ouest/nord-est.

SituationModifier


Compagnies et destinationsModifier

 
Appareil EgyptAir à l'aéroport international de N'Djaména.
CompagniesDestinations
  Air Côte d'IvoireAbidjan-F.-H.-Boigny, Douala[1]
  Air France Paris-Charles de Gaulle
  ASKY Airlines Abuja-N. Azikiwe, Douala, Lomé[2]
  Camair-Co Douala
  CEIBA Intercontinental Douala, Malabo
  EgyptAir Le Caire
  Ethiopian Airlines Addis-Abeba Bole
  Sudan Airways Kano-Mallam Aminu, Khartoum
  Tarco Air Khartoum[3]
  Tchadia Airlines Abéché[4], Bangui[4], Douala[4], Faya-Largeau[4], Kano-Mallam Aminu[4], Khartoum[4], Moundou[4], Niamey-D. Hamani[4], Sarh[4]
Toumaï Air Tchad En saison : Djeddah - Roi-Abdelaziz
  Turkish Airlines Istanbul[5]

Édité le 13/02/2020

À usage civil et militaire, il est utilisé par les forces armées tchadiennes et les forces armées françaises qui y déploient des avions depuis 1939. L'aéroport sert aussi de hub pour les vols humanitaires du Programme alimentaire mondial à destination d'Abéché, Moundou, Sarh, Mao, Ati et Mongo notamment.

L'aéroport ne dispose pas d'une zone de boutiques hors taxes. Un distributeur automatique de billet et un bureau de change sont disponibles. Au premier étage, il existe un bar.

HistoriqueModifier

Ce qui deviendra la base aérienne 172 Fort-Lamy est occupée par un détachement permanent d’avions de l'armée de l'air française de 1939 jusqu’à son abandon en 1975.

Le 20 septembre 1940, les Alliés ouvrent la route aérienne entre Takoradi au Ghana et Le Caire en Égypte. Les avions provenant souvent des États-Unis via le Brésil font escale à Fort-Lamy grâce au ralliement du Tchad à la France libre le 26 août 1940[6].

Principale base de la petite armée de l'air tchadienne, elle voit, depuis 1986, dans le cadre de l'opération Épervier, le retour d'un détachement permanent de l’armée française.

En 2013, la base est l'élément principal du dispositif aérien de l'armée de l'air française lors de l'opération Serval au Mali, avec jusqu'à 8 Rafale en opérations de guerre et depuis l'une principales plates-formes de l'opération Barkhane couvrant le Sahara.

Notes et référencesModifier

  1. « Air Côte d’Ivoire Adds New Destinations in Africa from late-August 2013 » (consulté le 7 juin 2015)
  2. June 2016 Timetable, http://www.flyasky.com/asky/horaires/ndj
  3. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 14 août 2015)
  4. a b c d e f g h et i « Tchadia Airlines outlines planned network from Oct 2018 », routesonline.com (consulté le 26 septembre 2018)
  5. « Istanbul New Airport Transition Delayed Until avril 5, 2019 (At The Earliest) »
  6. Stéphane Mantoux, Les guerres du Tchad : 1969-1987, Chamalières, Lemme edit, 107 p. (ISBN 978-2-917575-49-9), p. 21.