Échelles longue et courte

systèmes de numération

On désigne par échelle longue et échelle courte deux systèmes mutuellement incompatibles de noms de grands nombres, qui sont l’un et l’autre utilisés dans une grande partie du monde actuel.

L’échelle longue (ou échelle de Chuquet) est le système dans lequel un billion représente un million de millions ou mille milliards (1012), et l’échelle courte est le système dans lequel un billion représente un millier de millions (109) ou un milliard.

Avec l'échelle courte, la terminaison est toujours ion (à l'exception de mille). Par contre, avec l'échelle longue, il y a une alternance entre -ion et -iard.

Pour éviter la confusion qui résulte de la coexistence des échelles longue et courte dans certaines langues, le Système international d'unités (SI) recommande l'utilisation des préfixes du Système international d'unités qui conservent la même signification quels que soient le pays et la langue. Les échelles longue et courte restent utilisées de facto pour compter la monnaie.

Dans ses traductions, l'Union européenne utilise le terme billion en langue anglaise[1] et le terme milliard en langue française[2] pour désigner les mêmes nombres. Eurostat, dans ses données en langue anglaise, utilise également le terme billion[3].

OrigineModifier

Les deux systèmes ont été utilisés en France à différentes époques.

  • Le premier, l’échelle longue, est le système original, tel qu'il a été généralisé par le mathématicien français Chuquet vers la fin du XVe siècle. Il suit ainsi une conception moderne et logarithmique.
  • Le second, l’échelle courte, est le fruit d'anonymes « savants », français eux aussi, qui — au cours du XVIIe siècle, lorsqu'on commença de grouper les nombres décimaux par trois chiffres au lieu de six auparavant — jugeaient nécessaire de réformer le sens même des noms des grands nombres. Cette idée réformiste — très influente jusqu'au XIXe siècle, en France et en Italie, mais nulle part ailleurs en Europe — a été officiellement désavouée par la France dans la seconde moitié du XXe siècle. Néanmoins, notamment aux États-Unis et au Brésil, cette conception particulière fut adoptée officiellement, jusqu'à nos jours.

Dans la quasi-totalité des pays d'Europe et dans le monde, l'échelle longue n'a jamais été remise en cause. Elle y est utilisée aujourd'hui. L'Union européenne et le BIPM la soutiennent.

Pour la plus grande partie des XIXe et XXe siècles, la Grande-Bretagne a utilisé uniformément l'échelle longue, tandis que les États-Unis ont utilisé l'échelle courte. Ainsi, les deux systèmes font souvent (et précisément) référence à un usage respectivement « britannique » et « américain ». Néanmoins, vers la fin du XXe siècle beaucoup de pays anglophones ont universellement adopté l'échelle courte, ainsi les phrases « usage britannique » et « usage américain » sont maintenant trompeuses.

Les termes « échelle longue » et « échelle courte » sont attestés d'abord chez la mathématicienne française Geneviève Guitel dans Histoire comparée des numérations écrites[4].

Repères historiquesModifier

  • XIVe siècle : première apparition connue du mot million dans le poème Pierre le laboureur de William Langland (source : History of Mathematics de David Eugene Smith[5]). Dans cette même source il est mentionné la première apparition imprimée dans l'Arithmétique de Trevise (en) encore appelé Art de l'abaque (it) (ou du boulier) en 1478, ainsi que d'autres apparitions en Italie : Borghi 1484, Pelos 1492, Pacioli 1494, et d'autres en France et en Espagne...
  • 1475 : Jehan Adam enregistre les mots « bymillion » et « trymillion » (pour 1012 et 1018).
  • 1484 : le mathématicien Nicolas Chuquet, dans son article « Triparty en la science de nombres » [6], [7], utilise les mots byllion, tryllion, quadrillion, quyllion, sixlion, septyllion, ottyllion et nonyllion pour faire référence à million puissance 2, million puissance 3, million puissance 4, etc. Le travail de Chuquet a eu une faible influence directe parce qu'il ne fut pas publié avant les années 1870,...
  • 1520 : ...mais une grande partie de son œuvre fut copiée (sans référence) par Estienne de La Roche dans son livre daté de 1520, Larismethique nouellement composee par maistre Estienne de La Roche...[8]. Il reprend les termes de Nicolas Chuquet, mais les orthographie billion, trillion, quadrillion, etc.[9]
  • 1532 : Dans l'édition de cette année de son livre De asse et partibus ejus quinq[ue], traité des monnaies et des mesures anciennes, Guillaume Budé, après avoir parlé de myriades et de millions, nous dit : « [...] et ainsi de suite, jusqu'à dix mille fois cent mille. Ceci est dix myriades de myriades, c'est-à-dire un million de millions, que nos étudiants calculateurs appellent d'un seul mot : milliard. »[10]
  • 1549 : Dans son livre L'Aritmétique de Jacques Peletier du Mans, Peletier dit que « Les français ont deux mots numéraux significatifs, l'un au septiesme lieu [= en 7e position depuis la droite], qui est Million, et l'autre au treziesme lieu, qui est Milliart (sic) »[11]. Comme Guillaume Budé, qu'il cite d'ailleurs plus loin, il donne à ce mot le sens de million de millions . Le mot milliard semble par ailleurs être largement adopté au XVIe siècle en Angleterre, Allemagne, et dans le reste de l'Europe.
  • 1566 ou 1578 : Dans son livre L'Arithmétique de Jan Trenchant, Trenchant cite le mot milliart (pluriel milliars) avec le sens actuel de mille millions[12].
  • 1635 : Dans un livre de commerce[13] publié à Londres, les mots billion, trillion, quatrillion apparaissent avec les sens de l'échelle longue.
  • Au début du XVIIe siècle : En France et en Italie, une minorité de scientifiques changent le sens de « billion » pour 109.[réf. souhaitée]
  • Au début du XVIIIe siècle : Le sens réformé du terme « billion » est apporté aux colonies américaines du Royaume-Uni.[réf. souhaitée]
  • 1739 : Dans ses livres Elémens de géométrie, avec un abrégé d'arithmétique et d'algèbre[14] (1739) puis Elémens de Mathematiques[15](1744), Dominique-François Rivard, parle de milliards, billiards et trilliards,mais avec les sens respectifs de 109, 1012, 1015, ce qui n'est pas encore le sens actuel.
  • 1792 : Leonhard Euler dans son livre L'Arithmétique raisonnée et démontrée: œuvres posthumes[16], reprend les mêmes mots que Rivard et avec les mêmes significations. Il faut donc bien croire que c'était les sens donnés à ces mots dans cette deuxième moitié du XVIIIe siècle.
  • Au début du XIXe siècle : La France est partiellement convertie à l'échelle courte, et suivie par les États-Unis, qui commencent à l'enseigner dans les écoles.
  • XIXe siècle et début du XXe siècle : La plupart des encyclopédies de langue française retiennent l'échelle courte et taisent l'échelle longue originale ou la disent « désormais obsolète ».[réf. souhaitée] Les dictionnaires de cette époque indiquent que billion (dans le sens de mille millions) est usité comme terme d’arithmétique, tandis que milliard est usité dans le langage de la finance[17].
  • 1926 : Dans son Dictionary of Modern English Usage, H. W. Fowler note « Il doit être rappelé que ce mot « billion » n'a pas le même sens dans l'usage américain (qui suit l'usage français de l'époque) que dans l'usage britannique. Pour nous, il signifie la deuxième puissance d'un million, c'est-à-dire un million de millions (1 000 000 000 000) ; pour les Américains, il signifie mille multiplié par lui-même deux fois, ou mille millions (1 000 000 000), ce que nous appelons un milliard. Puisque billion dans notre sens n'est pas utilisé excepté par les astronomes, nous ne nous y conformerons pas. »
  • 1948 : La neuvième Conférence générale des poids et mesures propose de revenir à l'échelle longue[18].
  • 1961 : Le Journal officiel confirme l'usage officiel en France de l'échelle longue[19].
  • 1974 : Le premier ministre britannique Harold Wilson abandonne l'échelle longue pour billion (1012), en expliquant devant la Chambre des communes qu'à partir de maintenant « billion » dans les statistiques gouvernementales britanniques a le sens de l'échelle courte 109, en usage aux États-Unis.
  • 1994 : Le gouvernement italien confirme officiellement l'usage de l'échelle longue pour le terme « billion »[20].
  • Fin du XXe siècle : Sous l'influence américaine, l'usage de l'échelle courte est actuellement devenu courant dans tous les pays anglophones.

Usage actuelModifier

 
Utilisation des échelles longue et courte par pays.
  • autre système
  • échelle courte
  • les deux échelles
  • échelle longue
  • aucune donnée

Usage pratiqueModifier

Il faut souligner au préalable que les échelles longue et courte sont des constructions intellectuelles sans utilité pratique. Dans le langage courant il est exceptionnel d'avoir à nommer des nombres au-delà du milliard (109), limite à partir de laquelle il peut y avoir une confusion sémantique entre les deux échelles : la confusion peut se manifester au niveau du Téra, dont le nom signifie « monstre », ce qui manifeste sa nature non naturelle.

De plus, dans les langues utilisant le milliard, la tendance est de parler de « mille milliards » plutôt qu'un très inhabituel « billion ». Ainsi, on pourra lire « en 2018 la masse monétaire euro M3 € s'établit à 12 134 milliards d'euros » sous la forme « douze mille cent trente quatre milliards » plutôt qu'un théorique « douze billion cent trente quatre ». En dessous de 1015, dès lors que l'on parle de milliards on est en échelle longue, et dès lors que l'on parle de billions ou trillions on est en pratique en échelle courte.

préfixe SI Valeur échelle longue échelle courte
kilo (k) 103 mille mille
Méga (M) 106 million million
Giga (G) 109 milliard, mille millions billion
Téra (T) 1012 mille milliards trillion

Au-delà, la tendance naturelle est d'utiliser les préfixes du système international d'unités. Cette tendance commence dès les premières valeurs, les budgets étant régulièrement énoncés en M€ (meuro), voire en k€.

Pays utilisant l'échelle courteModifier

Les pays suivants utilisent l'échelle courte :

  • Les États-Unis et depuis quelques décennies, la plupart des pays anglophones — le Canada (sauf en français), le Royaume-Uni, l'Irlande, etc. — ainsi que Porto Rico (un territoire américain hispanophone).
  • Le Brésil, qui parle portugais (avec quelques spécificités régionales), utilise 109 = bilhão, 1012 = trilhão, etc.
  • partiellement : La Grèce qui utilise le terme ekatom-myrio (cent myriades) au lieu du terme « million » : 109 = disekatommyrio (« bi-cent-myriade »), 1012 = trisekatommyrio, (« tri-cent-myriade »), etc.

Système mixteModifier

Plusieurs langues ont conservé un terme apparenté à milliard pour 109, mais utilisent l’échelle courte (trillion, quadrillion etc.) à partir de 1012.

  • Russie
  • Ukraine
  • Bulgarie
  • Roumanie
  • Turquie
  • Grèce

Pays utilisant l'échelle longueModifier

 
Un billet de banque hongrois de 1946 avec pour valeur nominale 100 millions (« SZÁZMILLIÓ ») de billions de pengő (« B.-PENGŐ »), où « billion » est à interpréter selon l’échelle longue.

Tous les autres pays utilisant le système de dénombrement dérivé du français utilisent l'échelle longue. Exemples :

Le français, l'hébreu et le norvégien milliard, le catalan, le polonais et le roumain miliard, l'allemand Milliarde, l'italien miliardo, l'espagnol millardo, le tchèque miliarda, le néerlandais et le suédois miljard et le finnois miljardi sont tous égaux à 109.

Le français et le danois billion, l'allemand Billion, le suédois billion ou biljon, l'espagnol billón, le portugais (Portugal) bilião, le slovène bilijon, le néerlandais biljoen et le finnois biljoona sont tous égaux à 1012.

Les Canadiens francophones utilisent l'échelle longue, mais le gouvernement canadien recommande (aux francophones, mais pas aux anglophones) d'éviter billion et trillion, et d'utiliser milliard pour 109 et mille milliards pour 1012[21].

Spécificités italiennesModifier

En italien, le mot bilione peut vouloir dire et 109 et 1012, trilione 1012 et (plus rare) 1018 et ainsi de suite. Il est très difficile de les utiliser. Les formes telles que mille miliardi (mille milliards) pour 1012, un milione di miliardi pour 1015, un miliardo di miliardi pour 1018, mille miliardi di miliardi pour 1021 sont beaucoup plus commodes.

Usage françaisModifier

En France, bien que l'échelle longue soit officielle[19], l'usage reste hésitant.

On trouve ainsi à l'entrée billion du dictionnaire de l'Académie française, 9e édition, la définition suivante :

« n. m. XVe siècle, byllion, « un million de millions » ; XVIe siècle, « mille millions ». Altération arbitraire de l'initiale de million, d'après la particule latine bi-, « deux fois ». Rare. Mille millions. Syn. vieilli de Milliard. Selon un décret de 1961, le mot Billion a reçu une nouvelle valeur, à savoir un million de millions (1012), qui n'est pas entrée dans l'usage. »

Sur le site web d'un quotidien français en 2000, on peut lire « Cette fois, l'unité de compte est le billion: le millier de milliards »[22], le besoin de définir l'unité est une preuve que le mot est peu usité. L'influence de l'anglais est probablement une des raisons pour lesquelles l'échelle longue n'est pas entrée dans l'usage.

Usage britannique ou canadienModifier

Le terme « milliard » est maintenant obsolète en anglais britannique, et « billion » ne veut rien dire d'autre que 109 dans tout ce qui a été publié depuis beaucoup d'années maintenant. Le gouvernement britannique et la BBC utilisent l'échelle courte exclusivement. Toute personne qui délibérément utilise « billion » pour vouloir dire 1012 en anglais britannique est sûre d'être incomprise.

L'alternative est alors d'utiliser « thousand million » en anglais (« mille million » en français, bien que « milliard » y est préféré), comme dans l'usage britannique traditionnel de l'échelle longue (de Chuquet) et comme le recommande maintenant le Canada en anglais (car le pays est officiellement bilingue) pour éviter toute confusion ou difficulté de traduction immédiate entre le français et l'anglais.[21]

Néanmoins, la compréhension de l'échelle longue persiste en anglais, essentiellement pour le seul terme « milliard » (qui n'est ambigu pour personne contrairement à « billion »), mais pas les multiples suivants en « -illiard » qui restent mal compris.

Usage australienModifier

Une certaine reconnaissance est donnée en Australie à la variante britannique traditionnelle de l'échelle longue qui utilise « thousand million » (« mille million ») au lieu de « billion » pour vouloir dire 109, et nettement moins souvent mesure le terme « billion » de l'échelle longue pour signifier 1012. Néanmoins, beaucoup de journaux et de publications utilisent aussi l'échelle courte.

Usage indienModifier

Les Indiens (y compris leurs médias) utilisent le plus souvent leur système traditionnel, où les zéros au-delà de trois sont groupés par deux. Le lakh vaut 105 (noté : 1,00,000), le crore vaut 107 (noté : 1,00,00,000). Cependant, ils emploient aussi l'échelle courte, du moins dans les documents destinés à une diffusion à l'étranger. Mais des personnes ayant conservé une éducation britannique peuvent encore employer l'échelle longue, ce qui finalement milite pour la conservation de l'échelle indienne, qui n'a pas d'ambiguïtés.

Approches alternativesModifier

Il existe plusieurs autres méthodes pour identifier les grands nombres, dont certaines construites spécifiquement pour éviter l'ambiguïté entre les 2 échelles :

  • Combinaisons sans ambiguïté du mot million, par exemple : 109 = mille millions ; 1012 = un million de millions ; 1015 = mille millions de millions.
    Ceci devient rapidement difficile pour les nombres supérieurs à 1015.
  • Combinaisons sans ambiguïté du mot milliard, par exemple : 1012 = mille milliards ; 1015 = un million de milliards ; 1018 = un milliard de milliards ; 1021 = mille milliards de milliards.
    Ceci devient rapidement difficile pour les nombres supérieurs à 1021.
  • L'utilisation de l'échelle longue en utilisant seulement les dérivés du milliard pour les nombres au-delà du million, par exemple : 1012 = mille milliards, 1015 = un billiard, 1018 = mille billiards.
  • La Chine, le Japon, l'Inde, ainsi que d'autres pays du sud et du sud-est de l'Asie groupent les nombres par puissance de dix mille : 104, 108, etc.
  • Les puissances de dix (notation scientifique) sont bien sûr l'approche la plus objective (aucun risque de malentendu), mais tendent à n'être utilisées que dans le contexte scientifique.
  • Les préfixes décimaux du système international d'unités : kilo- (1000 = 103), méga- (10002 = 106), giga- (10003 = 109), téra- (10004 = 1012), péta- (10005 = 1015), exa- (10006 = 1018), zetta- (10007 = 1021), yotta- (10008 = 1024) conviennent bien pour les unités de mesure et sont en principe universels. Malgré tout, ces préfixes ne sont pas de véritables noms de nombres .
  • En informatique cependant, on utilise parfois les préfixes binaires (dont les lexèmes sont dérivés des préfixes décimaux du système international d'unités, en les abrégeant à leur première syllabe, privée de son éventuelle consonne finale redoublée avant de leur ajouter l'infixe -bi-): kibi (1024 = 210), mébi- (10242 = 220), gibi- (10243 = 230), tébi- (10244 = 240), pébi- (10245 = 250), exbi- (10246 = 260), zébi- (10247 = 270), yobi- (10248 = 280). Ces préfixes binaires (de valeur « proche », mais supérieure aux préfixes décimaux, le plus haut de ces préfixes atteignant une valeur environ 21% plus élevée que le préfixe décimal proche dont il dérive) sont conçus en principe pour faciliter la mesure des quantités de mémoire de travail ou la taille des fichiers affichée par certains systèmes de fichiers, mais ils sont encore assez peu souvent utilisés (les préfixes décimaux sont souvent utilisés à la place, de façon impropre). Ces préfixes binaires ne sont que très rarement utilisés pour mesurer les débits des supports physiques de réseaux de télécommunication (les débits bruts des supports sont indiqués indépendamment des protocoles utilisés et s'appuient sur les mesures physiques du système international d'unités). Ils ne sont que très rarement utilisés exprimer la capacité totale des supports de stockage (les constructeurs affichant en général la « capacité non formatée », également arrondie, laquelle est de toute façon réduite de façon variable selon le système de fichiers utilisé (ce qui donne une « capacité utile » très nettement inférieure une fois celle-ci convertie en unités binaires pour les systèmes de fichiers, ce qui peut entraîner une confusion chez les consommateurs quand le constructeur omet de préciser la capacité exacte).

Noms des grandes puissances de 10Modifier

Ce contenu est inspiré de l'article anglais qui mentionne ses sources et propose une liste des usages par langue et par pays

Cette table compare les noms en français du continent européen (dont la France) avec les noms en anglais utilisant les conventions diverses des Américains et Britanniques.

Les noms de base pour la composition sont indiquées en caractères gras (les autres noms s'en déduisent par composition), les noms anglais sont indiqués en caractères italiques.

L'échelle courte (short scale en anglais, maintenant fréquente dans l'usage britannique par contamination) est critiquée pour son manque de cohérence, car le nom ne correspond pas facilement (de façon mnémotechnique) à la puissance de mille (ou de dix) exprimée et introduit de nombreuses ambiguïtés.

À l'inverse, l'échelle longue est fondée sur les puissances du million et leur nom exprime directement cette puissance (et on déduit la puissance de mille ou de dix par simple multiplication par 2 ou 6 du préfixe latin), le suffixe -iard étant aussi utilisé pour multiplier cette puissance par mille et abréger les noms. L'échelle longue (large scale en anglais) couvre une gamme plus étendue de cardinaux, d'où son nom.

Exemple : Combien vaut « un centillion » selon l’échelle longue et selon l’échelle courte ?

  • Échelle longue : (1 million ... (100 fois)) = (106)100 = 10600
  • Échelle courte (anglo-saxonne) : (mille ...(100 fois)) × 1000 = (103)100 × 103 = 10303

Notes :

  • Il n'existe aucune convention largement acceptée pour étendre les cardinaux au-delà du « centillion » en échelle courte (c'est-à-dire 10303 ou le « quinquagintilliard » en échelle longue) ou au-delà du « centilliard » en échelle longue (c'est-à-dire 10600). Aussi on préfère souvent exprimer ces nombres (et même très souvent les nombres au-delà du « milliard ») à l'aide de puissances de dix.
  • En français (qu'il soit courant ou scientifique), les termes au-delà du « milliard » (tous ceux dont la valeur est supérieure à 109) sont peu usités et l'on rencontre beaucoup plus souvent « mille milliards » que « un billion », « un million de milliards » plutôt que « un trillion », « un milliard de milliards » plutôt que « un trilliard » ; et parfois même « mille millions » est utilisé plutôt que « un milliard » (bien qu'il n'y ait pas d'ambiguïté sur ce terme) notamment dans les pays bilingues franco-anglophones où l'expression est calquée de l'anglais « one thousand millions » (qui y est recommandée plutôt que « one billion » en anglais courant seulement).
  • En Allemagne, l'usage de l'échelle longue s'est « popularisée » au lendemain de la défaite de la Première Guerre mondiale, notamment (mais pas seulement) à cause de la période d'hyperinflation de 1921 à 1924, quand des billets de banque ont été émis avec une valeur faciale officielle allant jusqu'à cent billions (1014) de marks (les dernières plus grandes coupures ont été émises en 1924)[23].
  • De façon plus anecdotique, le « gogol » est le nombre 10100 (le chiffre un suivi de cent zéros, c'est-à-dire « dix duotrigintillions » dans l'échelle courte, ou « dix mille sexdécilliard » dans l'échelle longue, ou « dix mille sexdécillion » dans sa variante plus ancienne) et le « gogolplex » le nombre 1010100 (le chiffre un suivi d'un « gogol » de zéros) : cependant, cette extension pour quelques très grands nombres ne cadre ni avec l'échelle courte (qui désigne des groupes de 3 chiffres), ni avec l'échelle longue (qui désigne des groupes de 6 chiffres), car elle désigne les nombres en formant des groupes de 100 chiffres (qui n'ont pas un nombre entier de sous-groupes de 3 ou 6 chiffres).
Valeur Échelle courte (*) Échelle longue
expression britannique et américaine « moderne » britannique traditionnelle (Chuquet) continentale (Peletier) expression
100 1000-1+1 one un 1 000 0000,0
101 ten dix
102 hundred cent
103 10000+1 thousand mille 1 000 0000,5
106 10001+1 million 1 000 0001,0
109 10002+1 billion thousand million milliard 1 000 0001,5
1012 10003+1 trillion billion 1 000 0002,0
1015 10004+1 quadrillion thousand billion billiard 1 000 0002,5
1018 10005+1 quintillion trillion 1 000 0003,0
1021 10006+1 sextillion thousand trillion trilliard 1 000 0003,5
1024 10007+1 septillion quatrillion / quadrillion 1 000 0004,0
1027 10008+1 octillion thousand quadrillion quadrilliard 1 000 0004,5
1030 10009+1 nonillion quintillion 1 000 0005,0
1033 100010+1 decillion thousand quintillion quintilliard 1 000 0005,5
1036 100011+1 undecillion sextillion 1 000 0006,0
1039 100012+1 duodecillion thousand sextillion sextilliard 1 000 0006,5
1042 100013+1 tredecillion septillion 1 000 0007,0
1045 100014+1 quattuordecillion thousand septillion septilliard 1 000 0007,5
1048 100015+1 quindecillion octillion 1 000 0008,0
1051 100016+1 sexdecillion thousand octillion octilliard 1 000 0008,5
1054 100017+1 septendecillion nonillion 1 000 0009,0
1057 100018+1 octodecillion thousand nonillion nonilliard 1 000 0009,5
1060 100019+1 novemdecillion decillion décillion 1 000 00010,0
1063 100020+1 vigintillion thousand decillion décilliard 1 000 00010,5
1066 100021+1 unvigintillion undecillion undécillion 1 000 00011,0
1069 100022+1 duovigintillion thousand undecillion undécilliard 1 000 00011,5
1072 100023+1 trevigintillion duodecillion duodécillion 1 000 00012,0
1075 100024+1 quattuorvigintillion thousand duodecillion duodécilliard 1 000 00012,5
1078 100025+1 quinvigintillion tredecillion trédécillion 1 000 00013,0
1081 100026+1 sexvigintillion thousand tredecillion trédécilliard 1 000 00013,5
1084 100027+1 septenvigintillion quattuordecillion quattuordécillion 1 000 00014,0
1087 100028+1 octovigintillion thousand quattuordecillion quattuordécilliard 1 000 00014,5
1090 100029+1 novemvigintillion quindecillion quindécillion 1 000 00015,0
1093 100030+1 trigintillion thousand quindecillion quindécilliard 1 000 00015,5
1096 100031+1 untrigintillion sexdecillion sexdécillion 1 000 00016,0
1099 100032+1 duotrigintillion thousand sexdecillion sexdécilliard 1 000 00016,5
10102 100033+1 tretrigintillion septendecillion septendécillion 1 000 00017,0
10105 100034+1 quattuortrigintillion thousand septendecillion septendécilliard 1 000 00017,5
10108 100035+1 quintrigintillion octodecillion octodécillion 1 000 00018,0
10111 100036+1 sextrigintillion thousand octodecillion octodécilliard 1 000 00018,5
10114 100037+1 septentrigintillion novemdecillion nonidécillion 1 000 00019,0
10117 100038+1 octotrigintillion thousand novemdecillion nonidécilliard 1 000 00019,5
10120 100039+1 novemtrigintillion vigintillion 1 000 00020,0
10123 100040+1 quadragintillion thousand vigintillion vigintilliard 1 000 00020,5
10150 100049+1 novemquadragintillion quinvigintillion 1 000 00025,0
10153 100050+1 quinquagintillion thousand duovigintillion quinvigintilliard 1 000 00025,5
10180 100059+1 novemquinquagintillion trigintillion 1 000 00030,0
10183 100060+1 sexagintillion thousand trigintillion trigintilliard 1 000 00030,5
10210 100069+1 novemsexagintillion quintrigintillion 1 000 00035,0
10213 100070+1 septuagintillion thousand quintrigintillion quintrigintilliard 1 000 00035,5
10240 100079+1 novemseptuagintillion quadragintillion 1 000 00040,0
10243 100080+1 octogintillion thousand quadragintillion quadragintilliard 1 000 00040,5
10270 100089+1 novemoctogintillion quinquadragintillion 1 000 00045,0
10273 100090+1 nonagintillion thousand quinquadragintillion quinquadragintilliard 1 000 00045,5
10300 100099+1 novemnonagintillion quinquagintillion 1 000 00050,0
10303 1000100+1 centillion thousand quinquagintillion quinquagintilliard 1 000 00050,5
10306 1000101+1 uncentillion unquinquagintillion unoquinquagintillion 1 000 00051,0
10309 1000102+1 duocentillion thousand unquinquagintillion unoquinquagintilliard 1 000 00051,5
...
10360 1000119+1 nondecicentillon sexagintillion 1 000 00060,0
10363 1000120+1 viginticentillion thousand sexagintillion sexagintilliard 1 000 00060,5
...
10420 1000139+1 novemtriginticentillion septuagintillion 1 000 00070,0
10423 1000140+1 quadraginticentillion thousand septuagintillion septuagintilliard 1 000 00070,5
...
10480 1000159+1 novemquinquaginticentillion octogintillion 1 000 00080,0
10483 1000160+1 sexaginticentillion thousand octogintillion octogintilliard 1 000 00080,5
...
10540 1000179+1 novemseptuaginticentillion nonagintillion 1 000 00090,0
10543 1000180+1 octoginticentillion thousand nonagintillion nonagintilliard 1 000 00090,5
...
10600 1000199+1 novemnonaginticentillion centillion 1 000 000100,0
10603 1000200+1 bicentillion / duocentillion thousand centillion centilliard 1 000 000100,5

RéférencesModifier

  1. http://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=CELEX%3A52015DC0192.
  2. http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52015DC0192&from=EN.
  3. http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Glossary:Billion.
  4. Geneviève Guitel (préf. Charles Morazé), Histoire comparée des numérations écrites, Paris, éd. Flammarion, coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique », , 851 p. (ISBN 2-08-211104-0), p. 51-52, puis 566-574, dans le chapitre spécial en annexe nommé « Les grands nombres en numération parlée ».
  5. History of Mathematics, David Eugene Smith, vol 2, p80 disponible dans Google Livre.
  6. Écriture des nombres en français.
  7. Chuquet Triparty Zillions.
  8. disponible sur google livres.
  9. billion.
  10. « [...], et deinceps usq ad decies millies centena millia. Hoc est denas myriadu myriadas, quod uno verbo nostrates abaci studiosi milliardu appellat, quasi millonu millione. » [ De asse et partibus ejus quinq (livre cinquième), 1532, folio 95 - disponible sur google livres ].
  11. [L'arithmétique de Jacques Peletier du Mans (1549) - chap 1er - feuillet II - 6] lire en ligne sur Gallica.
  12. L' Arithmétique de Jan Trenchant - edition 1578 (et probablement aussi 1566) - page 226 disponible sur Google livres.
  13. The Merchants Mirrour: Or, Directions for the Perfect Ordering and Keeping, par Richard Dafforne disponible sur Google livres.
  14. Elémens de géométrie, avec un abrégé d'arithmétique et d'algèbre, Dominique François Rivard, 1739, page v - disponible sur Google livres lire en ligne sur Gallica.
  15. Elémens de Mathematiques, Dominique François Rivard, 1744, page vi - disponible sur Google livres.
  16. L'Arithmétique raisonnée et démontrée: œuvres posthumes par Leonhard Euler, 1792 - page 5 ou 6 lire en ligne sur Gallica et sur Google livres.
  17. Dictionnaire de l’Académie française, 5e, 6e et 8e éditions (1798, 1835, 1932-35) ; Émile Littré, Dictionnaire de la langue française (1972-77) : billion, milliard.
  18. Comptes rendus des séances de la 9e Conférence générale des poids et mesures réunie à Paris en 1948 - p71.
  19. a et b Décret 61-501, page 14 (annexe), note 3A.
  20. Direttiva CE 1994 n. 55, page 12.
  21. a et b (en) « La banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada. », Gouvernement du Canada, (consulté le 17 janvier 2016) .
  22. Lorraine Millot, « L'Allemagne mijote la première banque mondiale. La Deutsche et la Dresdner préparent une alliance. », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne).
  23. Billet de banque de cent billions (1014) de marks allemands en valeur faciale (hundert billion Mark en langue allemande), émis en 1924 par la Reichsbank, à la fin de la république de Weimar, en image sur Wikimedia Commons.

Liens externesModifier