Universal Soldier

film américain réalisé par Roland Emmerich et sorti en 1992
Universal Soldier
Réalisation Roland Emmerich
Scénario Dean Devlin
Acteurs principaux
Sociétés de production StudioCanal
Carolco Pictures
IndieProd Company Productions
Centropolis Film Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Action
Durée 102 minutes
Sortie 1992

Série Universal Soldier

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Universal Soldier est un film américain réalisé par Roland Emmerich, sorti en 1992.

SynopsisModifier

En 1969, durant la guerre du Viêt Nam, deux soldats américains, Luc Deveraux et Andrew Scott, s'entretuent après que le second a massacré des civils vietnamiens. Près de vingt-cinq ans plus tard, ils deviennent, comme d'autres soldats tués, des UNIversal-SOLdiers : il s'agit de cadavres de soldats ramenés à la vie, qui se montrent considérablement plus forts et résistants que n'importe qui et ne ressentent aucune émotion.

Veronica, une journaliste, décide d'enquêter sur ces soldats. Dès lors considérée comme une menace, le colonel Perry et les scientifiques du projet ordonnent aux UNI-SOL de l'éliminer, mais Deveraux est resté humain et décide de la défendre. Avec l'aide de Veronica, il entreprend également de connaître son passé. Scott, quant à lui, a vu sa santé mentale décliner et décide de les traquer avec l'aide des autres soldats universels...

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  • Titre original et français : Universal Soldier
  • Titre canadien : Unité Spéciale
  • Réalisateur : Roland Emmerich
  • Scénaristes : Dean Devlin, Christopher Leitch et Richard Rothstein
  • Musique : Christopher Franke
  • Direction artistique : Nelson Coates et Jeff Wallace
  • Décors : Holger Gross et Alexander Carle
  • Costumes : Joseph A. Porro
  • Photographie : Karl Walter Lindenlaub
  • Son : Richard E. Roth, David Chornow
  • Montage : Michael J. Duthie
  • Producteurs : Craig Baumgarten, Joel B. Michaels et Allen Shapiro
Coproducteur : Oliver Eberle
Producteurs associés : Donald Heitzer et Kamel Krifa
Producteur délégué : Mario Kassar

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Le film devait être réalisé par Andrew Davis. Il est remplacé (après un an de préparation) par Roland Emmerich qui a totalement réécrit le scénario trop coûteux intitulé Crystal Knights (Titre de travail)[8], avec Dean Devlin[9],[8].

Distribution des rôlesModifier

L'enfant qui incarne Luc Deveraux jeune n'est autre que Kristopher Van Varenberg, le fils de Jean-Claude Van Damme.

TournageModifier

Le tournage a lieu du au en Arizona : Ashfork, Chloride, Cottonwood, Kingman, Sedona, Prescott ou encore Clarkdale[10],[8].

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

Aux États-Unis, le film a reçu un accueil critique mitigé :

  • Sur Internet Movie Database, il obtient un score de 6,010 sur la base de 81 027 critiques[11].
  • Sur Metacritic, il obtient un score défavorable de la presse 35100 sur la base de 15 critiques mais un score plutôt favorable du public 7,210 basé sur 47 évaluations[12].
  • Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il a reçu un accueil critique défavorable, recueillant 31 % de critiques positives, avec une moyenne de 4,2910 sur la base de 10 critiques positives et 22 négatives[13].

En France, le film a reçu des critiques défavorables sur Allociné :

  • Il obtient une moyenne de 2,15 sur la base 128 critiques de la part des spectateurs[14].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis (1er week-end) 10 057 084 $[15] du 10 au -
  États-Unis 36 299 898 $[15] 5
  France
  Paris
1 538 373 entrées[2] - -
  Total hors États-Unis - - -
  Total mondial 36 299 898 $[15] 5

SagaModifier

Avant que ne soient tournées des suites avec Jean-Claude Van Damme, sont sortis directement en vidéo et simultanément en 1998 deux téléfilms (pilotes d'une potentielle série télévisée), Universal Soldier 2 : Frères d'armes et Universal Soldier 3 : Ultime vengeance avec les acteurs moins célèbres Matt Battaglia et Jeff Wincott (en) reprenant les rôles de Luc Deveraux et Andrew Scott.

Universal Soldier est la seule franchise pour laquelle Jean-Claude Van Damme a accepté de reprendre plusieurs fois son rôle. Auparavant, il avait refusé les suites de Bloodsport, Kickboxer et Street Fighter.

SuitesModifier

TéléfilmsModifier

Jeux vidéoModifier

  • Universal Soldier, le jeu vidéo
  • Le personnage de Luc Deveraux apparaît en tant que « bro » jouable dans le jeu vidéo Broforce (2015) sous le pseudonyme de Broniversal Soldier.

Fin alternativeModifier

Dans les bonus du DVD du film, on peut découvrir une fin alternative. Elle diffère de la version retenue notamment lorsque Scott tue la mère de Deveraux sous ses yeux, devant la porte de la maison en criant « Toc toc ! ». Après avoir affronté Scott, Luc se fait tirer dessus par son père, armé d'un fusil. C'est alors que le Dr. Christopher Gregor arrive avec ses hommes. Il apprend à Luc que ce ne sont finalement pas ces vrais parents. Luc se fait alors cribler de balles par les hommes. La police arrive ensuite pour arrêter le docteur et ses hommes. Veronica retrouve son équipe et tourne un reportage devant la maison des faux parents de Luc. Mais elle préfère se concentrer sur Luc, qui survit malgré ses blessures. Luc retrouve finalement ses vrais parents dans leur ferme. En voix-off, Veronica explique que Luc n'a pas voulu de traitement et a souhaité vieillir et mourir normalement[16].

AnecdotesModifier

  • Dans Postman de Kevin Costner, des images du Sergent Andrew Scott (Dolph Lundgren) sont projetées sur l'écran géant en plein air. Les militaires mécontents de la programmation jettent des pierres au projectionniste pour changer de film.
  • Jean-Claude Van Damme a simulé une fausse bagarre envers Dolph Lundgren pour la promotion du film lors du festival de Cannes 1992 pendant la montée des marches précédant la projection du film The Player de Robert Altman[8]. Le belge a eu l'idée de ce coup de communication dans la limousine qui l'amenait aux marches. Son acolyte n'a été mis au courant qu'après la bagarre.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Société de Production / Sociétés de distribution sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  2. a et b « Universal Soldier », sur JP box-office.com (consulté le 24 juillet 2015)
  3. (en) Spécifications techniques sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  4. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  5. (en) Parents Guide sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  6. « Visa et Classification - Fiche œuvre Universal Soldier », sur CNC (consulté le 20 juillet 2020).
  7. Jean Barney dans le trailer VF)
  8. a b c et d Secrets de tournage - Allociné
  9. Universal Soldier, critique, anecdotes et chronique Blu-Ray sur DeVilDead
  10. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  11. (en) Critiques sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  12. « Critique du film Desperado », sur Metacritic.com (consulté le 19 juillet 2020).
  13. (en) « Universal Soldier », sur Rotten Tomatoes (consulté le 20 juillet 2020).
  14. « Critiques des spectateurs pour Universal Soldier », sur Allociné (consulté le 20 juillet 2020).
  15. a b et c (en) « Once Upon a Time in Mexico », sur Box Office Mojo (consulté le 20 juillet 2020)
  16. (en) [vidéo] Universal Soldier alternative ending sur YouTube

Liens externesModifier