Viaduc de Faux-Namti

Viaduc de Faux-Namti
Image illustrative de l’article Viaduc de Faux-Namti
Géographie
Pays Chine
Coordonnées géographiques 23° 13′ 10″ N, 103° 45′ 20″ E
Fonction
Fonction pont ferroviaire
Caractéristiques techniques
Longueur 67,2 m
Construction
Construction 1907-1909
Ingénieur(s) Paul Bodin
Entreprise(s) Société de construction des Batignolles
Géolocalisation sur la carte : Chine
(Voir situation sur carte : Chine)
Viaduc de Faux-Namti
Géolocalisation sur la carte : Yunnan
(Voir situation sur carte : Yunnan)
Viaduc de Faux-Namti

Le viaduc de Faux-Namti (Nami-ti), aussi connu sous les noms de pont à arbalètriers[1]ou Inverted V Bridge, ou Pont Renzi[2], chinois : 五家寨铁路桥 ; pinyin : wǔjiāzhài tiělù qiáo), est un pont ferroviaire à travée unique, situé dans le canton de Wantang du Xian de Pingbian, sur la rivière Sicha (四岔河), un affluent du fleuve Nanxi, dans la province chinoise du Yunnan. Depuis 2006, le pont est inscrit au Sites historiques et culturels majeurs protégés au niveau national en Chine.

Le pont enjambe une gorge de 102 m au-dessus de la rivière Sicha, un affluent de la Nanxi. Il est situé à 111 km du chemin de fer de Kunming-Hekou, la partie chinoise d'une partie du Chemins de fer de l'Indochine et du Yunnan. La construction du pont a été effectuée par la Société française de construction des Batignolles, entre et .

De chaque côté du pont sont deux tunnels creusés dans les montagnes de chaque côté de la gorge, avec une seule travée de 55 m qui s'étend entre eux. La longueur totale du pont de bout en bout est de 67,2 m. Le pont est soutenu par un arc à trois articulations en métal, composé de deux treillis triangulaires disposés de manière similaire aux feuilles d'un pont à bascule, avec l'apparition d'un très-ouvert lettre V inversé, d'où le nom de "Inverted V Bridge". les deux treillis sont réunis au centre et rivetés ensemble, formant une travée en travers de la gorge. Le talon de chaque treillis repose sur un joint à rotule ancré à une entaille dans la falaise. La construction du pont a été exceptionnellement difficile et coûteuse, nécessitant le développement de méthodes de construction novatrices pour faire face aux conditions difficiles physiques du site.

HistoriqueModifier

 
Pont à arbalétriers sur le Nam-Ti

La construction du pont, réalisé par la Société de construction des Batignolles, a été particulièrement difficile et coûteuse. Sa position sur une centaine de mètres au-dessus de la rivière Sicha a nécessité le développement de nouvelles méthodes de construction, et son éloignement des grands centres de population, qui complique le transport des matériaux vers et à partir du site. Au moment où il était complet, les estimations de coûts initiales pour le chemin de fer avait été révisé de l'équivalent de 19,2 millions de dollars à 33,1 millions de dollars.

Après avoir éliminé un pont en maçonnerie comme une solution possible, les ingénieurs de la société se tournèrent vers les poutres métalliques comme des unités structurelles. Un pont de type porte-à-faux a été jugé hors de question. L'ingénieur Paul Bodin mis au point la solution, qui se composait de deux treillis triangulaires, disposés de manière similaire aux feuilles d'un pont basculant, supportant un ensemble de faisceaux qui forment la travée du pont. Les treillis seraient ancrés dans des encoches découpées plus bas dans la falaise.

Les travaux de maçonnerie initiales ont débuté le .

L'installation des treillis a été achevée le . Les treuils actionnés manuellement, par des groupes de travailleurs, ont été utilisés pour abaisser les fermes uniformément et de façon constante vers l'autre jusqu'à ce que les deux bras se rencontrèrent au milieu. Manœuvres ensuite traversé dans la fente de chaque côté et conduit rapidement dans les broches et les rivets qui les deux fermes garanties fermement en place. Toute la tâche de l'abaissement et la sécurisation des fermes a demandé seulement quatre heures, ce qui était considéré comme une réussite remarquable. Deux tours en acier courts ont ensuite été érigées sur la partie centrale de chaque ferme pour supporter le tablier acier droite du pont, dont les membres ont été mis à l'entrée du tunnel et lancé par arrachement sur des rouleaux. L'installation de la poutre droite a été achevée le . Une semaine plus tard, le , le pont a été ouvert et le premier train a traversé la gorge.

Quelques dimensionsModifier

  • Portée entre les appuis des arbalétriers : 55 m
  • Distance entre les appuis du tablier sur les culées : 67,15 m
  • Portée entre un appui d'arbalétrier et la pile intermédiaire adjacente : 12,75 m
  • Portée entre une pile intermédiaire et l'appui central des arbalétriers : 14,75 m
  • Hauteur entre la rivière du Faux-Namti et l'appui central des arbalétriers : 95 m[3]

Notes et référencesModifier

  1. Sa conception est assez semblable à celle du pont d'Assopos conçu par Paul Bodin, construit à Lamía, Phthiotide, Grèce, à partir de 1905 par la Société de construction des Batignolles, détruit en 1943. Mais le mode de construction des deux ponts étant différent - construction en encorbellement de chaque demi-arc pour le pont d'Assopos (Lire : Sous la direction de Françoise Bosman, Martine Mille, Gersende Piernas, Ponts d'ici et d'ailleurs. L'art du vide. Trois siècles de génie civil français, XVIIIe-XXe, p. 94-96, Somogy, Paris, 2010 (ISBN 978-2-757-20357-6)) et mise en place par basculement de chaque demi-arc pour le pont Renzi - ce dernier a un tablier continu (voir). Ces deux ponts sont en fait des arcs à trois articulations. Les ingénieurs suisses ont construit sur la ligne du Lötschberg le viaduc du Bietschtal qui est un arc à deux articulations dont les dispositions, hormis l'articulation à la clé de l'arc, sont semblables à celles du pont d'Assopos.
  2. Renzi, vient du chinois : 人字 ; pinyin : rénzì ; litt. « caractère Ren ». Le caractère Ren est 人, il rappelle la forme de l'arc du pont.
  3. Marcel Prade, 1989, p. 365-366.

SourcesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • [Bodin 1910] Georges Bodin, « Les ponts métalliques au Yun-Nan (Chine). Pont sur le Faux Nam-Ti », Le Génie civil, t. LVI, 30e année, no 15, no 1444,‎ , p. 277-282 (lire en ligne), planche XVI
  • [Tyrrell 1911] (en) Henry Grattan Tyrrell, History of bridge engineering, Chicago, (lire en ligne), p. 359-360
  • [Prade 1989] Marcel Prade, Ponts et viaducs au XIXe s. Techniques nouvelles & grandes réalisations, Paris/Poitiers, Errance, Éditions Brissaud, (ISBN 2-903442-87-8), p. 365-366
  • [Hulot 1990] Frédéric Hulot, Les chemins de fer de la France d'outre-mer, vol. 1 L'Indochine-Le Yunnan, Saint-Laurent-du-Var, La Régordane éditions, , 188 p. (ISBN 2-906984-05-1), p. 38-43
  • Li Kunwu, La voie ferrée au-dessus des nuages, Bruxelles, Kana éditions, 2013, 216p., (ISBN 978-2-50501963-3). Bande dessinée documentaire.
  • [Assié 2016] Max Assié, « Viaduc du Faux Namti, province du Yunnan, Chine (1907-1909) », dans Il était une fois Paul Bodin, Albi, Éditions Bleu Pastel, , 254 p. (ISBN 979-10-93188-06-5), p. 131-147

Articles connexesModifier

Lien externeModifier