Ouvrir le menu principal
Badge de la Voyska PVO

La Voyska PVO (Protivo-Vozdushnaya Oborona en forme longue) est la transcription phonétique de l'expression russe Войска ПВО qui signifie force de défense anti-aérienne, c’est-à-dire jusqu'en 1991 celle de l'Union soviétique, et depuis celle de la Fédération de Russie.

HistoriqueModifier

Elle devint une composante à part entière des Forces armées soviétiques (russes) en 1948 au même titre que la branche terrestre de l'Armée soviétique, la marine soviétique, les Forces des fusées stratégiques et les forces aériennes soviétiques. Auparavant la Voyska PVO était placée sous le commandement de l'Armée rouge.

Contrairement aux armées de l'air occidentales, la PVO était une arme indépendante, séparée de l'armée de l'air (VVS).

Durant toute la Guerre froide son rôle était de protéger l'espace aérien soviétique d'une éventuelle agression ennemie. Elle a détruit plus d'une quarantaine d'avions et hélicoptères étrangers dont plusieurs civils[1]. C'est d'ailleurs la Voyska PVO qui a, en 1983, abattu le Boeing 747 du vol 007 des Korean Air Lines, qu'elle avait pris pour un avion ennemi.

En 1991, ses effectifs s'élevaient à 475 000 personnels d'active et 750 000 réservistes[2].

En 1992, à la suite de la dislocation de l'Union soviétique, la Fédération de Russie a pris le contrôle de la majeure partie de la Voyska PVO.

En 1998, la Voyska PVO a été intégrée à la Voénno Vozdouchnyé Sily, constituant ainsi une force aérienne unifiée regroupant attaque et défense.

Inventaire en 1987Modifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Soviet Air-to-Air Victories of the Cold War », (consulté le 10 septembre 2015).
  2. « La force mécanisée du Pacte », Ligne de Front, no 3H,‎ , p. 47