Nahid al-Rayyis

poète palestinien
Nahid al-Rayyis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activité

Nahid Mounir al-Rayyis (en arabe : ناهض الريس) est un homme politique, philanthrope, écrivain et poète palestinien, né en 1937 à Gaza et mort le dans la même ville. Il est ministre de la Justice de l'Autorité nationale palestinienne de 2003 à 2004.

Biographie modifier

Al-Rayyis naît en 1937 à Gaza, en Palestine mandataire[1]. Il emménage en Égypte en 1954 puis obtient un Bachelor of Laws à l'université du Caire en 1958[1],[2].

Il rejoint ensuite la branche armée de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont il devient un dirigeant à Beyrouth, au Liban[1]. Après la guerre du Liban, il est exilé en Tunisie avec des centaines d'autres dirigeants de l'OLP[3]. Il retourne en Palestine en 1966 et est nommé vice-président du Conseil législatif palestinien, où il représente la ville de Gaza sous la présidence de Yasser Arafat. Il est aussi conseiller à la Cour suprême de Palestine[1]. En , il est nommé à la deuxième instance la plus importante du Fatah, le Conseil révolutionnaire[3].

En , Al-Rayyis est nommé ministre de la Justice du gouvernement provisoire de l'Autorité nationale palestinienne. Cependant, il démissionne de ce poste en 2004, affirmant que l'exercice de ses fonctions est entravée par de nouvelles lois et par la présences d'intérêts étrangers en Palestine (notamment ceux d'Israël, des États-Unis et de l'Union européenne)[4].

En dehors de sa carrière politique, Al-Rayyis est un poète reconnu. Ses œuvres gravitent autour de la culture palestinienne et de la lutte politique des Palestiniens. Il écrit plusieurs chansons à propos de villes palestiniennes et rédige l'ouvrage Palestine in the Critical Period[1].

Hospitalisé en mauvais état de santé, Al-Rayyis meurt à Gaza le , à l'âge de 73 ans[1]. À la suite de son décès, des dignitaires de tous les groupes politiques palestiniens (dont le Fatah et le Hamas, qui contrôle de facto la bande de Gaza) expriment leurs condoléances envers la famille d'Al-Rayyis[1].

Notes et références modifier

  1. a b c d e f et g (en) « Palestinian poet Nahid Ar-Rayyis dies in Gaza », Ma'an News Agency, (consulté le ).
  2. (en) Profil de Nahid al-Rayyes, Jerusalem Media & Communication Centre, 4 janvier 2010 (consulté le 12 novembre 2017).
  3. a et b Nigel Craig Parsons, The politics of the Palestinian Authority : from Oslo to al-Aqsa, Routledge Publishing, , 429 p. (ISBN 0-415-94440-6), p. 135.
  4. (en) Samah Sabawi, « Interview with Palestinian Justice Minister Nahed al-Rayyes », sur Electronic Intifada, (consulté le ).

Liens externes modifier