Parodie de procès

procès dont le verdict est déterminé à l’avance

Une parodie de procès, appelée aussi parodie de justice, farce judiciaire ou simulacre de procès[1], ou encore procès pour l'exemple[2], est un procès dont le verdict est déterminé à l’avance et où les droits de la défense (en) sont partiellement ou totalement bafoués.

Le procureur Vychinski lisant l'acte d'accusation du procès Centre antisoviétique trotskyste de réserve en janvier 1937 lors de l'un des procès de Moscou (procès de Radek).

Cette expression péjorative est utilisée le plus souvent par des personnes qui clament l'innocence de prévenus condamnés au cours d'un procès qu'elles jugent inique ou lors de procès politiques instrumentalisés qui ont pour finalité la propagande idéologique ou la raison d’État, sous couvert d'un semblant de légitimité judiciaire (en), afin de faire taire les opposants ou les dissidents. Ce type de procès prend généralement la forme de procès-spectacle médiatisé mais peut parfois se dérouler à huis clos ou être tenu secret.

Parodies de procès historiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Théodore Juste, Les Pays-Bas au XVIe siècle. Vie de Marnix de Sainte-Aldegonde, etc (lire en ligne)
  2. https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01728729/

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier