Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Tatsumi Kumashiro
Naissance
Saga, Kyūshū (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès (à 67 ans)
Tōkyō (Japon)
Profession Réalisateur japonais
Scénariste
Films notables La Rousse

Tatsumi Kumashiro (神代辰巳, Kumashiro Tatsumi?) ( - ) est un réalisateur japonais bien connu pour ses films Roman Porno primés de nombreuses fois et unanimement salués par la critique comme Ichijo Sayuri: Wet Desire (一条さゆり 濡れた欲情, Ichijo Sayuri: Nureta yokujo?) (1972) et La Rousse (en) (赫い髪の女, Akai kami no onna?) (1979). On l'appelait « le réalisateur le plus constant dans le succès de toute l'histoire du cinéma japonais[1],[2] ». Pour Allmovie, il est « indiscutablement le plus important réalisateur japonais des années 1970[3],[4]. »

BiographieModifier

DébutsModifier

Kumashiro est né le 24 août 1927 à Saga, préfecture de Saga, Japon. Il est le premier garçon d'un pharmacien. Son père, maître de judo et descendant de samouraï applique une discipline stricte et est un fervent partisan de la philosophie guerrière de Yamamoto Tsunetomo telle que décrite dans l' Hagakure, le livre des samouraïs, ainsi que dans les exploits militaires japonais des années 1930 et 1940. Kumashiro se rebelle très tôt contre la tyrannie paternelle en se plongeant dans la pensée libérale, la littérature occidentale et le cinéma. Kumashiro intègre l'École de Médecine au cours de la Seconde Guerre mondiale afin de se soustraire à la conscription mais abandonne ces études dès que la guerre prend fin avec la défaite du Japon. Il étudie la littérature anglaise à l'université Waseda mais, décidant qu'il ne pouvait pas vivre décemment comme écrivain, il entre, en 1952, en tant qu'assistant-réalisateur aux studios Shōchiku puis migre chez Nikkatsu[4] en 1955.

Kumashiro travaille en tant qu'assistant réalisateur et scénariste jusqu'à ce que la chance lui sourie enfin en lui donnant la possibilité de réaliser son premier film, Fan Life, en 1968. L'histoire est celle de la fille d'une stripteaseuse qui souhaite embrasser la même carrière que sa mère. L'actrice principale du film, Hatsue Tonooka, épousera Kumashiro un peu plus tard dans l'année. Leur mariage finit par un divorce au bout de quelques mois seulement. Le film reçoit des critiques élogieuses mais s'avère être un échec au box office. Nikkatsu met donc à nouveau la carrière de réalisateur de Kumashiro en sommeil[5].

Le succèsModifier

« Mes films traitent des personnes pas de la biologie[6] »
-- Tatsumi Kumashiro[7]

En 1971, les studios Nikkatsu sont au bord de la faillite en raison du détournement de leurs spectateurs au profit de la télévision. Ils décident d'orienter leur production quasi exclusivement vers les films roses. Plusieurs réalisateurs, ne souhaitant pas travailler dans le film pornographique, quittent les studios laissant le champ libre à de nouveaux réalisateurs[8],[9].

Nikkatsu donne carte blanche aux réalisateurs de ses Roman Porno mais exige néanmoins un quota de quatre scènes de sexe ou de nudisme par heure de spectacle[2]. C'est dans ses conditions, à l'âge de 44 ans, que Nakkutsu offre à Kumashiro sa seconde chance de réalisateur à part entière. Ses films tireront pleinement profit de la nouvelle politique indulgente de Nikkatsu en expérimentant les notions de temps et d'espace cinématographiques de façon quasi surréaliste. Son premier Roman porno, Wet Lips (濡れた唇, Nureta kuchibiru?) (1972), histoire assez simpliste d'une prostituée et de son amant en fuite après avoir tué le souteneur, est un succès tant auprès des critiques que du box office et assoira la carrière de réalisateur de Kumashiro[10].

Son film suivant, Ichijo's Wet Lust (一条さゆり 濡れた欲情, Ichijo Sayuri: Nureta Yokujo?) (1972) est à nouveau un succès auprès des critiques comme du public. La plus grande actrice pornographique de l'époque, Sayuri Ichijo[11], interprète le rôle-titre et gagne le prix Kinema Junpō de la Meilleure Actrice[12]. Lors de la remise du prix de la Meilleure Réalisation et du Meilleur Scénario au cours de la même cérémonie, Kumashiro commente: « Si je peux filmer ce que je veux sans subir la pression de ce qu'il adviendra, je suis motivé[13]. »

Au cours des 20 années qui suivirent, Kumashiro a réalisé une série de films lucratifs qui reçurent un accueil favorable auprès des critiques. Du jamais vu jusqu'alors dans l'histoire cinématographique du Japon[14], il réalise, seul, dix produits entre 1972 et 1973[9]. Sa carrière prolifique et couronnée de succès lui vaut le titre de « Roi des Roman Porno de Nikkatsu[2],[9] ». À l'opposé de maints cinéastes réputés comme Nagisa Oshima, qui introduisent parfois de la pornographie dans leur films, l'éditeur New Yorkais du journal cinématographique Film Quarterly, William Johnson, qualifie Kumashiro d'« indiscutable dispensateur de pornographie à l'écran dont les films présentent également 'un intérêt sérieux[15]. ».

François Truffaut qualifie le film The World of Geisha (四畳半襖の裏張り, Yojo-han fusuma no urabari?) (1973) de « grand cinéma » ajoutant: « le jeu des acteurs est parfait et le film plein d'humour. L'esprit généreux de Jean Renoir habite la louange de la beauté féminine et la dérision de la stupidité masculine de ce film[16]. ».

A Man and a Woman Behind the Fusuma Screen: Enduring Skin (四畳半襖の裏張り, Yojo-han fusuma no urabari: Shinobi hada?), le film de Kumashiro paru en 1974 met en scène la Reine des Roman Porno de l'époque, Junko Miyashita (en). Le critique Tadao Sato interpelle cette production comme étant « film pornographique de maître riche en émotion, anarchie et nihilisme[17]. »

Junko Miyashita remporte en 1979 le prix Hochi News de la meilleure actrice à la suite de sa prestation dans le film de Kumashiro intitulé La Rousse (en) (赫い髪の女, Akai kami no onna?) (1979). Ce film a été qualifié d'« un des meilleurs films roses de Nikkatsu »[18].

Décès de KumashiroModifier

Au cours des années 1980, alors que la vidéo pornographique draine la plupart des amateurs de Roman Porno, la santé de Kumashiro défaille. Il souffre d'une embolie pulmonaire en 1983 mais poursuit son travail jusqu'à son décès. Il réalise ses deux derniers films Like a Rolling Stone (棒の哀しみ, Bo no kanashimi?) (1994)[4] puis Immoral: Indecent Relations (インモラル・淫らな関係, Immoral: Midarana kankei?) (1995)[19] lorsqu'il est pris d'un malaise. Placé sous une tente à oxygène, il décède d'une défaillance cardio plumonaire aigüe le .

Filmographie sélectiveModifier

Filmographie extraite de :


  • 1968 : Front Row Life alias A Thirsty Life alias Fan Life (かぶりつき人生, Kaburitsuki jinsei?)
  • 1972 : Wet Lips (濡れた唇, Nureta kuchibiru?)
  • 1972 : Sayuri, strip-teaseuse (一条さゆり 濡れた欲情, Ichijo Sayuri: Nureta yokujo?)
  • 1973 : Lovers are Wet alias Twisted Path of Love (恋人たちは濡れた, Koibito-tachi wa nureta?)
  • 1973 : L'Enfer des femmes, forêt humide (女地獄 森は濡れた, Onna jigoku: Mori wa nureta?)[20]
  • 1973 : Yakuza Justice: Erotic Code of Honor alias Yakuza Goddess: Lust and Honor (やくざ観音 情女仁義, Yakuza kannon: Iro jingi?)
  • 1973 : Derrière les parois de papier[21] ou Derrière le rideau de Fusama[22] (四畳半襖の裏張り, Yojo-han fusuma no urabari?)
  • 1974 : Moist Desires: 21 Strippers (濡れた欲情 特出し21人, Nureta yokujo: Tokudashi 21-nin?)
  • 1974 : Behind the Sliding Door: Chaste Skin alias Man and Woman Behind the Fusuma Screen: Enduring Skin (四畳半襖の裏張り しのび肌, Yojo-han fusuma no urabari: Shinobi hada?)
  • 1974 : The Key (, Kagi?)
  • 1974 : Failed Youth (青春の蹉跌, Seishun no satetsu?)
  • 1974 : Rue de la joie (赤線玉の井 ぬけられます, Akasen tamanoi: Nukeraremasu?)[23]
  • 1974 : Yoimachigusa (宵待草?)
  • 1975 : Kushi no hi (櫛の火?)
  • 1975 : Africa no hikari (アフリカの光, Africa no hikari?)
  • 1975 : L'Extase de la rose noire (黒薔薇昇天, Kurobara shōten?)[24]
  • 1975 : Moist Desires: The Open Tulip alias Wet Lust: Opening the Tulip (濡れた欲情 ひらけ!チューリップ, Nureta yokujo: Hirake! Tulip?)
  • 1977 : Painful Bliss! Final Twist (悶絶!!どんでん返し, Monzetsu donden gaeshi?)
  • 1977 : Dannoura Pillow War (壇の浦夜枕合戦記, Dannoura yomakura kassenki?)
  • 1979 : La Rousse (en) (赫い髪の女, Akai kami no onna?)[25]
  • 1979 : Hell (地獄, Jigoku?)
  • 1979 : Faraway Tomorrow (遠い明日, Tooi ashita?)
  • 1980 : Path of the Beast (少女娼婦 けものみち, Shōjo shofu: Kemonomichi?)
  • 1980 : Forbidden Games alias Pleasure Campus: Secret Games (快楽学園 禁じられた遊び, Kairaku gakuen: Kinjirareta asobi?)
  • 1980 : Mr- Mrs- Ms- Lonely (ミスター・ミセス・ミス・ロンリー?)
  • 1981 : Viva the Women! The Dirty Songs alias Oh! Women: A Dirty Song (嗚呼!おんなたち 猥歌, A! Onnatachi: Waika?)
  • 1982 : The Woman in a Red Hat (赤い帽子の女, Akai boshi no onna?)
  • 1983 : La Rivière du retour (もどり川, Modori-gawa?)
  • 1984 : Mika Madoka: A Woman Who Moistens Her Finger alias Woman With Wet Fingers (美加マドカ 指を濡らす女, Mika madoka: Yubi wo nurasu onna?)
  • 1985 : Love Letter (恋文, Koibumi?)
  • 1986 : A Woman Who Doesn't Divorce (離婚しない女, Rikon shinai onna?)
  • 1987 : Bedtime Eyes (ベッドタイムアイズ?)
  • 1988 : A Woman Who Bites (噛む女, Kamu onna?)
  • 1994 : La Tristesse du bâton (棒の哀しみ, Bō no kanashimi?)[26]
  • 1995 : Immoral: Indecent Relations (インモラル・淫らな関係, Immoral: Midarana kankei?)

Récompenses et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « the most consistently successful director in Japan's cinematic history »
  2. a b et c Weisser, p. 204.
  3. citation étrangère|lang=en|arguably the most important Japanese director to emerge during the 1970s
  4. a b et c (en) Crow, Jonathan « Tatsumi Kumashiro (Biography) », [1] (consulté le 9 mars 2007).
  5. Weisser, p. 137-138.
  6. « My films are about people not biology »
  7. Weisser, p. 257.
  8. Macias, Patrick, "Nikkatsu's Roman Porno" in TokyoScope: The Japanese Cult Film Companion, pp. 187-188. Cadence Books, San Francisco, 2001 (ISBN 1-56931-681-3)
  9. a b et c (en) Johnson, William « A New View of Porn: The Films of Tatsumi Kumashiro », Film Quarterly, vol. 57, no.1, Printemps 2003, p. 12 (consulté en 06-03-2007(format pdf)).
  10. Weisser, p. 494.
  11. Johnson, p. 14.
  12. (ja) Hoberman, J. « Waking the Dread... A Tatsumi Kumashiro Retrospective », The Village Voice, (consulté le 3 octobre 2007).
  13. a et b Weisser, Thomas & Yuko Mihara Weisser, Japanese Cinema Encyclopedia: The Sex Films, 1998, pp. 204-205. Éditeur: Vital Books : Asian Cult Cinema Publications, Miami (ISBN 1-88928-852-7)
  14. Weisser, p. 495.
  15. Johnson, pp.11-12.
  16. (en) « The World of Geisha (Yojohan fusuma no urabari) », Kino International (consulté le 21 juin 2007).
  17. (en) Sato, Tadao, Currents in Japanese Cinema, 1982, p. 262. Traduction en anglais de Gregory Barrett. Édition Livre de Poche (1987) (ISBN 0-87011-815-3).
  18. Weisser, p.514-515.
  19. Weisser, p. 206.
  20. L'Enfer des femmes, forêt humide : titre français du film lors de la rétrospective « Centenaire de la Nikkatsu » du au à la Cinémathèque française
  21. Derrière les parois de papier (1973) - Festival des trois continents
  22. Derrière le rideau de Fusama : titre français du film lors de la rétrospective « La Nikkatsu où la modernité toujours recommencée » du 2 octobre au 27 octobre 2007 à la MCJP
  23. Rue de la joie (1974) - Festival des trois continents
  24. L'Extase de la rose noire : titre français du film lors de la rétrospective « La Nikkatsu où la modernité toujours recommencée » du 9 septembre au 27 octobre 2007 à la MCJP
  25. La Rousse (1979) - Festival des trois continents
  26. La Tristesse du bâton (1994) : titre français du film lors de la rétrospective « 100 ans de cinéma japonais (2e partie) » du 23 janvier au 25 février 2019 à la Cinémathèque française

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier