Vénus Khoury-Ghata

écrivaine libanaise

Vénus Khoury-Ghata, née à Bcharré (Liban) le , est une femme de lettres française.

Vénus Khoury-Ghata
Image dans Infobox.
Vénus Khoury-Ghata à Atlantide - Festival des littératures au Lieu unique à Nantes en mars 2017
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activités
Enfant
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par

BiographieModifier

Vénus Khoury naît au Liban, près de Beyrouth, dans une famille maronite. Fille d’un militaire parlant le français et d’une mère paysanne, elle se souvient de son enfance passée à Bcharré, le village de montagne du poète Khalil Gibran[1],[2]. Elle est la sœur aînée de May Menassa[3],[4].

En 1957, elle se marie à un homme d’affaires[2]. Elle entreprend des études littéraires à l'École supérieure de lettres de Beyrouth. Elle publie son premier recueil de poésie Les Visages inachevés en 1966 et, en 1967, Terres stagnantes, chez Seghers[1]. Elle s’installe à Paris en 1972 pour fuir la guerre au Liban[5],[6], elle épouse le médecin et chercheur français Jean Ghata[7]. Elle publie son premier roman en 1971, Les Inadaptés[1].

Dans ses romans, la femme est au centre de tout en tant que personnage principal tandis que l'homme est souvent connoté péjorativement[7]. Elle le montre comme responsable du péché originel, du Mal qui engloutit la femme[7].

Vénus Khoury-Ghata obtient le grand prix de poésie de l'Académie française en 2009 et le prix Goncourt de la poésie en 2011 pour Où vont les arbres[1].

En 2018, elle intègre le Parlement des écrivaines francophones aux côtés de Sedef Ecer, Paula Jacques et Khadi Hane en autres[8].

Elle a publié une quarantaine de romans et de recueils de poésie traduits en 15 langues[9].

Sa fille, Yasmine Ghata, est également écrivaine[10].

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • Les Inadaptés, roman, Le Rocher, 1971
  • Dialogue à propos d’un Christ ou d’un acrobate, roman, Les Éditeurs Français Réunis, 1975
  • Alma, cousue main ou Le Voyage immobile, roman, Régine Deforges, 1977
  • Le Fils empaillé, roman, Belfond, 1980
  • Vacarme pour une lune morte, roman, Flammarion, 1983
  • Les morts n’ont pas d’ombre, roman, Flammarion, 1984
  • Mortemaison, roman, Flammarion, 1986
  • Bayarmine, roman, Flammarion, 1988
  • Les Fugues d’Olympia, roman, Régine Deforges/Ramsay, 1989
  • La Maîtresse du notable, roman, Seghers, 1992
  • Les Fiancées du Cap Ténès, roman, Lattès, Lattès 1995
  • Une maison au bord des larmes, roman, Balland, 1998, réédition Babel 2005
  • La Maestra, roman, Actes Sud, 1996, collection Babel, 2001
  • Privilège des morts, roman, Balland, 2001
  • Zarifé la folle, nouvelles, François Jannaud, 2001
  • Le Moine, l’ottoman et la femme du grand argentier, roman, Actes Sud, 2003
  • Quelle est la nuit parmi les nuits, roman, Mercure de France, 2004
  • La Maison aux orties, roman, Actes Sud, 2006
  • Sept pierres pour la femme adultère, roman, Mercure de France, 2007
  • La Revenante, roman, L'Archipel, 2009
  • Le Facteur des Abruzzes, roman, Mercure de France, 2012
  • La fiancée était à dos d’âne, roman, Mercure de France, 2013
  • La femme qui ne savait pas garder les hommes, roman, Mercure de France, 2015
  • Les Derniers Jours de Mandelstam, roman, Mercure de France, 2016
  • L’adieu à la femme rouge, roman, Mercure de France, 2017
  • Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga, roman, Mercure de France, 2019
  • Ce qui reste des hommes, roman, Actes Sud, 2021

PoésieModifier

  • Les Visages inachevés, poèmes, 1966
  • Terres stagnantes, poèmes, Seghers 1968
  • Au Sud du silence, poèmes, Saint Germain des Prés, 1975
  • Les Ombres et leurs cris, poèmes, Belfond, 1979
  • Qui parle au nom du jasmin ?, poèmes Les Éditeurs Français Réunis, 1980, réédition Éditions des Moires, 1995
  • Un faux pas du soleil, poèmes, Belfond, 1982
  • Monologue du mort, poèmes, Belfond, 1986
  • Leçon d’arithmétique au grillon, poèmes pour enfants, Milan, 1987
  • Fables pour un peuple d’argile, suivi de Un lieu sous la voûte et de Sommeil blanc, poèmes, Belfond, 1992
  • Ils, poèmes, illustrés par Matta, tirage limité, Amis du musée d’art moderne, 1993
  • Anthologie personnelle, poèmes, Actes Sud, 1997, réédition 2009
  • Elle dit, suivi de Les sept brins de chèvrefeuille de la sagesse, poèmes, Balland, 1999
  • La Voix des arbres, poèmes pour enfants, Cherche-Midi, 1999
  • Alphabets de sable, poèmes, illustrés par Matta, tirage limité, Maeght, 2000
  • Le Fleuve, suivi de Du seul fait d’exister, poèmes, avec Paul Chanel Malenfant, Trait d’Union, 2000
  • Version des oiseaux, poèmes, illustrés par Velikovic, François Jannaud, 2000
  • Compassion des pierres, poèmes, La Différence, 2001
  • Six poèmes nomades, avec Diane de Bournazel, Al Manar, 2005
  • Stèle pour l'absent, poèmes, Al Manar, 2006
  • Les Obscurcis, poèmes, Mercure de France, 2008
  • À quoi sert la neige ?, poèmes pour enfants, Le Cherche Midi, 2009
  • Orties, poèmes, Al Manar, 2011
  • Où vont les arbres ?, poèmes, Mercure de France, 2011
  • La Dame de Syros, poèmes, éditions Invenit, 2013
  • Le Livre des suppliques, poèmes, Mercure de France, 2015
  • Les mots étaient des loups, poèmes choisis, poèmes, Poésie/Gallimard, 2016
  •  Kaddish pour l’enfant à naître, poèmes pour enfants, avec Caroline Boidé, Bruno Doucey, 2017
  • Lune n’est lune que pour le chat, poèmes pour enfants, Bruno Doucey, 2017
  • Gens de l’eau, poèmes, Mercure de France, 2018
  • Demande à l’obscurité, poèmes, Mercure de France, 2020
  • Éloignez-vous de ma fenêtre, poèmes. Mercure de France, 2021

EntretiensModifier

  • Ton chant est plus long que ton souffle – Entretiens avec Caroline Boidé, Écriture, 2020

Distinctions et prixModifier

Distinctions honorifiquesModifier

  • Chevalier de la Légion d’honneur ()
  • Officier de la Légion d’honneur ()[11]
  • Commandeur de la Légion d'honneur ()[12]

Prix littérairesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Vénus Khoury-Ghata : son actualité sur France Inter », sur France Inter, (consulté le ).
  2. a et b « Vénus Khoury-Ghata », sur Maison des écrivains et de la littérature (consulté le )
  3. Stéphanie Baz-Hatem, Liban : Debout malgré tout : L'Âme des peuples, Nevicata, (lire en ligne)
  4. Alexandre Najjar, Dictionnaire amoureux du Liban, Place des éditeurs, (lire en ligne)
  5. Valérie Marin la Meslée, « Vénus est son prénom », sur Le Point, (consulté le )
  6. « Littérature. Rencontre avec Vénus Khoury-Ghata », sur Le Telegramme, (consulté le )
  7. a b c d et e Colette Juilliard Beaudan, « Vénus Khoury-Ghata sous le signe du plein et du vide », Les Cahiers de l'Orient, vol. 1, no 89,‎ , pp. 153-158 (lire en ligne)
  8. « La ville d'Orléans accueille le parlement des écrivaines francophones », France 3 Centre Val de Loire,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Vous m'en direz des nouvelles ! - Vénus Khoury-Ghata, le miroir de l'eau », sur RFI, (consulté le )
  10. Valérie Marin la Meslée, « Mère et fille, écrivaines dans leur temps », sur Le Point, (consulté le )
  11. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination.
  12. Paris Match, « Vénus Khoury-Ghata : la verve, le Liban et la Légion d’Honneur », sur parismatch.com (consulté le )
  13. [PDF] Le prix « Nice Baie des Anges » est devenu en 2010 le prix « Baie des Anges - Nice matin ».
  14. Voir sur le site de la Société des gens de lettres.
  15. Emmanuel KHOURY, « Quand Vénus Khoury-Ghata tutoie Marina Tsvétaïéva - Emmanuel KHOURY », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  16. « Le Goncourt de la poésie attribué à Vénus Khoury-Ghata », sur magazine-litteraire.com, (consulté le ).
  17. « Vénus Khoury-Ghata remporte le prix Renaudot du poche », sur FIGARO, (consulté le )

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • El Djamhouria Aït Saaba-Slimani, « Vénus Khoury Ghata », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud [sous la dir. de], Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, Éd. H. Champion, Paris, 2010, p. 241-245 (ISBN 978-2-7453-2126-8)

Liens externesModifier