Ouvrir le menu principal

17e à 15e millénaires avant le présent

millénaire
(Redirigé depuis -13000)

ÉvènementsModifier

  • De 18 000 à 13 000 ans avant le présent (AP) : tardiglaciaire. Début de réchauffement après la glaciation de Würm. Montée assez lente du niveau marin (20 mètres entre 18 000 et 13 000 AP[1].
  • Entre 18 000 et 12 000 ans AP : aridité en Afrique et en Australie[2].
  • Entre 17 000 et 15 000 AP : gravures de Qurta, gravures d'animaux retrouvées près d'Edfou dans la vallée du Nil, datées de plus de 15 000 ans (âge estimé entre 17 000 et 20 000 avant le présent ; elles prouvent l'existence d'un art paléolithique africain similaire à l'art paléolithique européen[3].
  • 16 000 AP : première occupation du site de Roonka Flat, près de Blanchetown, sur la Murray River, en Australie, daté de 16 000 ans avant le présent[4].
  • Avant 15 000 AP : dans le bassin du Darling en Australie, des hommes récoltent le millet sauvage dont ils broient les graines avec des meules de pierre. La farine obtenue est cuite pour donner une sorte de pain[5].
  • 14 500 à 11 700 AP : refroidissement brusque du climat au Dryas récent liée à la modification des courants de l’Atlantique Nord par l’eau douce venue de la fonte de l’inlandsis laurentidien couvrant l’Amérique du Nord[6].

AmériqueModifier

  • Entre 17 000 et 15 000 ans AP : occupation humaine en Amérique du Nord à Meadowcroft (Pennsylvanie)[8]. Les sites de Cactus Hill, Meadowcroft et Miles Point dans le Maryland livrent de petites pointes bifaciales triangulaires sans cannelures, datés entre 19 000 et 12 000 ans, qui seraient plus anciennes que celles de la culture Clovis[9].
  • 17 000 ± 400 ans AP : phase finale du site de Pedra Furada (niveau C, phase « Pedra Furada IV ») ; du foyer ayant fourni cette dernière date provient une pierre portant semble-t-il des vestiges de colorant rouge[10].
  • Entre 16 000 et 12 600 ans AP : le grand nombre de sites côtiers de l'Alaska au Chili et la glottochronologie plaident pour un peuplement de l'Amérique par cabotage à partir de la Béringie par des peuples maitrisant la navigation, maitrise attestée par le site de l'Île Cedros, à 100 km au large de la Baja California, daté de 12 600 ans AP[9].
  • 15 700 AP : objets de pierre de la grotte de Bluefish (en) près de Old Crow dans le Yukon : assemblages de « micro-lames » insérées dans des sillons creusés dans des pointes d’os pour faire des têtes d’épieux. D’autres sites de la région ont également été datés entre 13 700 et 13 100 ans[11]. Cette technique est originaire de Sibérie et vieille de 30 000 ans, ce qui confirme les migrations par le détroit de Béring.
  • 15 000 à 14 500 AP : occupation probable du site de Wilson Butte Cave (en), près de Twin Falls, en Idaho ; des os associés à un outillage lithique sont datés de 12 500 à 13 000 av. J.-C.[12].
  • 15 000-8 000 AP : occupation humaine du site de Huaca Prieta au Pérou[13].
  • 14 500 AP : village du paléolithique récent à Monte Verde II, dans le Chili méridional, bien conservé dans les tourbières, daté de 14 500 avant le présent[14] ; restes de poutres en bois, d’objets, de nourriture et de médicaments. Il suggère une bonne connaissance de la région par ses habitants. Huttes rectangulaires, larges de 3 à 4,5 mètres et tendues de peaux de mastodontes sur une structure en bois, braseros d’argile (chauffage), restes de 27 plantes médicinales, travail du bois, bâtons et mortiers de bois, pommes de terre, chasse du mastodonte et de gibiers plus petits avec des lances de bois de 2,3 mètres, grattoirs de pierre montés sur manche (travail des peaux et du bois), hachereaux, bifaces.
  • Entre 14 200 ± 300 et 12 980 ± 85 AP : occupation humaine à Taima-Taima au Venezuela. Restes de faune pléistocène (mastodonte, amerhippus (en), glyptodon, haplomastodon (en), megatherium), associés à des galets aménagés et à une pointe bifaciale « El Jobo » fichée dans un os de mastodonte[10].
  • 14 200 AP : présence humaine attestée à Pikimachay au Pérou, phase Ayacucho ; des restes osseux de faune pléistocène éteinte (cheval, camélidé, édenté géant) datés de 14 200 ± 180 ans avant le présent sont associés à des outils en os, des pointes de projectiles, des grattoirs, un poinçon et des percuteurs, ainsi que des pièces lithiques d'assez grande taille (choppers et racloirs)[15],[16].

AsieModifier

 
Fragments de céramique découverts à Odai Yamamoto I.
  • 16 500 AP : des fragments de céramique découverts sur le site d'Odai Yamamoto et datés de 14 500 av. J.-C. marquent le début de la période Jōmon au Japon. Ils sont associés avec un outillage lithique du Paléolithique final ou Proto-Jōmon[21].
  • 16 000-14 000 AP : entre 14 000 et 12 000 av. J.-C., le radoucissement climatique déclenche, au Proche-orient, dans la zone du croissant fertile, l’extension des céréales sauvages et le développement de la steppe à chêne et pistachiers[22]. Au Sinaï et à Kharaneh, en Jordanie, les sites du Kébarien géométrique (15 000-12 500 av. J.-C.) livrent des mortiers pour broyer les céréales et les premières maisons, très isolées. Les habitations sont rondes et semi enterrées[23].
  • 14 500-11 500 AP : Homme de Maludong ou « Homme du Cerf rouge », caractérisé par plusieurs fossiles du genre Homo découverts dans le Guangxi en Chine dans la grotte de Maludong en 1989 et la grotte de Longlin en 1979. Ils appartiendraient à une espèce distincte d’Homo sapiens, présentant un mélange de caractères archaïques et modernes, apparemment disparue sans avoir contribué au patrimoine génétique des humains modernes. Il pourrait s’agir d’hybrides d’hommes modernes avec des Dénisoviens, où d’une population ancienne d’Homo erectus qui aurait survécu[24].
  • De 15 350 à 14 050 AP : tessons de céramique, utilisée pour servir de récipient par les peuples Jomons, retrouvée sur le site de la grotte de Fukui, près de Nagasaki au Japon. Ils sont datés de 15 350 à 14 050 avant le présent et associés à des microlithes[21].

EuropeModifier

 
Aurochs en bas-relief trouvé au Fourneau-du-Diable.
 
Gravures de la grotte des Combarelles (cheval sauvage, ours des cavernes, mammouth, lion des cavernes).
  • Entre 17 000 et 12 000 AP : développement des cultures magdaléniennes (industrie osseuse et qualité des œuvres d’art mobilier ou pariétal)[26]. L’industrie lithique se miniaturise (microlithes). Innovation dans l’utilisation des matières osseuses : baguettes demi-rondes, destinées à être associées par deux, pointes de sagaies, foënes et hameçons (pêche), harpons à une ou deux rangées de barbelures, propulseurs, bâtons percés transformés en objets d’art mobilier par la sculpture et la gravure. Des os plats sont découpés en forme de têtes d’animaux et perforés sans doute pour être utilisés comme éléments de parure.
  • Entre 15 500 et 13 500 AP : art pariétal à Altamira (Espagne)[27].
 
