Vulgrin Ier d'Angoulême

Vulgrin Ier, qui vécut au IXe siècle, est le premier comte héréditaire de l'Angoumois (comtes d’Angoulême) de 866 à sa mort, en 886. Ce comté reste dans sa descendance, la famille Taillefer, pendant près de 450 ans.

Vulgrin Ier d'Angoulême
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Décès
Sépulture
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Vulfard de Flavigny (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Suzanne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

BiographieModifier

Il est le fils de Vulfard, comte de Flavigny et de Suzanne, fille de Bégon de Paris[1].

Son frère Hilduin est abbé de Saint-Denis de 814 à 840.

Bien qu'étranger au pays, Vulgrin est placé en 866 à la tête des comtés d'Angoumois et de Périgord, auxquels s'ajoute peu après l'Agenais, par Charles le Chauve dont il est un proche parent[2]. Il y reste jusqu'en 886, date de sa mort.

Il avait été nommé, d'après la Chronique d'Adémar de Chabannes, pour remédier aux désordres locaux et contenir les Vikings. Dès 868, il fait reconstruire les remparts d'Angoulême[3]. Il fait aussi édifier, selon la tradition, les châteaux de Marcillac et de Matha contre les Vikings, installés dans la basse Charente, pour leur barrer la route de terre vers le comté d'Angoulême[2].

Il épouse Regelinde, sœur de Guillaume de Toulouse, fille de Bernard de Septimanie et de son épouse Dhuoda, qui lui apporte en dot le comté d'Agen. Dernier exemple d'une volonté royale imposant un administrateur à une région, il transmet ses titres et les biens qui en relèvent à ses enfants.

Il eut au moins deux fils :

et une fille :

  • Sénégonde[4], épouse du vicomte Ramnoul, d'origine franque, installé dans le château de Marcillac par le comte Vulgrin, son beau-père.

Cette branche aînée s'éteint vers 975.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier