Théon d'Alexandrie

mathématicien grec

Théon d'Alexandrie (env. 335 - env. 405) était un érudit d'Alexandrie, connu notamment pour son édition des Éléments d'Euclide.

Théon d'Alexandrie
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
Θέων ο ΑλεξανδρεύςVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Enfant
Autres informations
Domaines

BiographieModifier

Théon était éditeur et commentateur de textes mathématiques. Il a éduqué sa fille Hypatie (tuée en 415), plus tard dite « martyre païenne », en l'initiant à la mathématique et à la philosophie. Selon Socrate le Scolastique[1], Hypatie enseignait les sciences, domaine dans lequel elle surpassait les autres philosophes de son temps, à l'école de Platon et de Plotin d'Alexandrie.

TravauxModifier

MathématiquesModifier

L'ouvrage le plus marquant de Théon est peut-être son édition des Éléments d'Euclide, publiée autour de 364, et ayant autorité jusqu'au XIXe siècle. La plupart de ses travaux sont des commentaires sur d'importants ouvrages par ses prédécesseurs helléniques. Ceux-ci incluent des « conférences » (Synousiai) sur Euclide.

AstronomieModifier

Théon est l'un des "grands commentateurs" de Ptolémée, peut-être le plus grand. Il rédigea donc des commentaires (Exegeseis) sur les "Tables faciles" et l'Almageste. En particulier, aux sept "climats"[2] des tables de Ptolémée, il en ajouta un huitième, celui de Byzance. Théon d'Alexandrie serait le premier auteur à avoir écrit sur la théorie de la « trépidation des équinoxes », comme alternative à la précession, sans pour autant y souscrire. Il a aussi écrit sur le poète technique Aratos de Soles.

En hommage à Théon d'Alexandrie, le nom d'un cratère lunaire lui a été attribué sous le nom de Theon Junior.

BibliographieModifier

Ouvrages de Théon d'AlexandrieModifier

  • Traductions de Nicolas Halma ;
    • Abbé Halma, Commentaire de Théon d'Alexandrie sur le premier livre de la Composition mathématique, Paris, Merlin, (lire en ligne) ;
    • Abbé Halma, Commentaire de Théon d'Alexandrie sur le second livre de la Composition mathématique, Paris, Merlin, (lire en ligne) ;
    • Abbé Halma, Commentaire de Théon d'Alexandrie sur le livre III de l'"Almageste", Paris, A. Blanchard, (lire en ligne) ;
    • Abbé Halma, Tables manuelles astronomiques de Ptolémée et de Théon (deuxième partie), Paris, A. Blanchard, (lire en ligne) ;
    • Abbé Halma, Tables manuelles astronomiques de Ptolémée et de Théon (troisième partie), Paris, A. Blanchard, (lire en ligne) ;
  • Vie d'Aratos, édi. par J. Martin, Scholia in Aratum vetera, Stuttgart, Teubner, 1974, p. 14-18.

Études sur Théon d'AlexandrieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Théon d'Alexandrie », sur remacle.org
  2. Les "climats" sont des points de référence sur le globe terrestre, à partir desquels on peut calculer des parallaxes pour le calcul des éclipses solaires, par exemple

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier