Groupe 1981

compagnie de radio française
(Redirigé depuis Start (entreprise))

Groupe 1981
logo de Groupe 1981
Logo du Groupe 1981

Création 1992
Dates clés
  • 2005 : acquisition de Sud Radio
  • 2011 : le groupe Start prend le nom de Sud Radio Groupe
  • 2013 : avec la vente de Sud Radio, le groupe devient « Groupe 1981 »
  • 2019 : acquisition de OUI FM
Fondateurs Jean-Éric Valli
Personnages clés Laurent Dumay, Valérie Fauconnier, Alain Liberty
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Orléans
Drapeau de la France France
Direction Jean-Éric Valli
Activité média, radio
Produits station de radio française, publicité
Société mère Cap Radio (holding (500 095 336)
Filiales OUI FM, Black Box, Forum, Latina, Wit FM, Vibration, Voltage, Ado FM
Effectif 28 en 2017
Siren 483 277 976
Site web 1981.fr

Chiffre d'affaires 4 822 100 € en 2017
Résultat net 1 569 700 € en 2017

Groupe 1981 (précédemment Groupe Start jusqu'en , puis « Sud Radio groupe » jusqu'en ) est une holding française de radios français dont le siège est situé à Orléans dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Son activité est essentiellement radiophonique. Elle s'étend à de nombreuses régions françaises, au travers de la zone de couverture de ses 8 radios, dans le Centre, le Sud-Ouest, l'Ouest et l'Île-de-France, ce qui en fait le premier opérateur radiophonique indépendant de France.

HistoriqueModifier

En , le groupe s'immatricule au registre[1].

Dans les années 1990, les radios locales Radio Rêve (Blois et Vendôme) et Radio Stéréo Centre (Romorantin-Lanthenay), aujourd'hui disparues, sont rachetées pour permettre le déploiement de Vibration.

En , la radio montargoise Radio Montargis Vallée du Loing est acquise afin d'étendre la zone de diffusion de Vibration à la région de Montargis. En 1995, c'est au tour de la radio castelneuvienne Radio Média France, puis en 1996 de la radio parisienne Ado FM. En 1998, le groupe prend le contrôle de la radio Forum, au sein duquel Radio Média France est intégrée. En 1999, la radio bordelaise Blackbox est acquise via l'association Canal Tropical[2].

En , les stations Sud Radio et Wit FM (détenues par les laboratoires pharmaceutiques Fabre à 80% et par RTL à 20 %) sont vendues à Sudporters, holding codétenue par le groupe Start, les stations Alouette et Scoop, et par le fonds FEDERI[3]. Après RMC en 2000, c'est la seconde fois en France qu'une radio périphérique historique se fait reprendre par un ensemble de radios créées après la libéralisation des ondes de 1981[4].

En 2006, la radio parisienne Radio Latina[5] est acquise.

En , le groupe rachète 100% de la radio parisienne Voltage.

Le , la modification de capital (sociétés Haute-Tension, Start et Sudporters) est approuvée par le conseil supérieur de l'audiovisuel[6] ;

En  : départ du directeur général des programmes, Bruno Witek qui laisse derrière lui une audience groupe qui atteindra un seuil de plus de deux millions d'auditeurs par jour[7].

En , Yves Malbrancke rejoint le groupe au poste de Directeur Général adjoint des programmes, secondé par Anthony Lamond, responsable de la musique du groupe, et Philippe Marty qui encadre les animateurs de l'ensemble des stations et les journalistes des stations musicales.

Le , le groupe Sud Radio Groupe vend la station Sud Radio pour un montant de 7 millions d'euros à Fiducial médias[8].

Le , le groupe se rebaptise Groupe 1981[9], et lance un plan d’investissement de 5 millions d’euros sur 3 ans qui passe notamment par le développement de Radio Latina[10]. En , à l'international, le groupe 1981 annonce l'investissement de 500 000 euros dans la création d'une radio francophone Frissons Radio à Cotonou, au Bénin destinée à un auditoire de plus de 40 ans[11].

Le , Philippe Gault et Mathieu Quétel quittent le groupe[12].

Entre 2015 à 2016, Groupe 1981 lance les 67 webradios chacune de ses 7 radios d’un nouveau site internet[13].

Le , Alain Liberty, ancien directeur général de Radio Scoop à Lyon durant onze ans, et aussi président en fonction du SIRTI, devient le directeur général exécutif du Groupe 1981 à Paris[14].

Le , le CSA autorise la vente de la radio OUI FM au groupe. Les salariés de OUI FM sont susceptibles d'être transférés vers d'autres radios de ce groupe 1981[15],[16].

En , le groupe se lance dans la réorganisation de ses dix radios, après le rachat de OUI FM, en créant un hub de contenus[17] et en augmentant sensiblement la part de l'information dans ses programmes. Ce hub est basé à Paris avec des antennes dans les régions d’implantation des radios. L’ensemble des sites web et applications seront par ailleurs renouvelés au cours de l’année 2020 avec de nouveaux contenus.

La régie locale, Régie 1981, va également se développer sur le numérique en proposant des contenus locaux et une forme d’adswitching permettant aux annonceurs de diffuser un flux publicitaire différent en ligne et en linéaire[18].

Le groupe 1981 est aussi en première ligne pour le développement en France de la radio numérique (DAB+). Partout en France, OUI FM, Swigg et Latina – et localement les autres radios du groupe –, participent toutes au déploiement du DAB+. La radio Latina a ainsi été sélectionnée dans les multiplexes de radio numérique terrestre (RNT) émettant sur le territoire national métropolitain. En , les radios OUI FM, Swigg, Vibration, Forum, Blackbox et Wit FM sont sélectionnées en DAB+ dans 15 agglomérations[19].

Identité visuelle (logo)Modifier

EffectifsModifier

Au , la direction du groupe comprenait[20] :

Activités radiophoniquesModifier

Les huit stations de radio du groupe sont également membres du GIE (groupement d'intérêt économique) « Les Indés Radios », par ailleurs présidé par Jean-Éric Valli, président de « Groupe 1981 ». Ce groupement de 130 radios a pour principale fonction de donner un accès aux recettes de publicité nationale aux radios qui le composent.

Les radios que possède le groupe sont toutes de formats musicaux et de Catégorie B, à l'exception de Oui FM qui est de catégorie D. Le groupe possède aussi les stations Collector radio et Radio Life, portant son effectif à dix radios[21].

Radio Format Zone de diffusion Date de création Date d'acquisition
Black Box Rap, Hip-hop, RnB Nouvelle-Aquitaine
Forum Généraliste Centre-Val de Loire, Poitou-Charentes
Latina Musiques tropicales Île-de-France
Ado FM Rap, Hip-hop, RnB Île-de-France, Midi-Pyrénées
Vibration Généraliste Centre-Val de Loire
Voltage Généraliste Île-de-France avril 2007
Wit FM Généraliste Dordogne et Gironde
Oui FM Rock Nationale (France)

Éléments financiersModifier

En 2019, Le Groupe 1981, premier groupe de radios indépendant, poursuit sa croissance et annonce des résultats pour l’année 2019 en progression de plus de 16 % avec un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros (hors OÜI FM pour un EBE de 4,7 millions d’euros) vs 15,5 millions d’euros (pour un EBE de 3,6 millions d’euros) en 2018[22].

Notes et référencesModifier

  1. Historique de Start sur Radioscope.fr
  2. Décision du CSA : Bordeaux, Jean-Éric Valli et Laurent Dumay font leur entrée au bureau de l'association Canal Tropical/Radio Black Box. Lettre du CSA no 113.
  3. « Cession des stations Sud Radio et Wit FM à la société Sudporters », sur csa.fr,
  4. Sud Radio dans l'orbite des indépendants, sur Stratégies.fr
  5. Décision du CSA : Radio Latina (Paris) : modification de capital agréée le 19 décembre 2006.
  6. Décision du CSA : sociétés Haute-Tension, Start et Sudporters : modifications de capital
  7. Start - Bruno Witek remercié. Éléa Vidal. RadioActu le 7 janvier 2008 ; Start - Nominations de 8 directeurs délégués. Éléa Vidal. RadioActu.com le 10 mars 2008.
  8. « CSA : feu vert au rachat de Sud Radio par Fiducial », sur cbnews.fr,
  9. a et b « Groupe 1981 se libère de Sud Radio », sur strategies.fr/,
  10. Le Nouvel Observateur, « Le groupe Sud Radio change de nom et devient Groupe 1981 », sur teleobs.fr,
  11. « Sud Radio Groupe devient 1981 Groupe et affiche ses ambitions », sur cbnews.fr,
  12. Emmanuel Torregano, « Groupe 1981 se réorganise », sur electronlibre.info, EL Publishing SAS, (consulté le )
  13. Groupe 1981 lance 7 nouveaux sites et 67 webradios
  14. François Quairel, « Alain Liberty quitte Radio Scoop pour le Groupe 1981 », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  15. « Oüi FM va être vendue au Groupe 1981 », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Alexande Debouté, « Arthur se sépare de Oüi FM », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Lettre Pro, « « Le Groupe 1981 poursuit sa croissance et consolide sa gouvernance » », Journal,‎ , p. 1739–1742 (PMID 17, lire en ligne, consulté le )
  18. « Après le rachat de Oüi FM, le groupe 1981 se réorganise autour des contenus et apporte des innovations dans le digital », sur Offre média, Journal,
  19. « DAB + : le CSA privilégie les grandes radios pour les fréquences nationales », sur Les Echos, (consulté le )
  20. Brulhatour, « Jean-Paul Lubot rejoint le groupe 1981 », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  21. François Quairel, « Le Groupe 1981 crée un hub de contenus pour alimenter ses radios », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  22. Brulhatour, « Le Groupe 1981 poursuit sa croissance et consolide sa gouvernance », sur La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio (consulté le )

AnnexeModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier