1175 en santé et médecine

événements liés à la santé et la médecine en 1175
Chronologies
Années :
1172 1173 1174  1175  1176 1177 1178
Décennies :
1140 1150 1160  1170  1180 1190 1200
Siècles :
XIe siècle  XIIe siècle  XIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Croisades Santé et médecine
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Julien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

ÉvénementModifier

  • Première occurrence connue du mot « maladerie » (« hôpital pour lépreux »), dérivé de « malade » et qui, en , aura donné « maladrerie » par attraction de « ladre » (« lépreux[1],[2] »).

FondationsModifier

NaissancesModifier

  • Vers ou vers 1175 : Robert Grossetête (mort en ), théologien et auteur de traités scientifiques dans lesquels, en médecine, il a employé « la méthode de résolution et composition, appliquée à l'étude du processus d'action des médicaments », dans le cas, par exemple, de la scammonée et de la bile[6].
  • Vers 1175 : Michel Scot (mort après 1232), philosophe, médecin, alchimiste et astrologue écossais, traducteur des commentaires d'Averroès sur les ouvrages d'Aristote[7].

DécèsModifier

  • Vers ou en 1175- : Al Idrissi (né vers ), géographe, botaniste et médecin arabe, auteur d'une importante pharmacopée mentionnée sous divers titres, dont celui de Kitāb al-Jāmiʿ li-ṣifāt aštāt al-nabāt wa ḍurūb anwāʿ al-mufradāt (« Livre des propriétés de diverses plantes et remèdes variés »), où les noms sont donnés en plusieurs langues, dont le syriaque, le grec, le persan, le hindi, le latin ou le berbère[8].

RéférencesModifier

  1. Maladrerie, subst. fém., Ortolang, CNRTL, 2012 [lire en ligne (page consultée le )].
  2. Denis Jeanson, Maladrerie, sur le site de l'auteur, s. d. [lire en ligne (page consultée le )].
  3. Jacques-Guy Petit (dir.) et Jean-Paul Saint-André (dir.), Médecine et hôpitaux en Anjou : Du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 336 p. (ISBN 978-2-7535-0828-6, lire en ligne), p. 48.
  4. Bruno Tabuteau, « La Lèpre dans l'Angleterre médiévale : À propos d'un livre récent », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 87, no 2,‎ , p. 403 (lire en ligne).
  5. Jeanne Damien, « La Société rurale face à la lèpre à travers le registre de l'officialité de Cerisy de à  », Annales de Normandie, vol. 43, no 2 « Lèpre et guerre XIVe-XVe siècles »,‎ , p. 97, n. 34 (lire en ligne).
  6. Ernest Wickersheimer, Guy Beaujouan (éd.) et Danielle Jacquart, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, vol. 3 : Supplément, Genève, Droz, coll. « Hautes études médiévales et modernes » (no 35), , 781 p. (ISBN 978-2-600-03384-8, lire en ligne), « Robert Grossetête », p. 210.
  7. Clara Foz, Le Traducteur, l'Église et le Roi : Espagne, XIIe et XIIIe siècle, Ottawa, Presses de l'université d'Ottawa, coll. « Regards sur la traduction », , 188 p. (ISBN 2-7603-0462-0, lire en ligne), p. 62 et suiv..
  8. Anneliese Nef, « Al-Idrīsī : Un complément d’enquête biographique », dans Henri Bresc (dir.) et Emmanuelle Tixier du Mesnil (dir.), Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, , 274 p. (ISBN 978-2-84016-066-3, lire en ligne), § 27, § 13 (n. 26) et § 18 (n. 31).