Synonymie

rapport de similarité sémantique entre des mots ou des expressions d'une même langue
(Redirigé depuis Synonyme)

En sémantique, la synonymie est définie, de la manière la plus générale, comme la relation de similitude de sens entre deux ou plusieurs entités linguistiques[1],[2],[3],[4]. De telles entités peuvent être des mots à sens lexical, des mots-outils, des locutions, des affixes ou des constructions syntaxiques, c'est-à-dire des syntagmes, des phrases simples et des propositions membres de phrases complexes.

Il n'y a pas d'unité de vues quant au traitement des cas de relation couverts par la définition ci-dessus. Pour certains linguistes ne seraient synonymes que les entités dont le sens serait identique de tous les points de vue, mais ils considèrent qu'il n'existe pas de tels cas, par conséquent qu'il n'y a pas de synonymie[5]. Laurence Urdang (en) est le directeur d'un dictionnaire de synonymes, toutefois, il affirme qu'il n'y a pas de vrais synonymes[6]. D'autres auteurs trouvent qu'il n'y a pas de synonymie complète, mais seulement partielle[7]. Selon d'autres encore, il y a aussi bien synonymie partielle, que synonymie complète[8], mais ils voient tout de même certaines différences entre synonymes complets aussi. De l'avis de certains de ces auteurs, ne sont complets que les synonymes entre lesquels il y a seulement une différence de fréquence d'utilisation[9], alors que d'autres admettent l'existence de plusieurs types de différences[10].

Types de synonymieModifier

Selon les types d'entités linguistiquesModifier

Synonymie lexicaleModifier

On parle de synonymie en premier lieu dans le domaine lexical. D'ailleurs, certains auteurs ne mentionnent que ce genre de synonymie[2],[3].

Peuvent être synonymes lexicaux un mot et un autre mot (ex. châtierpunir[11]) ou un mot et une locution, ex. vainementen vain[12]. La condition principale pour que deux entités lexicales soit synonymes est qu'elles fassent partie de la même classe de mots[13].

Une source importante de synonymes lexicaux est l'emprunt. Exemples :

(fr) mal d'estomacgastralgie (formé d'éléments de composition empruntés au grec)[14] ;
(en) begin (hérité du proto-germanique) – commence (emprunt à l'ancien français) « commencer »[15] ;
(ro) guraliv (dérivé en roumain d'un mot hérité du latin) – locvace (emprunt au français ou au latin), « loquace »[16] ;
(ru) черта (tcherta) (hérité du proto-slave) – линия (linia) (emprunt au latin) « ligne »[17].

Une autre source est la formation consciente de mots ou de locutions avec des éléments antérieurement intégrés à la langue, pour qu'on puisse remplacer des emprunts :

(fr) e-mail (mot anglais) – courriel (mot-valise formé de mots français)[18] ;
(en) preface (emprunt au français) – foreword (composition d'éléments anglais) « préface »[19] ;
(ro) prefață (emprunt au français ou au latin) – cuvânt înainte (locution formée de mots roumains) « préface »[20];
(hu) kurzus (emprunt au latin) – tanfolyam (composé de mots autochtones) « cours » (dans l'enseignement)[21] ;
(ru) лингвистика (lingvistika) – языкознание (iazykoznanié) (composé d'éléments autochtones) « linguistique »[22].

Synonymie dans la formation des motsModifier

Il existe des affixes de dérivation et des éléments de composition synonymes.

Exemples d'affixes :

(ru) les préfixes négatifs не- (ne-) – без- (bez-), ex. неграмотный (negramotnyï) – безграмотный (bezgramotnyï) « illétré ».[22] ;
(ro) les suffixes diminutifs -uț-icel, ex. căldcăldicel « tiède »[16].

Parmi les éléments de composition sans existence autonome il existe également des synonymes. Dans la composition appelée « savante », la source de ces éléments est en général l'emprunt. On les rencontre le plus fréquemment avec des mots différents mais certains sont appliqués au même mot :

bi- (du latin) – di- (du grec): biatomiquediatomique[23] ;
micro- (du grec) – mini- (du latin): microordinateurminiordinateur[24].

Synonymie morphologiqueModifier

Ce type de synonymie consiste en l'équivalence fonctionnelle de certaines formes grammaticales. En anglais et en russe, par exemple, on peut exprimer les degrés de comparaison comparatif de supériorité et superlatif relatif de supériorité aussi bien de façon synthétique (avec un suffixe), que de façon analytique (en deux mots). Dans le cas de certains mots, on peut appliquer les deux procédés :

(en) surermore sure « plus sûr », the clearestthe most clear « le plus clair »[25] ;
(ru) интереснее (interesnee) – более интересный (bolee interesnyï) « plus intéressant »[26], умнейший (umneïchyï) – самый умный (samyï umnyï) « le plus intelligent »[22].

En russe il y a aussi, appliquées à certains mots, des désinences casuelles synonymes, comme celles du génitif dans le syntagme стакан чая (stakan tchaïa) – стакан чаю (stakan tchaïou) « un verre de thé »[22].

Synonymie syntaxiqueModifier

Certains auteurs étendent la notion de synonymie aux constructions syntaxiques[4],[15]. Telles sont, par exemple :

(fr) phrase active – phrase passive : Le vent a cassé la brancheLa branche a été cassée par le vent[27] ;
(en) phrase active – phrase passive : The secretary typed the report « Le/La secrétaire a tapé le rapport » – The report was typed by the secretary « Le rapport a été tapé par le/la secrétaire »[28] ;
(ru) proposition au verbe à l'indicatifcomplément au gérondif : Он вошёл в комнату и поздоровался со всеми (On vochiol v komnatou i pozdorovalsïa so vsemi) « Il est entré dans la pièce et a salué tout le monde » – Войдя в комнату, он поздоровался со всеми (Voidïa v komnatou, on pozdorovalsïa so vsemi) « En entrant dans la pièce, il a salué tout le monde »[22] ;
(ro) proposition ayant le verbe au subjonctif – complément à l'infinitif : Rămâne să vedem / a vedea « Cela reste à voir »[16].

Selon le degré de similitudeModifier

Synonymie complète et synonymie incomplèteModifier

Murphy 2006 appelle, conformément à la logique formelle, « synonymie logique » ou « cognitive », la relation dans laquelle deux propositions remplissent exactement les mêmes conditions de vérité, c'est-à-dire, dans toute situation ou l'une des propositions est vraie, l'autre aussi doit être vraie, et si l'une est fausse, l'autre aussi est fausse. De telles propositions sont, par exemple, (en) Tor bought a book from Ulla « Tor a acheté un livre à Ulla » – Ulla sold Tor a book « Ulla a vendu un livre à Tor »[4]. Dans le cas de la synonymie lexicale, la synonymie logique se réfère à des mots qu'on peut substituer l'un à l'autre dans des propositions énonciatives, sans que leurs conditions de vérité soient affectées. Collinge 2005 l'appelle « synonymie descriptive », par exemple dans le cas des mots anglais begin et commence, dans les phrases The recital began ten minutes ago « Le récital a commencé il y a dix minutes » et The recital commenced ten minutes ago « Le récital a débuté il y a dix minutes »[15]. En sémantique structurelle, seule une telle relation est considérée comme synonymique[29].

La synonymie logique se caractérise par l'identité du dénoté, autrement dit, les synonymes se réfèrent au même élément de la réalité extralinguistique, par exemple voiturebagnole, mais le plus souvent, la synonymie logique se limite à la dénotation, elle n'est donc pas toujours complète[30]. La synonymie complète, appelée aussi totale ou absolue, suppose que les entités considérées ait les mêmes traits, non seulement dénotatives, mais aussi connotatives, et qu'il soit possible d'interchanger les synonymes dans n'importe quel contexte, où ils gardent tous ces traits. Une telle synonymie est considérée par certains auteurs comme improbable[2], par d'autres comme très rare[3],[4],[15], du moins dans le domaine lexical[1]. On trouve de tels synonymes dans les langages de spécialité. Murphy 2006 en cite comme exemple (en) gorsefurze « ajonc ». Selon lui, en fait, la langue évite la synonymie complète, parce qu'il est inefficace qu'il y ait des entités équivalentes de tous les points de vue. Au contraire, les utilisateurs de la langue ont besoin de la synonymie incomplète pour pouvoir choisir l'entité qu'ils estiment comme la plus adéquate dans le contexte situationnel où ils se trouvent[4].

À cause de la rareté de la synonymie complète, par synonymie on entend presque toujours synonymie incomplète, appelée aussi partielle[1],[3] ou quasi-synonymie[14].

Différences entre synonymesModifier

Entre synonymes, il peut y avoir des différences de diverses natures, qui peuvent leur conférer des degrés différents de similitude.

Il y a surtout des différences de nuances de sens. Par exemple, les adjectifs dénué, dépourvu, dépouillé et privé expriment tous l'idée de manque, mais chacun d'eux a une nuance de sens propre[13] :

  • dénué – manque absolu de quelque chose de bon ;
  • dépourvu – manque de choses nécessaires pour agir, causant de la faiblesse ;
  • dépouillé – manque de quelque chose qui a été possédé ;
  • privé – manque de quelque chose qu'on devrait normalement posséder.

Malgré l'identité du dénoté, des mots peuvent être synonymes dans certains contextes et non dans d'autres[16]. Par exemple, le syntagme nuit —, peut être complété par sombre ou obscure mais dans le temps — de l'histoire, de ces épithètes, seul obscur est possible[31].

Dans le cas de mots polysémiques, la synonymie peut se limiter à un seul sens. En roumain, par exemple, le nom ceas a les sens montre et heure, et il a pour synonyme oră, mais seulement dans le sens heure[16].

D'autres différences entre synonymes sont celles de variétés de langue, par exemple[14] :

Certaines différences ne concernent que le degré d'intensité. Ainsi, (ro) teamă « peur » est de degré indéterminé, alors que son synonyme spaimă « terreur » est de degré maximal[16].

Des synonymes peuvent différer à la fois par leur degré et leur nuance de sens, comme (ro) cald « chaud » (indéterminé) – fierbinte « brûlant » (maximal) – clocotitor « bouillant » (degré maximal atteint par chauffage d'un liquide)[16].

Les différences de connotation sont bien illustrées par les synonymes de registres différents. Par exemple poisson (courant) – poiscaille (populaire) dénotent le même animal mais le premier est neutre de ce point de vue, alors que le second a une connotation péjorative[32]. De tels traits ont un caractère stylistique, étant largement exploités dans la parole expressive en général et dans les œuvres littéraires en particulier[21].

Même entre synonymes complets il peut y avoir une différence, celle de fréquence d'utilisation. Ainsi, de (en) gorse et furze, le premier est le plus fréquent[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Bussmann 1998, p. 1164-1165.
  2. a b et c Crystal 2008, p. 470.
  3. a b c et d Eifring et Theil 2005, cap. 2, p. 12-13.
  4. a b c d e et f Murphy 2006, p. 376-378.
  5. Par exemple Bartos 2002.
  6. Urdang 1978, p. III.
  7. Par exemple Crystal 2008 (p. 470).
  8. Par exemple Bussmann 1998 (p. 1164) ou Dubois 2002 (p. 466).
  9. Par exemple Murphy 2006 (p. 377).
  10. Par exemple Szépe 2018 (p. 23-24).
  11. Fairon et Simon 2018, p. 169.
  12. Dubois 2002, p. 289.
  13. a et b Grevisse et Goosse 2007, p. 215.
  14. a b et c Dubois 2002, p. 393.
  15. a b c et d Collinge 2005, p. 84.
  16. a b c d e f et g Bidu-Vrănceanu 1997, p. 457-459.
  17. Iartseva 1990, article Сино́нимы (Sinonimy) « Synonymes ».
  18. Le Robert, article courriel.
  19. OLD, articles preface et foreword.
  20. Dexonline, articles prefață et cuvânt.
  21. a et b Szathmári 2008, article Szinonímia.
  22. a b c d et e Iartseva 1990, article Cиноними́я (Sinonimia) « Synonymie ».
  23. TLFi, article bi-.
  24. TLFi, article micro-.
  25. Eastwood 1994, p. 260.
  26. Rozental et Telenkova 1985, article грамматикализация (grammatikalizatsia).
  27. Dubois 2002, p. 352.
  28. Eastwood 1994, p. 130.
  29. Gyuris et Kiefer 2006, p. 485.
  30. Dubois 2002, p. 465
  31. Istomin 2008, page Les synonymes, antonymes et homonymes.
  32. Fairon et Simon 2018, p. 129.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (ro) Avram, Mioara, Gramatica pentru toți [« Grammaire pour tous »], Bucarest, Humanitas, , 597 p. (ISBN 973-28-0769-5)
  • (hu) Bartos; Tibor, Magyar szótár – egymást magyarázó szavak és fordulatok tára' [« Dictionnaire hongrois »], vol. 1, Budapest, Corvina, , 2002 (ISBN 9789631351378)
  • (ro) Bidu-Vrănceanu, Angela et al., Dicționar general de științe. Științe ale limbii [« Dictionnaire général des sciences. Sciences de la langue »], Bucarest, Editura științifică, (ISBN 973-44-0229-3, lire en ligne)
  • (en) Bussmann, Hadumod (dir.), Dictionary of Language and Linguistics [« Dictionnaire de la langue et de la linguistique »], Londres – New York, Routledge, (ISBN 0-203-98005-0, lire en ligne [PDF])
  • (en) Collinge, N. E. (dir.), An Encyclopaedia of Language [« Encyclopédie de la langue »], Londres – New York, Taylor & Francis e-Library, (ISBN 0-203-71185-8)
  • (en) Crystal, David, A Dictionary of Linguistics and Phonetics [« Dictionnaire de linguistique et de phonétique »], Oxford, Blackwell Publishing, , 4e éd., 529 p. (ISBN 978-1-4051-5296-9, lire en ligne [PDF])
  • (ro) « Dicționare ale limbii române (Dexonline) » [« Dictionnaires de la langue roumaine »] (consulté le )
  • Dubois, Jean et al., Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse-Bordas/VUEF, (lire en ligne)
  • (en) Eastwood, John, Oxford Guide to English Grammar [« Guide Oxford de la grammaire anglaise »], Oxford, Oxford University Press, (ISBN 0-19-431351-4, lire en ligne [PDF])
  • (en) Eifring, Halvor et Theil, Rolf, Linguistics for Students of Asian and African Languages [« Linguistique pour les étudiants en langues asiatiques et africaines »], Oslo, Université d’Oslo, (lire en ligne)
  • Fairon, Cédrick et Simon, Anne-Catherine, Le petit Bon usage de la langue française : D’après l’œuvre de Maurice Grevisse, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782807316966)
  • Grevisse, Maurice et Goosse, André, Le bon usage : grammaire française, Bruxelles, De Boeck Université, , 14e éd., 1600 p. (ISBN 978-2-8011-1404-9)
  • (hu) Gyuris, Beáta et Kiefer, Ferenc, « 7. fejezet – Szemantika » [« Chapitre 7. – Sémantique »], dans Kiefer, Ferenc (dir.), Magyar nyelv [« La langue hongroise »], Budapest, Akadémiai Kiadó, , Epub (ISBN 963-05-8324-0), p. 471-594
  • (ru) Iartseva, V. N. (dir.), Лингвистический энциклопедический словарь [« Dictionnaire encyclopédique de linguistique »], Moscou, Sovietskaïa Entsiklopedia,‎ (lire en ligne)
  • Istomin, V. S., Лексикология французского языка [« Lexicologie française »] (cours universitaire), Hrodna, Université Ianka Koupala,‎ (lire en ligne)
  • « Le Robert. Dico en ligne » (consulté le )
  • (en) Murphy, M. L., « Synonymy », dans Brown, Keith (dir.), Encyclopedia of Language and Linguistics [« Encyclopédie de la langue et de la linguistique »], vol. 12, Boston, Elsevier, , 2e éd., p. 376-378
  • (en) « Oxford Learners’s Dictionaries (OLD) » [« Dictionnaires Oxford des apprenants »] (consulté le )
  • (ru) Rozental, Ditmar et Telenkova, Margarita, Словарь-справочник лингвистических терминов [« Dictionnaire des termes linguistiques »], Moscou, Prosvechtchenie,‎ , 3e éd.
  • (hu) Szathmári, István (dir.) (PDF ou Epub à télécharger), Alakzatlexikon. A retorikai és stilisztikai alakzatok kézikönyve [« Lexicon des figures. Guide des figures rhétoriques et stylistiques »], Budapest, Tinta, (ISBN 978-963-9902-02-2, lire en ligne)
  • (hu) Szépe, Judit, « Lexikális viszonyok II » [« Relations lexicales II »] [PDF] (cours universitaire), sur www.szepejudit.hu, (consulté le )
  • « Trésor de la langue française informatisé (TLFi) » (consulté le )
  • (en) Urdang, Laurence (dir.), The synonym finder [« Dictionnaire de synonymes »], Emmaus (Pennsylvanie), Rodale Press, (ISBN 0-87857-236-8)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :