Éléonore d'Autriche (1653-1697)

aristocrate autrichienne

Eléonore Marie Josèphe d'Autriche, née le [1], à Ratisbonne et morte le à Vienne, est un membre de la maison de Habsbourg, archiduchesse d'Autriche, et princesse royale de Hongrie et de Bohême. Elle est la fille de l'empereur Ferdinand III du Saint-Empire et d'Éléonore de Nevers-Mantoue, sa troisième et dernière épouse.

Éléonore d'Autriche
Illustration.
Éléonore d'Autriche
Titre
Reine de Pologne
Grande-duchesse de Lituanie
Couronnement , en la Cathédrale Saint-Jean à Varsovie
Prédécesseur Louise-Marie de Gonzague
Successeur Marie Casimire Louise de La Grange d'Arquien
Duchesse de Lorraine et de Bar
Prédécesseur Marie-Louise d'Apremont
Successeur Élisabeth-Charlotte d'Orléans
Biographie
Dynastie Habsbourg
Date de naissance
Lieu de naissance Ratisbonne
Date de décès (à 44 ans)
Lieu de décès Vienne
Père Ferdinand III du Saint-Empire
Mère Éléonore de Nevers-Mantoue
Conjoint Michał Wiśniowiecki, puis
Charles V de Lorraine

EnfanceModifier

Éléonore d'Autriche était le neuvième des onze enfants de l'Empereur, et sa quatrième fille. À sa naissance, elle avait encore deux sœurs survivantes : Marie-Anne, reine d'Espagne, et Thérèse-Marie-Josèphe. Elle avait aussi trois frères : François Ferdinand, dit Ferdinand IV du Saint-Empire, roi de Hongrie et de Bohême, Léopold, promis d'abord à la pourpre puis empereur, et Charles Joseph, grand maître de l'ordre Teutonique.

Ferdinand III du Saint-Empire mourut en 1657, alors qu'Éléonore n'avait que quatre ans. Tandis que son demi-frère prenait à 18 ans la tête de l'Autriche et du Saint-Empire romain germanique, la petite archiduchesse grandit à Vienne, élevée par sa mère, avec sa sœur Marie-Anne-Josèphe (1654-1689) et son frère Ferdinand-Joseph-Alois.

Reine de PologneModifier

 
Michał Wiśniowiecki
 
Charles V de Lorraine

Après une enfance relativement heureuse, passée dans la paix et l'affection, Éléonore, âgée de 17 ans, est, au nom de la raison d'État, mariée au roi de Pologne Michał Wiśniowiecki[2].

Résidant à Varsovie, elle ne réussit jamais à s'entendre avec son alcoolique de mari son aîné de 13 ans, auquel elle ne donne aucun enfant, le roi étant, dit-on, impuissant.[réf. nécessaire]

Libérée trois ans plus tard par la mort prématurée de son époux,[3] Éléonore retourne vivre à Vienne, conservant jusqu'à la fin de ses jours le titre honorifique de « Reine douairière de Pologne ».

Duchesse de Lorraine et de BarModifier

La jeune veuve de 20 ans rencontre le meilleur ami de son frère l'empereur Léopold Ier, le neveu et héritier du duc de Lorraine et de Bar, Charles V de Lorraine. Celui-ci est alors en exil, ses États étant occupés par la soldatesque de Louis XIV de France.

Très vite, ils s'éprennent profondément l'un de l'autre. Mais comment un malheureux duc sans territoire peut-il prétendre à une archiduchesse d'Autriche, sœur de l'empereur, et reine de surcroît ? En 1678, après cinq années de relations sentimentales, Charles épouse Éléonore, avec la bénédiction du souverain, qui, pour atténuer la disparité de leurs conditions, nomme son nouveau beau-frère gouverneur du Tyrol.

Le couple eut six enfants :

  • Léopold Ier (1679-1729), duc de Lorraine et de Bar
  • Charles-Joseph (1680-1715), archevêque de Trêves
  • Éléonore (1682)
  • Charles Ferdinand (1683-1685)
  • Joseph (1685-1705), général dans l'armée impériale, mortellement blessé à la bataille de Cassano
  • François (1689-1715), abbé de Malmedy et de Stavelot
 
Le sarcophage d'Éléonore d'Autriche, crypte des Capucins, Vienne, Autriche.

En 1688, las de la politique impérialiste de Louis XIV, l'Europe se ligue contre la France par un pacte signé à Augsbourg. Charles de Lorraine est nommé généralissime de l'armée impériale mais de santé fragile il meurt en 1690 à l'âge de 47 ans.

Veuve en 1690, à l'âge de 37 ans, Éléonore se bat férocement pour le recouvrement de l'indépendance des duchés de Lorraine et de Bar, que convoite - et occupe - Louis XIV.

La paix signée à Ryswick les 20 et 21 septembre 1697 rend au jeune Léopold de Lorraine les terres de ses ancêtres. La duchesse douairière meurt trois mois plus tard. Elle avait survécu à sa mère, ses sœurs, son mari, et deux de ses enfants. Son mariage, qui avait sauvé la dynastie Lorraine, devait préparer la réunion des deux dynasties cinquante ans plus tard dans la maison de Habsbourg-Lorraine.

AscendanceModifier

DescendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Michel Dugast Rouillé, Hubert Cuny, Hervé Pinoteau, Les grands mariages des Habsbourg, , page 237.
  2. Nicolas Frizon, Histoire abregée de la vie d'Eleonor-Marie archi-duchesse d'Autriche, reine de Pologne, duchesse de Lorraine, mere de son altesse royale Leopold 1. a present regnant, Nancy, Jean-Baptiste Cusson, , 193 p. (lire en ligne), p. 19-22
  3. Nicolas Frizon, Histoire abregée de la vie d'Eleonor-Marie archi-duchesse d'Autriche, reine de Pologne, duchesse de Lorraine, mere de son altesse royale Leopold 1. a present regnant, Nancy, Jean-Baptiste Cusson, , 193 p. (lire en ligne), p. 41

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier