Élections législatives albanaises de 2021

Élections législatives albanaises de
140 députés de l'Assemblée
(Majorité absolue : 71 députés)
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 588 869
Votants 1 661 187
46,24 % en diminution 0,5

Votes blancs et nuls 83 020
Edi Rama - Feb2020.jpg PSSh – Edi Rama
Voix 768 177
48,68 %
en augmentation 0,3
Députés élus 74 en stagnation
Lulzim Basha 2012 (cropped).jpg PDSh – Lulzim Basha
Voix 622 234
39,43 %
en augmentation 10,6
Députés élus 59 en augmentation 16
Monika kryemadhi.jpg LSI – Monika Kryemadhi
Voix 107 522
6,81 %
en diminution 7,5
Députés élus 4 en diminution 15
Premier ministre
Sortant Élu
Edi Rama
PSSh
Edi Rama
PSSh

Les élections législatives albanaises de 2021 (en albanais : Zgjedhjet parlamentare në Shqipëri, 2021) ont lieu le afin d'élire les 140 députés de la 10e législature de l'Assemblée d'Albanie pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est une victoire pour le Parti socialiste du Premier ministre sortant Edi Rama, qui conserve la majorité absolue.

ContexteModifier

Les élections législatives de juin 2017 voient la victoire du Parti socialiste d'Albanie (PSSh), qui remporte la majorité absolue des sièges. Son dirigeant, Edi Rama est reconduit au poste de Premier ministre.

La vie politique de l'Albanie est agitée et parfois violente depuis les années 1990. Les résultats des élections sont systématiquement contestés par les perdants et donnent lieu à des accusations de fraude. Les achats de vote sont égalent fréquents dans les quartiers pauvres[1].

La campagne électorale de 2021 est notamment marquée par les révélations d'un site d’information concernant le détournement par le Parti socialiste des données personnelles de près d’un million d’électeurs. Celles-ci auraient été utilisées pour influencer le scrutin. Le Parti socialiste aurait en outre procédé à un fichage politique de la population, utilisant ses employés pour espionner un groupe de personnes d’un même voisinage afin d'identifier leurs opinions politiques[2].

Dans les derniers jours de campagne, un militant socialiste est abattu par des membres du Parti démocrate[1].

Système électoralModifier

 
Bâtiment de l'Assemblée (Tirana).

L'Assemblée (Kuvendi) est le parlement unicaméral de la république d'Albanie. Elle est composée de 140 députés élus pour une législature de quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal avec listes ouvertes et un seuil électoral de 1 % au niveau national.

Les sièges sont répartis dans 12 circonscriptions, correspondant aux préfectures du pays, à raison de 4 à 36 sièges par circonscription selon leur population. Après décompte des suffrages, les sièges sont attribués à chaque liste selon la méthode d'Hondt[3].

Les listes sont semi-ouvertes : l'électeur peut exprimer un vote préférentiel pour un candidat de la liste choisie. Le système possède cependant la particularité de permettre aux partis de présenter des listes dont les candidats sont répartis en deux groupes. Tous voient leur place dans leur groupe déterminée par le nombre de vote préférentiels réunis sur leur nom, mais ceux du premier groupe se voient élus en priorité, tandis que ceux du second groupe ne peuvent monter dans le premier que s'ils obtiennent au moins 10 000 voix de préférence. Ils remplacent les candidats du premier groupe ayant reçu à la fois le moins de suffrages préférentiels et moins de votes préférentiels que les promus du second groupe[4]. Le vote n'est pas obligatoire[5].

Ces élections sont les premières à se tenir depuis la réforme du Code électoral votée le par 96 voix contre 15, qui introduit les listes semi-ouvertes et abaisse le seuil électoral à 1 % (il était auparavant fixé à 3 % pour les partis et 5 % pour les coalitions)[5].

