Sonate pour violon et piano de Ravel

oeuvre de Maurice Ravel

Sonate pour violon et piano
M 77
Genre Sonate
Nb. de mouvements 3
Musique Maurice Ravel
Effectif violon et piano
Durée approximative 15 min
Dédicataire Hélène Jourdan-Morhange
Création
Salle Érard,
Paris (Drapeau de la France France)
Interprètes Georges Enesco (violon),
Maurice Ravel (piano)

La Sonate pour violon et piano de Maurice Ravel est une œuvre de musique de chambre composée entre 1922 et 1927.

L'œuvre porte la référence M.77, dans le catalogue des œuvres du compositeur établi par le musicologue Marcel Marnat.

GenèseModifier

Il s'agit de la deuxième sonate pour violon et piano et de la dernière œuvre de musique de chambre du compositeur. Elle est dédiée à Hélène Jourdan-Morhange, une violoniste et amie du musicien, qui ne put créer la composition en raison de problèmes rhumatismaux. La genèse particulièrement longue (cinq ans) n'a pas d'explication claire : Ravel affirmait qu'il avait besoin de tout ce temps pour « éliminer les notes inutiles ». Il rapporte, dans un autre texte, que le violon lui semblait « essentiellement incompatible » avec le piano.

CréationModifier

La création eut lieu le , à la Salle Érard à Paris, avec Georges Enesco au violon et Ravel lui-même au piano.

Structure et analyseModifier

La sonate comporte trois mouvements et son exécution dure environ quinze minutes. Le second mouvement, Blues, traduit le goût du musicien pour la musique américaine, qui se confirma lors de son séjour aux États-Unis (il visita plusieurs night clubs new yorkais en compagnie notamment de George Gershwin). Le troisième mouvement est particulièrement virtuose dans sa partie de violon.

  1. Allegretto
  2. Blues
  3. Perpetuum mobile

AdaptationModifier

FilmModifier

Cette œuvre est jouée dans un film de Claude Sautet, Un cœur en hiver, dans lequel Emmanuelle Béart est une violoniste.

Notes et référencesModifier