Pointe de silex de la culture de Hambourg, site de Bjerlev Hede, au Danemark, 12 500 BC.
  • 15 500-13 100 AP : culture de Hambourg ou Hambourgien, culture de chasseurs de rennes des plaines du nord-ouest de l'Europe de la fin du Paléolithique supérieur (12 700 ans à 12 200 av. J.-C.)[28].
  • 15 245-14 300 AP : le site de Mezhyrich en Ukraine, daté entre 15 245 ± 1080 et 14 300 ± 300 ans avant le présent, contient quatre huttes en os de mammouth avec des foyers, des ateliers de taille et entourées de fosses remplies d'os. Un des cabanes, composée de 385 os de mammouth assemblés comme un igloo de 6 mètres de diamètre et 2,8 mètres de hauteur[29]. Sur le site de Mézine (Mezyn) en Ukraine, daté de 15 100 ± 200 ans avant le présent on a découvert cinq cabanes en ossements de mammouths[30]. Le village, qui comprend une cinquantaine de personnes, livre 113 238 objets lithiques (grattoirs, burins, pointes de silex), un riche matériel osseux (coins en os, pointes, aiguilles à chas, hameçons, sagaie portant de profondes rainures longitudinales afin de les garnir de microlithes) et deux bracelets en ivoire de mammouth, ornés de décors géométriques[31].
 
La Venus impudique de Laugerie-Basse, première des Vénus paléolithique découverte en 1864 par le marquis de Vibraye[32]. Magdalénien moyen. Dessin de 1907.
 
Un crâne humain de la grotte de Gough utilisé comme coupe.

Notes et référencesModifier

  1. Yves Lagabrielle, René Maury, Maurice Renard, Mémo visuel de géologie - 2e éd. : L'essentiel en fiches et en couleurs, Dunod, (ISBN 9782100772728, présentation en ligne)
  2. Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l'Afrique. Méthodologie et préhistoire africaine, vol. 1, UNESCO, (ISBN 9789232017079, présentation en ligne)
  3. Emmanuel Guy, Ce que l'art préhistorique dit de nos origines, Flammarion (ISBN 9782081413832, présentation en ligne)
  4. Diane Bell, Ngarrindjeri Wurruwarrin : A World that Is, Was, and Will be, Spinifex Press, (ISBN 9781875559718, présentation en ligne)
  5. Keith Farrer, To Feed A Nation : A History of Australian Food Science and Technology, Csiro Publishing, (ISBN 9780643099722, présentation en ligne)
  6. Alain Foucault, Climatologie et paléoclimatologie, Dunod, (ISBN 9782100756643, présentation en ligne)
  7. Renee Beauchamp Walker, Boyce N. Driskell, Foragers of the Terminal Pleistocene in North America, U of Nebraska Press, (ISBN 9780803207646, présentation en ligne)
  8. a et b Colin Renfrew et Paul Bahn, The Cambridge World Prehistory=, Cambridge University Press, (ISBN 9781107647756, présentation en ligne)
  9. a et b Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, Une histoire des civilisations : Comment l'archéologie bouleverse nos connaissances, Éditions La Découverte, (ISBN 9782707188786, présentation en ligne), p. 133
  10. a et b André Leroi-Gourhan, José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130738244, présentation en ligne)
  11. David E. Anderson, Andrew S. Goudie, Adrian G. Parker, Global Environments Through the Quaternary : Exploring Environmental Change, OUP Oxford, (ISBN 9780198742265, présentation en ligne)
  12. Bruce G. Trigger, Wilcomb E. Washburn, Richard E. W. Adams, The Cambridge History of the Native Peoples of the Americas, Cambridge University Press, (ISBN 9780521573924, présentation en ligne)
  13. Tom D. Dillehay, Steve Goodbred, Mario Pino, Víctor F. Vásquez Sánchez, Teresa Rosales Tham, James Adovasio, Michael B. Collins, Patricia J. Netherly, Christine A. Hastorf, Katherine L. Chiou, Dolores Piperno, Isabel Rey and Nancy Velchoff, « Simple technologies and diverse food strategies of the Late Pleistocene and Early Holocene at Huaca Prieta, Coastal Peru », Science Advances, vol. 3, no 5,‎ (présentation en ligne)
  14. Human origin sites and the World Heritage Convention in the Americas, vol. 1, UNESCO Publishing, (ISBN 9789231001406, présentation en ligne)
  15. Bulletin : études et travaux, vol. 73, Société préhistorique française, (présentation en ligne)
  16. Précolombiens d’Amérique du Sud, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 9782852297586, présentation en ligne)
  17. « Grottes de Yuchanyan et Xianrendong - La plus ancienne poterie du monde », sur Sytyson
  18. Jean-Paul Demoule, Pierre-François Souyri, Archéologie et patrimoine au Japon, Les Éditions de la MSH, (ISBN 9782735115471, présentation en ligne)
  19. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  20. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 189.
  21. a et b Junko Habu, Ancient Jomon of Japan, Cambridge University Press, (ISBN 9780521776707, présentation en ligne)
  22. Florence Braunstein, Jean-François Pépin, 1 kilo de culture générale, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130632627, présentation en ligne)
  23. Dan Semenescu, Apparition des formes urbaines : Institutions symboliques et structures matérielles au Sud-est de l'Europe, Zeta Books, (ISBN 9789738863385, présentation en ligne)
  24. « Une espèce d'Hominidé découverte en Chine ? L'Homme du cerf rouge, un étonnant mélange d'humanités... », sur Hominidés.com
  25. Henri Procaccia, Genèse du Big Bang à l'Art pariétal, Connaissances et Savoirs, (ISBN 9782753902602, présentation en ligne)
  26. Marylène Patou-Mathis, Histoires de mammouth, Fayard, (ISBN 9782213683362, présentation en ligne)
  27. Philippe Grosos, Signe et forme : Philosophie de l'art et art paléolithique, Éditions du Cerf, (ISBN 9782204121187, présentation en ligne)
  28. Theron Douglas Price, Ancient Scandinavia : An Archaeological History from the First Humans to the Vikings, Oxford University Press, (ISBN 9780190231972, présentation en ligne)
  29. Yves Coppens, Le Présent du passé : L’actualité de l’histoire de l’homme, Odile Jacob, (ISBN 9782738196866, présentation en ligne)
  30. Ilie Borziac, Vasile Chirica, Mădălin Cornel Văleanu, Culture et sociétés pendant le paléolithique supérieur à travers l'espace carpato-dniestréen, vol. 6, Valeanu Madalin Cornel, (ISBN 9789737164957, présentation en ligne)
  31. Louis-René Nougier, L'économie préhistorique, Presses Universitaires de France, (présentation en ligne)
  32. Emmanuel Guy, op. cit, p. 17.
  33. « Visite de la grotte de Rouffignac », sur hominides.com
  34. Marc Azéma, Laurent Brasier, Le beau livre de la préhistoire: De Toumaï à Lascaux 4, Dunod, (ISBN 9782100757893, présentation en ligne)
  35. Marc Azéma, Florent Rivière, « L’animation dans l ’art paléolithique : observations récentes. L’art pléistocène dans le monde, Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010, Symposium « Art pléistocène en Europe » », Préhistoire, Art et Sociétés, Bulletin de la Société Préhistorique Ariège -Pyrénées, vol. LXV-LXVI,‎ , p. 57-73 (présentation en ligne)
  36. Timothy Champion, Clive Gamble, Stephen Shennan, Alasdair Whittle, Prehistoric Europe, Routledge, (ISBN 9781315422121, présentation en ligne)
  37. Marc Azéma, « Le bison ponctué de la grotte de Marsoulas », sur futura-sciences,
  38. « Cannibalisme et crâne utilisé comme coupe en Angleterre, grotte de Gough (20/04/15) », sur hominides.com,