CampagneModifier

Principales forces en présenceModifier

Force politique Idéologie Dirigeant Résultats
en 2017
Parti socialiste d'Albanie
Partia Socialiste e Shqipërisë (PS)
Centre gauche
Social-démocratie, social-libéralisme
Edi Rama
Premier ministre
48,34 % des voix
74 députés
Parti démocrate d'Albanie
Partia Demokratike e Shqipërisë (PD)
Centre droit
Libéral-conservatisme
Lulzim Basha 28,85 % des voix
43 députés
Mouvement socialiste pour l'intégration
Lëvizja Socialiste për Integrim (LSI)
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
Monika Kryemadhi 14,28 % des voix
19 députés

RésultatsModifier

Résultats préliminaires des législatives albanaises de 2021[6]
 
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Parti socialiste d'Albanie (PSSh) 768 177 48,68   0,34 74  
Parti démocrate d'Albanie (PDSh) 622 234 39,43   10,58 59   13
Mouvement socialiste pour l'intégration (LSI) 107 522 6,81   7,47 4   15
Parti social-démocrate (PSD) 35 476 2,25   1,30 3   2
Initiative mot-dièse (NTH) 10 216 0,65 Nv 0  
Conviction démocratique (BD) 8 238 0,52 Nv 0  
Mouvement pour le changement (LN) 7 049 0,45 Nv 0  
Parti du mouvement démocratique albanais (PLDSH) 4 698 0,30 Nv 0  
Parti du nouveau mouvement (LRE) 3 769 0,24 Nv 0  
Nouvelle alliance démocratique (ADR) 3 222 0,20   0,17 0  
Parti du front national albanais (PBK) 1 943 0,12 Nv 0  
Coalition d'alliance unie du peuple (ABEOK) 1 376 0,09 Nv 0  
Indépendants 4 247 0,28 Nv 0  
Suffrages exprimés 1 578 167 95,00
Votes blancs et invalides 83 020 5,00
Total 1 661 187 100 - 140  
Abstentions 1 927 682 53,71
Inscrits / participation 3 588 869 46,29

Analyse et conséquencesModifier

Le Parti socialiste sort vainqueur avec une part des voix presque inchangée en quatre ans, ce qui lui permet de conserver sa majorité absolue à l'Assemblée. Ce résultat permet au Premier ministre sortant Edi Rama de se maintenir pour un troisième mandat, une première dans le pays depuis le rétablissement du multipartisme en 1991[7].

Une enquête du média d'investigation BIRN soutient que la police a choisi d'ignorer les preuves d’achats de votes par le Parti socialiste[8].

Destitution du président Ilir MetaModifier

Le 9 juin 2021, l'Assemblée d'Albanie vote à une large majorité de 104 voix sur 121 la destitution du président Ilir Meta, pour n'avoir pas respecté la Constitution de l'Albanie en participant à la campagne des législatives, en violation de son devoir de neutralité[9]. Meta reste toutefois en place jusqu'à ce que la Cour constitutionnelle donne son avis[9]. Si sa destitution était confirmée, la prochaine élection présidentielle albanaise aurait lieu avec un an d'avance.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Albanie : un sortant seul contre tous après une campagne acrimonieuse », sur www.euractiv.fr,
  2. « En Albanie, une fuite géante de données à la veille des élections législatives », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « BROSHURËINFORMATIVE », sur isp.com.al (consulté le ).
  4. (en) « Explaining Albania: Electoral Code Changes Approved in Parliament, Here's What will Happen », sur Exit - Explaining Albania, (consulté le ).
  5. a et b « ALBANIE (Kuvendi), Système électoral », sur ipu.org (consulté le ).
  6. (sq) « Komisioni Qendror i Zgjedhjeve », sur kqz.gov.al (consulté le ).
  7. « Européen de la semaine - Edi Rama, Premier ministre albanais pour un troisième mandat consécutif », sur RFI, (consulté le ).
  8. « Législatives en Albanie : la police aurait sciemment ignoré des preuves de fraudes », sur Le Courrier des Balkans,
  9. a et b « Albanie : le Parlement vote la destitution du président Ilir Meta », sur francetvinfo.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier