Ouvrir le menu principal

Sherry Rehman
Illustration.
Sherry Rehman en 2013.
Fonctions
Ambassadrice du Pakistan aux États-Unis
Prédécesseur Husain Haqqani
Successeur Jalil Abbas Jilani
Ministre fédérale de l'Information
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Karachi, Sind, Pakistan
Nationalité pakistanaise
Parti politique Parti du peuple pakistanais

Shehrbano Rehman ou Sherry Rehman (en ourdou : شیری رحمان), née le 21 décembre 1960 à Karachi, est une femme politique pakistanaise membre du Parti du peuple pakistanais.

Ministre de l'Information 2008 à 2009, elle est députée de 2002 à 2011 et ambassadrice du Pakistan aux États-Unis de 2011 à 2013. Elle est élue sénatrice en mars 2015.

BiographieModifier

Vie personnelleModifier

Sherry Rehman est née le 21 décembre 1960 à Karachi, dans la province du Sind. Son père était un juriste et sa mère a été vice-présidente de la Banque d'État du Pakistan. Sherry est diplômée de l'Université du Sussex en histoire de l'art.

Carrière politiqueModifier

Sherry Rehman a été députée à l'Assemblée nationale de 2002 à 2013. Elle occupe alors l'un des soixante sièges expressément réservés aux femmes et elle n'a donc pas été directement élue. Elle devient notamment l'une des rares femmes non-voilées membres du Parlement

En mars 2008, alors que le Parti du peuple pakistanais (PPP) vient de remporter les élections législatives, elle est nommée ministre de l'Information. Elle démissionne le 14 mars 2009 en signe de protestation contre des restrictions imposées aux médias.

Au cours de l'affaire Asia Bibi, Sherry Rehman défend cette femme chrétienne condamnée à mort en novembre 2010 pour blasphème avec quelques autres membres de son parti, une affaire très polémique dans le pays. À ce titre, Sherry Rehman dépose un projet d'amendement de la loi interdisant le blasphème à l'Assemblée nationale, ce qui lui vaut plusieurs menaces de mort de la part de mouvements islamistes. Elle propose alors d'abolir la peine de mort pour blasphème et de limiter la peine d’emprisonnement à un maximum de dix ans, mais cette mesure n'est pas soutenue par son parti. Elle bénéficie depuis d'une protection policière.

À la suite de l'affaire du « mémo » de l'ambassade du Pakistan aux États-Unis, Husain Haqqani doit démissionner et Sherry Rehman est nommée à sa place au poste d'ambassadeur le 23 novembre 2011[1]. Elle cesse ses fonctions en mai 2013 quand son parti quitte le pouvoir.

En mars 2015, elle est élue sénatrice pour un mandat de six ans[2]. Le 22 mars 2018, elle est élue à la tête de l'opposition au Sénat et devient la première femme à occuper ce poste[3]. Elle perd toutefois ce poste dès le 26 août 2018 au profit de Raja Zafar ul Haq quand la Ligue musulmane du Pakistan (N) devient le principal parti de l’opposition[4].

Le 6 novembre 2018, Sherry Rehman fait partie d'un groupe de sénateurs du PPP critiquant le gouvernement d'Imran Khan pour son manque de fermeté envers les islamistes du Tehreek-e-Labbaik Pakistan, qui protestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi par la Cour suprême. Pour la sénatrice, l'autorité de l’État n'a jamais été autant remise en question[5].

RéférencesModifier

Voir aussiModifier