Ouvrir le menu principal

GIMP

Logiciel de traitement d'images matricielles
GIMP
Description de l'image The GIMP icon - gnome.svg.
Description de cette image, également commentée ci-après
Capture d’écran de GIMP 2.10.0 (mai 2018).
Informations
Créateur Peter Mattis et Spencer KimballVoir et modifier les données sur Wikidata
Développé par GNOME Foundation, Peter Mattis et Spencer KimballVoir et modifier les données sur Wikidata
Première version [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 2.10.12 ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dépôt gitlab.gnome.org/GNOME/gimpVoir et modifier les données sur Wikidata
État du projet En développement actif
Écrit en CVoir et modifier les données sur Wikidata/ GTKVoir et modifier les données sur Wikidata
Système d'exploitation Linux, macOS, Microsoft Windows, FreeBSD, Solaris et AmigaOS 4 (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formats lus XCF, Portable Network Graphics, JPEG File Interchange Format version 1.02, GIF, Tagged Image File Format, .psd, Windows bitmap, OpenEXR, CCITT Group 3 (d), Flexible Image Transport System, Autodesk FLI/FLC (en), ICO, WebP sans pertes (d), Silicon Graphics Image (en), KiSS CEL 8-bit (d), KiSS CEL 4-bit (d), KiSS color file (d), Digital Imaging and Communications in Medicine (d), GIMP Brush (d), JP2 (d), GIMP Pattern (d), PCX, GIMP Animated Brush (d), Portable Document Format, Portable Pixmap, binary variant (d), Portable Pixmap, text variant (d), Portable Bitmap Format (d), Portable Graymap, text variant (d), Portable Graymap, binary variant (d), Portable Anymap (d), PaintShop Pro image (d), Encapsulated PostScript, PostScript, Sun Raster (en), Scalable Vector Graphics, Truevision Targa, Windows Metafile, X BitMap, X PixMap, Xwd (en), Portable Float Map (d), Alias PIX (d), Alias Matte file (d), OpenRaster, GIMP Parametric Brush (d), Xcursor (d) et High Efficiency Image File FormatVoir et modifier les données sur Wikidata
Formats écrits XCFVoir et modifier les données sur Wikidata
Langues Multilingue[3]
Type Paquet GNU (d)
Éditeur d'image matricielleVoir et modifier les données sur Wikidata
Politique de distribution Gratuit
Licence GPL-3.0 et LGPL-3.0Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.gimp.orgVoir et modifier les données sur Wikidata

GIMP (GNU Image Manipulation Program), ou The GIMP (/gimp/), est un outil d'édition et de retouche d'image, diffusé sous la licence GPLv3 comme un logiciel gratuit et libre. Il en existe des versions pour la plupart des systèmes d'exploitation dont GNU/Linux, macOS et Microsoft Windows.

Le logiciel est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par l’État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations (S.I.).

GIMP a des outils utilisés pour la retouche et l'édition d'image, le dessin à main levée, réajuster, rogner, photomontages, convertir entre différents formats d'image, et plus de tâches spécialisées. Les images animées comme les fichiers GIF et MPEG peuvent être créées en utilisant un plugin d'animation.

Les développeurs et mainteneurs de GIMP souhaitent créer un logiciel d'infographie gratuit haut de gamme pour l'édition et la création d'images originales, de photos, d'icônes, d'éléments graphiques de pages web, et d'art pour les éléments de l'interface de l'utilisateur.

Sommaire

HistoireModifier

Le projet a été lancé en 1995 par Spencer Kimball et Peter Mattis[4]. GIMP signifiait initialement General Image Manipulation Program[5]. Il était destiné en premier lieu aux systèmes UNIX et GNU/Linux ainsi que Darwin (la base de Mac OS X), mais fonctionne aussi sous Windows. Le nom de ce programme est un jeu de mots sur le terme « gimp », qui a plusieurs sens en anglais, notamment celui de boiteux. Sa mascotte officielle est Wilber.

CaractéristiquesModifier

  • C'est un logiciel libre et gratuit.
  • Début 2014, il n'est pas encore compatible avec le mode CMJN[6] pour l'impression professionnelle. Il est cependant possible de traiter les images en quadrichromie grâce à l'ajout de l'extension Separate+[7].
  • Le format spécifique de GIMP est le format XCF, qui permet de conserver les calques, canaux, et autres paramètres propres à une image modifiée avec GIMP (l'équivalent du format Psd sous Adobe Photoshop). GIMP supporte également le format OpenRaster.
  • Une des grandes forces de GIMP est sa capacité de « scriptage ». Il est interfacé avec de nombreux langages de programmation, en particulier Guile, Scheme, Perl et Python. Cela permet d'automatiser des traitements répétitifs et d'écrire des modules d'extension.
  • Les versions GIMP 2.8 et supérieures permettent de réunir les différentes fenêtres dans une seule par un système d'onglets, facilitant ainsi leur gestion.
  • Il existe un greffon spécialisé dans l'animation appelé GAP (GIMP Animation Package), permettant l'import et l'export dans différents formats vidéo, de déplacer, tourner et agrandir des objets sur différentes couches, et d'y ajouter du son.
  • Il traite le format « Photoshop ABR brush » des brosses Photoshop (à partir de la version 2.4).
  • GIMP a donné lieu, outre la création de GTK+, à un grand nombre de développements annexes, comme Gutenprint, GIMPshop, GimPhoto, CinePaint (autrefois Film Gimp), GIMP Mode ou GEGL (GEneric Graphical Library).
 
Boîte à dialogue des brosses sous KDE.

Les outils de manipulation de GIMP sont accessibles grâce à des boîtes à outils, des menus déroulants et des boîtes de dialogue (qui sont aussi connus sous le nom de palettes). Ces outils sont des brosses et des filtres, mais aussi des outils de transformation, de sélection et de calques.

Par exemple, GIMP possède par défaut 48 brosses, mais il est possible d'en créer ou d'en télécharger puis installer de nouvelles ; de plus la compatibilité de GIMP avec les brosses Photoshop permet l'installation des brosses dans ce format qui est beaucoup plus répandu sur la toile. Les brosses peuvent être utilisées avec les outils crayon, pinceau, gomme, aérographe, clonage, correcteur et l'outil de clonage en perspective.

Support des couleursModifier

 
Boîte à dialogue des couleurs sous KDE.

GIMP possède une palette de sélection des couleurs d'arrière et premier plan avec les formats de codage de couleur RGB, HSV, CMYK. En outre, il possède aussi un outil « pipette à couleur » qui permet de prélever des couleurs sur une image.

GIMP traite aussi les dégradés, il les intègre même dans ses outils comme les brosses et l'outil de remplissage. Il possède par défaut une grande variété de dégradés de couleurs, et tout comme les brosses il est possible d'en créer ou d'en télécharger de nouveaux.

Outil de sélection et calquesModifier

 
Animation montrant les boîtes à dialogue des calques, canaux et chemins.

GIMP possède des outils de sélection rectangulaire, elliptique et à main levée. Il a aussi la fonctionnalité de pouvoir agir sur la taille et la position de la sélection grâce à des poignées sans transformer le contenu. Il est aussi possible de créer des chemins et de les convertir en sélection et vice versa.

L'outil « extraction du premier plan » de GIMP permet de sélectionner un objet ou une personne sans utiliser l'outil de sélection à main levée peu précis et sans convertir un chemin prenant trop de temps.

GIMP possède une gestion des calques, pouvant ainsi rendre des couches de l'image visibles, invisibles ou transparentes.

CheminsModifier

Les chemins contiennent des segments et des courbes comparables à du dessin vectoriel. Ils peuvent être nommés, sauvegardés, agrandis sans perte de qualité, tracés d'un simple trait ou en utilisant des brosses, ou venir d'une sélection. Les chemins peuvent être aussi utilisés pour créer des sélections complexes. Ils peuvent aussi être courbés au moyen de poignées modulables.

Effets, scripts et filtresModifier

GIMP possède par défaut à peu près 150 effets et filtres, nommés script-fu, classés par types (flou, distorsion, artistique…).

Il est aussi possible de créer ou télécharger des scripts. GIMP supporte comme langage de script Perl, Tcl ou Python. Le support du langage Ruby n'est pour l'instant qu'au stade expérimental.

Il est possible de créer différents effets sur le texte ainsi que sur les images.

