Ouvrir le menu principal
Pour le peintre portraitiste autrichien, voir Heinrich Thurnes.

« Thurne », « turne » ou encore « thurnage » désigne, dans la langue populaire, une chambre, une maison ou un bistrot.

À l'École normale supérieureModifier

En argot scolaire, une thurne est une chambre d'élève de l'École normale supérieure. Le terme a été repris par les élèves d'autres grandes écoles françaises. Il existe deux graphies, turne et thurne (variante pseudo-hellénisante du précédent). Si le choix de l'une ou l'autre est libre les années bissextiles, seule la forme thurne est admise dans les écrits normaliens les années non bissextiles. La même règle est observée pour tous les dérivés (bithurne, cothurne, thurnage…)

Les thurnes de l'ENS sont essentiellement réparties entre trois sites : Ulm (au 45, rue d'Ulm), Jourdan (boulevard Jourdan) et Montrouge (1, rue Maurice-Arnoux, 92120 Montrouge).

Il existe à l'ENS un système de « jokers » qui rend la répartition des chambres la plus équitable possible, et les membres de la délégation générale des élèves sont censés veiller à ce que personne ne puisse tricher.

Par extension, thurne désigne toute chambre d'internat dans les lycées, particulièrement parisiens.

Au Prytanée national militaireModifier

La fête de Thûrne est au Prytanée national militaire la fête de Noël, au cours de laquelle chaque classe de secondes et de premières joue un sketch, tandis que chaque classe de terminale présente un film de sa réalisation, le tout étant une riante critique des professeurs et de l'encadrement[réf. nécessaire]. Ce spectacle est suivi d'un feu d'artifice et d'un Monôme.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussiModifier

Liens externesModifier