Tafalla

commune espagnole

Tafalla est une ville et une commune de la Communauté forale de Navarre au nord de l'Espagne.

Tafalla
Escudo Tafalla.svgBandera de Tafalla.svg
Image dans Infobox.
Nom officiel
(es) Tafalla (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Comarque
Merindades
Communauté forale
Partie de
Intercommunalité de Mairaga-Zona Media/Erdialdea (d), Intercommunalité des services sportifs et socio-culturels de la zone médiane de Navarre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef-lieu
Tafalla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Capitale de
District judiciaire de Tafalla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
98,29 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
421 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
10 621 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
108,1 hab./km2 ()
Gentilé
Tafallés, tafallesa, tafallarVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Jesus Maria Arrizubieta Astiz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
31300Voir et modifier les données sur Wikidata
INE
31227Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Elle est située dans la zone non bascophone de la province, dans la mérindade d'Olite et à 35 kilomètres de sa capitale, Pampelune. Le castillan est la seule langue officielle alors que le basque n’a pas de statut officiel.

GéographieModifier

Localités limitrophesModifier

Artajona au nord-est, Pueyo et Leoz au nord-ouest, San Martín de Unx à l'est, Olite au sud-est, Falces au sud, Miranda de Arga au sud-ouest et Berbinzana et Larraga à l'ouest.

HistoireModifier

Pendant la domination romaine, la ville devait s'appeler Tubala. Bien qu'il y ait plusieurs hypothèses sur la véritable origine de son nom, ce nom doit être très probablement d'origine arabe (Al-Tafaylla) qui veut dire "Cendrier", au sens large. Le nom de la ville viendrait peut-être aussi des Taïfales, un peuple qui arriva au Ve siècle dans le sud de la France et en Espagne avec les Wisigoths.

La première mention historique de Tafalla date du Xe siècle où elle a été nommée dans la Chronique d'Arib Ibn Sad, qui raconte une visite d'Abd al-Rahman III à Tafalla lors d'une expédition contre le Royaume de Pampelune, durant l'année 924.

Durant l'année 1043, après la victoire du roi García IV de Navarre avec l'aide des Tafallais contre Ramire Ier d'Aragon et ses alliés arabes, il a été accordé aux Tafallais les titres de Nobles, Loyaux et Courageux; la bataille a eu lieu dans le domaine de Barranquiel. À la suite de cette victoire est instituée la Romería au Sanctuaire de la Vierge d'Ujué. Sanche Ier d'Aragon a accordé à Tafalla ses premiers Fueros qui postérieurement ont été confirmés par Sanche le Sage (année 1157) et Thibaut II de Navarre (année 1255).

Sanche VII le Fort accorde un autre Fuero aux habitants de Tafalla, en les libérant de tout impôt et service réel, moyennant un cens fixé. En 1418, Charles III le Noble a accordé le privilège de tenir foire. En 1423, il lui accorde le titre de Bonne Ville en lui offrant un siège aux Cortes. Il exempte les Tafalleses de toute servitude et les déclare «Libres». Durant la Guerre civile de Navarre, Tafalla était du côté de la famille de Beaumont, qui défendait les droits de Charles d'Aragon, mais après l'invasion castillan-aragonaise, elle a défendu les rois légitimes de Navarre face aux envahisseurs. En 1636, Philippe IV a accordé à Tafalla un siège aux Cortes.

Pendant la Guerre d'indépendance espagnole, la ville est devenue un important lieu stratégique par sa proximité avec Pampelune. Durant l'année 1808, elle a été occupée par les Français, qui la transformèrent en ville de garnison. Cruchaga en 1811 et Francisco Espoz y Mina en 1811 et 1812 ont pu pénétrer dans Tafalla. Lors d'un bombardement effectué par ce dernier, ont été détruits le couvent de San Francisco et le château- le Palais construit au XVe siècle par ordre de Charles III le Noble, comme résidence des rois navarrais. Les restes qui ont subsisté, ont été démolis pour construire l'actuelle Place de Navarre durant l'année 1856. Tafalla a gardé cette même importance stratégique pendant les Guerres Carlistes. Tafalla a été déclarée chef-lieu d'un District judiciaire par les Cortes du Royaume dans 1836. Tafalla a souffert d'importantes inondations en 1833 lors desquelles s'est rompu le barrage du Congosto, ainsi qu'en 1886, entraînant d'importantes pertes.

Dans les deux derniers tiers du XIXe siècle, on a doté la ville des services urbains modernes, comme l'installation d'éclairage public avec des lampes au pétrole (1843). Les veilleurs de nuit ont été établis (1846). On a construit la Place de Navarre (1856). On a inauguré le chemin de fer qui unit Pampelune et l'Èbre (1860), ainsi que le télégraphe (1862). En 1866, le pont qui relie la gare et la ville par-dessus la rivière Cidacos, a été ouvert. Quelques années plus tard, on a installé la lumière électrique (1895). Dans les dernières années du XIXe siècle et les premières du XXe siècle, on a ouvert le Casino espagnol (1922), le Théâtre Gorriti (1909), qui a été fermé en 1986. On a organisé des lignes d'autobus et on a installé deux centres d'enseignement, le Collège des PP Escolapios (1883) et le Collège San José des Filles de la Croix (1888).

ÉconomieModifier

AdministrationModifier

Liste des maires
Mandat Nom du maire Parti politique
1991-1995 José Iribas Sánchez de Boado Unión del Pueblo Navaro UPN
1995-1999 Luis Valero Erro Unión del Pueblo Navarro UPN
1999-2003 Luis Valero Erro Unión del Pueblo Navarro UPN
2003-2007 María Teresa Mañú Echaide Partido Socialista de Navarra PSN
2007-2015 Cristina Sota Pernaut Unión del Pueblo Navarro UPN

DémographieModifier

Évolution démographique
1996 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
10 017 10 159 10 124 10 288 10 443 10 646 10 842 10 782 10 924 11 040 11 115
Sources: Tafalla et instituto de estadística de navarra

PatrimoineModifier

Patrimoine civilModifier

Patrimoine religieuxModifier

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

SourcesModifier