En ce momentModifier

Utilisateur:Shangri-l/archive001

En ce moment, je réfléchis à ce que je vais aborder en premier dans ma liste de choses à faire. Shangri-l (d) 20 août 2015 à 10:14 (CET)

Shangri-l comme un nom de *Modifier

L'idée d'utiliser Shangri-l comme pseudonyme m'est venue, irréfléchie, dans la seconde moitié des années 90, en référence à la chanson 'Shangri-La Is Burning' de That Petrol Emotion, le groupe de rock irlandais, mon premier concert rock. J'avais lu l'interview où le groupe explicitait Shangri-La et les raisons du choix de ce titre.

Notez qu'il est possible que d'autres personnes utilisent ce pseudonyme également, aussi je vous prie de bien vouloir considérer que tous les Shangri-l pouvant être recensés ne sont pas nécessairement le même.

J'envisage de changer mon pseudo en ajoutant un token pseudo-aléatoire suffisamment long pour ne pas être brute forcé avant une éventuelle fin du sens, mais une sécurité relative passe par un token infini, je suis trop fainéant pour saisir un tel token.


Shangri-l (d) 24 décembre 2012 à 10:58 (CET), mis à jour Shangri-l (d) 24 décembre 2012 à 19:48 (CET)


 
Piéton
en-3
 
 
Touche-à-tout
 
 
 
 
Super éclectique
 
 
 
Wikimedia Commons
 
DUT
 
 
Université Grenoble 1
 
 
 
 
 
 
 
 
78
1978
 
 
Non au langage SMS
 
NON à la télévision
 
 
Anti-Windows
 
Culture libre
 
Anti Conformiste
 
J'écris super bien...
 
Homme
 
 
Ubuntu
 
LXDE
 
Audiophile
 
GIMP
 
CSS
 
HTML
 
 
 
 
 
 
 
Haut Moyen Âge
Philip K. Dick
 
 
 
 
 
The Velvet Underground
 
Cuisine turque
 
 
 
Pizza
 
 
Rats

Quote ?Modifier

Misero un segugio esplosivo sulle tracce di Turner a Nuova Delhi, sintonizzato sui suoi feromoni e sul colore dei capelli. Lo raggiunse in una strada chiamata Chandni Chauk, e si lanciò verso la sua BMW noleggiata, fra una selva di gambe nude e brune e ruote di tassì a pedale. Il nucleo era costituito da un chilogrammo di esogene ricristallizzato e TNT in scaglie. Turner non lo vide arrivare. L'ultima cosa che vide dell'India fu la facciata rosa di un posto che si chiamava Khush-Oil Hotel. [1]

El mal existe. [2]

In Heathrow a vast chunk of memory detached itself from a blank bowl of airport sky and fell on him. He vomited into a blue plastic container without breaking stride. When he arrived at the counter at the end of corridor, he changed his ticket. [3]

Wyobrażasz sobie, że słyszysz w samym środku rozszeptanej ciszy nocy Nieba rozpad paradygmatów, cichutki brzęk skorup teorii rozsypujących się na lśniący pył, gdy jakiś bank mózgów ulega redukcji do najlapidarniejszego z historycznych przypisów, a to wszystko w czasie, którego twój uszkodzony podróżnik potrzebuje do mruknięcia pod nosem jakiegoś podsłuchanego fragmentu. [4]