Théorie de la justification du système

théorie de psychologie sociale

La théorie de la justification du système (System Justification Theory en anglais, souvent abrégée SJT) est une théorie, en psychologie sociale, selon laquelle les inclinations et croyances justifiant un système ont une fonction psychologiquement palliative[1] : « les gens s’engagent dans la justification du système (ainsi que dans d’autres formes de rationalisation) afin de faire face et de s’adapter à des réalités injustes ou déplaisantes qui apparaissent inévitables[2]. »

Cette théorie soutient que les personnes ont plusieurs besoins sous-jacents, qui varient d'un individu à l'autre, et qui peuvent être satisfaits par la défense du système social dans lequel elles vivent, et par la justification du statu quo amenant au maintien du système, même lorsque celui-ci est désavantageux pour certains groupes sociaux.

DescriptionModifier

Les individus ont des besoins épistémiques, existentiels et relationnels qui sont satisfaits et manifestés en tant que soutien idéologique à la structure dominante des normes sociales, économiques et politiques. Le besoin d'ordre et de stabilité et, par conséquent, la résistance au changement ou aux solutions de remplacement, par exemple, peuvent inciter les individus à considérer le statu quo comme bon, légitime et même souhaitable[3].

Selon la théorie de la justification du système, les personnes désirent non seulement avoir des comportements favorables à leur égard (l'ego-justification) et aux groupes auxquels elles appartiennent (la justification de groupe), mais aussi des attitudes positives à l'égard de la structure sociale globale dans laquelle elles vivent (la justification du système). Cette logique de justification du système produit parfois le phénomène appelé favoritisme exo-groupe (en anglais : out-group favoritism), qui entraîne chez l'individu l'acceptation de conditions sociales inférieures parmi les groupes à faible statut dans la société, et la création d'une image positive des groupes à statut relativement élevé. Ainsi, l'idée selon laquelle les individus sont à la fois partisans et victimes des normes imposées par le système est centrale dans la théorie de la justification du système[3]. En outre, la facilité passive à soutenir la structure en place dans la société, par rapport aux coûts potentiels (à la fois matériel, social, et psychologique) de passer à l’action contre le statu quo crée un environnement dans lequel les arrangements sociaux, économiques et politiques existants tendent à être préféré par les individus[3]. Les alternatives au statu quo ont tendance à être décriées et les inégalités sociales tendent à se perpétuer[4],[3],[5].

Cette théorie est d'abord développée par le psychologue américain John Jost (en)[3].

ExemplesModifier

CritiquesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) John T. Jost et Orsolya Hunyady, « Antecedents and Consequences of System-Justifying Ideologies », Current Directions in Psychological Science, vol. 14, no 5,‎ , p. 260–265 (ISSN 0963-7214 et 1467-8721, DOI 10.1111/j.0963-7214.2005.00377.x, lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  2. Jost et Hunyady, 2002, p. 35, in Elcheroth Guy, Spini Dario, « Classes sociales et jugements normatifs de jeunes français : la justification du système par les défavorisés revisitée », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2007/3 (Numéro 75-76), p. 117-131. DOI : 10.3917/cips.075.0117. [lire en ligne]
  3. a b c d et e Jost, Mahzarin R. Banaji et Brain A. Nosek, « A Decade of System Justification Theory: Accumulated Evidence of Conscious and Unconscious Bolstering of the Status Quo », Political Psychology, vol. 25, no 6,‎ , p. 881–919 (DOI 10.1111/j.1467-9221.2004.00402.x)
  4. Jost et Banaji, « The role of stereotyping in system-justification and the production of false consciousness », British Journal of Social Psychology, vol. 33,‎ , p. 1–27 (DOI 10.1111/j.2044-8309.1994.tb01008.x)
  5. (en-US) « System Justification: Why People Buy Into Social Inequality », sur Psychology Today (consulté le 3 novembre 2019)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Hanson, Jon (2007). Thanksgiving as "System Justification"?. The Situationist
  • Jost et Hunyady, « Antecedents and consequences of system-justifying ideologies », Current Directions in Psychological Science, vol. 14, no 5,‎ , p. 260–265 (DOI 10.1111/j.0963-7214.2005.00377.x)
  • Guy Elcheroth et Dario Spini « Classes sociales et jugements normatifs de jeunes français : la justification du système par les défavorisés revisitée », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale 2007/3-4 (Numéro 75-76), pages 117 à 131
  • Catherine Verniers et Delphine Martinot, « L’EJSAG, une échelle de justification du système spécifique au genre : validation auprès d’une population d’adolescents et d’adultes », L’Année psychologique, no 115,‎ , p. 107-140 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2019).
  • (en) John T Jost, Brett W Pelham et Mauricio R Carvallo, « Non-conscious forms of system justification: Implicit and behavioral preferences for higher status groups », Journal of Experimental Social Psychology, vol. 38, no 6,‎ , p. 586–602 (ISSN 0022-1031, DOI 10.1016/S0022-1031(02)00505-X, lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  • (en) John T. Jost et Orsolya Hunyady, « Antecedents and Consequences of System-Justifying Ideologies », Current Directions in Psychological Science, vol. 14, no 5,‎ , p. 260–265 (ISSN 0963-7214 et 1467-8721, DOI 10.1111/j.0963-7214.2005.00377.x, lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  • (en) Chuma K. Owuamalam, Mark Rubin et Russell Spears, « The System Justification Conundrum: Re-Examining the Cognitive Dissonance Basis for System Justification », Frontiers in Psychology, vol. 7,‎ (ISSN 1664-1078, DOI 10.3389/fpsyg.2016.01889, lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  • John T. Jost, Mahzarin R. Banaji et Brian A. Nosek, « A Decade of System Justification Theory: Accumulated Evidence of Conscious and Unconscious Bolstering of the Status Quo », Political Psychology, vol. 25, no 6,‎ , p. 881-919 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2019).
  • Jost, J. T., & van der Toorn, J. (2012). « System justification theory ». In P. A. M. Van Lange, A. W. Kruglanski, & E. T. Higgins (Eds.), Handbook of theories of social psychology (pp. 313-343). Thousand Oaks, CA, : Sage Publications DOI : 10.4135/9781446249222.n42
  • Luca Caricati et Fabio Lorenzi-Cioldi « Does status matter? Testing hypotheses from strong form of System Justification Theory », Revue internationale de psychologie sociale 2012/1 (Tome 25), pages 67 à 95

Articles connexesModifier