DistributionModifier

GIMP est disponible pour une grande variété de systèmes d'exploitation et d'architectures de processeur. GIMP est inclus comme éditeur d'image par défaut dans beaucoup de distributions Linux, comme Debian, Ubuntu, Mandriva, Mageia, SUSE, et Fedora.

GIMP fonctionne sans problème sous KDE, sa bibliothèque étant simplement chargée en doublon avec celle de KDE. Si la RAM est suffisante, les performances n'en souffrent pas de façon notable, hormis un peu de contention sur les caches de données et d'instructions. Il fonctionne également sous Windows, Mac OS X et Solaris.

GreffonsModifier

Les greffons (traduction française pour plugin) sont des modules complémentaires qui étendent les possibilités de GIMP. Placés dans le dossier "plug-ins" de Gimp, ce sont des exécutables binaires écrits en C ou C++ puis compilés (Windows PE avec extension .exe ou binaires ELF pour les systèmes à base UNIX), qui sont donc susceptibles de fonctionner plus vite ou d'effectuer des opérations plus complexes que les scripts.

Citons parmi les plus connus[8] :

  • Resynthesizer éditeur de textures ;
  • The Texturize autre éditeur de textures ;
  • Gimp animation package (ou GAP), outil d'animation bitmap, permettant l'import/export dans les formats vidéo les plus courants, l'onion skin, la synchronisation du son, etc. ;
  • G'MIC (GREYC's Magic for Image Computing) : G'mic est un langage de script libre pour le traitement des images. Mais ses auteurs ont créé une interface graphique qui fonctionne comme greffon de Gimp, et qui inclut actuellement (2018) plus de 500 scripts différents, soit l'équivalent de 500 greffons en C, en Python ou en TinyScheme. Le greffon G'mic permet la prévisualisation des effets (alors qu'il n'y a pas de prévisualisation pour les scripts dans Gimp).

Historique des versionsModifier

Versions majeures Versions mineures Dates de sortie et changements majeurs
0.x 0.54 – 0.99.31
1.0.x 1.0.0 – 1.0.3
1.2.x 1.2.0 – 1.2.5  : amélioration de l'interface utilisateur, correction de bogues.
2.0.x 2.0.0 – 2.0.6
2.2.x 2.2.0 – 2.2.17
2.4.x 2.4.0 – 2.4.7
2.6.x 2.6.0 – 2.6.12  : GEGL
2.8.x 2.8.0 – 2.8.22  : Mode fenêtre unique à onglets, groupes de calques, outil texte
2.10.x 27 avril 2018 : Traitement d'image exclusivement assuré par GEGL désormais. Possibilité de travailler sur des images 8, 16, 32 ou même 64 bits, en nombre entier ou flottant, avec encodage linéaire ou correction gamma[9]. Intégration du système de brosses de MyPaint, rotation et inversion du canvas, support d'OpenCL[10].
3.0.x ? : Portage vers GTK+ 3,…

La feuille de route est consultable sur le site officiel[11].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « How It All Started... » (consulté le 13 février 2017)
  2. « GIMP 2.10.12 Released » (consulté le 12 juin 2019)
  3. https://l10n.gnome.org/module/gimp/.
  4. (en) Michael Peres, Laboratory Imaging & Photography: Best Practices for Photomicrography & More, Taylor & Francis, (ISBN 9781317593010, lire en ligne)
  5. « README » de la version initiale.
  6. Demande de fonctionnalité sur le Bugzilla de Gnome.
  7. Extension Separate+ erreur modèle {{Lien archive}} : renseignez un paramètre « |titre= ».
  8. http://registry.gimp.org/popular erreur modèle {{Lien archive}} : renseignez un paramètre « |titre= ».
  9. (en) Alexandre Prokoundine, « GIMP 2.10 blockers and the road to 3.0 », sur gimp.org,
  10. (en) « Romadmap », sur Gimp.org
  11. (en) Roadmap.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Dimitri Robert (préf. Cédric Gémy), Gimp 2.8 : Débuter en retouche photo et graphisme libre, Paris, Eyrolles, coll. « Accès libre / Poche accès libre », , 5e éd., 360 p. (ISBN 978-2-212-12700-3)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier