Ouvrir le menu principal
Voiture OCEM « Talbot »
Description de cette image, également commentée ci-après
Une rame Talbot franchit l'ancien passage à niveau de Sannois le 13 novembre 1982.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Type voiture de banlieue
Construction 1930-1933
Constructeur(s) Talbot + divers
Nombre 380
Préservation > 7
Caractéristiques techniques
Longueur 21.214 m
Bogies Y2R
Accès 2 intermédiaires
Portes 2 vantaux coulissants
Baies 1re cl. : 11+141+11
2e cl. : 11+151+11

Les voitures Talbot sont des voitures de chemin de fer métalliques à bogies construites dans les années 1930 et destinées au trafic de trains de banlieue. On en dénombre 380.

Sommaire

HistoriqueModifier

Ces voitures métalliques à rivets apparents, longues de 21,214 m et montées sur bogies Y2R, ont été conçues par l'Office central d'études de matériel de chemins de fer (OCEM) pour l'administration des chemins de fer de l'État. Les voitures commandées en 1929 ont été produites de janvier 1930 à juillet 1931 en deux lots égaux :

Elle disposent de deux plateformes d'accès desservies par des portes à deux vantaux coulissants. Elles séparent deux petits compartiments d'extrémité à deux fenêtres et un grand compartiment central à 6 ou 7 fenêtres. Les fenêtres de part et d'autre des portes sont de demi-largeur afin de permettre le recul des vantaux. L'aménagement est classique avec des banquettes en vis-à-vis et allée centrale (disposition 3 + 2 en 2de classe).

On dénombre les types suivants selon les diagrammes d'aménagement[1] :

  •   11 A2yfp n° 2641 à 2651 ;
  •   94 A2B2yfp n° 4501 à 4544 et 4551 à 4600 ;
  •   13 A2C2yfp n° 4681 à 4693 ;
  •   25 B3yfp n° 9271 à 9285 et 9331 à 9340 ;
  • 183 C3yfp n° 19001 à 19105, 10701 à 10740 et 19111 à 19148 ;
  •   20 B2Eyfp n° 10741 à 10750 et 10571 à 10580 ;
  •   34 C2Eyfp n° 10751 à 10780 et 10581 à 10584 .

Dix-huit voitures ont été perdues pendant la Seconde Guerre mondiale.

Elles ont assuré un service de trains de banlieue dans toute la région parisienne, principalement au départ des gares de Paris-Saint-Lazare et de Paris-Montparnasse, mais aussi au départ de la gare de Paris-Nord ou en banlieue de Lille.

Elles ont été progressivement rayées des effectifs, de 1975 à 1984, cédant la place aux rames inox de banlieue (RIB) et aux voitures de banlieue à deux niveaux (VB 2N).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

PréservationModifier

Diverses voitures ont été conservées par des réseaux touristiques.

Une rame de sept voitures dont une voiture-pilote, et composée des BDt myfp 38265, Bt myfp 38099, Bt myfp 38188, BDts myfp 38069, Bt myfp 38110, Bt myfp 38173, At myfp 31971, est préservée par l'AJECTA à Longueville   Classé MH (1988)[2].

DétachementsModifier

Etant dotées de sanitaires, plusieurs rames ont été affectées à la relation entre Paris-Est et Troyes durant l'été 1974, en remplacement des voitures A*** du parc dédié aux trains Rapides et Express qui ont migré sur le réseau Sud-Est pour assurer les pointes estivales en attendant les livraisons de voitures Corail, ceci à une période où le parc remorqué subissait une tension historique. Dans ce même contexte, des voitures Romilly étaient engagées sur des dédoublements entre Strasbourg et Paris-Est[3].

Notes et référencesModifier

  1. EuroCity 64 : Voitures métallisées ou métalliques françaises
  2. Notice no PM77000977, base Palissy, ministère français de la Culture
  3. Réseau Est-Département du Transport- Division voyageurs - RT32 Est - Gérance du matériel à voyageurs.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier